AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Imaginoire


Imaginoire
  26 octobre 2020
« Impact » comme celui que causerait une météorite gigantesque qui après avoir pénétré notre atmosphère s'écraserait sur notre planète en causant d'immenses dégâts apocalyptiques. Une météorite que nous aurions observée longtemps, très longtemps, identifiable au loin par des scientifiques avec de puissants télescopes avant que les astronomes amateurs la voient avec du matériel accessible à tous et enfin que l'ensemble de la population l'observe à l'oeil nu…
Reprenons ce scénario en y modifiant quelques détails. En fait, remplaçons seulement la météorite par le changement climatique, oui oui, celui que nous causons enfin que nos modes de vie, de consommation causent… Et ça si nous devions choisir une date où ces dérives sont dénoncées, présentées à la face du monde je choisirais 1972 et la rapport Meadows, il y a donc maintenant près d'un demi-siècle. Et depuis, la menace des dégâts qu'elles causent ne fait que grossir… A l'oeil nu, nous voyons disparaître les glaciers, la banquise, la biodiversité (60 % des espèces auraient disparu entre 1970 et 2015), les forêts quand, en parallèle grossissent les continents de plastiques, les usines de production de protéines animales, les cultures de soja, les territoires massacrés par l'exploitation des ressources énergétiques fossiles, les stockages de déchets chimiques et les profits, ceux réalisés par quelques multinationales aux mains de ces hommes et femmes avides de pouvoir et d'argent.
Virgil Solal, à l'image de nombre d'entre nous, a vu les dégâts causés loin, en Afrique par exemple où il était amené à travailler, mais un peu comme nous, ce qui se passe ailleurs nous touche mais de loin, on se met des oeillères. Mais un beau jour, alors qu'il va devenir papa, leurs vies à Laura, la maman et lui basculent, la joie d'une naissance se transforme en deuil. le nourrisson ne survivra pas, elle est née, les poumons collés à cause de la pollution atmosphérique, chez nous, en France, à Paris.
Virgil partira en croisade, de celle que l'on mène avec ses tripes, son âme, sans intérêts propres puisque sa vie s'est arrêtée à la perte de son enfant. Ancien militaire, doué, intelligent, maîtrisant les moyens de communications modernes, il s'attaquera aux plus puissants, en commençant par le patron de Total…
Olivier Norek nous avait déjà prouvé à quatre reprises qu'il était un auteur de polars sur qui il fallait compter, il nous a montré qu'il savait sortir des sentiers battus, de sa zone de confort avec « Entre-deux-mondes » un livre inclassable, d'une profondeur incroyable se déroulant en grande partie dans la « jungle » de Calais. Avec Impact, il nous secoue, il s'engage encore plus, il a le courage de ne pas se cacher derrière une fiction, il y dénonce (références à l'appui) la cruauté de l'égoïsme humain. Il utilise son talent de romancier pour nous passer des messages et dénoncer ces grands groupes capitalistes et les gouvernants qui trop souvent leurs servent de marionnettes.
Bravo et respect Olivier. Félicitations également à Michel Lafon d'éditer un tel roman qui en dérangera plus d'un.
Pour finir, une petite note personnelle, comme Virgil, comme l'ont fait, ou essayé de faire les « gilets jaunes », nous pouvons essayer de nous en prendre aux plus hautes sphères de l'Etat pour crier nos colères et demander un peu plus de justice sociale et écologique. Mais, n'oublions pas que nous avons en nos mains un outil encore plus efficace qu'un bulletin de vote ou une manifestation, notre carte bancaire… Grâce à elle, nous pouvons affaiblir les puissants et préserver notre planète, achetons local, de saison, des produits en circuits courts si possible n'ayant pas reçus de pesticides et entourés du moins d'emballages possibles, n'achetons pas ou peu de produits technologiques que nous remplacerons trop souvent, essayons de nous déplacer de manière la plus raisonnable possible, mettons un pull et baissons de deux degrés la température de notre thermostat… Nos parents ou grands-parents ont entamé cette mode de la surconsommation qui détruit notre environnement, nous continuons allégrement mais, ne pouvons nous cacher derrière un « on ne savait pas »… Je ne dis pas que l'on doit vivre comme à l'âge de pierre, juste que l'on soit raisonnables. Quoi que l'on fasse aujourd'hui, la planète se réchauffera encore et nous en souffrirons il ne faut pas se voiler la face. Ce que nous déciderons aujourd'hui, permettra ou pas à nos enfants d'exister dans un monde viable pour notre espèce…

Lien : https://imaginoire.fr/2020/1..
Commenter  J’apprécie          312



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (28)voir plus