Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2356480668
Éditeur : Editions 12 bis (2009)


Note moyenne : 4/5 (sur 94 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Pour se venger et fuir, Isa choisit l'exil.
Passagère du vent sur les routes océanes, elle subit les guerres, rencontre les prisons et découvre l'horreur des traites négrières qui assurent l'enrichissement des Amériques et des Antilles. A jamais éprouvée par tour... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (9)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par MissG, le 27 août 2012

    MissG
    Louisiane, 1863.
    Zabo, jeune fille d'à peine dix-huit ans, se retrouve seule : ses parents sont morts, son petit frère a été assassiné un an auparavant et elle vient d'être chassée de sa maison à la Nouvelle-Orléans.
    Il ne lui reste plus comme famille qu'une vieille dame de près de cent ans qu'elle va rejoindre, escortée d'un reporter : Quentin Constans.
    Suivre le périple de Zabo, c'est suivre le cours du Mississipi, traverser le Sud des Etats-Unis, se perdre dans les bayous.
    Il se dégage de ce livre 1 une ambiance moite, lourd du Sud des Etats-Unis, avec en toile de fond l'opposition Nord/Sud, entre les abolitionnistes et les esclavagistes.
    Le personnage de Zabo est extrêmement attachant et ce dès le début.
    C'est une jeune fille vive, qui ne mâche pas ses mots, avec du caractère, un brin aguicheuse qui lui vaudra cette mise en garde de Quentin : "Ne jouez pas trop avec les hommes ! … Et jamais avec les soldats ! Mieux vaut passer pour une gourde que de leur sembler garce. Bien loin de provoquer, faites plutôt en sorte qu'on vous croie mariée.".
    Zabo est sûre d'elle, sans doute un peu trop, et sûre de ses choix : "Moi ? Je ne veux aimer personne ! … Comme ça, pas de désillusion. Attendez-vous au pire, vous ne serez jamais déçu !".
    Sa relation avec Quentin, constituée de pics et de joutes verbales, est intéressante et se développe tout au long de l'album : "Je déteste votre façon de m'imposer le silence.".
    Mais la surprise de ce sixième tome, et ce pour la plus grande joie du lecteur, c'est de retrouver Isabeau en vieille femme de près de cent ans, et Zabo lui doit d'ailleurs son prénom : "Deux Isabeau Murrait, c'est un peu compliqué.".
    Ainsi, le lecteur découvre ce qu'il est advenu d'Isabeau depuis ce 29 mars 1782 où le lecteur l'avait laissée.
    Elle revient par le biais de ses notes sur son passé et très vite la curiosité de Zabo la pousse à l'interroger et c'est alors un retour dans le passé.
    Ce sixième tome était attendu car j'avais trouvé que le cinquième se terminait avec un goût d'inachevé.
    Plus volumineux que les précédents albums, il est encore plus prenant et se découpe lui-même en deux livres, la fin donnant envie de savoir la suite (et la fin) du périple d'Isabeau.
    "La petite fille Bois-Caïman" est un régal à lire.
    Je trouve que le contexte est très bien choisi, et visuellement il est plus réussi que les précédents.
    Les traits du personnage de Zabo sont sûrs et je trouve ce personnage très joli, plus harmonieux qu'Isabeau.
    Par contre, du côté des hommes le trait est encore un peu hésitant et Quentin, sans en être une pale copie, est un soupçon trop proche de John.
    Les couleurs sont très belles et contribuent à l'ambiance générale qui se dégage de cet album.
    Deux générations se sont écoulées depuis la solitude d'Isabeau en mars 1782.
    La jeune femme a mûri : "Voir n'est pas savoir.", a vécu des moments difficiles mais finalement s'est mariée et semble avoir mené une vie palpitante.
    "La petite fille Bois-Caïman" livre 1 est non seulement agréable à lire mais également addictif et c'est avec plaisir que le lecteur découvre ce qu'il est advenu d'Isabeau.
    François Bourgeon a ressenti la nécessité de conclure l'épopée d'Isabeau et ce sixième tome est le bienvenu, suite et fin des aventures d'Isabeau et de Zabo dans le livre 2.

    Lien : http://lemondedemissg.blogspot.fr/2012/08/les-passagers-du-vent-tome..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par lesangdeslivres, le 02 août 2014

    lesangdeslivres
    La couverture est très belle et riche en couleurs. On voit une jeune femme dans une cabane attachant les bretelles de son pantalon et regardant d'en bas vers le fond de la cabane. Nous nous apercevons vite que ce qu'elle regarde est un homme qui vient de rentrer car nous voyons sa carrure en ombre chinoise contre le bois de la cabane.
    Nous commençons cette BD par une atrocité sans nom qui sévit près de la Nouvelle-Orléans en 1862. L'esclavagisme est bien présent dans cette période et nous vivons dans un monde de guerre entre les personnes noires et les blancs.
    Nous suivons une jeune femme Isabeau dite Zabo dans toute cette histoire et nous comprenons très vite qu'elle a un caractère bien trempé et qu'elle ne fera pas les choses comme les soldats qui ont envahis le pays le voudraient. Cette jeune femme va aider ses amis, noirs, et va tout faire pour mener à bien sa mission. Bien que la mission soit primordiale pour elle, les sentiments prendrons le dessus et Zabo va voir sa vie se chambouler et ça ne sera plus seule qu'elle ira l'accomplir.
    La violence de certains personnages est vraiment impressionnante et à ces moments précis, l'auteur nous remet entièrement dans la triste réalité de la vie avec la guerre.
    Nous sommes plongés un instant dans un peu de calme ce qui allège le court de l'histoire et cela fait du bien. Puis nous revoici de nouveau de retour dans une vie à cent à l'heure mais dans les souvenirs qu'une vieilles dame raconte.
    Bien que ce livre ne laisse pas une minute de répit aux lecteurs, nous retrouvons toutes sortes de sensations et de sentiments. Tout ce mélange dans cette histoire. Entre la tristesse, la gaieté. La force et la faiblesse. Les sentiments et les déchirures. Tout ceci renverse le lecteur et fait voir la triste réalité de la vie de ces nombreuses famille dans cette époque.
    Ce qui peut faire peur dans ce livre, ce sont les changements de langues. Mais rassurez-vous, l'auteur a fait une traduction à la fin du livre pour ces nombreux texte en anglais, créole et espagnol.
    La fin de ce premier livre est très troublante et nous avons envie d'en savoir plus, donc de lire le deuxième livre toute de suite après.

    Est-ce que j'ai aimé ce livre ?

    Ce fût un vrai coup de cœur !
    J'ai adoré tous les personnages qui sont rentrés dans ce tome et même les plus mauvais qui remplissaient entièrement leurs rôle. C'est une bande dessiné tellement poignante que je n'ai pas pu lever une seule fois les yeux de son contenu. J'ai adoré les dessins très bien créés et surtout les expressions des visages de chaque
    personnages qui m'ont fait voir que c'est une très bonne bande dessiné faite avec le cœur.
    Je ne peux que vous conseiller cette bande dessinée car elle est parfaite !

    Lien : http://lesangdeslivres.blogspot.fr/2014/07/les-passages-du-vent-tome..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par LunaZione, le 18 novembre 2012

    LunaZione
    Je dois dire que ce sixième tome m'a quelque peu surprise : je ne m'attendais pas du tout à ce que l'on fasse un saut dans le futur comme ça, quittant Isa pour Zabo... Quoique l'on retrouve bien notre héroïne sous les traits d'une vieille dame nous racontant son histoire !
    Zabo a beau être très sympathique, j'aurais beaucoup apprécié passer un peu plus de temps avec mes "vieux compagnons de voyages", surtout Hoel d'ailleurs. Ce marin breton m'a énormément manqué dans La petite fille Bois-Caïman. Mary aussi, mais, elle, je m'attendais à ne plus la voir...

    Cela dit, j'aime beaucoup la fraicheur qu'apporte Zabo à l'histoire, sans compter les éléments nouveaux sur la traites des noirs qui se posent à "son époque". J'apprécie d'autant plus sa curiosité qui nous permet de savoir ce qu'il s'est passé dans la vie d'Isa depuis qu'on l'a quitté... et visiblement, sur ce dernier point, nous ne sommes pas au bout de nos surprises !

    J'ai beaucoup aimé le lexique à la fin du livre : François Bourgeon, dans les dialogues, écrit beaucoup dans le dialecte des esclaves, ce que personnellement je ne comprends pas du tout. Alors c'était vraiment une très bonne idée de mettre la traduction de ces passages à la fin du livre. de même pour les dialogues en anglais, même si pour le coup, je me suis étonnée moi-même à tout comprendre (ou presque) !

    Que dire de plus ? Ah, si, les dessins ! Comme dans les tomes précédents, je les ai beaucoup apprécié : ils sont vraiment plein de caractères.
    En bref, ce n'est pas franchement mon tome préféré de la série, mais c'est surtout parce que je ne m'attendais pas à sauter plusieurs dizaines d'années.
    En tout cas, c'est avec plaisir que je lirais le septième et dernier tome :)

    Lien : http://lunazione.over-blog.com/article-les-passagers-du-vent-tome-6-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par nekomusume, le 22 janvier 2012

    nekomusume
    Bougeon reprend cette série après des dizaines d'années de sommeil. Et des dizaines d'année ont passées, beaucoup plus puisqu'on retrouve isa a 98 ans. Sa petite fille tente d'échapper aux horreur de la guerre de sécession et trouve refuge chez elle. On découvre ainsi ce qu'il s'est passé après la fin du tome 5 des passagers du vent.
    Comme toujours une histoire qui mêle histoire et fiction, qui nous confronte aux réalités brutes de la vie à cette époque. le pire ne nous est pas épargné.
    A lire avec plaisir et sérieux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Sylde, le 05 octobre 2009

    Sylde
    Quel plaisir de retrouver François Bourgeon pour cette "suite" des Passagers du vent !
    les années ont passé, nous sommes en Louisiane en 1862 et nous faisons connaissance avec Zabo, une jeune fille au caractère bien trempé qui n'est pas sans nous rappeler une certaine Isa. La suite de l'histoire nous éclairera sur ce lien entre les deux héroïnes.
    On plonge dans l'histoire avec beaucoup de plaisir. Bourgeon est toujours aussi attentif au contexte historique, politique et sociologique de ses histoires. D'ailleurs, pensez à vous reporter à la traduction en fin de volume si vous souhaitez comprendre tout ce qui se dit. Son dessin est toujours aussi beau et soigné, mais ma surprise et mon émerveillement de lectrice découvrant Les passagers du vent il y a quelques 25 ans n'est plus là. Depuis, ses cadrages, sa mise en page très travaillée, ses couleurs avec des pages entières dans une même tonalité... Tout cela a été repris par d'autres auteurs. Bourgeon a fait école et son travail nous surprend moins...
    Mais ne boudons pas notre plaisir, et quel bonheur de retrouver Isa qu'on n'espérait plus revoir !
    Un deuxième tome devrait très vite terminer l'histoire de La Petite Fille Bois-Caïman.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (7)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par goodgarn, le 17 novembre 2012

    - La guerre fait de nous des monstres...
    - C'est parce qu'on est des monstres que nous faisons la guerre.

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par Silena, le 14 décembre 2013

    - Pardon'... je ne savais pas ...
    - Voir n'est pas savoir. Tu ne sais toujours rien.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Domichel, le 25 février 2014

    - Je représente un monde que vous devez haïr…
    - Le Sud vit dans le passé… À votre âge on change le monde !
    - Vous êtes trop sérieux, Quentin, vous auriez détesté mon père, mais êtes aussi sérieux et ennuyeux que lui.
    - Chut !… Vous entendez ?… Je n'aime pas ce silence…

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par MissG, le 27 août 2012

    Moi ? Je ne veux aimer personne ! … Comme ça, pas de désillusion. Attendez-vous au pire, vous ne serez jamais déçu !

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par MissG, le 27 août 2012

    Ne jouez pas trop avec les hommes ! … Et jamais avec les soldats ! Mieux vaut passer pour une gourde que de leur sembler garce. Bien loin de provoquer, faites plutôt en sorte qu’on vous croie mariée.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (2)

Video de François Bourgeon

>Ajouter une vidéo
Vidéo de François Bourgeon

Le dessinateur de BD François Bourgeon commente pour Rue89 des planches de son dernier album, "La Petit Fille Bois-Caïman", ultime volet de la saga "Les Passagers du Vent".








Sur Amazon
à partir de :
14,18 € (neuf)
10,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Passagers du Vent, Tome 6 : La Petite Fille Bois-Caïman : Livre 1 par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz