AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.07 /5 (sur 59 notes)

Nationalité : Corée du Nord
Né(e) : 1950
Biographie :

Bandi (luciole en coréen) est le pseudonyme de l’auteur du recueil de sept nouvelles intitulées "La dénonciation".

Selon l’ONG sud-coréenne qui l’a fait connaître, Bandi vit en Corée du Nord, où il serait membre de la très officielle Association des Écrivains.

Au début des années 1990, alors qu’une épouvantable famine ravage son pays, Bandi écrit clandestinement une série de textes de fiction critiques envers le régime dictatorial de la dynastie des Kim.

Des années plus tard, il parvient à exfiltrer ses manuscrits à l’aide d’une amie, qui les dissimule dans des textes de propagande. "La dénonciation" est publiée pour la première fois en Corée du Sud en mai 2014.

La France est le premier pays étranger à publier le recueil. Sauf que la communauté des spécialistes - en Corée du Sud comme en France - s'interroge sur l'authenticité de ce recueil, qui ne brille pas par sa valeur littéraire et est surtout une violente charge contre la Corée du Nord.
+ Voir plus
Source : http://www.rfi.fr/asie-pacifique/
Ajouter des informations
Bibliographie de Bandi   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation

Après le coucher du soleil, le froid se fit encore plus vif. Un croissant de lune pâle, comme intimidé par les bruyants craquements de la glace sur la rivière, restait caché derrière les arbres dénudés sur la crête de la montagne, au nord-est. Malgré les deux rabats de sa chapka baissés sur ses oreilles et le col de son manteau remonté au maximum, Yeong-il sentait son front geler et du givre se former dans ses narines.

Commenter  J’apprécie          280

Myeong-cheol avait envie de pleurer tout son soul et de tambouriner sur le sol. Mais il ne pouvait pas se laisser aller de la sorte car, parfois, les sanglots étaient considérés comme une rébellion et pouvaient vous valoir la mort. Voilà dans quel monde il vivait. La loi exigeait du peuple qu'il rie malgré ses souffrances et qu'il avale malgré l’amertume. Myeong-cheol marcha, le corps et l'âme écrasés par le désespoir et l'injustice qu'infligeait ce pouvoir absolu face auquel il était impuissant.

Commenter  J’apprécie          240

Un éclair aussi effilé qu’une lame de rasoir fendit le ciel derrière les fenêtres, aussitôt suivi d’un coup de tonnerre ; on aurait dit qu ’un gros tambour dégringolait les escaliers de l’immeuble. A l’instant où le vent faisait claquer avec un bruit retentissant la porte d’entrée restée entrouverte, des gouttes se mirent à marteler violemment les vitres. La pluie faiblissait puis s’intensifiait de nouveau, par vagues, et cela dura ainsi jusque tard dans la nuit. Myeong-sik, dont le sommeil était léger, sursauta souvent et se réveilla plusieurs fois par heure. Pour le calmer et le rassurer, Kyeong-hui dut passer la nuit assise à son chevet. C’était veille de fête nationale, et tous les habitants de la ville devaient puiser toute l’énergie qu’il leur restait pour grimper la dernière crête de la montagne, la plus escarpée. Chaque fois que la pluie cessait, les lueurs clignotantes des lanternes électriques ornées d’inscriptions de fête formaient de magnifiques fleurs tricolores derrière les vitres, mais tout ça ne faisait

qu’alourdir et encombrer le cœur de Kyeong-hui. Ces célébrations n’avaient rien à voir avec les fêtes familiales du Nouvel An et des Moissons.

Commenter  J’apprécie          190

La fiction se fait ici le porte-parole accusateur d'une réalité où les individus, isolés et faibles, sont les victimes d'une oppression quotidienne qu'ils ne peuvent encore combattre quoiqu'ils disent non.

Commenter  J’apprécie          190

La fillette, qui jusque-là pleurnichait tout doucement, en faisant aussi peu de bruit qu'un minuscule cours d'eau, se mit soudain à hurler, au point de déchirer en mille morceaux l'obscurité de la pièce.

Commenter  J’apprécie          192

Une vie honnête ne peut se construire que dans un monde libre. Plus on étouffe les gens, plus on les opprime, et plus ils jouent la comédie.

(dans «La scène»)

Commenter  J’apprécie          190

- (...) toi aussi, comme moi, tu es tombé dans le panneau, cette fameuse affiche arborant des slogans magnifiques tels que "Démocratie", "Égalité", "Le peuple est maître de l'Histoire", "Construisons le paradis sur terre", et qui, derrière son beau vernis, dissimule l'arme la plus redoutable de la dictature.

- C'est exact. Dans ce monde, plus les choses sont toxiques, plus elles sont belles et attirantes.

- Oui, comme les champignons vénéneux, n'est-ce pas ? (...)

(dans "Champignon rouge")

Commenter  J’apprécie          170

Le régime détruit les vies, anéantit l'espoir, gâche le présent et l'avenir, mais il échoue à effacer les sentiments humains.

Commenter  J’apprécie          171

Quand une mère met un enfant au monde, tout ce qu'elle souhaite, c'est que cet enfant soit heureux. Il n'existe aucune mère sur terre qui veuille accoucher d'un être dont elle sait d'avance qu'il devra passer sa vie entière à se frayer un chemin dans des buissons de ronces. Si une telle femme existe, alors avant d'être une mère, c'est une criminelle, la plus cruelle d'entre tous.

(dans "La fuite")

Commenter  J’apprécie          140
[...] un doute en entraîne toujours un autre.

( dans «La fuite»)
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura