AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782815925549
176 pages
Éditeur : L'Aube (07/09/2017)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Cet ouvrage présente les cadres cognitifs (idéologies, doctrines, visions du monde, valeurs) développés par les acteurs islamistes djihadistes qui opèrent en France au nom d'Al Quaida ou de l'Etat islamique. Alors que beaucoup a été dit sur les trajectoires de ces militants islamistes, sur leurs fêlures ou leurs réseaux, on sait finalement peu de choses des discours qui les animent.
Sans aucune complaisance mais en prenant au sérieux des propos et des référen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Apoapo
  18 mars 2019
Cet ouvrage est issu de longs entretiens réalisés par deux chercheurs universitaires dans des prisons françaises avec treize détenus (sur cinquante demandes d'autorisation envoyées) incarcérés pour des délits de terrorisme islamiste.
Son but est de recueillir leur parole, « leurs orientations intellectuelles, leurs visions du monde, leur "référentiels cognitifs" […] impliquant leurs référents doctrinaux, idéologiques mais aussi l'appréhension de leur environnement d'un point de vue moral ou éthique » (p. 7). Il ne répond donc aucunement à la question de connaître les motifs du basculement de ces individus dans l'engagement terroriste ou dans la lutte armée – qu'ils nient tous, mais peut-être pour de simples raisons d'opportunisme par rapport à leur peine. Ces motifs auraient été élucidés par les profils biographiques des interviewés, de l'aveu des auteurs eux-mêmes (cf. cit. ci-dessous), mais ces récits sont malheureusement – et inexplicablement – absents.
Pour brouiller ou déconstruire encore les attentes, l'introduction du livre rappelle de façon succincte qu'il existe en France quatre grandes thèses académiques qui s'affrontent et s'opposent dans leur tentative de tracer le portrait intellectuel-politique-comportemental-psychologique des djihadistes, lesquelles, mises à l'épreuve de l'empirisme, s'avèrent à la fois toutes partiellement vérifiées mais chacune insuffisante :
- la thèse de Gilles Kepel, sur la causalité entre lecture salafiste des textes coraniques et finalités politiques déstabilisatrices pour l'ordre occidental par des stratégies violentes ;
- la thèse inverse d'Olivier Roy, sur l'engagement armé de nature générationnelle, déconnecté de la culture religieuse mais semblable à celui des mouvements d'ultragauche des années 70 ou des formations éthno-nationalistes combattantes ;
- celle de François Burgat, sur l'actualisation d'un combat tiers-mondiste et anti-impérialiste de dérivation coloniale ;
- enfin celle psychanalytique par le psychiatre Fethi Benslama qui parle de « la montée du tourment de "n'être pas assez musulman" » chez les héritiers de l'immigration, qui n'explique cependant pas le phénomène des djihadistes néo-convertis.
Il va sans dire que cette recherche nie aussi la vulgate médiatico-populiste qui voit dans les djihadistes des fous, drogués, incultes, adonnés à la micro-criminalité et aux jeux vidéos guerriers – le cumul magnifié des stigmates racistes attribués aux jeunes habitants des quartiers populaires. Dans ces pages, on lit parfois des propos contradictoires et peut-être incultes, mais quelquefois aussi des citations et réflexions empruntées à Hannah Arendt, à Michel Foucault, à Rousseau... et invariablement une valorisation presque exacerbée de la rationalité, du débat, de la confrontation d'idées et de doctrines religieuses et politiques.
Les auteurs ont orienté leurs questions ou regroupé les réponses autour de 19 thèmes, qui font pour chacun l'objet d'un court chapitre, introduit d'abord par une synthèse, corroboré ensuite par de courtes cit. commentées. Les thèmes sont les suivants : « 1. L'islam », « 2. La science », « 3. Dieu », « 4. le rite », « 5. le salafisme », « 6. L'engagement politique », « 7. Terrorisme et djihad », « 8. La France », « 9. La démocratie », « 10. Discriminations », « 11. Les chocs moraux », « 12. La communauté magnifiée », « 13. La géopolitique », « 14. L'ennemi », « 15. Al-Qaida et Daech », « 16. le complot », « 17. Virilisme et sexualité », « 18. Laïcité et sécularisme », « 19. Art, littérature et cinéma ».
