AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791091906340
Akibooks (25/01/2014)
4.5/5   4 notes
Résumé :
L’action se déroule de nos jours à Paris. Cal Kaplan a 35 ans. Il est avocat de formation et travaille comme Conseiller du Président d’un grand Groupe, chargé des « sales besognes ». A côté, il tente d’écrire pour le cinéma. Un jour, il rencontre un producteur, via un ami écrivain, pour parler d’un de ses scénarios. Mais, celui-ci trouve qu’il n’est pas assez vendeur et propose d’en faire un « porno soft ». Cal refuse la proposition, mais le destin va en décider aut... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Hillel
  28 janvier 2014
Ne vous attendez pas à un roman fleuve. Ce n'est pas une longue romance contemporaine classique bourrée de dialogues interminables.
Non. Voici un bref roman "peps", à l'image d'un scénario de séries. Un livre pêchu plein de surprises. Une écriture étonnante. Un récit dynamique qui nous embarque au coeur de Paris, à la rencontre de Cal, ce héros-narrateur difficile à cerner.
On suit ce personnage dans les histoires sordides des grandes manoeuvres commerciales. Que ce soit dans le monde des affaires ou celui de l'écriture, notre héros se retrouve en bien mauvaise posture. En bref, on suit le récit de ses propres histoires.
Héros, mais il s'agit plutôt ici d'un anti-héros. Un gars paumé, un trentenaire qui se cherche encore, cherche sa voie, cherche l'amour... cherche son tube de tranquillisants et sa bouteille de scotch. Cherche à éviter les reproches de sa mère, de son banquier... J'y ai vu un petit arrière goût de "Docteur House" et un bon arrière goût de certaines personnes. En effet, c'est complètement plausible et juste, et on trouvera certainement tous un Cal de notre connaissance qui colle au personnage.
Nous suivons ainsi, Caleb Kaplan qui voudrait bien quitter le monde pourri des grandes entreprises. Quitter le rôle d'avocat qui n'a pas d'état d'âme quand il s'agit de "transactions humaines", de licenciements abusifs. Des sales affaires que Cal mène pour le compte d'un "Big-Boss" ingrat et d'un véritable "connard" de président d'un grand groupe. En attendant, il se plaît à cataloguer toutes les personnes qui l'entoure, comme pour exorciser un peu tout ça, il leur donne des surnoms appropriés et les méprise en douce.
Parallèlement à ce monde implacable des affaires, il tente d'écrire et de devenir le nouvel Hemingway! Pourquoi pas. Sauf que, plaire, être reconnu pour son art, faire son nom dans le milieu de l'écriture et du cinéma n'est pas une mince affaire.
C'est dans sa propre descente aux enfers que Cal nous embarque. Il est le narrateur de cette histoire, et nous donne toujours son point de vue bien précis. Sa vie bascule le jour où il se retrouve piégé par ses patrons, victime lui-même de ses propres manigances. Il est ainsi mis à la porte de sa compagnie comme un véritable paria. Et puis, la seule personne qui daigne s'intéresser à ses écrits lui demande de tout remanier version romance érotico-commerciale pour mauvaise série TV... Dans ce contexte Cal sent bien qu'il va devoir se plier et ravaler sa fierté.
Heureusement, dans ce tableau si sombre, une magnifique et intelligente avocate, Julia, devient un peu sa bouffée d'oxygène. Mais pas facile de mener une vie de couple avec "madame parfaite " lorsqu'on vient de se faire traiter comme de la merde par ses anciens patrons, qu'on vient de vendre son âme à un producteur pour qu'il accepte un scénario, qu'on a prés de 37 ans et tout à recommencer, qu'une ex occasionnelle vous fait un chantage improbable... J'en passe et d'autres encore!
Entre le roman psychologique et romantique, j'ai aimé suivre ce personnage à la fois énervant et touchant, qui a toujours une pensée acerbe, un avis sur tout, et une idée bien précise du mal dans lequel il se corrompt lui-même.
Suivre un personnage masculin qui est complètement dépassé mais qui garde tout de même un point de vue drôle et tendre des situations les plus terribles, m'a donné à sourire, à réfléchir...
Mais dans tout les cas, ce livre original et touchant, ne laisse pas insensible.
Un court roman, qui se lit comme un scénario, qui nous embarque facilement par un style dynamique et réfléchi, porté par des expressions imagées, des mots bien pensés et souvent acides... Et puis un anti-héros auquel on trouve bien des défauts et qui finit par attacher un peu le lecteur, sans qu'il ne le voit venir.
C'est réellement sympa original et efficace!
Enfin, on attend une suite en refermant cet épilogue qui nous laisse à penser bien des choses sur l'amour et l'engagement...
Lien : http://leslivresdalily.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ddreambookine
  16 mai 2014
Avant tout, je tiens à remercier l'auteur, Stéphan Pélissier, pour sa confiance ainsi que pour m'avoir donné l'opportunité de lire son premier roman qui sera disponible en version papier dès septembre prochain.
Je ne vais pas vous faire de résumé car celui de la quatrième de couverture en dit déjà bien assez, voire un peu trop … C'est un peu dommage car il ne reflète finalement pas vraiment la personnalité de Cal, que j'ai trouvé plus direct et concis. Mais passons, là n'est pas le sujet !
Dès les premières pages, je n'ai pas pu m'empêcher de détester ce Cal ! Peut-être à cause de son métier et du fait que je l'ai trouvé limite trop sûr de lui et arrogant. Moi qui aime m'attacher au héros de l'histoire, ça commençait mal … Mais, Cal n'est pas vraiment un héros ! Sa sensibilité et ses doutes vont le rendre plus aimable et, finalement, appréciable. Et puis, j'avoue que son répondant et ces répliques parfois cinglantes m'ont donné le sourire ^^
Les péripéties vont s'enchainer pour lui dès la perte de son travail, il va accumuler les claques en pleine figure les unes après les autres. C'est ce qui va le rendre plus accessible, plus sensibles… Mais c'est également à partir de ce moment que j'ai vraiment apprécié ma lecture ! On se met à sa place, on comprend et on finit par compatir.
Il va rebondir comme il le peut en acceptant de revoir son scénario en version "sitcom porno soft" bien que cela ne lui plaise pas du tout. Il va également faire la connaissance de Julia, une jeune et sexy avocate, et nous ouvrir son coeur sur ces sentiments, sans pour autant précipiter les choses. Alors que la vie semble lui sourire à nouveau, des non-dits vont venir tous bouleverser … Un rebondissement tout particulier que je n'avais pas du tout vu venir et qui me donne comme seule envie de lire la suite. Ça ne peut pas se finir comme ça, c'est impossible ! En fait, je ne sais même pas si une suite est prévue (Stéphan, si vous passez par ici … ^^) mais je l'espère vraiment car j'aimerais savoir comment Cal va se sortir de ce merdier (pour parler franchement) !
L'auteur nous offre une lecture très agréable et parfaitement construite. le style fluide et les chapitres très court font que les pages se tournent à toute vitesse. de plus, j'ai beaucoup apprécié que l'intrigue principale soit entrecoupée par des extraits du scénario revu pour plaire au producteur. Un peu comme une petite histoire à l'intérieur de l'histoire principale, elle coupe un peu le rythme effréné du récit qui n'en perd pas moins en intérêt, que du contraire.
En bref, un roman pour lequel je ne regrette pas du tout d'avoir accepté de donner mon avis ! Une histoire très sympathique, bien écrite et avec humour, mais non sans morale.
Lien : http://ddreambookine.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
tribulationsdunevie
  31 mars 2014
Avant tout je souhaite remercier l'auteur, Stéphan Pélissier qui m'a fait confiance en me donnant l'opportunité de découvrir son premier roman "Paris-Baltimore", dont la version papier sera disponible en septembre prochain. En attendant, son roman est disponible en format numérique ICI

