AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de saigneurdeguerre


saigneurdeguerre
  05 mars 2020
Paris, 20 avril 1855.

La très jolie signorina Maria Zambelli quitte un hôtel particulier dans la plus grande discrétion.

Napoléon III règne sur la France. Tout Paris est en chantier. L'exposition universelle de 1855 va se tenir dans la Ville Lumière. L'empereur a commandé la construction du pont de l'Alma. Ce dernier n'est pas achevé, mais il est déjà carrossable. le cocher qui ramène mademoiselle Zambelli décide de l'emprunter… Mauvaise pioche ! Quatre malfrats l'attendent sur le pont. le cocher parvient à en abattre un, mais se fait poignarder par un des malfaisants. La signorina est extraite de force, entraînée au bord du pont. Une corde lui est placée autour du cou et…

Critique :

Le Français, Jack Manini, nous offre un scénario se déroulant à une époque mal connue en BD, celle du début du règne de Napoléon III, dit « le petit » d'après un certain Victor Hugo qui ne semblait guère le porter dans son coeur de républicain.

Après Londres en 1851, Paris a sa grande exposition universelle, la deuxième de l'histoire. Les produits de toutes les nations peuvent y être exposés. Les amateurs d'histoire apprécieront ce contexte historique.

Julie Petit-Clou, douze ans est l'héroïne de cette aventure. Julie a un « don » : elle dispose de l'art de la divination. Dit comme cela, on pourrait croire que c'est une aubaine… Ben… D'un côté, cela permet de faire bouillir la marmite, mais d'un autre… la vie de Julie est un cauchemar car, dans ses rêves, elle voit des choses atroces. Sa maman se fait passer pour voyante en exploitant les dons de sa fille. Sa maman qui est une fois de plus enceinte. de qui ? Heu… Vous pouvez répéter la question ? Cette dame ignore qui sont les pères de Julie et de son petit frère, Alphonse. Il est à peu près certain qu'il s'agit de deux hommes différents. Et le polichinelle qu'elle trimbale dans son tiroir est l'oeuvre d'un troisième individu. Mais elle est loin d'être une « mauvaise mère ».

De par son art de la divination, Julie va être mêlée à l'enlèvement de l'épouse algérienne d'un brillant colonel, ami intime de Napoléon III, la splendide Fella. Pour la suite de l'histoire, lisez la BD, c'est bien mieux raconté que ce que je pourrais jamais écrire de mieux.

Il est temps de tailler un costume au dessinateur, le Belge Etienne Willem ! Oui, mesdames et messieurs, il faut lui tailler un costume… impérial ! Son trait de crayon enlevé nous offre des personnages aux mines très expressives, des « mouvements » qui transforment une image inerte en un film, le tout dans des décors qui restituent l'ambiance telle qu'elle aurait pu être à l'époque. Certaines vues de Paris sont à couper le souffle. Faut vraiment être très difficile ou de mauvaise foi pour critiquer une telle qualité de dessin !

Et enfin, cette BD ne serait pas aussi aboutie sans la palette de couleurs de l'Allemande Tanja Wenish. La même qui se chargera de la mise en couleurs de l'album « Les Artilleuses », toujours à partir des formidables dessins de Willem. « La fille de l'exposition universelle » raconte des drames, même s'il y a aussi de l'humour, et cela s'en ressent dans le choix des couleurs majoritairement grisâtres, brunes, ocres. le contraste est saisissant quand on compare son travail avec celui accompli dans « Les Artilleuses » où il y a bien plus d'aventures que de drames, et où les couleurs éclatent (d'ailleurs, il n'y a pas que les couleurs qui éclatent).

J'ai hâte de lire les autres aventures mises en images par Etienne Willem
Commenter  J’apprécie          382



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (38)voir plus