AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.46 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1968
Biographie :

Xavier Crettiez est professeur agrégé de science politique à Sciences Po Saint-Germain en Laye.

Il est professeur de sciences politiques à l’Université de Versailles Saint-Quentin.

Il est également directeur du master recherche sur la conflictualité et dirige le laboratoire Carpo (Centre d'Analyse et de Régulation du Politique).

Il enseigne aussi à l'Institut d’Études Politiques de Paris.

Membre du Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP, 8183 CNRS-ministère de la Justice), il est l’auteur de nombreux travaux sur la sociologie des des nationalismes radicaux et des violences politiques.

Avec Pierre Piazza, il a co-organisé une exposition présentée en France, en Espagne et au Portugal sur l’iconographie nationaliste contestataire dont le catalogue a été publié sous l’intitulé "Murs rebelles" (Karthala, 2014).

+ Voir plus
Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Xavier Crettiez   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Xavier Crettiez, professeur de science politique, est l’invité de Cuntrastu


Citations et extraits (8) Ajouter une citation
julspirit   01 septembre 2021
Les formes de la violence de Xavier Crettiez
La médiatisation de la violence engendre inévitablement le sentiment commun d'une insécurité généralisée dont il a été montré qu'il s'exprimait très fortement là où précisément la violence n'était pas dominante. C'est donc bien l'univers des représentations qui est influencé par les médias, favorisant une sursensibilité à des phénomènes de violence dont la réalité échappe au plus grand nombre.
Commenter  J’apprécie          130
julspirit   28 août 2021
Les formes de la violence de Xavier Crettiez
Le thème paraît gigantesque, précisément parce que définir la violence comme un ensemble de faits semblables et aisément identifiables est presque impossible. (...)

Il y a bien sûr la multiplicité des formes de la violence (...). Il y a ensuite la difficulté à mesurer la violence dont on parle. Celle-ci est toute relative, au risque de choquer, et est très différemment perçue selon les époques, les milieux sociaux, les univers culturels.

(...) La violence doit être nommée pour être, elle n'existe pas en tant que telle mais est le fruit à la fois d'un contexte et d'une lutte de pouvoir. (...) Elle est, comme tout phénomène social, le résultat d'une lutte de définition entre acteurs poursuivant des intérêts divergents et des ressources dissemblables ; lutte d'autant plus terrible que le concept est accusatoire et moralement condamnable, dans un monde pacifié où le violent a presque toujours tort. L'État démocratique est ainsi rarement "violent", préférant mettre en avant sa "force légitime", alors que ses opposants manifestants sont plus facilement qualifiés comme tels. N'a pas le pouvoir de nommer qui veut!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
julspirit   31 août 2021
Les formes de la violence de Xavier Crettiez
Si l'argument le plus répandu justifiant l'usage de la torture est celui de la "quête du renseignement" (torturer pour obtenir l'aveu et éviter le bain de sang d'un poseur de bombe), la réalité de la torture est bien différente. Comme le relève l'historienne Raphaëlle Branche, "le but de la torture n'est pas de faire parler mais de faire taire". Torturer en masse, (...) c'est produire des corps suppliciés censés impressionner, effrayer tous ceux qui souhaiteraient remettre en cause l'ordre établi (...). La torture fabrique des peurs collectives et dépasse ainsi l'abus du corps individuel pour toucher la population dans son entier, la communauté au complet, cible potentielle d'une douleur mise en scène. La torture est bien l'arme du prince, imposant sur les corps la marque de son pouvoir (voir Foucault, Surveiller et Punir).
Commenter  J’apprécie          80
julspirit   30 août 2021
Les formes de la violence de Xavier Crettiez
L'acteur le plus ontologiquement violent reste l'État, fondé par la violence et maintenant son autorité sur une violence rarement exprimée mais toujours sous-jacente. (...) L'histoire même de la formation de l'État est celle d'une lente mais continue entreprise de dessaisissement du droit des seigneurs à la violence au profit d'une autorité centrale. (...) Cette "victoire du monopole royal" (Elias) repose sur une accumulation des moyens de domination grâce à l'alliance entre le fisc et les armées. La violence du seigneur central lui permet de s'enrichir en imposant à tous ses sujets la ponction fiscale qui en retour lui assure des revenus pour moderniser son armée et sa maréchaussée. Progressivement (en France à partir de la fin du XVe siècle), le monopole royal est tel que les rivaux concurrents dans l'usage de la violence trouvent plus sage de s'en dessaisir en échange d'un protectorat efficace (...). (...) L'État s'impose et impose également un sentiment de sûreté qui modifie profondément les économies psychiques de ses protégés (baisse du sentiment de peur, repli des valeurs de courage et d'honneur, développement d'un savoir-faire diplomatique, refoulement des pulsions immédiates au profit d'une habitude d'anticipation, etc.).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
julspirit   29 août 2021
Les formes de la violence de Xavier Crettiez
Les raisons de la violence ressortent rarement d'une explication monocausale, quels que soient les types de violence. Si les déterminismes collectifs "lourds" [marginalité politique, frustration économique, déterminismes socio-culturels] sont importants, l'entrée dans la violence est aussi le résultat d'une décision individuelle qui, si elle ne saurait relever de la pure conscience, répond à des attentes personnelles. Celles-ci peuvent être de trois ordres : la quête du profit qui veut que la violence paye ; la recherche du plaisir que l'acte brutal et souvent illicite peut engendrer ; la rehausse de l'estime de soi induite par l'acte de violence qui peut parfois s'apparenter à un acte de fierté.
Commenter  J’apprécie          20
Apoapo   18 mars 2019
Soldats de Dieu - Paroles de Djihadistes Incarceres de Xavier Crettiez
« Bien sûr, cette prise en compte des discours n'est pas suffisante pour saisir les logiques de l'engagement radical. Les idées et les ressentis sont le carburant de l'action, mais manque la machinerie qui passe par des rencontres fondamentales, des lieux de socialisation à la violence, des expériences de vie à l'étranger sur des zones de conflit, la confrontation avec certaines injustices ou violences qui font naître la colère ou la rancœur, le soutien de réseaux réels et virtuels qui donnent vie aux engagements. C'est aussi l'itinéraire biographique singulier de chaque acteur qu'il convient de retracer avec soin pour saisir les étapes clés d'une radicalisation rarement soudaine, toujours progressive et chahutée. » (p. 10)
Commenter  J’apprécie          10
Apoapo   18 mars 2019
Soldats de Dieu - Paroles de Djihadistes Incarceres de Xavier Crettiez
« [propos de Michel] "J'aime bien utiliser le mot convertir, parce que je vois vraiment ça comme une guerre de religion, parce que c'est vraiment les valeurs de la république, les valeurs occidentales, laïcité, démocratie et droits de l'homme, etc., bien que dans les droits de l'homme il y a des choses islamiques... Voilà : laïcité, démocratie, nationalisme, et après toute la culture occidentale comme la mixité et la liberté de la femme... tout ça, c'est la religion de l'Occident..." » (p. 136)
Commenter  J’apprécie          10
lehibook   02 juin 2020
La France rebelle. Tous les foyers, mouvements et acteurs de la contestation de Xavier Crettiez
Si la figure du rebelle inspire autant culture savante et populaire , c'est d'abord parce qu'elle pose , en négatif l’énigme de l'obéissance ou de la "servitude volontaire" au pouvoir qui est , pourrait-on dire,éternelle ,mais taraude particulièrement nos sociétés depuis le XVIIIème siècle.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quiz Naruto

Qui a tué Orochimaru ?

Naruto
Sasuke
Kabuto

15 questions
6 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur