Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2203049227
Éditeur : Casterman (2012)


Note moyenne : 4.21/5 (sur 145 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
L’hiver, à nouveau. Après que le charleston, ramené de Montréal par Marie, ait déferlé comme une furie sur Notre-Dame-des-Lacs, les hommes ont finalement repris le chemin de la forêt, pour y travailler tout au long de la saison froide. Le calme peut enfin revenir sur le... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (22)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Laurence64, le 24 novembre 2012

    Laurence64
    Pour le plaisir, lalalala…
    Pour le plaisir des yeux d'abord, puis celui de l'histoire, si loin des codes de la bande dessinée. Chez Loisel et Tripp, je rêve sous les flocons de neige, embarquée dans la chronique de ce petit village canadien. Les grincheux trouvent qu'il ne se passe pas grand chose. Les agités regrettent le manque d'action. Moi, je savoure.
    Cet avant-dernier volet de la série est plus court que les tomes précédents. Je ne ferai pas de mauvais esprit. Non, je ne penserai pas que Casterman prolonge la série pour gonfler ses ventes. Non, je ne suis pas une bonne vache à lait qui meugle avec ravissement au moment de la traite. Quoique. Je peux meugler avec ravissement: MEUUUUUUUUUUHHHHHHHHH!
    Parce que j'ai aimé ce tome-ci aussi.
    Le village déserté par les hommes reprend une vie apaisée. Mais la douce révolution des moeurs amorcée à l'arrivée de Serge continue. Peut-être, est-ce là que réside le charme du scénario. Les profonds bouleversements qui métamorphosent les relations codées entre les villageois vont toujours dans le sens de l'humain. Aucun -isme pour revendiquer l'homosexualité, le plaisir, la tolérance. Simplement un apprendre à vivre ensemble. Brassens apprécierait.
    Marie est en famille, ignorante du père, s'en moquant comme d'une guigne, prenant le bonheur qui lui vient. le curé a une crise de foi, négocie avec ses ouailles. Les grenouilles de bénitier squattent l'église désertée, se réfugient dans des TOC. Les mères s'offrent une escapade en ville. Des petits riens qui font la vie; celle de tous les jours, sans affectation ni emphase.
    A Notre-Dame-Des-Lacs, le temps secrète du temps. Se presser serait incongru.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par cicou45, le 19 septembre 2013

    cicou45
    Bon, eh bien voilà, j'ai lu le dernier tome paru à ce jour de cette série (notez bien qu'il me restera à lire le troisième tome qui n'est toujours pas rentré à la médiathèque dans laquelle je m'approvisionne en bandes-dessinées).
    Cette fois-ci, après la non-élection du nouveau maire du village, c'est le curé Réjean qui remet en question sa foi et qui a envie de faire autre chose de sa vie...Cependant, les habitants (et tout particulièrement les trois vieilles femmes Gladu) qui peuvent très bien se passer de maire refusent de se passer d'un prêtre. Tandis que certains proposent d'aller quérir l'évêque afin qu'il leur envoie un nouveau prêtre, d'autres sont plus récalcitrants lorsqu'ils se souviennent de celui qui avait précédé Réjean. En fait, ils voudraient tous garder celui-ci sauf que cela ne se fera pas sans négociations...
    Quand à Marie, elle qui ne pensait ne jamais pouvoir enfanter puisqu'elle n'a jamais eu de petits avec son défunt mari Félix, la voilà qui se retrouve enceinte ...Cependant, qui peut bien être le père ? Est-ce que sa grossesse remonte de son séjour à Montréal ou le père serait-il l'un des deux frères Latulippe ? Elle n'en a strictement aucune idée...Heureusement que Serge est là...il fera très certainement un très bon père de substitution !
    Un tome rempli de gaieté puisque deux autres habitants du village (dont je tairai le nom ici) vont également tomber en amour (excusez-moi pour ma manière de m'exprimer mais j'essaie de rendre au mieux l'ambiance et certaines expressions que l'on retrouve dans cette série).
    Cette série fut donc une magnifique découverte même si (je m'excuse de me répéter, c'est simplement pour vous le rappeler) mais ne vous étonnez pas si vous ne comprenez pas toujours les phrases prononcées par les personnages dans leur intégralité ! Cela ne vous empêchera certainement pas de comprendre le sens du texte et puis, au fil des tomes, le lecteur finit par s'y habituer et par apprendre des expressions nouvelles...et assez rigolotes ! A découvrir !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Moan, le 06 octobre 2013

