AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Grasset Jeunesse


Livres les plus populaires voir plus


Collections de Grasset Jeunesse



Dernières critiques
SuzyBess
  13 janvier 2018
La Belle et la Bête de Madame de Villeneuve
La lecture de ce conte original est très intéressante, mais elle ne m'a pas fascinée.



Père d'une famille nombreuse (six garçons et six filles), un opulent marchand perd toutes ses richesses du jour au lendemain et se retrouve obligé d'aller vivre à la campagne. Lorsqu'un nouvel espoir se présente et qu'il doit retourner seul en ville, ses filles lui demandent de leur rapporter bijoux, robes et autres biens luxueux quand la Belle, plus humble, jolie et préférée des filles du marchand - jalousée par ses soeurs de surcroît - ne demande qu'une simple rose. Trompé par ses espoirs, le père rentre de la ville bredouille mais se retrouve déporté, lors d'une tempête, vers un château inconnu; c'est en y cueillant une rose qu'il rencontre une horrible Bête l'obligeant à revenir avec l'une de ses filles, pleinement consentante, ou il mourra. La Belle, navrée que la vie de son père soit menacée par sa faute, se dévoue. Au fil de son enfermement dans le fabuleux château emplit de nombreuses richesses, la jeune femme s'attache imperceptiblement à cette Bête mais est aussi sous le charme du séduisant inconnu qu'elle voit en rêve chaque nuit et qui insiste pour lui dire qu'elle ne doit pas se fier aux apparences. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que toute cette histoire est la conséquence et le dénouement d'une querelle entre de puissantes fées.



Quand on a grandi en regardant le si culte dessin-animé de Disney, le film de Cocteau ou, tout récemment, redécouvert la version Disney en live, il ne peut être que passionnant de découvrir l'histoire originale - bien que les adaptations soient plus inspirées de la version de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont. Ici, "La Belle et la Bête" fait normalement partie d'un recueil de plusieurs contes; cette histoire nous fait découvrir une héroïne parfaite qui subit de terribles déconvenues. Si la perfidie humaine est bien retransmise - la jalousie de soeurs, l'inconstance de prétendants, la position d'une famille remise en cause au motif de son manque de richesse... -, j'ai trouvé que la morale de l'histoire laissait vraiment à désirer. Je ne peux malheureusement pas en dire plus sans révéler une partie du dénouement de l'intrigue. J'ai, par contre, apprécié la manière de nous faire connaître la psychologie du monstre grâce aux rêves faits par la Belle - car ce n'est pas sous sa forme de Bête qu'elle paraît le plus intelligente, vu qu'elle se borne alors à la question "Voulez-vous que je couche avec vous ?", qui pourrait peut-être choquer... Ah, c'est une façon de faire plus franche, dirons-nous !

Divisé en deux parties, le conte nous relate dans la seconde les origines de la situation de la Belle et de la Bête, par la voix d'une fée. C'est tout aussi intéressant que le reste, nous y distinguons une hiérarchie de fées qui n'ont pas le droit d'aimer, mais le discours reste long à lire. Je regrette que "pour des raisons de calibrage du volume", ait été supprimé le récit intitulé "Histoire de la Bête" qui n'est que trop brièvement résumé.



Cette version originale m'a tout de même bien plu; comme je le dis plus haut, c'est une lecture intéressante.
Lien : http://letoucherdespages.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PetiteNoisette
  13 janvier 2018
La Belle et la Bête de Madame de Villeneuve
J'avais acheté ce petit livre il y a longtemps, étant motivée par l'envie de découvrir le véritable texte d'un conte dont on entend beaucoup parler ces dernières années. Bien sûr, l'éditeur a sorti le livre avec, en couverture, les acteurs du film, chose que je déteste mais à cette époque il n'y avait pas d'autre couverture disponible.



A la lecture, il faut se rappeler qu'il s'agit d'un texte de 1740 (même si je ne doute pas que l'éditeur a fait un travail de remise au goût du jour, notamment probablement de l'orthographe). Il s'agit donc d'un texte compliqué à lire, avec des phrases à rallonge complexes et des mots de vocabulaire utilisés dans un sens qui n'est plus utilisé aujourd'hui. Je l'avoue, j'ai eu du mal avec cette lecture. J'ai souvent dû relire plusieurs fois les mêmes phrases pour comprendre. Je lis souvent avec du bruit autour (mon fils qui joue, la télé allumée...) d'habitude ça ne me pose aucun problème mais là ça a été vraiment compliqué et j'ai mis près de cinq jours à le lire !!



