AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,32

sur 19 notes
5
0 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
1 avis
lyoko
  19 avril 2021
Quelle joie je me faisais de lire ce roman. La couverture est magistrale et puis la fantasy avec l'univers steampunk.. en fait ce roman avait tout pour me plaire. Mais au vu du temps que j'ai mis pour le lire... Je suis en fait vite redescendue.

J'ai trouvé ce roman ennuyeux. Il a fallu du temps, trop de temps, avant de pouvoir rejoindre les intrigues tournant autour des deux personnages principaux.
J'ai trouvé James trop passif a mon goût. Je n'ai donc pas accroché aux personnages.
L'intrigue a par moment réussi à me faire regagner un peu d'intérêt mais juste un peu.
Et c'est sans compter sur cette fin qui reste trop ouverte.

Le fait que ce roman ne soit pas estampillé tome 2 a sans doute nuit a la lecture.
Tout comme la possibilité fort probable d'une suite. Je n'ai pas eu de réponse ou alors top légère pour une fin digne de ce nom

J'aurais du passer mon tour avec ce roman.

Je remercie tout de même Babelio et les éditions ActuSF.
Commenter  J’apprécie          6511
florencem
  23 mars 2021
Je n'ai malheureusement pas accroché, et cela dès le départ… C'est bien dommage car il y avait pourtant tous les ingrédients pour que je passe un très bon moment avec Ex Dei… de la fantaisie avec une pointe de frisson, et un mystère à résoudre, c'est habituellement parfait pour moi.

Mais voilà, nous commençons directement par Marion rompant avec son mari. La scène est désagréable à voir, ce qui retranscrit tout à fait l'état d'esprit de notre héroïne. Cependant, même si on comprend pourquoi, elle n'apparaît pas sous un très bon jour, pour moi. Et pour lancer le récit… Ça manque de punch. Puis vient James. Plus d'action pour nous présenter le voleur, mais très vite j'ai eu l'impression qu'on était plus dans une introspection de sa vie que d'une réelle mise en bouche. La suite n'a pas su me convaincre d'ailleurs, même si l'intrigue entourant Marion a réussi tout de même à me décider à finir le roman.

Marion est donc une aristocrate faisant partie du Cercle, un groupe secret et élitiste d'historiens. Un danger rôde rapidement autour des membres et quand l'enquête commence, nous sommes tout de suite intrigués grâce à d'étranges révélations. Une ambiance noire et paranoïaque s'installe, des trahisons, des secrets et tout ce qu'il faut pour se laisser happer dans ce mystère qui a de quoi faire frissonner. Mais, malheureusement, même si pour moi, cette partie est clairement ce qui a sauvé ma lecture, je n'ai pas tellement adhéré à la conclusion qui laisse beaucoup trop de questions en suspens et a quelque chose de trop manichéen.

Pour James… j'ai eu l'impression de voir le héros se laisser faire. Il est balloté par les événements sans vraiment réagir. Il fuit, se fourre dans encore plus de pétrin, laissant des morts à foison sur son sillage. La résolution du mystère de cette intrigue est décevante, voire ridicule en un sens quand on découvre qui est derrière le contrat mis sur le dos de James et ses raisons. Les choses reprennent un peu plus de piquant quand le voleur retrouve ses anciens camarades et où son destin est de nouveau lié à celui de Marion. J'aurais aimé les voir plus interagir ensemble et surtout le faire plus tôt. Quoique les passages à répétition pour avoir le point de vue de l'un puis de l'autre étaient assez ennuyeux. Tout comme le fait de ne pas toujours savoir qui est le personnage mis en avant dans les chapitres.

La fin est assez étrange. Nous n'avons pas d'explication réelle (sûrement pour un troisième tome) en ce qui concerne le grand méchant, ses raisons, ses acolytes, son but. Un autre personnage reste aussi un mystère pour moi, alors qu'il avait réussi à gagner mon intérêt en sauvant James de façon assez spectaculaire. Et puis les dernières pages… Que dire… Encore une fois ne comprenant pas l'antagoniste, il est vraiment compliqué d'appréhender la conclusion. Je veux dire, j'ai cherché d'autres pages dans l'espoir d'avoir des réponses et de ne pas finir sur cette « fin » (à double sens ici).

Je ne sais pas si c'est réellement une trilogie, car il me semble que La stratégie des as est plus ou moins un premier tome (même si sans l'avoir lu, je n'ai pas été gêné), mais clairement, j'espère pour les lecteurs qu'il y aura une suite. Parce que l'ensemble manque de structure et de réponses, ce qui est fort dommage vu que l'univers est intéressant et les personnages demandent à être plus approfondis encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Aelinel
  20 mars 2021
En conclusion, bien qu'Ex dei présente quelques petits défauts de narration (incohérences, Deus ex Machina, précipitations de certains évènements et chute peu convaincante), pour ma part, j'ai beaucoup apprécié cette lecture. le style est encore une fois très fluide et permet de se plonger facilement dans l'univers visuel de Damien Snyers. L'arc narratif de Marion est passionnant (et moi aussi, je veux faire partie du Cercle!) et les valeurs présentes dans ce roman correspondent aux miennes. Bref, à vous de vous faire votre propre opinion maintenant!

Pour une chronique plus complète, rendez-vous sur mon blog :
Lien : https://labibliothequedaelin..
Commenter  J’apprécie          110
JessieL
  23 mars 2021
Dans Ex Dei, on retrouve l'Elfe James. Fidèle à lui-même, il est toujours un monte-en-l'air, continuellement en quête d'adrénaline. Avec Mila pour unique associée, il continue à monter des coups, plus pour se prouver qu'il n'a pas perdu la main que par réelle nécessité financière. C'est comme cela qu'avec sa comparse, ils pensaient tranquillement dévaliser un aisé de la haute, mais qu'ils se sont finalement retrouvés pris en chasse par des assassins, déterminés à les éliminer. Quand on passe son temps à voler et à arnaquer les autres, comment savoir laquelle de ses victimes a décidé de se venger ? Emporté dans une succession d'aventures qui l'amènera à recroiser de vieilles connaissances, des amis chers ou encore des ennemis jurés, James pourra-t-il encore espérer garder la main sur cette partie qui le dépasse ?

Dans Ex Dei, on renoue avec certains des personnages de Damien Snyers, rencontrés dans le tome précédent. Ici, l'auteur alterne les points de vue narratifs en donnant tantôt la parole à James, tantôt à Marion. Tous deux vivent des aventures différentes mais on sent très vite que l'auteur va les réunir à un moment donné de l'intrigue. A travers ses protagonistes, Damien Snyers revisite des clichés en les remaniant largement. Ainsi, James incarne la figure du gentleman cambrioleur. Bluffeur de première, il est passé maître dans l'art d'arnaquer ou de voler son prochain, mais il le fait avec beaucoup de panache. Personnage haut en couleur, l'auteur lui a même ajouter ici un petit côté "Robin des Bois" puisqu'il ne vole plus pour survivre mais juste par plaisir, alors il redistribue, bien volontiers, son butin aux plus démunis. En outre, James a une autre particularité, il s'agit d'un Elfe, car dans l'univers de Damien Snyers, on croise aussi bien des humains que des Trolls ou des Elfes. Il met donc en scène une société très cosmopolite. Il y a également des immortels, à l'image de Marion qui appartiennent au Cercle, une société secrète dont les membres se désignent comme les Historiens. Beaucoup sont des Mages et possèdent de grands pouvoirs, leur permettant d'occuper de confortables positions sociales dans cette société très inégalitaire. Mais, finalement on sait très peu de choses sur eux. Concernant Marion, elle est télépathe. Qualité rare parmi ses pairs qui lui permet de sonder les personnes qu'elle croise. Libre et indépendante, avec elle, Damien Snyers nous brosse le portrait d'une femme forte que l'on apprécie de suivre. L'auteur nous propose donc une palette variée de personnages avec des personnalités bien trempées. Ils constituent un gros point fort de ce livre car ils sont clairement très attachants.

