AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2740415788
Éditeur : Mango Jeunesse (2003)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :

2003 est l'année de l'Algérie. Comme nous l'avons fait précédemment avec La Poésie arabe, nous avons eu envie de faire un album Dada bilingue qui nous offrira quelques joyaux d'une poésie de plusieurs siècles et la beauté de la calligraphie. Nous connaissons souvent mal la culture d'un peuple avec qui les relations sont toujours paradoxales, faites d'amour et de crainte, de fascination, d'attirance et de haine, h... >Voir plus
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
fanfanouche24
fanfanouche2427 juin 2014
  • Livres 5.00/5
Un autre emprunt au CDI de mon lycée , dont je me félicite !
Un très beau livre, réalisé en partenariat avec l'Institut du Monde Arabe, qui donne un petit aperçu de la poésie algérienne, en une sélection de 19 poèmes...avec des illustrations renversantes...de Rachid Koraïchi.
Une mise en page originale, mêlant avec harmonie, illustrations, calligraphies arabes (traductions de poésies...non systématiques); un grand plaisir entre la magie des mots et des couleurs... les accompagnant. Cet album appartient à une très belle collection des éditions Mango , poétiquement nommée "Il suffit de passer le pont"...
Je retranscris... parmi d'autres, un court poème de Hamri Bahri, "Papillon"...
"Quand j'étais enfant,
Fasciné par les couleurs,
J'ai couru derrière un papillon,
Partout, jusqu'à oublier, derrière moi, mon village.
De village en village,
J'ai traversé tous les âges,
sur le fil d'un rêve.
J'ai demandé après mon papillon,
La source m'a dit, et les fleurs de grenade aussi,
"Il est passé par là..."
Et m'invitent à suivre les mûriers,
Sur la branche la plus haute,
je l'ai vu suspendu sur un fil en train d'agoniser
Aujourd'hui, je m'aggrippe toujours à l'arbre, et la vie passe"
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          383
Moan
Moan15 avril 2012
  • Livres 4.00/5
Magnifique recueil de poésies algériennes avec de superbes illustrations de Koraïchi!
Commenter    J’apprécie          30
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche2426 juin 2014
-L'Olivier-



Grand olivier

arbre de la paix,

toi qui fus témoin de mes jeux,

toi qui vis naître et grandir mon village

parle-moi.



Pourquoi remuer ce feuillage?

Qu'as-tu ?

Réponds-moi.



Un jour viendra-t-il

où tu seras sacré,vénéré plus qu'aujourd'hui ?

Nous offrirons ,alors, aux amis,

tes feuilles.



Nous nous agenouillerons à tes pieds,

brûlerons de l'encens pour toi.



Tu couvriras

villes

villages

campagnes.

Nous serons heureux;

la guerre aura disparu



(Youcef Sebti )
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          230
KariiZmaaKariiZmaa15 mars 2012
Telle est la volonté de Dieu, mon Maître Tout-Puissant.

Le Seigneur a manifesté sa volonté, et a rappelé à lui Hiziya.



Mon Dieu ! Donne-moi la patience : mon coeur meurt de son mal, emporté par l'amour de la belle, qui

a quitté ce monde.



Elle vaut deux cents chevaux de race, et cent cavales issues de Rakby.



Elle vaut mille chameaux, elle vaut une forêt de palmiers des Ziban.



Elle vaut tout le pays du Djérid, elle vaut le pays des noirs, et des milliers de Haoussas.



Elle vaut les Arabes du Tell et du désert, ainsi que tous les campements des tribus, aussi loin que puissent atteindre les caravanes, voyageant à travers les cols des montagnes.



Elle vaut ceux qui mènent la vie bédouine, et ceux qui habitent les continents.



Elle vaut ceux qui se sont installés dans des demeures permanentes et mènent une vie de citadins.



Elle vaut les trésors, la belle aux beaux yeux; et si cela ne suffit pas, ajoutes-y les habitants des villes.



Elle vaut les troupeaux des tribus, les bijoux, les palmiers des oasis, le pays des Chaouias.



Elle vaut ce que renferment les océans; elle vaut les Bédouins et citadins vivant au delà du Djebel Amour, et

jusqu'à Ghardaïa.



Elle vaut, elle vaut le Mzab, et les plaines du Zab, hormis les saints et les marabouts.



Elle vaut les chevaux recouverts de riches carapaçons, et l'étoile du soir; cela est peu, trop peu, pour ma bien-aimée, unique remède à mes maux.



Je demande pardon au Seigneur; qu'il ait pitié de ce malheureux !



Que Mon Seigneur et Maître pardonne à celui qui gémit à ses pieds ! Elle avait 23 ans, la belle à l'écharpe de soie.



Mon amour l'a suivie; il ne renaîtra jamais dans mon coeur.



Consolez-moi de la perte de la reine des gazelles. Elle habite la demeure des ténèbres, l'éternel séjour.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          10
charlottelitcharlottelit31 octobre 2013
Je savais qu'un jour ou l'autre

quelque aurore indélébile

aurait raison de cette longue nuit

où se jouait un jubilé de chèvres noires.

Je savais qu'un jour ou l'autre

Quelque éclair d'orage aurait raison du ciel

et que je retrouverais alors mon vrai regard

avec sa soif d'itinéraires

de respirations humaines

et plus encore

de pardon au plus fort de la haine. Noureddine Abba.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          20
MoanMoan15 avril 2012
Quand j'étais enfant,

Fasciné par les couleurs,

J'ai couru derrière un papillon,

Partout, jusqu'à oublier, derrière moi, mon village.
Commenter    J’apprécie          60
charlottelitcharlottelit31 octobre 2013
De l'autre côté de la route

le vertige des tournesols découpe

l'éternité en tranches

Rabah Belamri
Commenter    J’apprécie          80
autres livres classés : poésie algérienneVoir plus





Quiz Voir plus

Egaux Sans Ego

Pourquoi Lou se fait-elle critiquer ?

Parce qu'elle est en jupe.
Parce qu'elle est trop maquillée.
Parce qu'elle est trop maigre.

5 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Egaux sans ego de CollectifCréer un quiz sur ce livre