L'histoire est bien loin de celle que l'on a connu dans notre enfance. Point d'objets personnifiés, point de miroir magique, point de rose qui maintient la Bête en vie... Il y a de la magie, certes, mais de la magie créée par de bonnes et de mauvaises fées. La première moitié correspond (de loin) à l'histoire que l'on connaît : Le père de Belle est fait prisonnier d'un château gouverné par la Bête. Cette dernière lui promet la liberté en échange de sa fille. Celle-ci vient de bonne grâce puisqu'elle peut ainsi sauver son père. Alors qu'elle est horrifiée par la Bête, elle va quand même apprendre à le connaître et accepter de l'épouser, ce qui lèvera le maléfice et transformera la Bête en beau Prince. Mais c'est là que commence la deuxième moitié du récit, moitié que l'on ne connaît quasiment pas. La Bête et la bonne fée vont expliquer toute l'histoire de la métamorphose, mais également le passé de Belle qui va se révéler être une Princesse bien qu'elle l'ignorait.



J'ai trouvé ce récit très long. Notamment la deuxième partie qui m'a profondément ennuyée et que j'ai trouvé bien trop rocambolesque. Beaucoup de personnages secondaires, surtout chez les fées, je suis bien incapable d'expliquer dans les détails ce qui a amené Belle où elle est.



Ce texte est le miroir de la vision d'une époque bien révolue ! Il est beaucoup questions des strates de la société. Notamment autour du mariage du Prince et de Belle. Même si tous les deux sont amoureux, la Reine (la mère du Prince), mais Belle également, ne peuvent se résoudre à ce mariage car elle n'est que fille de marchand. Ça serait un trop grand déshonneur ! De même, il est indiqué plusieurs fois que les femmes ont forcément un esprit faible et que la beauté extérieure correspond obligatoirement à la beauté intérieure. Les personnes laides étant obligatoirement les méchants de l'histoire.



Pour conclure, je suis contente d'avoir découvert le texte d'origine mais il ne faudrait pas que je lise ce genre de récit tous les jours ! ;-)
Lien : http://blogonoisettes.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TerrainsVagues
  10 janvier 2018
Les contes de Grimm : Version intégrale de Jacob et Wilhelm Grimm
Miroir mon beau miroir, dis moi qui est la plus belle.

J’en sais rien. Comme ça je dirai bien que c’est celle qui dit qui y est mais on m’a dit qu’à minuit elle se retrouvait transformée en citrouille alors j’hésite. D’après les rumeurs en plus elle s’est libérée, délivrée d’une de ses godasses en attendant qu’un prince charmant lui embrasse la grenouille. Enfin j’ai pas tout compris à l’histoire. Je me suis laissé berné par le dépliant publicitaire arrivé malencontreusement dans ma boite à lettres qui disait qu’en cette période de soldes fallait profiter de la compile Disney.



Ah les pubs avant et pendant les soldes, c’est un peu comme les campagnes électorales, on te brosse dans le sens que tu veux donner à ton poil, on te promet, on te fait comprendre que si tu ne profites pas de l’occasion, que si tu votes mal, tu t’en mordras les doigts.

Tiens, je vais prendre un exemple bidon qui devrait parler à tous les babelioteurs.

On dirait que les babelioteurs auraient une bal (lisez bien bal et non pal) à leur disposition pour échanger entre eux dans le privé. On dirait que parfois il pourrait arriver que dans ces bal, le facteur virtuel dépose des tracts électoraux, des pubs, enfin ce genre de trucs. On dirait qu’une sorte de Séguéla n’aurait pas forcément compris le but de babelio et qu’il croirait que c’est un concours. Oui je sais, on dirait plein de choses alors on dirait aussi que pour gagner le concours, il ferait du porte à porte pour aller quémander une appréciation supplémentaire pour être premier au nombre de like. Vous me direz que c’est con parce que ça n’a aucune valeur « d’acheter » un like contre un like. Ben oui c’est con et petit une idée de con court quoi. On s'en fout de qui est premier. Faudrait pas oublier que la star c'est le LIVRE!!!

Voilà je me suis fait niquer avec Blanche Neige et comme je voudrais protéger toutes mes boite à lettres, je me demandais s’il existait un truc genre « pas de publicité » à coller virtuellement sur ma bal de babelio des fois qu’un Séguéla s’inscrive sur babelio un jour et vienne toquer à ma porte pour me dire de venir liker chez lui.

— Un jour mon prince viendra, un jour mon prince… avec un bouquet de Narcisse.

— Ta gueule!!!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3630