AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Accarias


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
LivresBouddhistesZuiHo
  20 août 2020
La Grandeur de l'Homme : Citations commentées des Upanishad et histoires de Svami Prajnanpad
DES ENTRETIENS DÉCAPANTS DE SWÂMI PRAJNÂNPAD SUR LA GRANDEUR DE L’HOMME



« Vous pouvez proposer n’importe quoi, il n’y a rien de supérieur à l’homme. »



Même s’il s’est éteint, Swâmi Prajnânpad est aussi intarissable que Ramâna Mahârshi, Nisargadatta Maharaj ou Osho. Aucun n’ayant écrit de livres, leurs disciples se sont chargés d’en écrire. Il y aura donc toujours quelqu’un pour nous rapporter d’eux de l’inédit. Mais les fervents lecteurs et anciens disciples directs ou indirects seront toujours séduits par ces nouvelles publications. D’ailleurs, il y a peu, j’ai parlé d’un autre excellent ouvrage de Swâmi Prajnânpad publié chez Accarias-L’Originel : Svâmi Prajnânpad – Ceci, Ici, à Présent. Seule et unique réalité. Entretiens avec Frédérick Leboyer. D’ailleurs, cet excellent éditeur a imprimé la majeure partie des livres consacrés à Swâmi Prajnânpad. L’ouvrage présenté est composé d’inédits.



Dans ce nouvel opus, le grand philosophe Roger-Pol Droit signe une intéressante mais courte Préface, où il expose subtilement le paradoxe du maître hindou et de son enseignement : « Il s’agit de cheminer, de phrase en phrase, vers un au-delà du dicible qui s’atteindrait par le discours… Et d’ouvrir sur une réalité supposée infinie, et joyeuse, parce que rien n’y manque. Tout le monde pourra faire, en tournant la page, l’expérience de cette fusion qui ne fait pas disparaître. Car c’est bien d’une expérience qu’il s’agit. Déconcertante, c’est dit. Vitale, c’est à éprouver. »



Puis Colette Roumanoff, indissociable avec son mari de leur maître Swâmi Prajnânpad, rédige un Avant-Propos. Elle nous explique que Swâmi Prajnânpad citait constamment dans un langage moderne les Upanishad… sans le dire. Tout le travail de Daniel a été ensuite… de les retrouver dans leur état originel, dans les textes sanskrit !



En outre, durant tout son apprentissage, Daniel Roumanoff avait réussi à collecter 780 courriers du Swâmi et plus de 200 cassettes audio : tout ce matériel qui a donné depuis moult ouvrages. Le livre est donc un recueil d’entretiens entre Daniel Roumanoff et Swâmi Prajnânpad dont l’épicentre est situé dans l’idée d’exprimer la grandeur de l’homme. A ce sujet et comme le sous-titre le souligne donc, il sera ici question de discussions et de commentaires de citations extraites des Upnisad (bien entendu, référez-vous à l’indispensable somme des 108 Upanisad traduites en français : Martine BUTTEX – 108 Upanishads, traduction et présentation). Mais le bouddhisme et le christianisme, ainsi que la métaphysique hindoue et la science du XXème siècle comprise, sont également explorées, avec bonheur !



Ainsi nous avons ici droit à un ensemble de Questions-réponses entre le maître et ses disciples, organisées en 10 thèmes :

I. L’homme est la mesure de toute chose.

II. La destinée de l’homme.

III. Connais-toi toi-même.

IV. Le bouddhisme et les Upanisad.

V. Le christianisme et les Upanisad.

VI. La science et la spiritualité.

VII. Connaître, c’est être.

VIII. La vérité.

IX. L’Unité.

X. La Délivrance.



La Table des matières est fournie, et surtout, très stimulante : il y a certes dix parties, mais les questions soulevées et les réponses données par le maître en leur sein, sont perspicaces et efficientes. C’est très agréable de lire cet ouvrage. On se nourrit spirituellement et intellectuellement. Souvent, c’est explosif, et cette sagesse semble sortie, illuminée, du Néant même. Mais bien de ses « histoires » s’inscrivent dans le temps présent qu’il a vécu et dont il se sert pour commenter les Upanishad, alimentant ainsi la discussion.

Ainsi, Swâmi Prajnânpad cite d’emblée, dès la première page, le rishi Astavakra (voir le génial livre Astâvakra Gîtâ, Déployer la lumière) :

« Comment suis-je ? Je me prosterne. C’est devant moi-même que je me prosterne. Qu’est-ce que je suis ? Où est ce je ? Que suis-je ? « Je » est le créateur de toutes choses. Je suis partout. Rien n’est à moi. Rien n’est à toi. Ce « Je » est partout. »

Le reste de la lecture, le fruit de ces entretiens est si enrichissant ! C’est, franchement, « plus haut que le Kailash ». Swâmi Prajnânpad fut un sacré mystique, quoi qu’on puisse dire de lui ! Il connaissait bien le monde dans lequel il évoluait : mais sa pensée survolait les Himalaya !