Qu'est ce qu'un bon roman sans personnages ? Ici, pas besoin de plusieurs protagonistes pour rentrer dans l'histoire. Tout se focalise sur Cal, personnage qu'on ne peut s'empêcher de détester dès les premières pages. Imbu, sur de lui, arrogant, il a tout pour déplaire, jusqu'à son métier. Mais sa vie va basculer petit à petit, rythmée par des catastrophes qui s'enchaînent à la vitesse de la lumière. Il va accumuler les coups durs ce qui va avoir pour conséquence une humanisation du personnage au fil des chapitres. Une évolution qui va le rendre presque attachant alors qu'il se retrouve face aux difficultés de la vie. On a tous déjà vécu une période où rien ne va, où chaque jour apporte son lot de problèmes. C'est ainsi que l'on s'attache à Cal en comprenant et en partageant ce qu'il peut ressentir face à sa situation.

Le roman est parfaitement construit, divisé en plusieurs courts chapitres bien définis. L'auteur nous offre ainsi une lecture des plus agréables. Les pages défilent sans s'en apercevoir. Preuve est que j'ai lu ce roman en une seule fois tellement le style utilisé est fluide. L'intrigue principale est entrecoupée par des extraits du scénario que Cal écrit pour une sitcom. Un rythme est donné au récit où l'ennui n'a pas sa place.

Derrière l'histoire de Cal, Stéphan Pélissier nous offre une subtile satyre de notre société de consommation et de la place de chacun dans le monde du travail. "Paris-Baltimore" et donc à aborder en double lecture pour l'apprécier en son intégralité. Une lecture qui peut ainsi toucher un large public.

Un premier roman très prometteur pour Stéphan Pélissier. Une écriture fluide, simple, organisée mais pas formatée. J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre l'histoire de Cal. Un roman détente mais pas vide de sens que je conseille à qui veut passer un bon moment. Un auteur à suivre avec un roman qui ne risque pas de passer inaperçu.
Lien : http://tribulationsdunevie.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
HillelHillel   31 janvier 2014
Soudain, Miss "Dellabônasse" a murmuré, avec sa petite voix de cristal, quatre petits mots merveilleux "merci pour le café". Avant de lâcher sur moi sa bombe et m'indiquer, en gros, que son client voulait ma tête sur le billot et 400 000 euros.

"Il n'a qu'à jouer à l'euro-millions ton gus", voilà les premiers mots qui me sont venus à l'esprit. je les aurais bien balancés à Maître Della-Machi-Chose, si mon boss n'avait pas été en train de me regarder avec cet air de matador qui veut couper les oreilles et la queue de son taureau.

"Pour ma défense, Maître Bennavista" (j'écorche toujours les noms de mes adversaires, c'est un principe). Elle a tout de suite réagi. "Ce n'est ni Bennavista, ni Bennaquista, ni Béniouioui, c'est Dellavista, je pense qu'une personne comme vous n'aura plus de mal à retenir un nom comme celui-ci". ("Ton nom je ne sais pas mais ton décolleté, je te jure que non", je pensai). J'enchaîne "Ecoutez, Maître Dennavista. Votre client peut prouver nothing, nada, rien. Et vous le savez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HillelHillel   03 février 2014
Une heure plus tard, elle me lança "C'est un plaisir de faire affaire avec vous". Et, avant de quitter le bureau, me montrant son blackberry, fit allusion à mon numéro de tout à l'heure: "au fait, si ça vous intéresse, il ne m'a pas rappelé".
Moi (un peu agacé): "ça ne m'étonne pas!"
Elle:" Vous avez mon numéro au cas où" en me gratifiant d'un clin d'oeil.
"La garce", ai je lâché, une fois qu'elle avait quitté le bureau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
HillelHillel   31 janvier 2014
"Maître Zeta-Jones" entra avec mon café à la main: "alors, c'est ici la salle des tortures?"
Moi:"tout dépend des instruments que vous affectionnez"
Commenter  J’apprécie          10
ddreambookineddreambookine   16 mai 2014
Finalement, je me disais qu’on était tous cinglés ici. Mais, que j’avais peut-être un tout petit avantage sur eux. Moi, j’avais conscience de l’être.
Commenter  J’apprécie          10
ddreambookineddreambookine   16 mai 2014
Écrit sur fond de comédie, « Paris – Baltimore », n’en est pas moins une critique de la société moderne et de ses maux (superficialité, facilité, désir de célébrité, gloire éphémère).
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : anti-hérosVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Stéphan Pélissier (1) Voir plus




Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
323 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre