AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de michfred


michfred
  07 octobre 2019
Jean Paul Dubois, je confesse que je l'aime d'amour, ce gars-là. 

J'aime sa mélancolie, aussi douce que profonde, j'aime les "Paul " de ses romans, des anti heros de toutes origines qui détestent les ascenseurs, l'argent, le management, les plannings, qui aiment les chiens et les gens-  les humbles, les vieux, les débiles, les paumés,  les taulards-  et sont des losers magnifiques et des amis sans faille.

 J'aime sa petite musique , ironique et déchirante qui me fait pleurer de rire et pleurer tout court... aucun de ses livres ne m'a jamais ennuyée,  ils m'ont tous apporté un petit supplément d'âme, une petite parcelle d'humanité,  et par les temps qui courent ce n'est pas un apport négligeable.

J'ai bien retrouvé tout ça dans son dernier livre mais sans éprouver l'enthousiasme inconditionnel de mes précédentes lectures...

Alors avant que tous les aficionados de Jean-Paul Dubois ne m'étrillent le cuir,  façon Davy Crockett avec un vison tout frais, et  ne crient à la trahison, je vais essayer de m'expliquer...

L'histoire de Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon se passe au Québec:  je vais donc m'inspirer d'un film que j'avais vu,  en joual non sous-titré, à  Montréal,  et qui s'appelait L'eau chaude, l'eau frette...

Côté eau chaude:
- l'humour tenace, le désespoir discret-  le style Dubois, parfait, léger sans être superficiel, profond sans être lourd.
-  l'amour des vraies gens et l'amour des chiens -pas besoin d'ajouter "vrais", c'est toute sincérité et toute franchise, un chien, ça ne feinte jamais!
- l'anti héros loser, un Paul, encore,  taulard gentil, ex-homme à tout faire d'un condominium, une résidence de luxe avec jardin et piscine,  un rincé par la vie qui garderait intactes ses facultés d'amour, de naïveté , de générosité.
- une chienne trop gnon, trop douce, trop mimi, qui confie ses impressions du jour  en fourrant son nez sous le coude de son maitre. 
-un codétenu, Horton,  sorte de Samson sans trône -quoique...le trône soit l'endroit où  il se montre le plus inspiré ! - absolument irrésistible,  dont les interventions, le naturel confondant, et la présence ont rendu encore plus exaspérantes ses éclipses dues au découpage "scénaristique" dont je me dispose à parler
-
Côté eau frette:
- un putain de découpage, en effet, un kriss de découpage scénaristique tout droit sorti d'un stage de novel writing à  l'américaine - un coup je te balance mes souvenirs d'enfance, un coup je reviens dans ma chtite zonzon avec mon hell's angel de coloc' !-
( On a vu ça dix fois, Jean-Paul, à quoi tu pensais?)  Bref, ça m'a gonflée qu'un chum comme Jean-Paul fasse le niaiseux avec ce truc pitoyable...
- un roman du père qui n'en finit plus,  et fait attendre le roman du fils,  autrement mieux torché,  mais si lent à venir qu'on est presque déçu,  kâliss, en le découvrant - genre tout ça pour ça? Tu comprends-tu?
- des personnages auxquels on ne croit pas- l'aviatrice -algonquine- as- du -manche- à- balai qui vous pose un hydravion sans casse sur le lac le plus gelé , le pasteur sans foi devenu  gambler frénétique, qui perd à la roulette tous les deniers du culte, kâliss d'hostie!

Et vous savez quoi? L'eau chaude pis l'eau frette, ça fait de l'eau tiède...

 J'ai même pas pu me laisser prendre par les bons sentiments tant ça me paraissait un robinet d'eau tiède , justement,  je ne suis pas arrivée à  me laisser  attendrir par mon Dubois que j'aime, par mon Paul et sa chienne, par mon motard hilarant...

Je me suis ENNUYÉE , là,  je l'ai dit, je me suis ENNUYÉE sur le dernier bouquin de mon Jean-Paul Dubois à moi que j'aime, c'est une chose pas croyable, tu comprends-tu?

NB : Et pis aussi, Jean-Paul, dans tes dialogues de taule ou de condo', pourquoi pas le moindre mot de joual? Pas la plus petite touche de  couleur locale? C'est ben l'fun, le joual,  pourtant! Ils  parlent tous comme s'ils sortaient des grandes écoles françaises, kriss kâliss d'hostie!! ..



Commenter  J’apprécie          6221



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (58)voir plus