AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Neige (144)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
michfred
09 décembre 2016
  • 4/ 5
Ciselé comme un cristal neigeux, pur comme le blanc immaculé d'un inaccessible névé, étincelant et parfait comme un haïku. Un long poème ou un court récit. Un conte initiatique.

Je l'ai beaucoup lu et relu. Beaucoup offert aussi.

La dernière fois, c'était à Myriam, mais c'était déjà trop tard.
Elle s'en allait doucement, emportée par des vents mauvais, laissant à l'atelier de sculpture une petite main amicale et ironique qui nous disait au revoir.

Il neigeait sur Paris. Nous avons voulu y voir un signe..Un cygne blanc.
Commenter  J’apprécie          112
Stophe86
06 novembre 2016
  • 4/ 5
Neige est l'histoire d'un jeune garçon voulant devenir le poète de la neige.

Neige est un conte, un poème sur la vie, la poésie et l'amour.

Lire Neige, c'est un vent de fraîcheur qui souffle sur soi, c'est un instant d'une blancheur épurée et d'une grande légèreté, un peu comme si ce livre était un flocon de neige à lire...
Commenter  J’apprécie          80
rabanne
23 octobre 2016
  • 5/ 5
Un magnifique petit roman-conte, emprunt d'une grande sagesse, de poésie et de sensualité.
Un récit qui nous propulse au coeur du 19e siècle nippon. Trois vers et dix-sept syllabes composent un haïku. Yuko a trouvé sa voie, il veut maitriser cet art. La neige deviendra sa muse, initiatrice, obsédante, charnelle...
La fluidité et la maîtrise de la plume m'ont envoûtée. Alors que, dans le même genre, Soie de Barrico m'avait laissée sur ma faim, Neige m'a profondément touchée.
Commenter  J’apprécie          599
classe213
19 octobre 2016
Ce livre traite d'un jeune de 17 ans, Yuko, qui a deux passions dans la vie : les haikus et la neige. Ce qui ne plait guère à son père. Pour combiner ses passions, il fait ses poèmes sur le thème de la neige. Il va tenir tête à son père qui veut que son fils face autre chose que poète , il lui promet de n'écrire que 77 haikus pendant 6 mois de l'année et de ne rien faire le reste du temps. Un jour, le poète de la cour vient voir son père et va lui montrer les poèmes de son fils. Il est tout simplement émerveillé devant tant de beauté et de talent. Mais se demande pourquoi Yuko ne parle que de neige et de blanc et pense donc qu'ils manquent de couleur. Plus tard dans l'année, il revient avec une très belle femme. Lui expliquant que ses poèmes manquent de couleur. Il lui demande s'il sait aussi peindre, danser, composer et calligraphier. Suite à ça, il va apprendre la couleur avec le grand maître Soséki.

J'ai beaucoup aimé ce livre. Grâce à lui, j'ai découvert l'art difficile du haiku que je ne connaissais pas. Le haiku est un poème de trois vers et de dix sept syllabes. Dans ce roman, je trouve que l'auteur mêle très bien poème de neige et légende japonaise avec beaucoup de finesse et de légèreté. Mais ce qui me gêne un peu c'est qu'il manque l'âme des habitants du soleil levant. Sinon à part ce léger détail, ce roman se lit d'un trait, le charme et le calme s'y font ressentir. Il est très court comme des haikus qui développent la litanie du blanc et évoquent l'art d'écrire : "Ecrire, c'est avancer mot à mot sur un fil de beauté ..." p80, chapitre 40.

Bastien
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
andreakestali
28 septembre 2016
Livre intituler neige de maxence fermine
Commenter  J’apprécie          00
Lisbei13
24 septembre 2016
  • 5/ 5
Au XIXème siècle, sur l'île d'Hokkaido, au nord du Japon, le jeune Yuko a décidé de consacrer sa vie à la poésie, et il a choisi la forme du haïku. Son inspiration lui vient de la blancheur immaculée de la neige. Mais lorsqu'un grand poète de la cour impériale vient lui rendre visite, il lui dit que bien que magnifique, sa poésie a besoin de connaître les couleurs de la vie, et l'incite à se rendre auprès du grand maître Soseki pour apprendre à insuffler dans ses vers les couleurs qui font défaut à son art. Malgré ses réticences, le jeune homme entreprend un jour le long voyage qui le conduira auprès de Soseki, sans se douter qu'au sommet des Alpes japonaises, qu'il va traverser au péril de sa vie, il va faire une rencontre qui bouleversera sa vision des choses et créera un lien inattendu entre lui et son futur maître.