    Moan
    Au début de l'album, Marie découvre qu'elle est "en famille", mais elle ignore qui est le père.
    Les femmes continuent à se faire belles, à danser. Alcide le cordonnier, forgeron, poète est mis à contribution pour réaliser de belles chaussures à Eloïse...
    Les hommes qui restent , essaient de résoudre les problèmes: trouver un maire, résoudre la crise de foi du curé Réjean...
    Comme dans tous les autres albums, dans celui-ci, on ne s'ennuie pas.Et je suis bien contente, car à la fin de la dernière planche, il est écrit : à tantôt. Et j'attends avec impatience l'album suivant!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 15         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Syl, le 04 décembre 2013

    Syl
    Feu Félix Ducharme n’en revient pas ! Sa femme Marie est enceinte et on ne sait pas de qui…
    "Enceinte ?
    C… comment ça enceinte ?
    Voyons donc ça s’peut pas !!!
    T’as jamais pu avoir d’enfant…
    Coudonc… on a jamais pu avoir d’enfant nous autres !"
    Marie y pense timidement. Comment une chose peut-être possible ? Le médecin avait dit…
    C’est Serge qui lui confirme son état avec bonheur… "C’est formidable Marie…"
    L’instant est précieux et hors du temps dans les bras de son confident. L’enfant aura un père ! La question ne doit même pas se poser. Pourtant Marie demande doucement à son ami s’il est sérieux, et oui… il l’est. Qu’importe si on ne connaît pas le géniteur !
    Marie souhaite garder cette douce félicité secrète. Encore quelques jours rien que pour elle et après, elle l’annoncera à Notre-Dame-des-Lacs.
    Les hommes sont partis comme tous les ans, il neige, on prépare Noël.
    Il n’y a pas que Marie qui prépare une surprise. Le curé Réjean, toujours dans sa conscience tourmentée, amorce un grand bouleversement (de quoi perturber les sœurs Gladu, Albertine, Rosa et Jeannette, qui deviennent obsédées par les clous et les marteaux). En méditation chez Noël, il décide d’imposer à ses paroissiens de nouvelles dispositions. D’accord pour le poste ! mais seulement…
    "- Une messe tous les deux mois, plus Noël, les Rameaux, Pâques et la Saint-Jean !
    - Non ! non ! non !… une messe aux deux semaines, pis en plus de Noël, Les Rameaux, Pâques et la Saint-Jean… il nous faut Pentecôte, l’Assomption de Marie et la Toussaint !
    - Et l’Immaculé Conception !
    - Plus les baptêmes, les mariages et les enterrements !
    - Bon, je vous accorde les baptêmes et naturellement les mariages et les enterrements mais pas plus d’une messe courante par mois et pour les fêtes… je veux bien rajouter l’Assomption…
    - Et la Toussaint ?
    - Va pour la Toussaint ! Mais pour les confessions ce sera un après-midi par mois, pas plus !
    - Ben…
    - Euh…"
    (Ce ne sont pas des négociations syndicales, mais presque.)
    Serge prépare le réveillon au restaurant. Le sapin est coupé, on le décore. Les tables se parent de nappes blanches, les marmites fument, les verres se tiennent prêts pour trinquer, le gramophone va jouer du charleston… Tout nous renvoie à l’année précédente à l’arrivée de Serge ; la joie, le renouveau, les idées, l’exubérance, la motivation, une future naissance, un futur mariage et des fêtes en prime !
    Comme on est bien ici, avec eux ! C’est le huitième tome, certainement l’avant-dernier, et on aimerait continuer à s’inviter à Notre-Dame-des-Lacs, petit coin du Québec.
    Cette série se caractérise par la bonne humeur qu’elle génère et son humanité ; les sentiments sont généreux. Au bout du monde, à l’écart de la vie trépidante des villes, les âmes, riches de dévouements et de tolérance, s’arrangent d’une normalité très particulière.
    Depuis l’arrivée de Serge, l’évolution des mentalités s’est faite en douceur. Son influence amène l’osmose solidaire qui rend cette bourgade unique. Le cocon est tissé.
    Vous savez quoi ? Suggérer, recommander, préconiser… sont des synonymes de "conseiller" !!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par choumette, le 01 juin 2014

    choumette
    J'ai adoré cette série !! Je ne connaissais pas du tout Régis Loisel et Jean-Louis Tripp. J'ai entendu parlé de Mr LOISEL au cours d'une réunion bibliothèque sur le sujet "nos BD préférées, celles qui nous ont fait aimé la BD". Amatrice de BD depuis peu, je ne connaissais donc pas grand chose, et voici que je découvre pleins d'auteurs, dessinateurs, histoires différentes.
    Me voilà donc partie à la découverte de cette BD
    En 1er lieu, j'ai été un peu réfractaire aux dessins en ouvrant le 1er tome de Magasin Général. Puis l'histoire m'a embarquée comme une chute d'eau embarquerait une petite barque. J'ai cru et les auteurs nous ont fait croire qu'il n'y aurait que 3 tomes puis 6 et à mon grand bonheur 8 !
    Toute cette tranche de vie, les années 20 dans ce village près de Montréal. On voit la vie de ces habitants tous très attachant, et attachant pour leurs différences. Le travail des hommes, la place importante des femmes (et quelles femmes), les rituels, les coutumes, les nouveaux arrivants, autant de personnes que d’histoires font la richesse de cette série.
    Je me suis habituée aux dessins durs et aux couleurs sombres qui s'adaptent totalement au scénario et qui retranscrivent tout à fait l'ambiance de Notre-Dame-des-Lacs. Le parlé québécois ne m'a pas gêné , on apprend toute sorte d'expressions, Loisel a emprunté un langage aussi bien compréhensible pour le français de France que pour le québécois.
    Alors merci Francis de m' avoir parlé de cette BD !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique


Critiques presse (3)


  • BullesEtOnomatopees , le 31 janvier 2013
    Même s'il aborde une nouvelle fois des thèmes très sérieux, cet album conserve toutes les qualités de la série et c'est avec un immense bonheur que l'on se replonge dans cet univers.
    Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
  • BDGest , le 29 janvier 2013
    Divertissant et plein de charme, Les femmes ravira les inconditionnels de Magasin général et fera passer un bon moment à ceux qui auraient pu se lasser d'une saga un peu longue.
    Lire la critique sur le site : BDGest
  • ActuaBD , le 21 janvier 2013
    Régis Loisel & Jean-Louis Tripp unissent une nouvelle fois leur talent pour donner une avant-dernière escapade québécoise dont le succès et la qualité n’est plus à démontrer. L’hiver de retour, les femmes se retrouvent de sans leurs ’cheums’ alors que de nombreux bouleversements agitent Notre-Dame-des-Lacs.
    Lire la critique sur le site : ActuaBD

> voir toutes (12)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Colibrille, le 16 octobre 2014

    Coudonc, ma belle Marie, il est temps de se reposer... J'trouve que t'en as fait de trop ce tantôt... J'aimerais ben ça que t'écoutes un peu plus la matante quand elle te dit de calmer l'pompon... Pis ? Y bouge-tu déjà ce ti-cul-là ? Quand vas-tu l'annoncer au monde, ma belle ?

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Syl, le 04 décembre 2013

    "- Une messe tous les deux mois, plus Noël, les Rameaux, Pâques et la Saint-Jean !
    - Non ! non ! non !… une messe aux deux semaines, pis en plus de Noël, Les Rameaux, Pâques et la Saint-Jean… il nous faut Pentecôte, l’Assomption de Marie et la Toussaint !
    - Et l’Immaculé Conception !
    - Plus les baptêmes, les mariages et les enterrements !
    - Bon, je vous accorde les baptêmes et naturellement les mariages et les enterrements mais pas plus d’une messe courante par mois et pour les fêtes… je veux bien rajouter l’Assomption…
    - Et la Toussaint ?
    - Va pour la Toussaint ! Mais pour les confessions ce sera un après-midi par mois, pas plus !
    - Ben…
    - Euh…"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Colibrille, le 16 octobre 2014

    Toc ! Toc ! Toc !
    - ?
    - Alcide... J... Je suis pas capable de dormir...
    - Reste pas là, rentre Éloïse.
    - Alcide... J'arrête pas de relire ton poème.... P... Pis... Y'me fait pleurer... Al... Alcide... T... Tu... Tu m'prendrais-tu dans tes bras ?...

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Moan, le 06 octobre 2013

    Laisse faire la honte Réjean... Si on peut pas jaser avec les amis quand on file pas. J'appelle pas ça des amis.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par julienraynaud, le 11 septembre 2014

    - Chais pas... Y faut-tu avertir Monseigneur?
    - Ben comment qu'on fait pour avertir un évêque?
    - Faut-tu lui écrire ou ben donc aller le voir?

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

Lire un extrait

> voir toutes (20)

Videos de Régis Loisel

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Régis Loisel


Loisel & Tripp - Magasin général
Régis Loisel et Jean-Louis Tripp sont deux créateurs de Bande-Dessinées reconnus internationalement. Ils sortent le 9ème et dernier épisode de leur série écrite et dessinée à quatre...








Sur Amazon
à partir de :
14,20 € (neuf)
14,05 € (occasion)

   

Faire découvrir Magasin général, Tome 8 : Les femmes par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz