AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Voy`el


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Tsukibou
  12 mai 2019
Le garçon du port de Anouchka Labonne
Merci aux éditions Voy'el pour cette lecture.



William Kingsbury est un jeune aristocrate qui vient de perdre son père. Pour éponger les dettes de ce dernier, il doit choisir entre vendre son titre ou sa propriété du Kent. Il décide de vendre cette dernière pour aller vivre dans un appartement londonien hérité de sa mère. Alors qu'il espère se rapprocher des écrivains et artistes de la capitale, il découvre un tout autre aspect de la vie londonienne faite de mondanité, de rencontres et de découvertes amoureuses réprouvées par la société anglaise. C'est au côté d'Edgar, héritier d'un homme d'affaires et nouveau bourgeois, que le jeune lord découvre ses premiers émois et son attrait pour les hommes. Si tout se passe bien au début, Edgard révèle rapidement sa véritable nature de dominant jaloux, qui aime manipuler et régenter son entourage. Loin de ce que William espérait de la capitale, il aspire à se tourner vers le côté plus « populaire » de la ville . Il se retire donc peu à peu des obligations mondaines pour flâner dans les rues et trouver l'inspiration pour ses écrits.



Le caractère de William est touchant. même s'il est né lord, son père lui a inculqué des valeurs, le respect d'autrui, quel que soit son milieu social. J'ai aimé le « développement » de sa façon de voir. S'il est happé par la vie mondaine au début, il se rend rapidement compte que tout cela n'est que manipulation et faux-semblant. Sa découverte du Londres populaire est agréable, sa rencontre avec Ingham va tout changer, il va apercevoir une autre facette de la vie secrète des homosexuels de la capitale. Ses pérégrinations, ses rencontres, ses découvertes que nous suivons avec curiosité le mèneront à faire des choix, pas toujours judicieux, mais qui le pousseront à une dernière décision qui changera tout.



J'ai apprécié le contexte historique, l'auteur nous fait passer d'une caste à une autre avec aisance, sans jugement de valeur. L'écriture est fluide, le rythme est détendu, les rebondissements sont bien présents, surprenants et la fin est plutôt inattendue. L'écriture me semble juste pour décrire l'époque, mais n'étant pas une experte du XIX° ème siècle, je ne voudrais pas trop m'avancer sur ce point. Les notes de fin de roman sont très intéressantes, j'ai aimé que l'auteur les intègre, car cela nous permet de mieux saisir le contexte et l'impact du roman n'en est que plus fort.



J'ai aimé cette lecture, peut-être un peu courte. J'aurais apprécié en découvrir encore davantage. L'auteur a su m'amener là où elle le souhaitait. J'ai été surprise, agréablement ou non par les différents personnages et leurs choix. J'ai été touché par les descriptions, les émotions et la volonté profonde de William de vouloir se démarquer au milieu d'une caste aseptisée. Un joli moment de lecture que je vous recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MenInBooks
  11 mai 2019
Le garçon du port de Anouchka Labonne
Une belle histoire, courte mais assez complète, où les mœurs d'un royaume britannique du XIX ème nous sont exposées à travers les découvertes amoureuses de William orphelin et infortuné depuis peu.

N'ayant plus que son nom et une garçonnière (cossue tout de même la garçonnière ) en guise de biens, le jeune Lord Kingsbury déménage dans la capitale londonienne pour essayer d'y vivre son amour des arts littéraires. Très vite perdu dans les,mondanités c'est une première rencontre avec un héritier d'homme d'affaires qui lui révèle sa véritable nature et son attrait pour les hommes. Edgar se dévoile assez vite comme une espèce de Darcy arrogant et intolérant, fort de sa condition de dominant pour écraser les autres. Ce contraste avec les premiers émois séducteurs permet au jeune lord de voir sa propre personnalité s’épanouir et se démarquer du milieu dans lequel il évolue pour peu à peu partir à la découverte d'un Londres plus coloré.



L’écriture est vraiment plaisante, toute en harmonie avec l'époque ciblée, on se croirait presque dans un épisode mi-Wilde/mi- Austen tant l'ambiance et les mœurs y sont bien travaillées. On navigue entre haute sphère aristocratique, nouvelle bourgeoisie parvenue et bas fond populaire qui peine à survivre. L'auteur parvient avec douceur à mêler ces trois milieux, nous les présenter chacun sobrement mais efficacement et surtout à tisser des interactions sociales ou morales assez soutenues au vu du format. On sent qu'un travail de recherches a été fait, qu'il est habilement entremêlé dans le fil narratif et surtout que le thème de l'homosexualité est délicatement abordé en fonction de toutes ces "obligations" historiques. Il en découle une histoire fine et subtile, même si on est loin de l'épique et du passionnel, et surtout des personnages tout en logique et retenue correspondant parfaitement au contexte. Il est fort intéressant de voir deux mondes diamétralement opposés s’enchevêtrer dans la sueur et la chaleur des corps en terrain neutre, s'accepter uniquement quand le front commun de la différence les réunit.



Ici la romance est toute en suggestion, discrète et presque effacée au bénéfice de la gestion des rencontres et du danger qu'elles suggèrent. Cela peut être frustrant, comme je l'ai pensé en premier lieu, mais c'est finalement beaucoup plus criant de vérité de lire toutes ces émotions tues et contenues sous le joug de la morale et de la justice que de voir deux hommes s'envoyer en l'air sur la banquette arrière d'un fiacre.

Le sujet des classes sociales est aussi évoqué par cette histoire particulière entre un aristo et un docker et si on trouve tout de suite un charme suranné au jeune William, la différence de comportement et de langage entre lui et Ingham est une fois de plus assez marquante. Elle prend le risque de rendre l'un des deux hommes bien moins séducteurs et dans les codes hyper-formatés d’aujourd’hui j'ai trouvé que c’était une belle petite dose de courage de restituer ce personnage dans sa pauvreté et son manque d'apparat romanesque. Ce qui est un plus pour l'histoire et sa crédibilité est aussi malheureusement un petit moins constitué par ce léger manque de charge émotionnelle que la romance pure et dure apporte souvent.

Je pense que c'est face à ce genre d'histoire que l'on peut réaliser aussi que l'on a beaucoup de mal à se sortir des schémas surpuissants de la "passion fulgurante" et à s'ouvrir à des choses plus sobres et pourtant peut être plus réelles.



En tout cas c'est à coup sûr une romance séduisante, écrite avec beaucoup de talent et de maîtrise: les mots coulent de source, l'approche de la sexualité est caressée du velours rouge des bordels d'ambiance victorienne, la discrétion hypocrite se partage la place avec la réalité froide d'un monde en plein développement. Un roman au charme certain sur la dualité des hommes, de leurs désirs, de leurs secrets et de tout cet univers mondain et puissant qui illustre a la perfection l’expression des "secrets d'alcôves" et qui n'a pas été sans me rappeler la vie d'un certain Oscar Wilde. Yop.
Lien : http://meninbooks.eklablog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Symphonie42
  20 avril 2019
Entrechats de Duquenne Cécile
Même si ce livre n’est pas parfait (c’est un premier roman je crois), je l’ai quand même pas mal apprécié. Beaucoup aimé les sphinx, ainsi que l’aspect mythologique et l’ambiance. Sur la fin, il y a un petit côté Indiana Jones que j’ai bien aimé et qui convenait parfaitement au cadre. Juste un peu trop rapide et dense. Je pense que les jeunes lecteurs qui s’intéressent à l’Egypte ou à l’aventure devraient bien apprécier 🙂
Lien : https://limaginaerumdesympho..
Commenter  J’apprécie          00