AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070583775
Éditeur : Gallimard (2016)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 2053 notes)
Résumé :
Pauvre petite Sophie! Elle a pourtant tout pour être heureuse : une maman qui prend un soin tout particulier de son éducation, un papa qui l'adore, un cousin qui la défend toujours, une bonne qui est aux petits soins pour elle, un château magnifique...

Oui, mais voilà... Sophie est loin d'être la petite fille modèle que l'on attend, au contraire de ses amies Camille et Madeleine. Elle n'en fait qu'à sa tête et il s'y passe souvent de drôles de choses,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (134) Voir plus Ajouter une critique
Colette
Colette03 novembre 2014
  • Livres 4.00/5
Un petit livre tout mignon, idéal à lire avec des enfants autour de soi.
Chaque chapitre est une petite histoire de la vie de Sophie quatre ans, souvent accompagnée de son gentil cousin Paul, six ans.
Le sacré caractère de Sophie, ainsi que ses mauvaises idées la mènent très souvent à être punie. Mais chaque petite histoire à sa morale et c'est ce qui donne du charme à ce livre.
Bien que très souvent on devine le déroulement des situations, cela n'en reste pas moins un réel plaisir de les découvrir. On sent tout de même que l'écriture, le contexte et les personnages sont d'un autre siècle.
J'étais d'ailleurs surprise de lire qu'une enfant de quatre ans possède un petit couteau. Était-ce la mode à l'époque?
Entre les animaux, la gourmandise et toutes les tentations qui se présentent autour d'elle, on en voit de toutes les couleurs avec cette chère enfant attendrissante.
Une écriture très simple qui permettra aux plus jeunes de comprendre sans difficultés.
Pour les plus âgés, c'est un petit livre très agréable pour retomber en enfance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          416
Mafta
Mafta22 avril 2010
  • Livres 5.00/5
J'ai lu ce livre plusieurs fois en étant enfant. Et j'en ai encore de doux souvenirs. Les pâtes d'amande, la poupée, les cheveux, les ronces, le cousin Paul. Cette vie, bien que pleine de malheurs, faisait rêver. Ca se complique malheureusement par la suite pour cette pauvre Sophie :/
Une merveilleuse lecture de mon enfance !
Commenter  J’apprécie          430
Amindara
Amindara03 mai 2013
  • Livres 4.00/5
Quand j'étais petite, ma soeur avait ce livre, une version abrégée pour jeunes enfants. J'adorais Sophie et ses inventions, sa poupée qui fondait, son thé à l'eau du chien… Plus tard, j'ai regardé le dessin animé et là aussi, j'ai adhérer. Alors, quand j'ai trouvé ce livre à une bourse aux livres, je n'ai pas hésité une seule seconde. J'avais vraiment envie de lire les malheurs de Sophie, sans compter que c'est un classique de la littérature jeunesse !
Quel plaisir de se replonger dans ces histoires qui ont bercé mon enfance ! J'ai retrouvé Sophie, Paul, Camille et Madeleine avec délice. Je souris en revoyant la poupée de cire fondre au soleil, en entendant Paul recracher son thé imbuvable. Ces histoires, ce sont celles des bétises que fait Sophie, une petite fille de 4 ans qui est loin d'être sage et obéissante. Et qui, finalement, nous ressemble beaucoup ! Qui n'a pas bravé l'interdit pour s'amuser ?
Par contre, j'avoue avoir été légèrement déconcertée face à l'écriture de la comtesse de Ségur. Je ne sais pas pourquoi, je m'attendais à ce qu'elle ait une belle écriture, un peu plus compliquée que celle face à laquelle je me suis retrouvée. La comtesse de Ségur mélange la prose et le théâtre, le passé et le présent. C'est assez déstabilisant au départ. Et puis sa plume est simple, très simple, on sent bien que ce livre est destiné aux plus jeunes. L'avantage, c'est que ça se lit vite, très vite, et qu'il n'y a aucune prise de tête !
Sincèrement, mis à part le style qui est assez particulier, c'est un très bon livre, une histoire vraiment sympa, et très rigolote avec ses petites morales à la fin de chaque chapitre. C'est désuet et c'est aussi ce qui en fait son charme. Alors plus d'hésitation, foncez ! Et moi, je fonce sur les petites filles modèles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
jeunejane
jeunejane20 février 2015
  • Livres 5.00/5
Les malheurs de Sophie m'ont beaucoup amusée et l'avantage, c'est qu'on retrouvait cette affreuse gamine dans les autres livres en compagnie de ses cousines.
A 8,9 ans, en 1965, c'était un régal. En plus, on se transportait à une autre époque, au 19ème siècle.
Je le passerai à ma petite-fille mais je crains fort que cela ne passe pas. On verra!
Commenter  J’apprécie          271
Bazart
Bazart04 juin 2016
  • Livres 5.00/5
De cette oeuvre très vaste – dont tous les titres mériteraient d'être également connus – émerge pourtant une frimousse en particulier, celle de la petite Sophie, Ces deux rééditions nous permettent de nous replonger dans l enfance de Sophie, cinq ans, de grands yeux noir de jais, et une imagination sans borne , tout est raconté, de ses joies et ses peines, les farces et catastrophes qu'elle traverse avec une agilité et une constance hors pair, . Et tenter d'échapper à l'emprise de. Méchante belle-mère,
Héroïne de la transgression et de l'audace, l'une des héroïnes les plus célèbres de la littérature enfantine française mérite d'être redécouverte à l'occasion de cette sortie en salles,
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          290
Citations & extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
LefsoLefso24 janvier 2011
La boîte à ouvrage
Quand Sophie voyait quelque chose qui lui faisait envie, elle le demandait. Si sa maman le lui refusait, elle redemandait et redemandait jusqu'à ce que sa maman ennuyée, la renvoyât dans sa chambre. Alors, au lieu de n'y plus penser, elle y pensait toujours et répétait :
"Comment faire pour avoir ce que je veux ? J'en ai si envie ! Il faut que je tâche de l'avoir."
Bien souvent, en tâchant de l'avoir, elle se faisait punir ; mais elle ne se corrigeait pas.
Un jour sa maman l'appela pour lui montrer une charmante boîte à ouvrage que M. de Réan venait d'envoyer de Paris. La boîte était en écaille avec de l'or ; le dedans était doublé de velours bleu, il y avait tout ce qu'il fallait pour travailler et tout était en or ; il y avait un dé, des ciseaux, un étui, un poinçon, des bobines, un couteau, un canif de petites pinces, un passe-lacet. Dans un autre compartiment il y avait une boîte à aiguilles, une boîte à épingles dorées, une provision de soies de toutes les couleurs, de fils de différentes grosseurs, de cordons, de rubans, etc. Sophie se récria sur la beauté de la boîte : "comme tout cela est joli ! dit-elle, et comme c'est commode d'avoir tout ce qu'il faut pour travailler ! Pour qui est cette boîte, maman ? ajouta Sophie en souriant, comme si elle avait été sûre que sa maman répondrait : C'est pour toi.
- C'est à moi que ton papa l'a envoyée, répondit madame de Réan."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
PiatkaPiatka09 juin 2014
Une autre chose que Sophie désirait beaucoup, c’était d’avoir des sourcils très épais. On avait dit un jour devant elle que la petite Louise de Berg serait jolie si elle avait des sourcils. Sophie en avait peu et ils étaient blonds, de sorte qu’on ne les voyait pas beaucoup. Elle avait entendu dire aussi que, pour faire épaissir et grandir les cheveux, il fallait les couper souvent.
Sophie se regarda un jour à la glace, et trouva que ses sourcils étaient trop maigres.
« Puisque, dit-elle, les cheveux deviennent plus épais quand on les coupe, les sourcils, qui sont de petits cheveux, doivent faire de même. Je vais donc les couper pour qu’ils repoussent très épais. »
Et voilà Sophie qui prend des ciseaux et qui coupe ses sourcils aussi court que possible. Elle se regarde dans la glace, trouve que cela lui fait une figure toute drôle, et n’ose pas rentrer au salon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
ElGatoMaloElGatoMalo22 décembre 2015
Mme de Réan prit la main de Sophie, la trouva brûlante et l’emmena pour la faire coucher.

« Je vous défends, dit-elle à la bonne, de rien donner à manger à Sophie jusqu’à demain ; faites-lui boire de l’eau ou de la tisane de feuilles d’oranger, et, si jamais vous recommencez ce que vous avez fait ce matin, je vous renverrai immédiatement. »

La bonne se sentait coupable ; elle ne répondit pas. Sophie, qui était réellement malade, se laissa mettre dans son lit sans rien dire. Elle passa une mauvaise nuit, très agitée ; elle souffrait de la tête et de l’estomac ; vers le matin elle s’endormit. Quand elle se réveilla, elle avait encore un peu mal à la tête, mais le grand air lui fit du bien. La journée se passa tristement pour elle à regretter le dîner de sa tante.

Pendant deux jours encore, elle fut souffrante. Depuis ce temps elle prit en tel dégoût la crème et le pain chaud, qu’elle n’en mangea jamais.

Elle allait quelquefois avec son cousin et ses amies chez les fermières du voisinage ; tout le monde autour d’elle mangeait avec délices de la crème et du pain bis, Sophie seule ne mangeait rien ; la vue de cette bonne crème épaisse et mousseuse et de ce pain de ferme lui rappelait ce qu’elle avait souffert pour en avoir trop mangé, et lui donnait mal au cœur. Depuis ce temps aussi elle n’écouta plus les conseils de sa bonne, qui ne resta pas longtemps dans la maison. Mme de Réan, n’ayant plus confiance en elle, en prit une autre, qui était très bonne, mais qui ne permettait jamais à Sophie de faire ce que sa maman lui défendait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
genougenou14 septembre 2013
Ma bonne, ma bonne, dit un jour Sophie en accourant dans sa chambre, venez vite ouvrir une caisse que papa m’a envoyée de Paris ; je crois que c’est une poupée de cire, car il m’en a promis une.
LA BONNE. – Où est la caisse ?
SOPHIE. – Dans l’antichambre : venez vite, ma bonne, je vous en supplie.
La bonne posa son ouvrage et suivit Sophie à l’antichambre. Une caisse de bois blanc était posée sur une chaise ; la bonne l’ouvrit. Sophie aperçut la tête blonde et frisée d’une jolie poupée de cire ; elle poussa un cri de joie et voulut saisir la poupée, qui était encore couverte d’un papier d’emballage.
LA BONNE. – Prenez garde ! ne tirez pas encore ; vous allez tout casser. La poupée tient par des cordons.
SOPHIE. – Cassez-les, arrachez-les ; vite, ma bonne, que j’aie ma poupée.
La bonne, au lieu de tirer et d’arracher, prit ses ciseaux, coupa les cordons, enleva les papiers, et Sophie put prendre la plus jolie poupée qu’elle eût jamais vue. Les joues étaient roses avec de petites fossettes ; les yeux bleus et brillants ; le cou, la poitrine, les bras en cire, charmants et potelés. La toilette était très simple : une robe de percale festonnée, une ceinture bleue, des bas de coton et des brodequins noirs en peau vernie.
Sophie l’embrassa plus de vingt fois, et, la tenant dans ses bras, elle se mit à sauter et à danser. Son cousin Paul, qui avait cinq ans, et qui était en visite chez Sophie, accourut aux cris de joie qu’elle poussait.
Paul, regarde quelle jolie poupée m’a envoyée papa ! s’écria Sophie.
PAUL. – Donne-la-moi, que je la voie mieux.
SOPHIE. – Non, tu la casserais.
PAUL. – Je t’assure que j’y prendrai bien garde ; je te la rendrai tout de suite.
Sophie donna la poupée à son cousin, en lui recommandant encore de prendre bien garde de la faire tomber. Paul la retourna, la regarda de tous les côtés, puis la remit à Sophie en secouant la tête.
SOPHIE. – Pourquoi secoues-tu la tête ?
PAUL. – Parce que cette poupée n’est pas solide ; je crains que tu ne la casses.
SOPHIE. – Oh ! sois tranquille, je vais la soigner tant, tant que je ne la casserai jamais. Je vais demander à maman d’inviter Camille et Madeleine à déjeuner avec nous, pour leur faire voir ma jolie poupée.
PAUL. – Elles te la casseront.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
c4lypsoc4lypso20 octobre 2014
« Mon Dieu, mon Dieu ! qu’ai-je fait ? dit-elle. Je ne voulais qu’y goûter, et j’ai presque tout mangé. Maman va s’en apercevoir dès qu’elle ouvrira la boîte ; elle devinera que c’est moi. Que faire, que faire ?… Je pourrais bien dire que ce n’est pas moi ; mais maman ne me croira pas… Si je disais que ce sont les souris ? Précisément, j’en ai vu une courir ce matin dans le corridor. Je le dirai à maman ; seulement je dirai que c’était un rat, parce qu’un rat est plus gros qu’une souris, et qu’il mange plus, et, comme j’ai mangé presque tout, il vaut mieux que ce soit un rat qu’une souris. »  
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Videos de Comtesse de Ségur (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Comtesse de Ségur
Les Malheurs de Sophie (2016), un film français de Christophe Honoré, librement adapté de deux romans de la comtesse de Ségur : Les Malheurs de Sophie d'une part, et sa suite Les Petites Filles modèles.
autres livres classés : enfanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les malheurs de Sophie

Qui est Paul ?

son frère.
son ami.
son voisin.
son cousin.

7 questions
217 lecteurs ont répondu
Thème : Les malheurs de Sophie de Comtesse de SégurCréer un quiz sur ce livre
. .