AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Castelmore

Créé en 2010, Castelmore est au sein des éditions Bragelonne le label consacré à la littérature jeunesse, ado et jeunes adultes. Il propose des romans contemporains, historiques ou encore imaginaires pour toutes les envies de lecture.

Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Castelmore


Dernières critiques
Rhadamante
  19 octobre 2019
14 - 14 de Paul Beorn
Une histoire comprenant deux époques différentes: Adrien, jeune collégien en 2014 arrive à correspondre avec Hadrien, garçon de village de 1914. Avec un arrière-fond historique ( un peu trop léger à mon goût) nous suivons les pérégrinations des deux personnages principaux.
Commenter  J’apprécie          10
Marlene_lmedml
  19 octobre 2019
Grim Lovelies de Megan Shepherd
UN CONTE FANTASTIQUE DIVERTISSANT.

Je dois vous avouer que j’ai choisi de lire ce roman uniquement pour sa couverture. J’ai été attiré par la splendeur de celle-ci et le résumé a fini de me convaincre.



Ce premier opus pose les bases d’une saga en deux tomes qui ne manquera pas de captiver le lecteur. L’autrice a su se démarquer dans un univers qui m’est totalement inconnu.



Je n’ai pas pour habitude de lire ce genre d’histoire, ce fut donc une surprise de A à Z.



DES PERSONNAGES QUI COURENT CONTRE LA MONTRE…

Anouk est née animal mais elle a été transformée par la sorcière Mada Vittoria qui en a fait sa domestique. Si Anouk est plutôt satisfaite de sa vie, elle ne peut s’empêcher d’imaginer le monde extérieur et sa splendeur. Elle rêve d’un monde libre où elle pourrait faire ce qu’elle désire… Mais quand Mada meurt, ses amis et elle sont désignés comme les coupables, c’est alors le début d’une course contre la montre. Car nos héros ne sont des humains que grâce au sortilège de Mada Vittoria. Et celui-ci doit expirer dans trois jours…



Nos héros vont vite comprendre que le monde extérieur est loin d’être aussi joli et qu’ils vont devoir déjouer des pièges tout au long de leur fuite.



Les personnages de ce roman sont intéressants mais l’on ne rentre pas totalement dans leur psychologie. L’héroïne nous sert de narratrice et nous offre une vision très intense de l’histoire, j’ai particulièrement aimé le côté fantastique qui englobe Anouk et ses amis.



UN CONTE BIEN MENÉ ET CAPTIVANT.

Si le début est un peu lent à se mettre en place, rassurez-vous le rythme s’accélère rapidement et nous offre des rebondissements surprenants et intéressants.



J’ai aimé les thèmes abordés dans l’histoire, le récit est une belle fiction mais il transmet tout de même des messages qui peuvent influencer les lecteurs. L’autrice m’a surprise à certains moments même si l’histoire conserve un côté prévisible qui ne m’a pas spécialement gêné lors de ma lecture.



Tous les éléments sont présents pour rendre la lecture captivante, une immersion totale s’opère au fil des pages pour proposer une expérience de lecture des plus sympathique.



Je n’ai eu de cesse de me demander ce qu’il allait advenir de nos héros, l’autrice brouille souvent les pistes, met ses personnages en difficulté, on se retrouve face aux choix difficiles des personnages en se sentant sans cesse menacé. Ce fut assez exaltant par moment.



EN BREF :

L’autrice nous offre un récit rythmé qui met en scène des personnages atypiques qui n’auront de cesse de vouloir se sortir des griffes d’une société secrète magique. La plume de Megan Shepherd rend la lecture mystérieuse, elle mène ses lecteurs dans une intrigue où le danger est omniprésent, le scénario met un peu de temps à se mettre en place mais ce petit contretemps est contrebalancé par des rebondissements de taille. Un premier opus qui a su me séduire et me faire adhérer à l’univers magique de l’autrice.
Lien : http://www.lmedml.fr/2019/10..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MadameRatou
  18 octobre 2019
Fangirl de Rainbow Rowell
Cath Avery est une adolescente âgée de dix-huit ans au quotidien plutôt simple : moins elle voit de personnes mieux elle se porte, les contacts avec les autres ce n’est pas trop son truc, et elle écrit une fanfiction sur son œuvre préférée — Simon Snow — dont le huitième et dernier tome n’est pas encore paru. Elle a une sœur jumelle, Wren, avec qui elle est très proche voire fusionnelle ; leur mère Laura les a abandonnées voilà déjà bien des années parce qu’elle n’acceptait pas son rôle ; et elles ont été élevées par leur père, un homme adorable nommé Arthur. Voilà le tableau. Mais sa vie va prendre un virage à 180 qu’elle aurait préféré éviter quand, pour leur rentrée à l’université, Wren va lui annoncer qu’elle ne compte pas emménager avec elle. Le monde de notre héroïne s’écroule. Elle va devoir se faire violence, sortir de sa petite zone de confort et se débrouiller seule.. Malgré ses peurs elle va s’installer à Pound Hill, un dortoir mixte, et cohabiter avec Reagan, une jeune femme étrange et détachée, ainsi que Lévi, son petit ami (enfin, il ne vit pas avec elles mais il passe les voir tellement souvent que c’est tout comme). Débute alors pour Cath une scolarité bien différente de celles qu’elle a déjà connues, quand sa sœur était auprès d’elle. Va-t-elle s’en sortir, sans personne à ses côtés ?



Cath est un personnage auquel on peut facilement s’identifier. Dans mon cas, et comme beaucoup de bookworm, je me suis un peu vue en elle. C’est quelqu’un de timide et renfermé, c’est une angoissée de la vie qui panique rien qu’à l’idée de faire de nouvelles rencontres, c’est une personne qui n’a pas confiance en elle et qui ne sait pas à quoi va ressembler sa vie d’étudiante. Mais c’est aussi une adolescente en plein recherche d’elle-même qui passe son temps à s’effacer. Pas invisible, pas sur le devant de la scène non plus. Elle est gentille, attachante au possible, et quand elle aime, ne le fait pas à moitié. Wren, quant à elle, est loin d’avoir le même caractère. Elle veut son indépendance, ce qui peut se comprendre vu son âge, mais n’agit pas de la bonne manière. Elle enchaîne les petits copains, les soirées, les fêtes où l’alcool circule, et elle a déjà fait des malaises parce qu’elle buvait trop. Ce n’est qu’une gamine égoïste qui refuse de regarder les choses en face et de grandir. Elle s’éloigne de sa sœur qui a besoin de repères, elle ne prend pas de nouvelles de son père qui est seul et malade (plus précisément « psychologiquement instable » depuis le départ soudain de son ex-femme), elle ne va plus le voir, et elle est régulièrement injoignable. Ce n’est pas un personnage que j’ai détesté, en revanche, elle m’était antipathique. Reagan, en ce qui la concerne, est assez mystérieuse. Tantôt directe, tantôt froide, on ne sait pas grand-chose sur elle. Si de base elle ne faisait que croiser Cath puisqu’elles sont colocataires, elle va finalement l’épauler et devenir une véritable amie. Vient ensuite Lévi. Sa candeur et sa joie de vivre m’ont charmée dès le début. C’est un jeune homme de vingt-et-un ans qui passe son temps à sourire et à rendre service. Il est bon, aimable, généreux, bienveillant, beau, sincère. Parfait, quoi. Il a grimpé dans le classement de mes bookboyfriends favoris.



Dans cette histoire, l’autrice a décidé d’aborder divers sujets, tous plus importants les uns que les autres. Parmi eux il y a les relations amoureuses, les relations humaines, les relations familiales. Les rêves que l’on a, ceux qui se brisent. La maladie, l’alcool, les réseaux sociaux. La recherche de soi, la popularité sur le net. C’est aussi simple que puissant, aussi mignon que dur. C’est plein de choses à la fois. En fait, Fangirl, c’est le livre doudou par excellence. Une ambiance cocooning se ressent et clairement, c’est un roman que l’on doit dévorer en fin d’année, quand il pleut, sous un plaid tout doux avec un bon chocolat chaud (comment ça, j’exagère ?).



Parmi les points qui m’ont dérangée, et je sais que je ne vais pas me faire que des amis, j’ai envie de parler d’une chose que l’on voit absolument partout. Je sais pertinemment que c’est fait exprès, seulement, je trouve que les passages liés à Carry On — la fanfiction de Simon Snow écrite par Cath — étaient envahissants. Déjà que nous avons droit à un extrait entre chaque chapitre, il arrive même que l’on en retrouve des plus gros dans les parties qui concernaient l’héroïne. Parfois, j’ai eu la sensation que des choses bien plus graves (comme les soucis de santé du père, l’absence injustifiée de la mère, le fait que Wren se trimballe une bouteille d’alcool partout) étaient mis en retrait pour se focaliser sur Baz & co. C’est dommage. Aussi, la romance a mis du temps avant de s’installer (ce qui est normal si on prend en compte la personnalité ainsi que la façon d’être de Cath). C’était totalement compréhensible. En revanche, la fin du roman ne m’a pas convaincue.. je m’attendais à plus. Le couple n’avance pas et la relation stagne. Je pense que des pages supplémentaires auraient pu combler la sensation de manque que j’ai ressentie. Un deuxième tome aurait été de trop, c’est sûr, mais pour moi, Fangirl est une œuvre incomplète.
Lien : http://madameratou.com/fangi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00