D'autre part, Ex Dei est une oeuvre foisonnante autant du point de vue des multiples clins d'oeil littéraires et cinématographiques que des problématiques que l'auteur soulève. On sent le plaisir qu'il a pris à nourrir son texte de ces éléments qui viennent établir une belle complicité avec ses lecteurs.

Parmi ses questionnements, il aborde, d'ailleurs, des thématiques importantes comme la xénophobie, l'intolérance ou encore la servitude des minorités.

De même que l'auteur emprunte ici au roman d'espionnage pour venir nourrir son intrigue, à travers l'infiltration de cette société secrète par un inconnu dont on ne sait rien. Les héros de Damien Snyers vont devoir s'unir pour tenter de percer son identité et de comprendre la raison de ses agissements. Dans ce second volet, le Cercle est en danger et les Historiens sont ébranlés dans leurs certitudes. A travers eux, on touche à quelque chose d'intéressant mais dont il nous manque encore quelques clés de compréhension. Pour moi, c'est la petite faiblesse de ce roman car l'auteur n'a pas levé le voile sur tous les mystères planant autour. de plus, j'ai connu un moment de flottement dans ma lecture, survenu au milieu du récit et il m'a, quand même, fallu avancer de quelques pages pour reprendre le fil.

A mon sens, cet univers mériterait l'écriture d'un autre livre pour faire jour sur ces non-dits, sans parler de la fin qui m'a juste laissée sans voix. En effet, l'auteur conclut son livre sur une note inattendue mais quelque peu incompréhensible. Avec une telle conclusion, j'espère que cela cache en réalité l'appel à une suite.

En somme, Ex Dei, c'est un bel univers steampunk qui mêle l'action et l'humour avec beaucoup de finesse. On espère juste y continuer notre exploration afin de balayer nos frustrations des dernières lignes. A suivre sur Fantasy à la Carte.
Lien : https://fantasyalacarte.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
oursinculte
  18 mars 2021
Je termine donc la pile de sorties ActuSF de février 2021 avec Ex dei de Damien Snyers, suite au très bon La stratégie des as qui ne dit pas qu'elle est une suite mais qui l'est quand même un peu.

James, notre cher elfe voleur, se la coule douce en Afrique avec sa petite fortune et sa camarade de jeu Mila. Il s'est rangé pour profiter de sa retraite mais le frisson lui manque et il finit par replonger, quitte à récolter quelques ennuis au passage. Marion est une Historienne, membre d'un club élitiste qui archive et recoupe les vérités cachées de l'histoire, et au passage s'est débrouillé pour ne plus vieillir. La plupart des membres sont vieux de plusieurs siècles, et Marion commence à s'emmerder un peu avec son mari après 10 ans d'union. Mais l'arrivée d'un nouveau membre potentiel à leur joyeuse bande pourrait bousculer pas mal de choses.

Le nouveau roman de Damien Snyers part sur deux intrigues séparées qui mettent longtemps à se rejoindre. Et le lien entre les deux est fort mince jusqu'à la fin, donc on a parfois l'impression de lire deux bouquins mélangés. Et c'est marrant, parce que j'ai adoré un des deux, et pas vraiment le second. L'histoire de Marion a une ambiance vraiment convaincante dans une atmosphère de société secrète de la bourgeoisie. le club des aristos férus d'histoire s'avère plaisant à découvrir, et quand ça commence à sentir le roussi, on est happés par le mystère qui entoure notre protagoniste.

Par contre, j'ai trouvé les aventures de James complètement décousues, sautant d'une mini-péripétie à la suivante bien trop vite, sans qu'elles soient vraiment liées par autre chose que le hasard, ou un mince concours de circonstances, dans le seul but de faire débarquer James à Nowy-Kraków pour rejoindre l'histoire de Marion. Et, sans oublier une petite scène de torture un peu gore qui surprend au milieu d'un roman aussi light, Damien Snyers a peut-être voulu déclarer son amour à Volte-face mais je vois pas ce que ça fout là. Cet arc est sauvé seulement quand l'auteur capitalise sur le roman précédent en faisant ressurgir le passé. On est heureux de recroiser quelques têtes connues et l'alchimie de groupe fonctionne toujours. C'est pourtant dommage que le livre se termine sur le rythme décousu qui a caractérisé l'arc de James, avec une résolution un peu expédiée, peu satisfaisante, et un dernier chapitre en coup de théâtre « ouate ze phoque » sorti de nulle part.

Je préfère garder en mémoire l'intrigue de Marion avec sa mise en place maîtrisée et son rythme plaisant. J'ai aimé les relations de ces personnages et le mystère qui plane sur leur organisation. Même si j'avoue avoir parfois tiqué sur les relations de couples un peu caricaturales. Mais y'a vraiment des scènes marquantes dans cet arc, le double-jeu des personnages et globalement la progression de l'intrigue est très satisfaisante… Jusqu'à la résolution finale qui n'avait pas grand sens à mes yeux… J'ai pas compris, en fait… On apprend qui est vraiment le coupable, mais j'ai pas compris son but. Peut-être que j'ai un peu décroché sur la fin, mais c'était bien confus.

Oui, Ex dei a été une déception pour moi, surtout en ayant beaucoup apprécié le premier roman de Damien Snyers. Y'a de bonnes choses, mais l'ensemble m'apparait tellement décousu, manque d'une structure et d'un mystère plus solides. Il reste des personnages attachants, toujours, et l'ambiance folle de cet univers, mais l'intrigue ne m'a jamais vraiment convaincu.

Roman reçu en Service Presse de la part d'ActuSF, merci à eux.
Lien : https://ours-inculte.fr/ex-d..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nanet
  25 juillet 2021
Deux héros séparés et qui cherchent à se retrouver ! Voilà une des lignes d'intrigue de ce roman fantasy de Damien Snyers : Ex Dei.
Premier tome ?

A ce jour, et malgré des avis positifs, je n'ai pas été assez convaincue par ce roman pour lire le premier tome de cette série qui ne veut pas en être une.

Néanmoins, la plume de l'auteur m'a plu et je lirai donc une autre de ses créations.


Au final
Les mots pour : plume fluide, personnage de James, fin du roman.

Les mots contre : lenteur, manque de rappels des évènements du premier roman, manque d'informations sur les races.


En bref : un livre porté par une jolie plume, mais qui n'a pas su totalement m'envouter. Beaucoup d'éléments auraient mérité d'être approfondis ou rappelés.
Lien : https://www.lesmotsdenanet.c..
Commenter  J’apprécie          00
A_la_croisee_des_pages
  17 juin 2021
Ex Dei est la suite de la stratégie des as mais peut se lire indépendamment. Dans ce roman on suit deux arcs narratifs qui finiront par se rejoindre. Dans l'un c'est James, l'elfe cambrioleur, qui essaie d'échapper à ses poursuivants à la suite d'un casse raté. Dans le second c'est Marion, membre d'une société secrète possédant un mystérieux artefact, qui cherche à la fois à rester en vie et à protéger sa cabbale. le tout dans un univers possédant des touches de fantasy et de steampunk, avec ses elfes et autres trolls et sa technologie mécanique.
C'est un roman que j'ai trouvé divertissant. Même s'il y a quelques longueurs dues à des « routes secondaires », j'ai bien aimé la partie narrative entourant Marion. L'univers n'est pas très consistant mais cela laisse de la place pour l'avancée du scénario. Damien Snyers à une écriture très fluide et n'hésite pas à parsemer son texte de notes d'humour. Après l'énorme coup de coeur que j'avais eu pour La stratégie des as, j'ai été content de retrouver cet auteur. Même si Ex Dei ne restera pas dans les annales, il m'aura fait passer un très bon moment de lecture.

