AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.88/5 (sur 33 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Gonesse , le 05/03/1962
Biographie :

Simon Abkarian est un acteur français de théâtre et de cinéma, d'origine arménienne, né le 5 mars 1962 à Gonesse, Val-d'Oise (France).
Après une enfance au Liban, il revient à Paris puis part à Los Angeles où il intègre une compagnie théâtrale arménienne sous la direction de Gérald Papazian. De retour en France en 1985, il entre comme acteur au Théâtre du Soleil d'Ariane Mnouchkine. Au cinéma, il décroche ses premiers rôles auprès de Cédric Klapisch et travaille dès lors avec de nombreux réalisateurs- en particulier Robert Guédiguian qui lui donne le rôle de Manouchian dans l'Affiche Rouge. En 1998, il fonde la compagnie Tera. Le Syndicat de la critique a attribué à sa pièce Pénélope, ô Pénélope (Actes Sud-Papiers, 2009) le Grand Prix de la meilleure création française 2008. Il poursuit ce travail en écrivant en 2014 Le dernier jour du jeûne, deuxième volet d'un cycle qui doit devenir une trilogie, la saga d'une famille emblématique de tous les Sud, aux prises avec le destin, le secret, la vengeance. Curieusement, cette deuxième pièce se situe une vingtaine d'année avant la première (Elias est encore un jeune garçon de 13 ans qui rêve d'épouser Dinah sa petite voisine...)

+ Voir plus
Source : salon livre Paris
Ajouter des informations
Bibliographie de Simon Abkarian   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
JOCELYN LAGARRIGUE – LA NUIT RECOMPOSÉE Lecture par l'auteur & Victoria Quesnel, accompagnés par Igor Quezada à la guitare Combien d'hommes dans un homme ? Antoine est comédien. Sa vie, il la brûle avec les femmes, sur les planches, dans la haute mer des grands textes. Seule l'intensité l'intéresse. Jusqu'au jour de trop où, plongé dans le coma, une vague noire menace de l'engloutir. Renaître est un risque, Antoine le sait. Lentement, son existence reprend, mais sur une ligne de crête aussi fragile que périlleuse. À quoi s'expose-t-il dans le jeu de l'amour et du hasard, à quoi s'expose-t-il s'il ne joue pas, s'il ne joue plus ? Porté par une écriture bouillonnante, d'une liberté rare, La Nuit recomposée nous plonge dans la vie d'un homme de théâtre, à la fois roi et clochard. Jocelyn Lagarrigue est comédien. Formé au théâtre du Soleil avec Ariane Mnouchkine, il travaille aujourd'hui avec de nombreux metteurs en scène, dont Wajdi Mouawad, Mélanie Laurent ou encore Simon Abkarian. À lire – Jocelyn Lagarrigue, La Nuit recomposée, Quidam éditeur, 2022.
+ Lire la suite

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
ZELA. Tu te souviens, quand, petites, nous faisions de la balançoire?
ASTRIG. Oui.
ZELA. On disait que ça nous faisait des papillons dans le ventre et de la rosée dans la culotte.
ASTRIG. Ça nous faisait jouir.
ZELA. Eh bien, quand il est entré, ça m'a fait pareil. Mon cœur s'est emballé, je me suis mise à mouiller.
ASTRIG. Ça, ça ne trompe pas. C'est bien lui.
ZELA. Qu'est ce qui ne trompe pas? Mon cœur ou mon ventre?
ASTRIG. Les deux, ma Zéla. L'un sans l'autre c'est du temps perdu.
Commenter  J’apprécie          120
Simon Abkarian
ZELA. Tu te souviens, quand, petites, nous faisions de la balançoire?
ASTRIG. Oui.
ZELA. On disait que ça nous faisait des papillons dans le ventre et de la rosée dans la culotte.
ASTRIG. Ça nous faisait jouir.
ZELA. Eh bien, quand il est entré, ça m'a fait pareil. Mon cœur s'est emballé, je me suis mise à mouiller.
ASTRIG. Ça, ça ne trompe pas. C'est bien lui.
ZELA. Qu'est ce qui ne trompe pas ? Mon cœur ou mon ventre?
ASTRIG. Les deux, ma Zéla. L'un sans l'autre c'est du temps perdu.
Commenter  J’apprécie          100
Qu'en disent les cormorans ? Volez, frères oiseaux, volez, la beauté n'attend pas, le monde est une fenêtre, j'y suspendrai l'envol ; de mes dix doigts, je ferai un bouquet de lumière et sculpterai vos ombres, puis dans la douceur d'une chambre noire, les révèlerai à vous-mêmes, les étendrai comme un linge qui attend la naissance d'une offrande... d'un regard.
Commenter  J’apprécie          40
Depuis que tu es partie notre lit est un tombeau qui se refuse à moi.
Tout réconfort m’est étranger.
Je comprends maintenant l’Exil que chantent les bardes venus de la
lointaine Ionie, je comprends l’amertume du pain et du vin quand
on est l’étranger.
Je comprends que je suis mort à la joie.
Le vent et moi, nous errons dans le palais que tu as déserté.
Les statues aux belles formes se sont figées.
Les miroirs se sont éteints.
Les chansons se sont tues.
Aphrodite tout entière s’est enfuie.
Derrière les voiles qui flottent devant les fenêtres, je revois l’aube
de ta fuite.
Dans ton sillage, mes yeux se sont repus de sel.
Les portes et les fenêtres crient : “Hélène ! Hélène !”
Commenter  J’apprécie          30
NOURITSA. Lire les rêves est un don. Ça ne s'apprend ni ne s'enseigne dans les livres.Le rêve, c'est la lecture d'avant l'écriture. C'est le jardin d'avant où l'homme ne se distingue pas encore de la bête et là, il n'y a ni rituel ni raison ni bibliothèque. Il y a l’innocence. Il y a l'interprétation d'empreintes laissées sur le chemin du temps. Et c'est cette lecture qui met en lumière le monde des choses cachées.Non pas celle des livres écrits par des savants incultes qui occultent les énigmes de l'âme, en enferment le mystère de l'être entre les nombrils du père et de la mère.
SANDRA. Donc pour toi, l'ego n'existe pas??
NOURITSA. L'ego n'est rien puisqu'on peut le tuer.
SANDRA. Avec quoi? Avec un couteau aveugle?
NOURITSA. Le territoire du rêveur est beaucoup plus vaste, sa terreur beaucoup plus complexe.
Commenter  J’apprécie          20
ZELA. Ô Aphrodite des eaux, faites que je le voie! C'est mon sang et mon corps que je viens t'offrir. Ô déesse de la mer et des rivages, maîtresse des îles et des fleuves, des marées et des tempêtes. Ô dame des eaux, je t'en supplie, montre-moi celui que j'attends. Qu'il vienne enfin! Mes louves et moi n'en pouvons plus d'avoir chaud sans lui. Ô mon inconnu, viens accoster dans ce golfe de chair. Ma meute et moi, nous serons ta clairière, le cirque qui t'enserre, le théâtre dédié à toi. Parle, fais danser en nous le verbe originel : c'est pour cela que nous avons couru. Nos oreilles pleines de toi, nous te les offrons. Viens faire ton entrée, ne nous laisse pas sans toi. Viens danser sur nos ventres tendus.
Commenter  J’apprécie          20
ASTRIG. Je ne parle pas de toi, là, je parle de moi! Je veux vivre, je veux guérir!
NOURITSA. Je veux, je veux, je veux. Ta tante aussi elle a voulu: regarde ce qu'il en reste. Elle parle sept langues, a été la première femme avocate du quartier, tous les livres que tu vois: elle les a lus. Tous ça pour quoi?
SANDRA. Pour saluer le soleil.
NOURITSA. Magnifique! Crois-moi ma fille, contente-toi de savoir lire un peu, de quoi écrire ton nom, de compter...Le savoir n'est enfermé dans aucun livre mais dans l'expérience vécue par chacun. A quoi bon les livres?
SANDRA. A isoler les murs, à démarrer un feu, à faire des pliages, à se torcher.
Commenter  J’apprécie          21
Si je suis fou, dis-moi que je le suis, mais ne me laisse plus errer
entre l’amour et la mort.
Et d’ailleurs, que ferait-elle d’un déjà mort, la mort ?
Si je ne tremble ni ne supplie, quel serait son plaisir ?
Commenter  J’apprécie          30
- La patience d'Electre, je l'ai fait durer comme l'esclave sa ration.
- L'arme suprême du stratège, c'est sa patience.
- La haine n'a plus une seconde à se mettre sous la dent.
- Electre, il faut prier et partir. Le Soleil, vêtu de sa cuirasse de feu, marche sur la Lune et son armée d'étoiles, Bientôt nous serons à découvert à la merci de nos ennemis. Vite !
Commenter  J’apprécie          20
Puissent-ils tes flancs prompts à la saillie s’assécher à jamais !
Puisse ton mariage avec Pâris devenir ton enterrement !
Ta mère Léda, puisse-t-elle se noyer sous un océan de crachats !
Puisse-t-il l’opprobre ne jamais quitter son front !
Puisse-t-il ton père Tyndare se ronger de honte jusqu’au bout de
son être !
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Auteurs proches de Simon Abkarian
Lecteurs de Simon Abkarian (45)Voir plus

Quiz Voir plus

Une étude en rouge

En quelle année a été publié Une étude en rouge ?

1886
1887
1888

10 questions
125 lecteurs ont répondu
Thème : Sherlock Holmes : Une étude en rouge (Ecrit dans le sang) de Sir Arthur Conan DoyleCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..