AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.11/5 (sur 2665 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Margaret Rogerson est l'autrice de romans de fantasy pour jeunes adultes.

Ses romans, "Sorcery of Thorns" (2019), "An Enchantment of Ravens" (2017) et "Vespertine" (2021), ont fait parler d’eux dans le monde entier. Ses livres ont en effet été traduits dans près d’une quinzaine de langues et ont tous été des best-sellers immédiats du New York Times.

Margaret vit près de Cincinnati, dans l'Ohio

son site : http://www.margaretrogerson.com/
Twitter : https://twitter.com/MarRogerson
Instagram : https://www.instagram.com/margaret_rogerson/

Ajouter des informations
Bibliographie de Margaret Rogerson   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Coup de coeur de libraire ! Marion vous conseille Sorcery of Thorns de Margaret Rogerson aux éditions BIGBANG, "une lecture incroyable pour tous les lecteurs." #coupsdecoeurduDivan #MarionDivanPerché #SorceryofThorns #MargaretRogerson #editionsBIGBANG #booktok #YoungAdult #ebook #livrenumerique


Citations et extraits (400) Voir plus Ajouter une citation
Je crois... Je crois que j'étais déjà un peu mort, avant que vous n'arriviez. (Il tourna la tête pour la regarder.) C'est un honneur de me battre à votre côté, Elisabeth, pour le temps que cela durera. Vous m'avez rappelé ce que c'était que d'être en vie, et combien il est précieux d'avoir quelque chose à perdre.
Commenter  J’apprécie          360
- La connaissance peut toujours être dangereuse. C’est une arme plus puissante que n’importe quelle épée ou n’importe quel sortilège.
Commenter  J’apprécie          340
- Allons, insiste-t-il avec une pointe d'impatience. Je ne vais pas vous transformer en salamandre.
- Vous pourriez faire cela ? murmura-t-elle. Vraiment ?
- Bien entendu. (Un éclat malicieux s'alluma dans ses yeux.) Mais je ne transforme les jeunes filles en salamandre que les mardis. Fort heureusement pour vous, nous sommes mercredi, le jour où je bois un gobelet de sang d'orphelin pour mon dîner.
Commenter  J’apprécie          320
... un livre pouvait avoir le coeur brisé. Elle l'avait déjà vu par le passé : des grimoires qui refusaient de s'ouvrir, tombés dans le mutisme, ou dont l'encre s'effaçait ou coulait sur les pages comme des larmes.
Commenter  J’apprécie          260
Mais il existe toujours plus d’une façon de considérer le monde. Ceux qui prétendent le contraire veulent vous enfermer à jamais dans les ténèbres.
Commenter  J’apprécie          220
Parfois, quand on veut sauver les autres, on doit se souvenir de se sauver soi-même en premier lieu.
Commenter  J’apprécie          190
- Quel est l’intérêt de la vie si vous ne croyez en rien ? demanda-t-elle plutôt.
Commenter  J’apprécie          190
— Bonjour, petite terreur.
Elle rit, le corps tremblant de soulagement. Elle caressa en arrière les cheveux de Nathaniel pour les dégager de son front collant, submergée par une tendresse insoutenable.
— Moi aussi, je vous aime, lui murmura-t-elle.
Nathaniel détourna la tête et cligna plusieurs fois des paupières.
— Le ciel soit loué, dit-il enfin. Je ne crois pas qu’un amour déçu m’aurait convenu. J’aurais été forcé de me mettre à écrire de la poésie.
Elisabeth continua à lui caresser les cheveux.
— Cela ne me semble pas si terrible.
— Oh, je vous assure que pour le public, cela aurait été plus déplaisant encore que la nécromancie.
Elle rit de nouveau, envahie d’une joie légère et scintillante, pareille au soleil d’un matin printanier après la pluie, quand le monde vous paraissait neuf, pur et lumineux, transformé en une meilleure version de lui-même, d’une beauté à vous serrer le cœur. L’immensité de cette joie qui lui emplissait la poitrine pesa contre ses côtes. Elle essuya les larmes qui coulaient sur ses joues, consciente du regard de Silas sur eux.
— Scrivener, dit Nathaniel, je sais que je suis terriblement séduisant, là, couché sur le sol et couvert de sang. Il paraît que c’est le genre de choses qui a de l’attrait pour certaines jeunes filles ; ce que je trouve assez curieux, pour tout dire, mais si vous en faites partie, je ne vous jugerai pas. En revanche, s’il vous plaît, cessez de pleurer. Ce n’est qu’une égratignure. Je serai de nouveau en état de combattre le mal d’ici quelques instants, je vous l’assure.
Commenter  J’apprécie          160
L'espoir s'agitait en elle à la manière d'un moineau prisonnier d'une maison voletant au hasard en se cognant aux murs, épuisant ses forces dans son aspiration à rejoindre l'infini du ciel. Et la peur planait derrière lui comme une ombre.
Commenter  J’apprécie          170
Etait-ce cela, de perdre quelqu'un? Le chagrin ne disparaissait jamais vraiment. Il était simplement... recouvert par d'autres choses.
Commenter  J’apprécie          160

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Margaret Rogerson Voir plus

¤¤

{* *} .._..