AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782818945209
Éditeur : Bamboo Edition (30/05/2018)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Mai 1855 - Alors que Napoléon III va inaugurer la première Exposition universelle, le colonel Ferrand fomente un attentat contre l'empereur. Voulant garder l'anonymat, il charge un homme de main de recruter des assassins. Mais l'homme de main meurt. Ferrand se trouve alors dans la position de l'arroseur arrosé : Les assassins, ignorants qu'il est le commanditaire de l'attentat, voient en lui le moyen d'honorer leur contrat. Ils kidnappent sa femme afin de l'obliger ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
saigneurdeguerre
  05 mars 2020
Paris, 20 avril 1855.
La très jolie signorina Maria Zambelli quitte un hôtel particulier dans la plus grande discrétion.
Napoléon III règne sur la France. Tout Paris est en chantier. L'exposition universelle de 1855 va se tenir dans la Ville Lumière. L'empereur a commandé la construction du pont de l'Alma. Ce dernier n'est pas achevé, mais il est déjà carrossable. le cocher qui ramène mademoiselle Zambelli décide de l'emprunter… Mauvaise pioche ! Quatre malfrats l'attendent sur le pont. le cocher parvient à en abattre un, mais se fait poignarder par un des malfaisants. La signorina est extraite de force, entraînée au bord du pont. Une corde lui est placée autour du cou et…
Critique :
Le Français, Jack Manini, nous offre un scénario se déroulant à une époque mal connue en BD, celle du début du règne de Napoléon III, dit « le petit » d'après un certain Victor Hugo qui ne semblait guère le porter dans son coeur de républicain.
Après Londres en 1851, Paris a sa grande exposition universelle, la deuxième de l'histoire. Les produits de toutes les nations peuvent y être exposés. Les amateurs d'histoire apprécieront ce contexte historique.
Julie Petit-Clou, douze ans est l'héroïne de cette aventure. Julie a un « don » : elle dispose de l'art de la divination. Dit comme cela, on pourrait croire que c'est une aubaine… Ben… D'un côté, cela permet de faire bouillir la marmite, mais d'un autre… la vie de Julie est un cauchemar car, dans ses rêves, elle voit des choses atroces. Sa maman se fait passer pour voyante en exploitant les dons de sa fille. Sa maman qui est une fois de plus enceinte. de qui ? Heu… Vous pouvez répéter la question ? Cette dame ignore qui sont les pères de Julie et de son petit frère, Alphonse. Il est à peu près certain qu'il s'agit de deux hommes différents. Et le polichinelle qu'elle trimbale dans son tiroir est l'oeuvre d'un troisième individu. Mais elle est loin d'être une « mauvaise mère ».
De par son art de la divination, Julie va être mêlée à l'enlèvement de l'épouse algérienne d'un brillant colonel, ami intime de Napoléon III, la splendide Fella. Pour la suite de l'histoire, lisez la BD, c'est bien mieux raconté que ce que je pourrais jamais écrire de mieux.
Il est temps de tailler un costume au dessinateur, le Belge Etienne Willem ! Oui, mesdames et messieurs, il faut lui tailler un costume… impérial ! Son trait de crayon enlevé nous offre des personnages aux mines très expressives, des « mouvements » qui transforment une image inerte en un film, le tout dans des décors qui restituent l'ambiance telle qu'elle aurait pu être à l'époque. Certaines vues de Paris sont à couper le souffle. Faut vraiment être très difficile ou de mauvaise foi pour critiquer une telle qualité de dessin !
Et enfin, cette BD ne serait pas aussi aboutie sans la palette de couleurs de l'Allemande Tanja Wenish. La même qui se chargera de la mise en couleurs de l'album « Les Artilleuses », toujours à partir des formidables dessins de Willem. « La fille de l'exposition universelle » raconte des drames, même s'il y a aussi de l'humour, et cela s'en ressent dans le choix des couleurs majoritairement grisâtres, brunes, ocres. le contraste est saisissant quand on compare son travail avec celui accompli dans « Les Artilleuses » où il y a bien plus d'aventures que de drames, et où les couleurs éclatent (d'ailleurs, il n'y a pas que les couleurs qui éclatent).
J'ai hâte de lire les autres aventures mises en images par Etienne Willem
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
Jeanmarc30
  07 mai 2020
Une bien belle bande dessinée dont le graphisme est remarquable tout comme le scenario qui s'emploie brillamment à restituer le Paris de 1855, son histoire politique et institutionnelle ainsi que son architecture, à l'aube de l'Exposition Universelle.
Fort bien construit, ce récit est aussi l'occasion de nombreux rebondissements et donne lieu à une suite.
Commenter  J’apprécie          420
beauscoop
  14 mai 2020
Dessins très réussis, même avec les faces de personnages caricaturés, les planches décrivant les monuments et bâtiments sont fins et précis. La petite histoire, bien gentille, s'incruste dans le Paris de 1855 avec des scènes steampunk. Quelques pages bien illustrées à la fin de l'ouvrage nous explique les différentes inventions réalisées qui marqueront notre vie courante pour de nombreuses années: machine à coudre Singer, tondeuse à gazon, revolver de M. Colt, le saxophone de M. Sax, et bien d'autres parmi les 23 954 exposants.
Commenter  J’apprécie          250
A_vrai_lire
  16 mai 2019
« Paris, 1855... La femme du lieutenant-colonel Ferrand, un proche du pouvoir, est enlevée par des individus qui souhaitent forcer l'officier à assassiner Napoleon III lors de l'inauguration de l'Exposition universelle. A l'entrée du site choisi pour l'Exposition, Julie Petit-Clou habite dans une roulotte et semble posséder de réels et puissants pouvoirs de voyance. Désireux de retrouver à tout prix celle qu'il aime et persuadé que ses kidnappeurs s'y cachent, Ferrand va proposer à Julie de l'accompagner au coeur de l'Exposition universelle pour les localiser. Commence alors pour le soldat et la jeune voyante un périple trépidant et semé d'embûches. »

En premier lieu je dois dire que j'ai beaucoup aimé le dessin et le personnage de Julie, cette petite fille au courage et au don de voyance incroyable. Elle n'a pas froid aux yeux et est prête à tout pour défendre ce qui lui tient à coeur, comme sa famille et la vérité. En dehors de cela, sur un plan plus personnel, je n'ai pas particulièrement été transportée par l'histoire, le complot contre Napoleon III, révolution industrielle, la représentation de l'Exposition Universelle. Ce n'est pas une époque qui me passionne vraiment et j'ai eu un peu de mal à m'y plonger, même si elle reste intéressante à découvrir.

Pour tout amateur d'histoire je suis sure qu'elle plaira c'est certain! Elle reste une jolie BD qui mêle Histoire, découvertes industrielles, mystère et fantastique par les dons de la jeune fille. La fille de l'Exposition Universelle est un beau mélange pour tout amateur de bande dessinée historique!

Le petit plus de cette jolie BD est le petit dossier qui se trouve en fin de volume et qui regroupe des informations sur la véritable exposition universelle de 1855! de quoi étancher une petite soif de savoir pour ceux qui ne la connaissent pas. C'est très intéressant et une très bonne idée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PriscillaMushu
  30 décembre 2019
Quelle lecture sympa !
J'aime beaucoup ce type de graphisme, ni trop enfantin ni trop adulte.
L'histoire est top. On se retrouve plongé en plein coeur de l'exposition universelle de 1855, époque que j'adore !
On apprend d'ailleurs beaucoup de choses sur cette expo, grâce à l'histoire en elle-même mais aussi grâce aux dernières pages du livre qui sont spécialement dédiées à cet événement phare qui marque la fin du 19eme siècle et le début de l'ère industrielle .
En plus de tout ça il y a des petites touches d'humour très appréciables.
Il existe un tome 2, que je vais lire à coup sûr =)
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (4)
Auracan   19 juillet 2018
Dès les premières pages, on est captivé par ce contexte historique étonnant.
Avec ce premier tome très réussi, voilà un programme particulièrement prometteur !
Lire la critique sur le site : Auracan
BDZoom   16 juillet 2018
Cette nouvelle série d’ouvrages indépendants invite le lecteur à découvrir les Expositions Universelles qui se sont tenues à Paris de 1855 à 1937. Un scénario malin de Jack Manini servi par les dessins lumineux d’Étienne Willem.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Actualitte   05 juillet 2018
La Fille de l'Exposition Universelle, véritable bijou, vous fera plonger corps et âme dans l'époque de la révolution industrielle, du moins aux prémices de celle-ci.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Sceneario   02 mai 2018
Si nous ne la savions pas encore, Willem s'affirme comme un des dessinateurs les plus doués de ces dernières années.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
pilou62200pilou62200   25 novembre 2018
Ça a été notre première grande victoire en Crimée. Pour moi, ma plus grande désillusion et défaite personnelle.
Nous avions ordre, avec mon bataillon de zouaves, de franchir le fleuve pour contourner les forces ennemies.
Nous avons escaladé la falaise, et après nous être emparés de l’artillerie russe, nous l’avons retournée contre les troupes de Menchikov.
Mais nous étions pris en tenaille par le feu russe, attendant vainement les renforts…
…abandonnés par le haut-commandement, voués à une mort certaine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mandrake17mandrake17   05 avril 2019
- Achille a un zizi et c’est ton petit frère.
- Pouah! Il est trop moche! Dis, maman, on peut le jeter?
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Jack Manini (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jack Manini
Jack Manini en interview pour planetebd.com
autres livres classés : exposition universelleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3809 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..