Lien : https://librairiealacroiseed..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MilleetunepagesLM
  29 mai 2021
Le commentaire de Cathy :

Damien Snyers est un auteur que j'ai découvert lors de la lecture de son roman " la stratégie des as ", j'avais beaucoup aimé l'univers qu'il nous avait proposé, un mélange entre la fantasy et le steampunk.
Cette nouvelle histoire est dans la même veine, c'est avec un énorme plaisir que j'ai retrouvé des personnages déjà rencontré précédemment.
Marion, membre d'une organisation secrète, est en possession d'un artefact qui attise les convoitises.
James est un elfe expert en cambriolage, pour se prouver qu'il a toujours le coup de main, il décide de dévaliser un homme riche, accompagné de son associée Mila.
Ils étaient loin de se douter qu'ils allaient être pris en chasse par des assassins, qui leur en veut à ce point ?
L'auteur nous fait suivre son histoire en alternant les points de vue, suivant les chapitres, nous suivons James ou Marion, j'aime beaucoup cette façon de faire, je trouve que cela donne beaucoup de rythme à un récit.
J'ai apprécié cet univers steampunk où les elfes, les demi-elfes, les trolls et les humains cohabitent.
Le personnage de Marion reste un mystère pour moi, la jeune femme est immortelle, j'aurais aimé avoir un peu plus de renseignements concernant cette particularité.
Une intrigue se met très vite en place, j'ai été embarquée par ce récit, je me posais énormément de question sur ce personnage qui a infiltré la société secrète.
L'auteur m'a permis de passer un très bon moment de lecture, j'ai été surprise par la fin qu'il nous propose, j'ai ressenti une grande frustration.
Ce roman mêle action, suspense et une bonne dose d'humour, je serai ravie de me replonger dans cet univers lors d'une prochaine lecture.
Lien : https://lesmilleetunlivreslm..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PtiteKyla
  26 mars 2021
Un grand merci aux éditions Actusf grâce à qui j'ai pu découvrir ce roman.

Ce qui m'a attiré en premier, c'est la couverture, je trouve les illustrations vraiment jolies. Les deux personnages principaux sont bien représentés, même si je m'imagine plus James avec une peau blanche presque translucide plutôt que dans les tons violets.
Le résumé m'a également bien accroché, ce monde steampunk empli de magie et peuplé d'elfes et de trolls m'a tout de suite paru très attrayant. C'est un univers que je côtoie peu mais qui m'intéresse beaucoup.

Passons à la lecture :
Tout d'abord, je ne savais pas que c'était une suite. Et cela m'aurait peut-être été plus facile de comprendre certains souvenirs si je l'avais su avant. Mis à part le fait que certains non-développements sur les événements du premier tome m'ont laissé sur ma fin, ça n'a pas gâché ma lecture.

Je m'attendais à ce que Marion et James se retrouvent plus tôt dans l'histoire. J'ai cependant bien apprécié leurs aventures respectives.
Les descriptions sont claires, je n'ai eu aucun mal à visualiser ce monde où se côtoient la technologie et la magie.
Rien à redire sur les personnages, je les ai tous apprécié, James peut-être un peu plus que les autres. Je pense que c'est dû à son côté chevaleresque non assumé.

La seule grosse déception, c'est la fin. Pas mal de petites choses restent sans réponses. Quant au dernier chapitre, il m'a laissé un goût amer lorsque j'ai refermé le roman.
Avec un peu de chance il y aura une suite qui permettra de faire la lumière sur mes interrogations.