Un court roman intensément poétique, où l'amour et la poésie s'entremêlent dans la même quête absolue de beauté et d'éblouissante grâce. Un moment de lecture suspendu hors du temps. Une très jolie découverte.
Lien : http://www.ludinthemist.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
OlivierH77
02 septembre 2016
  • 4/ 5
Ce texte qu'on ne peut guère qualifier de roman, qui n'est pas non plus formellement de la poésie, est un bijou de concision et de beauté.

Le résumer serait un non-sens, il perdrait tout éclat. Alors il vous faudra faire l'expérience de lecture par vous-même, sans guide. Cela ne vous prendra pas bien longtemps.

Le rêve, l'amour, la destinée, l'apprentissage sont au coeur de l'existence des protagonistes. Nous baignons dans un univers de blancheur éternelle, symbolisée par la neige, couleur du deuil au Japon, omniprésente et véritable héroïne ici, tellement que l'heroïne humaine lui a emprunté son prénom.

Le récit est saturé de sensualité, ou plutôt de sensorialité, qui nous imprègne à la lecture...lecture qui se déguste en fermant les yeux, presque, comme pour se mettre dans la peau du vieux Maître Soseki devenu aveugle au soir de sa vie.

Expérience unique en littérature ? Pour moi pas tout à fait : allez, j'ose une comparaison, car j'ai trouvé un air de famille assez frappant, voire troublant, avec le superbe Soie, d'Alessandro Baricco.

Lisez-les pour vous faire une idée !




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Maxie
02 septembre 2016
  • 4/ 5
Neige nous emmène sur les pas de Yuko, jeune poète passionné de haïkus et de neige, et qui désire apprendre à mettre de la couleur dans son écriture. Neige est un roman très court qui se lit comme un poème, en se laissant entraîner dans la magie du monde japonais, sa finesse, sa pureté, son élégance…
Commenter  J’apprécie          250
myriampele
03 août 2016
  • 4/ 5
Poétique et sensuel. Très beau texte.
Commenter  J’apprécie          20
VoyageuseImaginaire
02 juillet 2016
  • 5/ 5
Yuko a décidé d'être poète, et de raconter la neige. Mais ses poèmes sont désespérément blancs, c'est pourquoi le poète de la cour l'envoie suivre l'apprentissage du peintre Soseki, spécialiste des couleurs. Au cours de son voyage à travers les Alpes japonaises, Yuko découvre, dans une caverne, une jeune femme européenne, morte, préservée sous un mètre de glace. Il est frappé par sa beauté et par le mystère qui l'entoure. Chez Soseki, il apprendra, de la bouche du serviteur du maître, l'histoire de cette femme et du peintre…

Maxence Fermine nous livre avec Neige un magnifique petit conte initiatique. Il nous plonge de manière très subtile dans la culture japonaise, sans en dévoiler trop. Les descriptions restent très poétiques, et les situations sont esquissées en quelques mots, quelques regards. le coeur du récit est la contemplation. Yuko n'a d'autre but que d'observer la neige et de tenter de rendre son essence profonde grâce à la poésie.

J'ai beaucoup apprécié la réflexion autour de l'art, qui est également au centre de ce roman. La poésie est décrite comme étant la somme de tous les autres arts, à la fois peinture, calligraphie, danse, musique… Pour écrire de bons haïkus, il faut donc être un artiste absolu.

L'auteur ne met en scène que quelques personnages, et ces derniers sont peu étoffés, comme c'est souvent le cas dans un conte. Certains ne sont même pas nommés, notamment le poète de la cour ou encore la jeune fille avec qui Yuko entretient une relation pendant quelques temps. Nous suivons Yuko, dont on ne sait pas grand-chose de plus que sa vocation pour la poésie, et son désir d'absolu et de perfection. Grâce à sa rencontre avec le maître Soseki, il va découvrir d'autres facettes de son art et améliorer ses poèmes. le seul personnage qui est décrit un peu plus en profondeur est justement Soseki, lorsque son serviteur raconte son histoire à Yuko. le récit se concentre sur la réflexion poétique et métaphorique autour de l'art, de l'amour de la vie et de la quête d'absolu, et c'est pourquoi l'auteur ne fait qu'esquisser les caractères des personnages.

Le récit est porté par la langue très épuré et concise de Maxence Fermine. Les chapitres sont très courts (aucun ne fait plus de trois pages), tout comme les phrases. Certains passages s'apparentent d'ailleurs à des haïkus, lorsque l'auteur rapporte une situation ou une description en trois phrases courtes, à la manière d'un poème (un haïku est toujours composé de trois vers et dix-sept syllabes). L'exemple le plus frappant est la fin du récit : le dernier chapitre est constitué de trois lignes qui comptabilisent exactement dix-sept syllabes. de plus, le dernier mot du roman est « neige ». L'auteur conclut donc en reprenant les deux passions de son personnage principal, qui a enfin trouvé sa voie.
Lien : https://voyagesimaginairesbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
498 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre