AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Panini France

Panini est une maison d`édition italienne, créée en 1961 par Giuseppe et Benito Panini, marchands de journaux à Modène. Elle est connue pour l`édition d`albums d`images autocollantes et de bandes dessinées, avec ses collections Panini Comics et Marvel France. Ses principales publications sont regroupées sous les collections "Panini Comics", "Panini Mangas", "Panini Books" et "Panini Kids".

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Panini France



Dernières parutions chez Panini France


Dernières critiques
mikaelunvoas
  20 mai 2019
Providence, tome 1 de Alan Moore
J'ai rapidement ressenti le style de Lovecraft. Ces personnages aux visages de batraciens, cette atmosphère inquiétante. La bande dessinée respecte le style de l'auteur et le lecteur se trouve rapidement pris dans cette atmosphère étrange, chaque lieu visité cache , le froid entretenu, les caves, les pièces fermées, interdites d'accès. Coté dessin, j'ai juste du mal avec le numérique, je préfère le style choisi de Gou Tanabé pour "les montagnes hallucinées".
Commenter  J’apprécie          20
Alfaric
  20 mai 2019
City Hunter (Nicky Larson), tome 30 : Effacez mes souvenirs ! de Hojo Tsukasa
La guerre entre les nettoyeurs de Shinjuku et les trafiquants de drogues de l’Union Teope fait comme si les tomes 3 à 28 n’avaient jamais existé, et c’est Shin Kaibara le boss de fin de la série "City Hunter" (sosie du Cranaff le boss de fin de la série "Cat’s Eye", mais aussi du récit "L’Île au Trésor" qui lui aussi s’appelait Shin Kaibara) qui en personne dans l’appartement de Ryo et Kaori sonner la fin de la récré. On apprend qu’il a une double personnalité (qui a dit Saga des Gémeaux), et qu’il était un leader respecté de la rébellion en Amérique Centrale avant d’élever Ryo Saeba comme son fils adoptif à qui il a tout apprit. Puis l’Oncle Sam a lâché ses commandos de la mort surentraîné et suréquipé tandis que le Grand Frère soviétique a laissé les combattants de la liberté à leur triste sort… Face à la violence et à l’injustice Shin Kaibara s’est radicalisé avant de sombrer dans la folie : avec l’Angel Dust il a crée des supersoldats ne craignant rien ni personne, et son premier cobaye fut Ryo Saeba qui tua à lui tout seul une division de mercenaire dont le seul survivant fut Umibôzu/Mammouth. L’affrontement entre Ryo et Shin, le fils qui veut vivre et le père qui veut mourir est donc éminemment tragique, et tous les partenaires de City Hunter font place nette pour les laisser régler leurs comptes (Kaori, Falcon, Miki, Bloody Mary, mais aussi Mick Angel miraculeusement sauvé pour être transformé par l’Angel Dust en émule de Dark Vador). Pathos et epicness to the max avec Kaori qui essaye de ramener Mick du Côté Lumineux, et Ryo qui ne sait plus à quel saint se vouer au point qu’il avoue enfin ses sentiments ! Il va de soi que le cliffhanger de fin à base de duel à mort est insoutenable : vite la suite du meilleur récit de "City Hunter" !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
BazaR
  18 mai 2019
Original Sin, tome 1 : Qui a tué le gardien ? de Jason Aaron
Uatu le Gardien – je préfère le nom anglais de Watcher – est un être cosmique du Marvelverse qui m’a toujours fasciné. D’une puissance sans nom, il se contente d’observer et d’enregistrer les grands événements du monde et de sa banlieue. Il faut remonter aux années 1960 pour le voir agir sur le destin des hommes, puis renoncer suite à son procès orchestré par ses pairs. Depuis, il est là et c’est tout.



Et voilà qu’on le tue. Qui a fait cela ?

C’est le but de cet album : Les héros s’organisent en équipe pour suivre des pistes qui les mènent dans des endroits exotiques ou incongrus, où d’autres meurtres tout aussi fabuleux ont laissé des traces. Nous avons un tueur en série cosmique en liberté !



Mais ce n’est pas le seul élément de l’intrigue. Certains vilains cherchent à s’emparer des yeux d’Uatu pour une raison obscure.

Et l’on s’aperçoit vite que la mort du détenteur de bien des secrets provoque la dispersion de ceux-ci. La Vérité peut-être cause de chaos et cela aura des conséquences partout dans le Marvelverse. Ce pan n’est cependant pas exploité ici. Il servira dans diverses séries Marvel comme Avengers Now – que j’ai chroniqué récemment – dans lequel Captain America voit avec rage ses souvenirs des Illuminati, auparavant effacés par Dr Strange et Iron Man, lui revenir.



Le récit est bien mené. La recherche du coupable bien maîtrisé et la résolution tout à fait inattendue. Le concept autour de Nick Fury qui en découle est proprement surprenant. J’avoue de Jason Aaron a assuré.



Le seul écueil que je vois à cette histoire est sa simultanéité avec les événements cataclysmiques des incursions. Aussi importants que soient les événements relatés ici, ils ne rivalisent pas en urgence avec la collision systématique et régulière de tous les univers parallèles les uns contre les autres. Les Illuminati, les Avengers marchent dans la boue de ces drames cosmiques à répétition qu’ils semblent ne pas pouvoir arrêter. Et voilà qu’ils laissent tout tomber pour s’occuper du meurtre du Gardien ? Je n’y crois pas une seconde.



Hormis ce problème, le récit stand-alone est très bien fichu. Et Mike Deodato Jr y fait preuve une nouvelle fois de son talent de dessinateur. Un bon récit mais mal synchronisé avec le Marvelverse.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210