AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266265148
Éditeur : Pocket Jeunesse (07/01/2016)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 261 notes)
Résumé :
Rien ne sera plus comme avant...
Eden, 16 ans, va passer l’été dans la famille recomposée de son père, à Santa Monica, en Californie. Ce dernier a refait sa vie... Ce qui veut dire trois nouveaux demi-frères pou Eden. Le plus âgé, Tyler, est un vrai bad-boy : séducteur, égocentrique, violent …
Fascinée, elle ne peut s’empêcher de succomber au charme de la seule personne qui lui est défendue : son demi-frère.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (113) Voir plus Ajouter une critique
iris29
13 février 2016
★★★★★
★★★★★
Avant toute chose , j'aimerais commencer ma critique en disant que l'auteur a 18 ans, et que publier une trilogie à cet âge , chapeau!
Eden(16 ans ), habite avec sa mère à Portland . Elle n'a pas vu son père depuis 3 ans quand celui-ci l'invite chez lui, à Santa Monica . Il s'est remarié avec une femme qui a trois garçons dont l'aîné , Tyler plait beaucoup, beaucoup à Eden . Mais il y a un problème: premièrement , il a déjà une petite amie , deuxièmement , il fait désormais partie de la famille (genre demi-frère où quelque chose comme ça ) et puis , c'est plutôt un bad-boy ...
Alors, maintenant les pour , les contre ...
Sa plume , est simple (sujet / verbe/ complément ...) , nous ne sommes pas dans de la "grande littérature " (ah que je trouve ce mot condescendant !) . Pour qui connait le prix Clara (organisé par les éditions Eloïse d'Ormesson , où les gagnants âgés de moins de 18 ans se voient offrir la chance d'être publiés ), il y a mieux, c'est clair . Mais , est- ce que comme pour cette trilogie , ils peuvent se targuer d'avoir 4 millions de hits sur Wattpad ? La réponse est : non ...
Cette jeune auteur sait parler aux jeunes , et pour cause : elle a le même âge et leur parle de ce qui les intéresse : eux ! Quitte à surfer sur les clichés .
Dés la couverture , le ton est donné : 2 photos de paysages ( qui donnent envie d'acheter direct , un billet sans retour pour la Californie ...) , un jeune homme dont l'oeil bleu peut rivaliser avec celui de Ian Somerhalder et une jeune fille aux sublimes lunettes de soleil .
Si elle parle de sujets très graves, comme l'alcoolisation en soirée de façon très réaliste et sans tabou , j'ai trouvé que sur le sujet de la maltraitance parentale, elle était un peu trop "décontractée "(!) . et là , on voit qu'elle est limitée par son jeune âge, qu'elle n'a pas assez de recul et de connaissances sur ces thèmes ..
J'ai trouvé aussi que l'extrême réticence de l'héroïne à sortir avec le beau-fils de son père n'avait pas lieu d'être . Elle nous présente cela comme une relation incestueuse , alors qu'il n'y a aucun lien de sang entre eux et qu'ils n'ont pas été élevés ensemble,( ils se rencontrent pour la première fois cet été ). Ce n'est certes pas la relation amoureuse la plus facile à assumer (compliquée si cette relation s'arrête !) , mais ce n'est pas dégoûtant comme elle l'insinue à chaque fois ,en parlant de demi frère . Franchement le nombre de fois, où l'auteur nous "balance " le mot "demi frère" est vraiment agaçant ...
Eden ferait mieux (à mon avis !) de se concentrer sur le fait qu'elle pique le mec d'une de ses nouvelles amies...( Et ça c'est pas joli, joli...)
Pour finir, je me suis demandée comment une jeune auteure écossaise pouvait écrire un roman se passant en Californie , et la réponse m'a été donnée par ma fille(!) : google map + séries télés . Car , quand on y prête attention, il n'y a aucun détail que l'on n'aurait pas pu inclure nous mêmes ...
Nous avons donc une jeune écrivain très habile et très futée ! Et l' on tourne les pages de ce premier roman sans même s'en rendre compte , on a même hâte de lire les deux suivants , ( mais pour cela , il va falloir attendre mars et Novembre 2016 ...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Capridegh
21 juillet 2016
★★★★★
★★★★★
Eden passe ses vacances d'été chez son père à Los Angeles. Elle fait un tas de nouvelles rencontres mais surtout, elle se découvre des demi-frères dont Tyler.
Qu'est-ce qui m'a pris de lire ce livre ? Je voulais en fait comprendre ce qui fait le succès de cette « série phénomène » qui compte « 4 millions de hits sur Wattpad », le site de référence où des personnes comme vous et moi postent leurs propres écrits, leurs propres histoires ainsi que les fameuses fan-fictions qui permettent à n'importe qui de faire n'importe quoi des personnages de leurs romans préférés. Quatre millions de lectures sur le site pour Did I mention I love you (ou DIMILY, ça va plus vite) ! Mais une lecture sur le site, c'est comme un ticket de cinéma : même si le film est mauvais, vous avez contribué à son succès en achetant une place. J'ai lu DIMILY comme j'ai essayé de lire 50 nuances de Grey : comprendre pourquoi ça marche tant, pourquoi on en parle partout et pourquoi c'est trop cool. Mais dès les premières pages, je n'ai pas pu porter l'héroïne dans mon coeur. Eden est une ado clichée de 16 ans qui passe huit semaines chez son père et c'est trop nul. Ils font même une petite fête de quartier pour l'accueillir et c'est trop nul. On y mange un barbecue et c'est trop nul et on y écoute de la musique trop nulle. En plus, elle ne connaît personne alors c'est trop nul. Superficielle, Eden se soucie de ses poils de jambes, de son bronzage, de son jogging le matin, des calories des aliments du fast-food, de ses cheveux et de son maquillage. Cette même Eden ose dire des filles de son âge qui l'entourent qu'elles sont complètement stéréotypées ; c'est l'hôpital qui se fout de la charité. Passée son installation dans une chambre où, oh mon dieu il fait trop chaud parce que son père n'a pas pensé à allumer la climatisation, elle se lie rapidement d'une pseudo-amitié, parce qu'elle n'en a pas tellement le choix, avec Rach, Tiff et d'autres filles et garçons de Los Angeles branchés aux noms super trop classes et aux diminutifs ridicules. C'est l'été, il fait chaud sous le soleil de la Californie (mais l'une de ses copines trouve quand même le moyen d'attraper la grippe, ce qui m'a fait mourir de rire) ; soirées, beuveries et ragots s'enchaînent et se ressemblent, les parents de toute cette joyeuse bande n'ayant ridiculement aucune autorité du tout sur chacun d'eux. Seule « ombre » au tableau : le père d'Eden s'est trouvé une nouvelle femme et la jeune fille se découvrent alors deux jeunes demi-frères qui sont rapidement portés disparus dans l'histoire après quelques pages seulement mais aussi, et surtout, un demi-frère bad boy du nom de Tyler qui, au tout début du roman, fait une entrée fracassante censée le rendre complètement… complètement quoi ? Je n'ai pas bien saisi l'effet qu'a voulu donner l'auteur lorsque Tyler arrive en trombe dans sa voiture trop belle hors de prix alors que les invités mangent un barbecue qui leur vaut alors d'être méchamment critiqués par un Tyler rebelle qui a l'air tout aussi végétarien que je suis catholique pratiquante. Rapidement, Tyler montrera des signes de bipolarité sans doute car entre ses accès de colère bien too much pour être crédibles (une vraie soupe-au-lait, ce gars) et ses tentatives d'approche calmes et tout à fait normales avec Eden, on a du mal à saisir autre chose que le côté brouillon d'un personnage qui se voulait être complètement craquant pour les lectrices. Derrière ses allures de beau gosse coqueluche de L.A. à la mauvaise réputation de toxico se cache un personnage complètement neuneu qui a tout de la coquille vide d'un escargot. L'auteur ne maîtrise véritablement pas son personnage sans aucun doute bien plus dense dans sa tête mais qui perd toute substance sur le papier. Voici pour un premier constat dressé après avoir lu un bon tiers du roman qui se terminera sans aucun doute de la façon qu'on imagine déjà.
Je crois que je suis trop vieille pour ce genre de lectures. Mais j'ai tout de même continué ma lecture car je n'apprécie pas ne pas aller au bout d'un livre entamé. Mes échecs de lecture se comptent sur les doigts d'une main et DIMILY n'en fait pas partie, à mon grand étonnement. Contrairement à La malédiction Grimm que, pleine d'espoir, je mettais en sursis à chaque nouveau chapitre, DIMILY, dans mon coeur de lectrice, était déjà rapidement condamné à finir dans le coin des lectures fadasses au succès commercial douteux et infondé qui ne laisseront qu'un mauvais souvenir. Comme on me l'a souligné, il fallait s'en tenir à la couverture : une fille, un garçon, beaux, dignes des jeunes qui sortent des séries télé pour ado, et des paysages, Los Angeles, avec ce qu'ils représentent, la joie de vivre, la superficialité et la naïveté du rêve américain. Mais j'ai tenu à laisser une chance à DIMILY quand même. Sur la quatrième de couverture, l'éditeur nous parle d'un coup de foudre entre Eden et son demi-frère, un coup de foudre visiblement interdit aux yeux de la jeune fille qui ne sait pas contrôler la moindre de ses pulsions. Toute la surprise du roman réside dans cette relation dite incestueuse bien que les personnages n'aient aucun lien de sang. La surprise, selon moi, réside plutôt dans le fait que Eden et Tyler se roulent un patin sans prévenir, qu'on ne croit pas une seconde aux sentiments véritables qui essaient de se dessiner dans les pages, qu'ils s'entendent comme chien et chat, que leur idylle ne prend pas et que ce sont surtout des hormones en ébullition qui les travaillent. Bref, on n'accroche pas et on ne croit pas plus au coup de théâtre qui vient secouer la petite culotte de l'héroïne et des lectrices sans doute et sur lequel l'auteur mise tout. DIMILY, c'est finalement, jusqu'à la dernière page, un catalogue de clichés qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et qui reste destiné aux très très jeunes adolescentes amatrices de la culture américaine superficielle comme les médias et les oeuvres à succès veulent bien nous la montrer.
J'accorde ★ ☆ ☆ ☆ ☆ à Did I mention I love you. Si je pouvais lui décerner la moitié d'une étoile, je le ferais. DIMILY est un vulgaire condensé de clichés américains qui s'enchaînent à une vitesse folle au point de nous en dégoûter. DIMILY ne contient aucune originalité et la trame ainsi que les personnages s'enlisent dans des stéréotypes fatigants innombrables. Bien après avoir entamé ma lecture, j'ai découvert que l'auteur a dix-neuf ans. Peut être la piètre qualité de son roman est alors dû à son jeune âge puisqu'elle a écrit sa trilogie bien plus tôt. DIMILY reflète alors sa jeunesse et sa naïveté ou sa culture appauvrie et bercée par des Gossip Girl et autres Frères Scott.
Lien : https://lirecestboireetmange..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          64
Gaoulette
24 janvier 2017
★★★★★
★★★★★
Oh cette saga je l'avais un bail dans ma Pal et franchement à chaque fois je l'a mettais de côté pour la lire. En voulant faire du vidage pour mes challenges en cours je me suis dit allez c'est le moment parfait. Et d'après les notes babélio je devrais passer un bon moment voire être sous le charme.
Donc je vais d'abord à commencer à me flageller. Beaucoup d'aprioris, encore une femme qui s'est lancé dans le new adult, un roman type Hugo roman et rien de bien transcendant. Et puis vu le synopsis, j'avais déjà lu ce genre d'histoire de famille recomposée. Une fille d'un lieu paumé débarque chez son père qui a refait sa vie et va faire la connaissance de ses demi-frères dont un type bad boy. Bon vous voyez ce que je veux dire. Une histoire toute cousue d'avance. Et bien j'aurais mieux fait de me taire encore une fois.
Estelle Maskame que je précise a écrit cette saga à 16 ans (fait que j'ignorais) m'a bien surprise par son style, sa plume dont jamais j'aurais deviné son âge et surtout nous offre une romance bien plus complexe qu'on ne le pense.
Nous faisons la connaissance d'Eden 16 ans qui va vivre 2 mois chez son père et sa nouvelle famille. Et elle va vivre un été pas comme les autres dans bien des domaines. Eden est vraiment attachante loin d'être nunuche. On sent sa personnalité mature et surtout son rêve de métier. Tyler lui on se pose des questions et on attend de découvrir ce personnage qui franchement m'attendrit.
Comme toutes les romances ou saga on sait comment va terminer le tome. Mais là Estelle Maskame nous donnera pas le drame habituel, je vous laisse découvrir. Et franchement je suis restée surprise et je n'ai voulu qu'une chose connaitre la suite. Et je me suis même ah une femme mature qui nous offre autre chose « coup de foudre/drame/reprend-moi/drame et ainsi de suite » jusqu'à ce que les héros se retrouvent en accord. Non cette fois nous avons une très belle histoire qui se construit doucement mais surement et qui doit affronter la réalité. Je n'en dirais pas plus. Et en plus quand j'ai lu la petite biographie de cette jeune auteure et cette maturité je lui tire mon chapeau. J'ai été bluffé et je comprends son succès.
J'attends avec impatience comment va évoluer cette histoire car le prologue qui vous laisse comme une « c…… » avec cet happy end bien à lui. Que nous réserve Estelle Maskame et vais-je augmenter mes étoiles ensuite ? Une très bonne mise en bouche en ce qui me concerne qui aurait mérité même 4.5/5. En fait c'est le côté concentré au niveau temps qui m'a déçu. J'aime parfois connaitre des détails qui ne servent au final à rien dans la romance mais j'attends si ce sera abordé dans les tomes suivants. Et oui j'ai des questions en tête……
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LesMotsPourRever
19 mars 2016
★★★★★
★★★★★
D.I.M.I.L.Y. n'est pas un livre vers lequel je me serais tournée spontanément. Déjà parce que je trouve la couverture d'un cliché monstre, mais aussi parce que le résumé m'a donné l'impression que j'allais me retrouver avec la version adolescente de Cinquante nuances de Grey. Mais que voulez-vous, je n'étais pas chez moi et je n'avais que ça à ma disposition, alors au final pourquoi pas ?
Tout commence avec Eden qui a accepté de passer l'été à Santa Monica avec son père qu'elle n'a pas vu (et dont elle n'a presque pas entendu parler) depuis trois ans. Elle est prête à lui accorder une seconde chance et espère qu'ils auront la possibilité de parler de ce qu'il s'est passé afin qu'elle obtienne enfin les réponses à ses questions (la principale étant : pourquoi n'a-t-il pas donné signe de vie avant ?). Elle fait donc ses bagages pour deux mois et n'oublie pas d'emporter avec elles quelques préjugés et une bonne dose de mauvaise foi. Eden savait que son père s'était remarié et n'ignorait pas que Ella, la nouvelle femme, avait également des enfants mais elle s'était imaginé qu'ils étaient tous en bas-âge, quelle ne fut donc pas sa surprise en découvrant que l'un d'eux, Tyler, avait un an de plus qu'elle. Eden apprend rapidement que si Jamie et Chase veulent bien sympathiser avec elle, c'est loin d'être le cas pour Tyler. Quant à Ella, notre héroïne a tôt fait de la classer dans la catégorie des belles-mères agaçantes. L'été promet donc d'être long pour la jeune fille. Heureusement pour elle, elle rencontre Rachel, la fille des voisins, qui va rapidement l'inclure dans son cercle d'amis mais aussi dans tous ses projets pour l'été.
Vous remarquerez que mon résumé est bien loin de celui de l'éditeur. Je lui reproche d'ailleurs de nous avoir dévoilé les trois-quarts du livre. Il n'y a pas de réel suspense et l'on a du mal à croire à l'indifférence d'Eden à l'égard de Tyler puisqu'on sait déjà qu'ils vont finir ensemble. Quant au côté passionnel de leur histoire, on ne peut pas dire qu'il dure très longtemps. Mais n'allons pas trop vite en besogne !
Eden est une jeune fille à qui on s'attache très vite même si les raisons qui l'ont poussé à accepter la proposition de son père restent très floues au début. Gentille, simple, elle semble être une adolescente typique comme les autres, de celles qui atteignent l'âge adulte sans faire de vague et à qui il est étonnement facile de s'identifier. Je me suis prise d'affection pour elle et j'étais prête à revêtir une tenue de pom-pom girl en guise d'encouragements à chacune de ses confrontations avec son père, attendant tout comme elle qu'il y ait enfin une réelle discussion entre eux (et pour ceux qui se le demandent : non je n'ai pas de tenue de pom-pom girl xD). Pour ne pas passer son été seule, elle intègre une bande qui ne lui ressemble pas vraiment et pour cause, ils sont tous bourrés de clichés. Vous avez donc la petite princesse qui n'accepte pas non pour réponse (Tiffani), celle qui pense qu'une fête réussie se jauge à son taux d'alcoolémie (Meghan), celui dont le but est de coucher avec le plus de filles possible (Jake) et le bad-boy de la bande qui défit l'autorité, fume, boit et se drogue (Tyler). A côté d'eux les deux derniers personnages (Rachel et Dean) font bien pâle figure. Nous avons donc : sexe, drogue, alcool, fêtes, mensonges, manipulation. Eden se demande souvent ce qu'elle fait avec eux, et pour être honnête moi aussi. Je ne juge pas, j'ai eu ma part de fêtes et de folie, mais je trouve les personnages poussés à l'extrême en ce qui concerne leurs vices.
Côté personnages, il nous reste Ella, qui est clairement dépassée par les évènements et que l'on ne peut pas détester malgré l'opinion qu'à Eden au début à son sujet. Il y aussi Chase et Jamie qu'on ne voit vraiment pas beaucoup et qui, en toute honnêteté, ne servent pas à grand chose. Ah si, ça m'a rappelé le chantage qu'on pouvait se faire entre ma soeur et moi quand il s'agissait de garder un secret vis-à-vis de nos parents !
Eden apprend à connaître tout ce petit monde et se fait une opinion sur chacun d'eux. Son regard change au fil de ses découvertes, elle s'éloigne de certains et se rapprochent d'autres. Ce qui est merveilleusement bien retranscrit, c'est ce trouble que l'on a tous ressenti un jour lorsqu'on a tenté d'intégrer une bande d'amis déjà formée. J'ai aimé les doutes et les tâtonnements d'Eden que j'ai trouvé authentiques.
J'ai également beaucoup apprécié les descriptions de Santa Monica et de L.A, même si elles n'étaient pas assez nombreuses à mon goût (elles sont suffisantes pour se représenter le décor mais j'en voulais toujours plus ^^). J'ai aimé me rapprocher de ces grandes lettres mythiques installées à flanc de montage, la jetée, la plage, Pacific Park, … Ca sentait l'été, ça je ne peux pas le nier. Estelle Maskame a réussi à me dépayser et à m'emmener pour quelques heures loin de notre hiver frisquet.
J'ai néanmoins rapidement remis les pieds sur terre à mesure que l'histoire progressait. J'ai manqué de décrocher plusieurs fois face à l'enchaînement de trop de clichés d'un seul coup ou encore à cause du comportement de Tiffani. Cette fille m'exaspère à un point que je n'aurais pas cru possible. Et surtout surtout, j'ai failli tout plaquer lorsque Eden se mettait à fantasmer sur les veines apparentes des bras de Tyler. En ce qui me concerne, non les veines apparentes ce n'est pas sexy ! C'est même tout le contraire !
Puisqu'on en est à parler de Tyler, abordons donc l'aspect principal de cette histoire : l'attirance qu'à Eden envers Tyler et leur soit disant romance passionnée. A mes yeux il n'y a rien de passionné dans tout ça, juste une adolescente qui se retrouve attirée par un garçon de son âge et qui déchante rapidement face à sa froideur, même si ça ne l'empêche pas de le lorgner de loin. Et NON, pour moi il n'est absolument pas question d'inceste dans tout ça. Eden m'a profondément agacé à nous brandir cet argument à tout va ! D'accord en théorie ils sont demi-frère et soeur mais ça c'est uniquement sur le papier ! Il n'y a aucun lien du sang entre eux, ils n'ont pas de parents en communs, et surtout ils ne se connaissaient pas il y a à peine trois semaines ! Pour moi ça n'est pas ça l'inceste ! Si l'auteur le veut, j'ai quelques titres d'histoires vraiment incestueuses à lui soumettre parce que ça non, je suis désolée mais ça n'en est pas ! du coup j'ai passé mon temps à grogner contre Eden face à son comportement et à lever les yeux au ciel devant ses réticences.
La suite sur : http://lesmotspourrever.com/did-i-mention-i-love-you/
Lien : http://lesmotspourrever.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lectrice-Lambda
09 janvier 2016
★★★★★
★★★★★
Note : 2,5/5
Dans « Did I Mention I Love You », nous entrons dans la vie d'Eden qui a 16 ans. Ses parents sont divorcés et après 3 ans sans nouvelle de son père, ce dernier l'invite à passer l'été chez lui, en Californie.
Décidée à lui donner une nouvelle chance, Eden accepte. Une fois arrivée, elle va cependant se rendre compte qu'elle a une belle-mère et trois demi-frères, son père s'étant marié avec une autre femme.
Elle va donc faire connaissance de Tyler, son demi-frère de 17 ans. Celui-ci est colérique et ingérable, mais aussi vraiment très beau. Alors qu'ils ne se supportent pas, entre eux va quand même naître une attirance qu'ils essaient d'étouffer dans l'oeuf.
Entre fêtes et amour, Eden ne sait pas si elle doit succomber au charme de son demi-frère.
La romance ‘incestueuse' est clairement annoncée dès le résumé du livre.
L'auteur ne nous prend pas en traître en nous ne le dévoilant pas. Je préfère mettre les choses au clair car je pense que certaines personnes pourraient être dérangées par l'attirance que nos deux personnages vont avoir.
Eden et Tyler ne sont par contre pas de vrais demi-frères, car ils n'ont pas les mêmes parents. Ils utilisent ce terme simplement parce que le père d'Eden s'est marié avec la mère de Tyler ( qui à un père différent de celui de Eden ). Donc on peut dire qu'il n'y a pas d'inceste à proprement parlé.
Pour ma part, tous les passages où ils ‘flirtent' ne m'ont pas du tout gênée. Cependant, à la fin, les choses sont allées un peu trop loin pour moi. Après, ce n'est que subjectif. Certains ne vont pas en tenir rigueur et d'autres vont être choqués.
Par contre, le gros point positif de cette romance est qu'elle est menée doucement, à petite dose. Les choses évoluent, sans que nos personnages soient bousculés et c'était plaisant à découvrir doucement cette évolution.
La plume d'Estelle MASKAME y est pour beaucoup dans la qualité de la romance.
Son écriture est fluide et simple. Elle réussit à trouver le mot juste quand il faut et nous transporte dans son histoire. On devient vite accro à cette histoire d'adolescents, même si on n'est pas le public concerné.
Le second aspect qui m'a dérangée dans ce livre est la vie que mènent les adolescents.
Alors qu'Eden est sage et studieuse, elle va découvrir qu'en Californie, les jeunes sont bien loin de suivre son exemple. Issus de familles riches, ils aiment dépenser leur argent en faisant du shopping dans les boutiques de luxe et faire la fête le soir. Leurs fêtes sont alcoolisées et la drogue circule.
Je n'ai pas du tout aimé cette image que véhicule l'auteur. Oui, les jeunes de 16-17 ans boivent, mais ici nous sommes plongés dans de véritables orgies où ils boivent pour s'amuser, sans avoir conscience du danger, où les drogues douces mais aussi dures sont présentes et où le sexe est un moyen de faire connaissance.
Clairement, l'auteur aurait dû faire vieillir ces personnages pour que cela passe un peu mieux. Enfin, je pense que cette image ne colle pas trop avec la ligne éditoriale de Pocket Jeunesse qui est, comme dit son nom, pour la Jeunesse. Personnellement, je n'offrirai pas ce livre à un jeune.
Eden est un personnage principal sympathique, qui a mal vécu le divorce de ses parents et subit les brimades de ses copines. Elle n'a pas sa langue dans sa poche et sait ce qu'elle veut. Elle n'hésite pas quatre fois avant de se lancer.
J'ai eu un peu de mal à cerner Tyler. Je n'ai pas deviné son secret avant la révélation et même si ce qu'il cache est dur, je n'ai pas trouvé son comportement justifiable. Pour une fois, je n'ai pas vraiment été séduite par le personnage masculin d'un roman Young Adult.
Rachael et Meghan, les deux amies que va se faire Eden lors de son arrivée en Californie, sont sympathiques, même si elles sont un vrai cliché des jeunes filles de son âge bourrées d'argent.
En parlant de stéréotypes, on retrouve bien évidemment dans ce livre la fille blonde dragueuse, super jolie mais détestable ( Tiffani ), mais aussi le beau garçon qui veut juste coucher avec le plus grand nombre de filles ( Jake ).
J'ai bien aimé Dean, le gentil garçon de l'histoire qui a toujours une bonne attention pour tout le monde et surtout une patience monstre pour tous les supporter.
De même, Ella est une grande surprise. Personnage que je détestais au début, j'ai finalement terminé ce livre en l'appréciant.
La fin est interessante car elle se déroule après l'histoire du livre.
Cela permet à l'auteur de nous guider sur l'intrigue du second tome, qui va sortir cette année.

En conclusion, « Did I Mention I Love You » me laisse mitigée. Estelle MASCATE a une plume agréable à lire, mais l'âge des personnages et leurs activités m'ont un peu laissée réticente. Je laisserai malgré tout une chance au second tome, qui je pense sera plus ‘sage' que celui-ci.

Un livre à lire pour ceux qui aiment les Young Adult mêlant adolescents et fêtes.
( http://lectrice-lambda.blogspot.fr/2016/01/did-i-mention-i-love-you-estelle-maskame.html )
Lien : http://lectrice-lambda.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
EppupuceEppupuce11 mars 2016
Ses lèvres s'écrasent à nouveau sur les miennes avec une telle force que je perds l'équilibre. Il me plaque contre le mur, mon visage dans ses mains, ses pouces sur ma peau, ses doigt dans mes cheveux, ses lèvres ardentes, déterminées. Et fantastiques. Je me laisse faire, mon corps entier tremble à son contact. Je ressens l'intensité de sa colère. Je ne sais pas pourquoi je ne m'écarte pas. Je sais qu'il le faudrait, je sais que ça ne devrait pas arriver, mais je suis envoûtée, je ne peux pas m'arrêter. Une main au creux de mes reins, il m'attire à lui un court instant.

Et se ravise.

Sans prévenir, il arrache ses lèvres des miennes, me relâche et recule. L'instant cesse aussi vite qu'il a commencé.

- Merde, souffle-t-il doucement.

Ça résume très bien ce qui vient de se passer.

Et merde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
FiftyShadesDarkerFiftyShadesDarker29 février 2016
Je prends son visage entre mes mains et m'assieds sur ses genoux. Il ne bouge pas, il ne respire pas. Je crois que je ne respire pas non plus. J'approche mes lèvres des siennes, sans les toucher. Nous restons ainsi quelques instants. C'est réconfortant et terrifiant à la fois. Je sais qu'il attend que je me penche, je le veux également, mais pas encore. J'attends jusqu'à sentir son souffle contre ma joue.
- Merci de me faire confiance.
Et je l'embrasse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BOOKSANDRAPBOOKSANDRAP11 janvier 2016
"Le shopping est le pire passe-temps qui puisse exister sur terre, sauf quand ça consiste à écumer les rayons d'une librairie."
Commenter  J’apprécie          310
margauxplcsmargauxplcs27 mars 2016
« – Je déteste pas mal de monde, mais tu n’en fais pas partie. Ce que je déteste, c’est le fait que tu me fasses de l’effet. Beaucoup d’effet. »
Commenter  J’apprécie          250
LadyMel05LadyMel0518 janvier 2016
J'ai apprécié cette lecture on découvre Éden et Tyler des demi-frère et soeur qui tombent amoureux l'un de l'autre. J'entends déjà les mauvaises langues critiquer. Mais non ! Cette romance ressemble à beaucoup d'autres mais les personnages sont torturés, attachants et on a envie de suivre leurs aventures. Je dirai que c'est un roman jeune adulte intéressant mais un peu trop ordinaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Tome 1 D.I.M.I.L.Y Did I Mention I Love You

Comment s'appelle le personnage principale ?

Maria
Eden
Charlène

9 questions
26 lecteurs ont répondu
Thème : Did I mention I love you ?, tome 1 de Estelle MaskameCréer un quiz sur ce livre
. .