Au final : une lecture plaisante tout du long mais avec une fin qui ne me plaît pas du tout. J'espère que vous n'aurez pas le même ressenti que moi en terminant cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AmeliaChatterton
  21 mars 2021
Après la Stratégie des As, j'ai retrouvé avec plaisir James, l'elfe voleur et Marion, l'Historienne immortelle. Loin d'une nouvelle histoire de braquage, l'auteur nous embarque pour une autre aventure où le danger sera omniprésent et où les personnages renoueront avec leur passé. Un service presse que j'ai beaucoup apprécié et pour lequel je remercie les éditions ActuSF.

Il n'est pas nécessaire d'avoir lu La Stratégie des As ou la nouvelle gratuite Les Cambrioleurs rêvent-ils de dinosaures mécaniques pour apprécier cette nouvelle aventure. de nombreux rappels sont réalisés par l'auteur tout au long du récit qui vous permettent de ne pas être perdus.

Néanmoins, je vous préconise de lire La Stratégie des As avant Ex Dei, car Ex Dei est une suite directe (même si ce n'est pas présenté comme tel) et vous risquez de vous spoiler une bonne partie de la première aventure. 😉

Vous pouvez retrouver mon avis sur le premier opus et la nouvelle en cliquant sur les liens des titres ci-dessus.

Une double intrigue à deux voix

Damien Snyers nous propose un roman basé sur deux personnages qui vivent deux aventures séparées pour mieux se retrouver.

Après La Stratégie des As, où James avait réalisé un braquage audacieux qui l'avait rendu riche à millions, le voleur a décidé de se ranger en Afrique avec Mila, un membre de sa bande afin de profiter du bon temps. Mais les vieilles habitudes ayant la vie dure, il va tenter un casse pour le plaisir… qui va très mal se terminer et l'obliger à fuir. Car James est recherché, mais il ne sait pas par qui, et c'est ce qui va nous tenir en haleine pendant la première moitié du récit.

Pendant ce temps, Marion, immortelle, télépathe et appartenant au Cercle des Historiens (organisation secrète oeuvrant pour la collecte de l'Histoire du monde de façon objective), a décidé de divorcer de son mari après 10 ans de mariage. Retrouvant son indépendance, elle est victime d'une tentative de vol sur l'artefact qui permet au Cercle de rester immortel, puis constate que quelqu'un cherche à les infiltrer et à les détruire. Elle va alors demander l'aide de James, sans se douter que de son côté, il est aussi en danger.

L'intrigue, pleine de suspense, est proposée du point de vue de chacun des deux personnages principaux. Cela apporte du dynamisme au récit, nous faisant naviguer d'une histoire à une autre.

On découvre le fonctionnement de la société des Historiens, ce que sont devenus les membres de la bande de James (occasionnant des sous-intrigues), et une partie de l'univers jusque là inconnu : une version revisitée de l'Afrique à la sauce magico-steampunk, qui change de l'atmosphère glauque de Nowy Krakow d'où viennent la plupart des personnages.

L'auteur nous plonge dans un univers magique avec des mages qui apportent la technologie au peuple et régulent la météo. Il y ajoute quelques éléments steampunk comme des moyens de transports incongrus : Calèches automatisées à vapeur, Araignées géante de course… Ici la magie est l'énergie qui permet aussi à certaines inventions de fonctionner comme la machine à glaçons ou le coffre-fort avec dimension temporelle.

Cependant, malgré un récit riche et dynamique, j'ai trouvé trois bémols à cette intrigue :

Tout d'abord, le commanditaire qui cherche à tuer James est vite trouvé et son histoire réglée en milieu de roman. J'aurais aimé plus de développement ou de rebondissements, et cela m'a laissé sur ma faim, même si je comprend la logique de l'auteur : c'est en fait un retour de bâton que subit James pour ses actions passées.

Ensuite, en deuxième partie de roman, quand les deux personnages se retrouvent, j'ai trouvé ennuyeux le fait de relire la même scène du point de vue de chacun. Cela apportait parfois des éléments supplémentaires, mais rallongeait considérablement la durée de l'histoire. de plus, parfois il m'a fallu un petit temps d'adaptation selon les paragraphes pour comprendre quel point de vue était abordé.

