AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

La Delirante


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Sabrina1988
  04 octobre 2020
Printemps de Yosa Buson
Il y a les 4 saisons de Vivaldi et il y a les 4 saisons de Buson Yosa.



L'un des 4 maîtres classiques du haïku (les autres étant Bashō, Issa et Shiki) signe le premier de ses 4 recueils édités chez La Délirante, de 40 pages.



Chiffre 4 omniprésent, pourtant chiffre superstitieux car signe de mauvais présage en japonais (le numéro 4 prononcé "shi" signifie "mort" (source : https://japanoob.fr/superstitions-japonaises/)).



Ce recueil est pourtant loin d'être sombre :

Buson Yosa fait des descriptions sur le thème du printemps : sa faune et sa flore (rossignols, cerisiers, saules, hirondelles, grenouilles, papillons, camélias, pruniers...), de musique (luth), de la météo (pluie, brume, soleil...).

Il arrive à nous faire ressentir les émotions de ses mots.
Commenter  J’apprécie          61
oiseaulire
  08 février 2020
Vingt poèmes de Georg Trakl de Georg Trakl


L'univers de TRAKL est marqué par la perte de Dieu : il se disait chrétien et athée, non par choix, mais par l'évidence d'un monde déserté. Son amour incestueux envers sa soeur Margarete le fit vivre dans une culpabilité profonde. Ayant fait des études de pharmacie, il passa sa vie dans une instabillité professionnelle constante, entre alcoolisme et toxicomanie. Il succomba d'ailleurs d'une overdose à 27 ans : certains avancèrent l'hypothèse du suicide qui semble peu probable du fait qu'il se réjouissait d'une rencontre programmée avec le philosophe Ludwig Wittgenstein.

Il fut influencé par Nietzsche et par les poètes français Baudelaire, Rimbaud et Verlaine.

Il vécut sa poésie comme une religion marquée par le sang, la souffrance et la mort, les villes froides, la nature saisie, la pourriture, ainsi que par la figure de la soeur, qui est son double féminin.

Dans cet univers sombre, il élabore une symbolique des couleurs, le blanc signifiant la mort, le bleu la vie, le doré et l'argent la clarté émergeant de l'obscurité, le noir, le jaune et le marron.

°°°°°°°°°

Les poèmes de Georg TRAKL, sonores et tragiques, résonnent longtemps. Il faut les lire à haute voix. La traduction d'Eugène GUILLEVIC est merveilleuse, mais dans la collection bilingue Garnier-Flammarion, les mêmes poèmes traduits par Jacques LEGRAND sont magnifiques aussi. Les couleurs, la nature, le coeur de l'homme, la mélancolie sont évoqués dans un langage simple et musical. Et ce qu'on ne comprend pas, on le ressent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
mh17
  18 octobre 2019
Cent-cinq Haïkaï de Matsuo Bashô
Cette très courte sélection est pleine d'harmonie et de sérénité. Sa lecture fait du bien.

La mise en page est aérée, la traduction très réussie mais il manque le texte japonais. C'est pourquoi je préfère "Cent onze haïku" chez Verdier.
Commenter  J’apprécie          80