AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions du Jasmin


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Sirrah
  11 mai 2020
Alexandre cherche la lune de Corine Pourtau
Le livre commence par "Papa est dans la Lune", phrase qui engendrera toute l'histoire.

De cette phrase découlera l'intrigue... Mais où est la Lune?

On suit Alexandre et sa soeur dans cette quête adorable, remarquablement illustrée.

Une très belle découverte!
Commenter  J’apprécie          00
fmaures
  10 avril 2020
Chronique de deux immigrés de Jaffar Lamrini
Un récit fondateur, témoignage passionnant et riche en émotions.

Un texte à la fois simple et authentique, qui nous donne les clés pour mieux saisir les contours socioculturels inhérents au milieu paysan marocain et le choc des cultures que peut générer une immigration vers l’Europe.

Une belle ode à la femme, également, celle d’une mère de famille nombreuse qui, par sa force de caractère, sa détermination et son esprit de combat, affronte les vicissitudes de l’existence pour les surmonter avec courage et abnégation et devenir véritablement maîtresse de son destin et de celui de ses enfants.

L’écriture de Jaffar Lamrini est fluide et précise. On est portés par son style vif qui nous tient en alerte d’un bout à l’autre du roman et contribue à accentuer encore le côté palpitant de cette histoire qui l’est déjà en soi. Une belle découverte !

Commenter  J’apprécie          20
Leraut
  08 avril 2020
Deux soeurs - Deux frères de Bertrand Runtz
« Deux frères » est un récit aride dont la beauté est cachée mais bien présente. Un grand de douze ans, un plus petit vivent seuls avec un père dur, mais juste. Qui pense l'éducation en apôtre rédempteur. Qui, de sa force altière brise les heures de travail, le spartiate, le pauvre. Abat la somme de cette sécheresse d'un pays où la femme, la mère est partie, disparue. C'est le mot. Ces jeunes enfants affrontent la nuit, ses angoisses. Poulbots d'un soleil triste en grimpant sur le mur où sur le sol des scorpions cherchent à les piquer la nuit à l'insu du père endormi le corps lourd de fatigue. Le plus petit ne peut grimper. Pleure et gémit, le grand s'en amuse et tout cela l'indiffère. Comme si ce tout petit était un exutoire. Une façon de contrer cet abîme où la mère est néant. Défis d'une jeunesse, une mère parabolique noyée dans les vides d'une enfance. Le jeune narrateur va résister. Les violences déferlantes, gagnantes auront raison de cet adolescent pourtant si fragile. Miroir symbolique, il quittera la douceur, la quiétude des regards perlés de son petit frère, l'anéantira paraboliquement et s'élèvera dans l'âpre d'un père. Armures d'indifférences affirmée pour son petit frère qui lâchera la main, terreau familial, de son protecteur d'Antan. Ce récit court, intense, superbement écrit par Bertrand Runtz est bleu nuit. C'est le dessein d'une famille où la résilience n'a pu advenir. »

« Deux soeurs » Déchirures, verres brisés au fronton d'une chambre où grandissent deux soeurs. Violences enfantines cruelles et méprisantes. Une grande soeur broie sa cadette, un soir lorsque les parents légers, insouciants vont à une fête. Ces derniers les laissent seules sans Baby-Sitter, pour une fois, gage de confiance. La plus grande alors annonce à ce petit bout de 9 ans un secret familial lourd comme du plomb. Cette petite soeur serait « Une bâtarde » et rejette cette petite étoile en actant une haine viscérale pour cette petite fille. Sous des faux airs d'ange, cachant son jeu de méchanceté à ses parents. Elle va détruire sa soeur à petits feux. En lames de fond de paroles acides et assassines. Ce récit tremble en main. Il est criant de vérité. Il sonne le glas d'une enfance déchirée. Fleuve gorgé de désespoir. Il est écrit d'une main de maître. le style est si calme, qu'on assiste la trame, soudé à l'auteur. En cherchant des réponses pour cette petite écorchée vive, petit oisillon tombé du nid. Ce récit est avec « Deux frères » les deux morceaux d'un vase assemblés. Même si des kilomètres paraboliques les séparent. Ces deux fictions ont ce commun de briser l'inaltérable en jouant franc-jeu. La parole de Bertrand Runtz ici, est sociologique, psychologique. Elle pointe du doigt là où ça fait mal. Mais ne juge pas. Jamais. La fiction s'échappe à grands pas. Publié par Les majeures Editions du Jasmin.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20