Enfin, la résolution finale très abrupte m'a laissée pantoise. L'auteur utilise le procédé du Deus Ex Machina (au sens propre) que j'ai trouvé maladroit. J'ose espérer un troisième volume afin de laisser les nombreuses questions en suspens car c'est impossible de laisser cette histoire se terminer ainsi.

L'approfondissement de deux personnages

Dans ce deuxième opus, on sent une volonté de l'auteur de développer davantage ses deux principaux protagonistes, contrairement au premier où il était question d'une esquisse pour mieux se concentrer sur l'action.

Ici, Damien Snyers nous propose le portrait d'un elfe voleur qui est devenu plus mature, plus soucieux des autres, depuis qu'il est devenu riche. de crève-la-faim, il est devenu Robin des Bois mais le manque d'activité physique l'a rendu moins alerte, malgré la subsistance de ses principes de voleurs.

Avec l'opulence, James prend le temps de l'introspection et cela se ressent dans le récit : il repassera au village de son enfance se renseigner sur ses parents, réalisera un pèlerinage sur la tombe de son ancien mentor, retrouvera ses anciens amis, ne s'engagera plus dans une vie de débauche…

Le fait d'être recherché va le faire sortir d'une zone de confort qu'il avait du mal à assumer, et il sera presque content de fuir, même si le besoin de souffler se fait ressentir par moments, preuve que finalement, il s'était peut-être habitué à la vie de riche.

Ses actions seront plus réfléchies à cause de son âge et il se rendra compte que l'argent peut aider à se sortir de situations compliquées avec moins d'efforts.

A côté de James, Marion réalise également une introspection, mais sur sa vie d'immortelle. En se séparant de son mari, elle se rend compte qu'elle ne peut rester avec le même homme plus de 10 ans et espère trouver un compagnon qui renversera cette tendance. Avec son exemple, l'auteur interroge aussi la manière de vivre quand on a plusieurs siècles, et de pouvoir encore évoluer malgré tout, pour soi, et au contact de l'autre.

Par ailleurs, le don de télépathie de Marion sera abondamment abordé pendant le récit et de façon très intéressante : les cerveaux des gens sont comparés à des maisons mentales avec des pièces à souvenirs, des salles de commandes, des éléments effrayants. Et en fonction de la personnalité de chacun, la maison sera différente : délabrée, luxuriante, labyrinthique… ce qui donnera un aperçu de personnages avant même qu'ils n'agissent dans l'histoire.

Mais ce don ne va pas sans heurts : migraines, fatigue sont les maux qui accompagnent l'utilisation de son pouvoir par Marion. On questionnera aussi son don à des fins lucratives en lui demandant de devenir un outil pour connaître les secrets des autres Historiens afin de se prémunir de toute menace (ce qui va à l'encontre de son éthique, de la vie privée des autres et de ses relations avec eux).

Un univers magique qui interroge notre réalité

Avec Ex Dei, et sous couvert d'un univers magico-steampunk, l'auteur distille quelques éléments de réflexion à l'intention du lecteur, qui interroge sa réalité.

La question du racisme envers les êtres magiques et les métisses déjà présente dans La stratégie des As, est à nouveau rappelée à travers le personnage de James, mais aussi de Jorg, le troll, et Elise, une demi-elfe qui a ouvert un club réservé aux métisses. Dans cet univers, à moins d'être riche, les elfes sont méprisés et invisibles aux yeux des humains, les trolls ont le statut de meubles et peuvent être exécutés ou rien, et les métisses, êtres stériles sont à peine tolérés. L'existence du Club d'Elise reste fragile, et une demi-elfe enceinte peut se voir privée de ses droits si les mages estiment qu'elle peut être un bon sujet d'expérience.

Pour lire la suite de ma critique, rendez-vous sur :
Lien : https://lestribulationsdemis..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3739 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre