AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.86 /5 (sur 32 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 25/08/1963
Biographie :

Sébastien Doubinsky par lui même:

"Je suis né le 25 août 1963, à Paris, au milieu de Bronco Apache, dont mes parents ne verront jamais la fin.

J'ai vécu une grande partie de mon enfance aux États-Unis, d'où je tire les origines cosmopolites de mes influences littéraires et le côté double de mon écriture, certains textes ayant été à l'origine écrits en anglais.

J'ai fait des études d'histoire et d'anglais. J'ai enseigné la littérature française à l'université d'Aarhus, au Danemark pendant sept ans.

J'ai soutenu une thèse sur Blaise Cendrars et je compte bien suivre son exemple, pour bourlinguer encore un peu. Avec mes deux bras, et mes deux jambes."

Sebastien Doubinsky, après être revenu pendant sept ans en France, est reparti vivre au Danemark avec sa femme danoise, et ses deux enfants.
+ Voir plus
Source : epheman.perso.neuf.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Sébastien Doubinsky   (22)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Sébastien Doubinsky lit le poème ''Tu es plus belle que le ciel et la mer'' de Blaise Cendrars.

Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
encoredunoir   11 juin 2012
Le feu au royaume de Sébastien Doubinsky
Je me suis relevé et j’ai fait quelques pas dans la pénombre. J’avais envie de frapper un mur, mais j’avais peur de me fracturer la main. Ostéoporose.
Commenter  J’apprécie          100
Witchblade   28 octobre 2012
Le feu au royaume de Sébastien Doubinsky
Il était là, bien sûr. (…) Déjà jeune, il avait l'air vieux. Bourdeau. Commissaire, non – capitaine Bourdeau. Je trouvais ce changement de nom de grade ridicule. Heureusement, « flic » était éternel.
Commenter  J’apprécie          90
Witchblade   28 octobre 2012
Le feu au royaume de Sébastien Doubinsky
Je me suis soudain rappelé qu'on pouvait tracer les appels sur les portables. Connards de terroristes ! A cause d'eux, on n'était plus tranquilles aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          80
Witchblade   28 octobre 2012
Le feu au royaume de Sébastien Doubinsky
Des boutiques de fringues africaines, des restos indiens, des boutiques d'électronique chinoises... Paris devenait – enfin – New York. J'aurais dû être jeune aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          70
Charybde2   01 avril 2013
Fragments d'une révolution de Sébastien Doubinsky
Le hall d'entrée de la demeure était impressionnant. Un immense escalier vous déboulait dessus, cascade de marbre et de fer forgé. C'était un escalier droit, à la française.

- Typiquement 1860, déclara quelqu'un devant lui.

Il suivit le mouvement qui l'entraîna à travers un dédale de couloirs rococo.

Rien n'avait été saccagé.

Les révolutionnaires déambulaient tranquillement dans la bâtisse, leurs armes et leur bouteille de tequila à la main, insensibles à tout ce luxe. Les frères Rivas avaient par avance interdit tout pillage.

Tous les biens devaient être inventoriés puis distribués aux habitants du village. Cette hacienda représentait trois siècles de richesses accumulées par l'exploitation des paysans indigènes. À quoi bon, par conséquent, piller ce qui vous appartenait de droit ? Cela tombait sous le sens.
Commenter  J’apprécie          40
Witchblade   28 octobre 2012
Le feu au royaume de Sébastien Doubinsky
Entre le moment où j'ai décroché le combiné de mon oreille et où je l'ai reposé, je n'étais plus le même. Quelque chose avait fondu en moi, disparu, s'était dilué dans mes veines pour toujours. C'était indescriptible, fugace, foudroyant comme un poison antique – cette tragédie grecque qui nous poursuit depuis vingt siècles sans jamais nous lâcher.
Commenter  J’apprécie          40
MissSherlock   12 janvier 2014
Le feu au royaume de Sébastien Doubinsky
Je ne sais même pas si au fond de toi reste une sensation d'amour pour moi, une chaleur vague qui t'émeut quand tu me vois, une mystérieuse chambre secrète derrière ton front qui résonne au son de ma voix ?
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2   22 avril 2019
Lire, écrire, se révolter de Sébastien Doubinsky
Or, l’œuvre, comme objet de crise et comme objet quantique, échappe à toute identité culturelle figée. Ou plutôt, elle la dépasse. Par sa nature d’objet en mouvement, d’objet non-figé, situé dans une temporalité relative et multiple, l’œuvre est un paradoxe permanent. Elle peut alors être facilement déplacée, replacée ou laissée dans son contexte. Étant à la fois réelle et virtuelle, son déplacement n’entraîne pas un effondrement du paysage culturel dont elle fait partie, mais un réaménagement temporaire de sa perception. La culture est une identité rhizomique, au sens deleuzien du terme, dont les « centres » ou les « nœuds » sont essentiellement symboliques et mobiles. Lire devient alors un déplacement qui suit un déplacement.

Ce déplacement suit, voire épouse l’effet, et risque constamment de tomber dans le plus grand piège : celui d’attribuer à cet effet une identité définitive. C’est confondre un désir avec un besoin. Le besoin passe par la catégorie, le désir, lui, appelle le genre. C’est un désir né d’une angoisse, provenant elle-même de cé déplacement provoqué par la lecture. Or ce mouvement est celui de l’Histoire, dont l’aléatoire ne peut être corrigé que par des fantasmes. L’effet de l’œuvre ne sera cependant jamais son identité définitive, pas plus que sa forme ne l’associe à une espèce « pure ». L’œuvre, comme la culture, est toujours hybride d’hybride. (« LIRE »)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2   17 avril 2013
Quién es ? de Sébastien Doubinsky
J'avais déjà COMMENCÉ certaines choses à l'époque, mais on ne pouvait pas parler véritablement d'un DÉBUT - une motte de beurre m'avait valu une sacrée remontée de bretelles de la part du shérif Whitehill - il avait les joues violacées de colère et ses dents jaunes claquaient près de mon nez mais je n'étais pas terrifié - honteux, oui, de m'être fait prendre, c'était la première fois que je volais quelque chose - mais je le regardais s'énerver sur moi, sa main tordant mon oreille comme dans les dessins comiques des gazettes, je le regardais comme si j'étais en dehors de moi-même, mes yeux flottant loin de mon visage pour mieux m'imprégner de cette scène - Whitehill au visage violacé par la colère sous son grand chapeau blanc et son étoile cuivrée qui vibrait sur sa poitrine, accrochée au gilet de cuit en veau mexicain - c'était un homme d'une grande bonté et je ne laisserais jamais dire à quiconque que tous les shérifs sont des ordures - ce sont des hommes comme les autres qui ont juste accepté de se laisser transpercer par leur devoir et il y en a parmi eux qui le vivent comme une blessure permanente et ceux-là doivent être respectés et honorés comme des pères - bien entendu, les autres peuvent crever.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MissSherlock   08 novembre 2012
Le feu au royaume de Sébastien Doubinsky
Le front posé contre le hublot je me suis demandé pourquoi les fils choisissent si souvent de devenir comme leur père. De suivre le mauvais exemple.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Le feu au royaume

Quel est le surnom de André Thiriet, le personnage central du roman ?

Les guêtres
Dédé la Classe
Scarface
Le Parrain

7 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Le feu au royaume de Sébastien DoubinskyCréer un quiz sur cet auteur