Pour moi c’est un coup de coeur, un ouvrage de référence sur les sujets abordés. C’est hors de l’espace et du temps. Lisez-le !



Je vous souhaite une excellente lecture !



ZUIHÔ.
Lien : https://livresbouddhistes.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LivresBouddhistesZuiHo
  20 avril 2020
Ceci, ici, à présent : Seule et unique réalité de Svami Prajnanpad
UN LIVRE INCROYABLE D’ENTRETIENS ENTRE SWÂMI PRAJNÂNPAD & FRÉDÉRICK LEBOYER



Voici une réédition en 2019 d’un ouvrage d’abord publié en 2006 par les génialissimes éditions Accarias-L’Originel.

La BNF sur son site nous dit de Swâmi Prajñānpad (1891-1974) :

– Brahmane, grand maître de l’hindouisme. – Disciple de Swami Niralamba (en 1921). – Fut professeur de physique à Bhagalpur (en 1919) et à Patna (en 1920) puis au National Medical College de Dacca, maintenant au Bangladesh (en 1921). – Collabora au Bihar Vidyapith de Patna, Bihar (en 1921). – Participa à la création du Kashi Vidyapith de l’Université de Varanasi, Uttar Pradesh, Inde (1921-1922). – Succéda à son maître Swami Niralamba à la tête de l’ashram de Channa, Burdwan, Bengale.



Un homme tel Swâmi Prajñānpad imposait le respect, dans tous les domaines ! C’est donc un gros livre de 400 pages emplies d’entretiens entre lui et Frédérick Boyer. Ce livre est l’un des meilleurs du genre sur ce maître indien qui eut une aura et une influence considérable en France, et certainement aussi à l’international.

Le message fondamental de Swâmi Prajñānpad dans les propos ici recueillis tiennent dans le titre : la seule et unique réalité, elle se vit ici, à présent. « Ceci » se manifeste à notre conscience.



« La vie doit être vécue pleinement (…). On devient un brahmane. Comment ? Quand on épuise le désir de richesses, d’argent, de femmes et de renommée ».



C’est d’autant plus intéressant que Frédérick Leboyer était un médecin juif et que le swâmi était physicien hindou, et le choc de leurs religions fort dévotes, à la culture lettrée intense, a produit ici des entretiens qui sont, justement, extrêmement vivants, passionnés, rapides, et la retranscription de leurs échanges est fort bien reproduite.

Les entretiens se dévorent donc facilement, avec rapidité. Les enseignements pénètrent l’être sans soucis. Et néanmoins, leurs différences cultuelles sont parfois décalées, Frédérick Leboyer, était encore aux prises avec son judaïsme ou les enseignements du Christ, dont il tente pourtant de s’en débarrasser afin de se libérer, en suivant les conseils (parfois fulgurants, parfois mystiques) non-duels du Swâmi.



Les questions de Frédérick Leboyer sont d’une teneur toute métaphysique et tout autant, psychanalytique; elles sont manifestement celles d’un homme névrosé, perclus d’angoisses existentielles. Tout cela fleurant l’atmosphère des années 60. Les deux hommes parlent donc à l’aide d’un langage décalé, l’un centré sur sa personne déstabilisée et la pensée occidentale, tandis que l’autre évoque des réflexions personnelles et spirituelles nées de la tradition non-duelle. Mais souvent, Frédérick Leboyer se fait tout petit, comme un enfant qui écoute ou répond par oui ou non, ou bien affiche une humilité profonde, un retrait devant l’immensité de Prajnânpad. Au final, il semble parfois possédé par le Diable lui-même. Il a besoin d’être guérit et c’est ce qui l’amène au Swâmi.

Et Swâmi disait à Frédérick Leboyer, par exemple :



« Soyez ce que vous êtes maintenant ! Et cela ne sera rien d’autre que d’être comme un enfant. Si vous pouvez être ce que vous êtes, en paix avec vous-même, vous ne pouvez qu’être comme un enfant. Ceci est donc le simple fait. C’est un simple fait, vous devez voir, l’enfant ne fait que voir. Il n’apporte rien d’extérieur. »



Ou encore : « Voir, voir, voir. Maintenant, ces trois aspects ou ce travail sur ces trois domaines doit être effectué quotidiennement et simultanément et pendant aussi longtemps que possible et aussi longtemps que nécessaire. C’est cela l’adhyâtma-yoga : Ne rien abandonner, tout incorporer. On doit agir simultanément sur trois plans : formation intellectuelle, formation émotionnelle et action. »



Et enfin : « L’idée est que si vous êtes là, avec tous vos sens, vous êtes en samâdhi. Et si le temps peut être allongé, vous arriverez au véritable samâdhi, d’une certaine façon. Mais vous êtes en samâdhi ici. A partir de là, vous pouvez dire : « Oui, je fais comme cela maintenant. » Après quelque temps, vous voyez : « Pendant un temps assez long, je peux le faire. Alors il existe une situation où cet état peut durer. » Vous pouvez le dire. Sinon vous parlez en l’air. Ce n’est pas le chemin de la vérité. Si c’est la vérité, elle doit être ici. Où ? Tel que vous êtes situé avec votre ego, dans tous les états dans lesquels vous vous trouvez, elle doit être là. Parce que la vérité est au-delà de tous les états particuliers. »



Je pourrais vous reproduire un déluge de paroles de Swâmi Prajnânpad, mais cela prendrait beaucoup de temps et de pages ! Si vous avez déjà ce livre ou que vous l’aviez, vous avez cette chance que l’éditeur l’ait republié. Et si vous souhaitez mieux connaître ce swâmi légendaire, c’est l’occasion de ne pas pas passer à côté, car cet ouvrage est absolument incroyable, dans le fond et la forme ! Car il est vraiment surprenant de par la teneur des propos tenus par les deux érudits et des positions de l’un – psychologiquement en souffrance – et de l’autre – spirituellement apaisé.



Je vous souhaite une excellente lecture !



ZUIHÔ
Lien : https://livresbouddhistes.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LivresBouddhistesZuiHo
  18 avril 2020
L'ultime question de Ramana Maharshi
70 RÉPONSES ULTIMES DU GRAND SAGE INDIEN







Dans cet ‘ultime’ livre de Patrick Mandala sur le Mahârshi, notre auteur français compose à partir d’un livre édité, par l’ashram du maître indien, Srî Râmanâsramam. En effet, l’ouvrage-source qui est daté de 1968, réédité en 2002, est un journal d’un disciple du Mahârshi, A. Devaraja Mudaliar. Patrick Mandala puisse aussi dans une revue de l’ashram. Au total, Patrick Mandala a sélectionné 70 textes de quelques pages, fort intéressantes, qui abordent autant de thèmes spirituels liées à la « pratique » du Réalisé-vivant, et des anecdotes de son existence. Les 70 textes se présentent comme des réflexions du sage hindou, ou des questions-réponses qu’il a eu avec ses disciples ou de curieux voyageurs venus à sa rencontre.



« Le Sage dit : Trouvez en vous « qui » pose la question. Pourquoi la posez-vous? Que cherchez-vous ? Pourquoi vous égarez-vous dans cette direction ? Voyez ce qui est. Voyez cette Réalité, cette Présence éternelle et belle qui est en vous et en toute chose. Que ce qui est soit », résume l’érudit Patrick Mandala dans son excellent Avant-Propos.



Patrick Mandala, comme je l’ai déjà dis, compile au fil de nombreuses années tout ce qu’il lui est possible de connaître sur ce maître afin de ne proposer que de l’inédit en français à son sujet. C’est un vrai cadeau de Patrick Mandala pour tous les dévots de Râmana Mahârshi. En effet, Patrick Mandala est un fin connaisseur mais humble « spécialiste » de Râmana Mahârshi, ainsi que de l’Inde et de son hindouisme. Vous ne serez donc pas déçu, mais au contraire émerveillé par cette « ultime question » apporté par R.M.



Les 70 thèmes retenus sont fort pertinents, et les réponses apportées concises et puissantes. Pour preuve : dans le numéro 4 intitulé Réaliser le Soi, Râmana Mahârshi rapporte : « Où pouvez-vous aller, vous enfuyant du monde ou des objets ? Ils sont semblables à l’ombre d’un homme, de laquelle il ne peut se séparer. On raconte l’histoire drôle d’un homme qui voulait enterrer son ombre. Il creusa un trou profond et, voyant son ombre au-dessus, fut heureux de voir qu’il pourrait l’enterrer si profond. Il commença à remplir le trou et quand celui-ci fut complètement rempli, il fut surpris et déçu de voir l’ombre toujours là. De même, les objets ou les pensées que nous avons d’eux seront toujours avec nous, jusqu’à ce que vous réalisiez le Soi. »



En somme, voici un excellent ouvrage de composition réalisé par Patrick Mandala, et admirablement édité par les éditions Accarias-L’Originel. Je vous le recommande fortement, et vous souhaite une excellente lecture !



ZUIHÔ
Lien : https://livresbouddhistes.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00