AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Fandol


Fandol
  16 décembre 2017
En historien et sociologue, Ivan Jablonka a courageusement tenté de comprendre ce qui est arrivé à Laëtitia Perrais, jeune fille de 18 ans assassinée dans la nuit du 18 au 19 janvier 2011 et dont le meurtrier a été arrêté, même s'il a fallu douze semaines pour retrouver la totalité du corps de la victime.

L'histoire malheureuse de Laëtitia s'était transformée en affaire d'État, le Président Sarkozy ayant mis en cause les juges ce qui déclencha une grève des magistrats. de plus, Gilles Patron, le père de la famille d'accueil a été ensuite accusé d'agression sexuelle par Jessica, la soeur jumelle de Laëtitia.
Ivan Jablonka dit avoir écrit ce livre pour rendre sa dignité et sa liberté à cette fille qui « est née à l'instant où elle est morte. » Il précise que son livre se passe dans « la France de la pauvreté, des zones périurbaines, des inégalités sociales »
Patiemment, l'auteur décortique tout ce qui s'est passé, revenant en arrière pour que nous connaissions le mieux possible chaque personne ayant connu Laëtitia. C'est bien sûr Jessica qui retient d'abord son attention et qu'il peut rencontrer à plusieurs reprises grâce à Cécile de Oliveira, son avocate.
La scène d'absence, avec ce scooter renversé et les deux ballerines noires abandonnées là, déclenche les recherches. Est-ce une fugue, un suicide, un enlèvement ? L'enfance des deux soeurs placées par l'Aide Sociale à l'Enfance de Loire-Atlantique chez M. et Mme Patron est détaillée. Majeures, elles ont décidé de rester dans leur famille d'accueil. Jessica prépare un CAP de cuisine au Lycée hôtelier de Machecoul et Laëtitia travaille dans un hôtel et prépare le CAP de serveuse.
Divers témoignages ciblent rapidement un homme conduisant une 106 blanche et son portrait-robot est diffusé. Comme il le fera tout au long du livre, l'auteur marque une pause dans les événements pour parler des parents des jumelles, détailler leur parcours et souligner tout ce qui a marqué leur vie.
L'autre fait important bien détaillé par Ivan Jablonka, c'est la naissance d'un fait divers : le décès de Laëtitia est un événement médiatique qui va tenir la Une des médias pendant six semaines, ce qui est rarissime.
La politisation de l'affaire, au sommet de l'État, est à son comble avec un Président qui réclame une nouvelle loi à chaque fait divers, davantage de peines-plancher et plus de rétention de sûreté. En effet, Tony Meilhon, l'assassin est un délinquant sexuel multirécidiviste. Les amalgames sont faciles sous le coup de l'émotion. Comme le précise très justement l'auteur, la prison entretient la délinquance et le terrorisme. Elle est un incubateur de rage. L'institution judiciaire manque cruellement de moyens, surtout les juges d'application des peines (JAP) et les conseillers d'insertion et de probation (SPIP) sont trop peu nombreux.

Laëtitia est un livre qu'il faut lire pour comprendre tout ce qui s'est passé. Pour Ivan Jablonka, « Raconter la vie d'une fille du peuple massacrée à l'âge de 18 ans était un projet d'intérêt général, comme une mission de service public. » Cela a été très bien fait.

Commenter  J’apprécie          110



Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Ont apprécié cette critique (11)voir plus