Personnellement, parmi les plusieurs surprises, je retiendrai la découverte que l'ennemi paroxyste pour l'ensemble de ces guerriers, ce n'est pas l'Occident, pas même Israël ni les Juifs, et encore moins la France, mais c'est l'Iran, le chiisme, les régimes politiques arabes corrompus et occidentalisés, dont l'Arabie Saoudite. Je constate donc que si leur acculturation religieuse, dont je ne saurais juger, peut être douteuse ou incomplète, leur politisation, leur adaptation au cadre géopolitique en présence, s'avère donc parfaite... au sens de : parfaitement adaptée aux enjeux et aux ambitions de leurs inspirateurs, qui se nomment Oussama Ben Laden et Abou Bakr al-Baghdadi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ROUMANOFFBE
  03 décembre 2020
Je n'ai pas vraiment adhéré au processus de parole libérée des jihadistes incarcérés.
En réalité, les auteurs partent d'une question, une idée et demandent le point de vue de l'un ou l'autre incarcéré, sans que le lecteur puisse participer au dialogue ou à l'entièreté des débats, ce sont des passages tirés d'échanges que les auteurs ont décidé de prendre pour répondre à la question du chapitre. Il ne s'agit pas d'un texte ou d'un récit de l'histoire des incarcérés. Et souvent, vu la réponse et son contenu, je me suis demandé comment comprendre la réponse? comment l'interpréter? Est-ce que les auteurs ont vraiment compris ce que les incarcérés voulaient dire?
De plus, ce que les réponses révèlent en définitive, c'est que ces jihadistes sont tout le temps dans le rejet de l'autre, parce que l'autre a tort, l'autre est mauvais, l'autre ne connaît pas la religion, l'autre ne suit pas les préceptes, ... c'est toujours l'autre qui est remis en question avec le préalable qu'évidemment eux sont la voie ou la voix de la raison, eux savent, eux connaissent, eux maîtrisent, ce sont les sunnites qui sont les meilleurs, pas les chiites évidemment... comme s'ils étaient de grands humanistes.
Vous l'aurez compris quand une religion est utilisée pour détester l'autre et sert de prétexte au déchaînement de violences et de barbarie, on en arrive à l'horreur de la Syrie et de l'Irak.... ce qui n'excuse en rien, le comportement d'Assad bien sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ouvertures
  11 novembre 2017
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ApoapoApoapo   18 mars 2019
« Bien sûr, cette prise en compte des discours n'est pas suffisante pour saisir les logiques de l'engagement radical. Les idées et les ressentis sont le carburant de l'action, mais manque la machinerie qui passe par des rencontres fondamentales, des lieux de socialisation à la violence, des expériences de vie à l'étranger sur des zones de conflit, la confrontation avec certaines injustices ou violences qui font naître la colère ou la rancœur, le soutien de réseaux réels et virtuels qui donnent vie aux engagements. C'est aussi l'itinéraire biographique singulier de chaque acteur qu'il convient de retracer avec soin pour saisir les étapes clés d'une radicalisation rarement soudaine, toujours progressive et chahutée. » (p. 10)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ApoapoApoapo   18 mars 2019
« [propos de Michel] "J'aime bien utiliser le mot convertir, parce que je vois vraiment ça comme une guerre de religion, parce que c'est vraiment les valeurs de la république, les valeurs occidentales, laïcité, démocratie et droits de l'homme, etc., bien que dans les droits de l'homme il y a des choses islamiques... Voilà : laïcité, démocratie, nationalisme, et après toute la culture occidentale comme la mixité et la liberté de la femme... tout ça, c'est la religion de l'Occident..." » (p. 136)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Xavier Crettiez (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Xavier Crettiez
Xavier Crettiez, professeur de science politique, est l’invité de Cuntrastu
autres livres classés : djihadismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox