AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.82/5 (sur 547 notes)

Nationalité : Chine
Né(e) à : Luoyang (Henan) , le 24/08/1958
Biographie :

Romancier né dans une famille de paysans illettrés de la province du Henan, dans le centre de la Chine, il réside actuellement à Pékin.

Diplômé de l’Université du Henan et de l’institut des arts et de l’Armée populaire chinoise, il s'engage dans l'armée pour échapper à sa condition de paysan puis débute sa carrière littéraire en 1978, en tant qu’écrivain de l’armée.

En 1992, il adhère à l'Association des Écrivains, commence à subir les tracasseries des autorités, et l'un de ses romans est censuré pour la première fois en 1994.

En 2002, il écrit "Bons baisers de Lénine" qui est immédiatement censuré et lui vaut d'être chassé de l'armée. Viennent ensuite "Servir le peuple", "Le Rêve du Village des Ding", "Les jours, les mois, les années" et "Songeant à mon père". "Les quatre livres" est édité en 2010 chez Mingpao Publishing Company, Ltd. à Hong Kong.

Ses romans et ses nouvelles, souvent qualifiés d’expérimentaux en raison de leur sujet ou de leur style, lui ont valu d’obtenir de nombreuses et prestigieuses récompenses littéraires.

Il est lauréat du Prix Franz Kafka en 2014.
+ Voir plus
Source : www.editions-picquier.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Lianke Yan   (17)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vous ne connaissez pas encore la littérature asiatique ? Pas de soucis... Notre libraire Gérard Collard vous propose une sélection de livres pour tous les goûts... • La papeterie Tsubaki de Ito Ogawa et Myriam Dartois-Ako aux éditions Picqier Poche https://www.lagriffenoire.com/1084067-poche-la-papeterie-tsubaki.html • le restaurant de l'amour retrouvé de Ito Ogawa et Myriam Dartois-Ako aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/17143-litterature-asiatique-le-restaurant-de-l-amour-retrouve.html • L'Ecole des Chats : Tome 1, le Secret de la Grotte de Cristal ; Tome 2, le Cadeau magique ; Tome 3, La prophétie se réalise de Jin-kyeong Kim aux éditions Picquier Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/1085303-romans-l-ecole-des-chats----volumes-1--2-et-3.html • Les Délices de Tokyo - Prix des Lecteurs 2017 de Durian Sukegawa aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/79237-litterature-asiatique-les-delices-de-tokyo---prix-des-lecteurs-2017.html • le crépuscule de Shigezo de Sawako Ariyoshi et Jean-Christian Bouvier aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1056579-litterature-asiatique-le-crepuscule-de-shigezo.html • le miroir des courtisanes de Sawako Ariyoshi aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/1071028-litterature-asiatique-le-miroir-des-courtisanes.html • Un moment à Pékin, Tome 1 : Enfances chinoises de Yutang Lin et François Fosca aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/1078926-litterature-asiatique-un-moment-a-pekin---enfances-chinoises.html • Un moment à Pékin (T02) : le triomphe de la vie de Yutang Lin, François Fosca aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/1078925-litterature-asiatique-un-moment-a-pekin-2---le-triomphe-de-la-vie.html • le Rêve du Village des Ding de Lianke Yan et Claude Payen aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=20581&id_rubrique=21 • La Concession française de Xiao Bai et Emmanuelle Pechenart aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=143608&id_rubrique=25 • Pénis d'orteil de Rieko Matsuura et Jean-Armand Campignon aux éditions Picquier Poche https://www.lagriffenoire.com/1070870-litterature-asiatique-penis-d-orteil.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #editionspicquierpoche #editionspicquierjeunesse #editionslivredepoche #editionsfolio

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (180) Voir plus Ajouter une citation
Lianke Yan
Souvent, c’est sous forme de roman qu’il faut exprimer la réalité car, parfois, ce n’est qu’en empruntant la passerelle de la fiction que la réalité peut pénétrer dans le monde tangible.
Commenter  J’apprécie          697
Lianke Yan
Souvent, les détails n'ajoutent à l'histoire ni force ni grandeur. Peut-être même, parfois, en les omettant, lui donne-t-on plus de force et d'authenticité tout en lui permettant de mieux se développer et se transformer.
Commenter  J’apprécie          446
L’aïeul allait uriner.
A la suite de l’homme, le chien se soulagea lui aussi.
Depuis quinze jours, c’était la première chose qu’ils faisaient après s’être réveillés, ils allaient uriner sur ce champ en pente, à quelque quatre kilomètres du village. Sur ce versant ensoleillé, il y avait un pied de maïs que l’aïeul avait planté. Uniquement ce pied, pâlissant au fur et à mesure des jours de sécheresse, uniquement ce pied qui dispensait un peu d’humidité alentour, dans l’air en combustion. L’urine, c’était de l’engrais. Il y a de l’eau dans l’urine. L’eau dont le maïs manquait se trouvait là, dans l’urine qu’ils avaient accumulée, lui et son chien, au cours de la nuit. L’aïeul pensait que probablement, durant la nuit, dans un bruissement, la plante avait encore poussé d’un index, qu’une cinquième feuille était apparue. Une timide sensation veloutée gagna son cœur, puis prit de l’ampleur pour envahir toute sa poitrine ; son visage rosissait. Les feuilles de maïs ne poussent qu’une par une, pensait-il, alors que celles des ormes, des sophoras, des cèdres, poussent deux par deux, pourquoi ?
Qu’en dis-tu, l’aveugle ? Il se tourna vers le chien pour lui poser la question. Pourquoi les arbres et les cultures sur pied ne poussent-ils pas de la même façon ?
Commenter  J’apprécie          4019
L’aïeul interrogea le chien. Il dit, l’aveugle, quand tu étais jeune, combien de chiennes as-tu connues ?
Le chien le regardait sans comprendre.
Il dit, dis la vérité, l’aveugle, il n’y a personne d’autre que toi et moi ici, tout est tranquille.
Le chien continuait à le regarder sans comprendre.
Tu ne veux pas parler, tant pis. L’homme poussa un soupir. Un peu déprimé, il alluma sa pipe. Face à l’obscurité, il dit, comme c’est bon d’être jeune, d’avoir un corps fort et une femme la nuit. Si la femme est intelligente, au retour du champ, elle t’apporte de l’eau, et si ton visage est en sueur, elle te passe un éventail. Les jours de neige, elle te chauffe le lit. Si durant la nuit vous vous êtes retrouvés, et que tu te lèves tôt le matin pour aller au champ, elle te dit de te reposer encore un moment. Vivre de cette façon, il inspira énergiquement une bouffée de sa pipe, puis expira longuement, caressa le chien et poursuivit, vivre de cette façon, c’est vivre comme les immortels.
Il demanda, tu as eu ce genre de vie toi, l’aveugle ?
Le chien demeura silencieux.
Il dit, qu’en dis-tu, l’aveugle, est-ce que ce n’est pas pour ce genre de vie que les hommes viennent au monde ?
Commenter  J’apprécie          393
Il avait toujours tout cultivé avec succès, blé, haricots, sorgho, sa production avait toujours été la meilleure du village. Sur la chaîne montagneuse, aucun paysan ne pouvait rivaliser d’adresse avec lui. Debout devant la culture, ses lèvres étaient devenues aussi arides que la terre environnante, il ne but pourtant pas, ne puisa pas non plus de quoi remplir un demi-bol pour le chien. Il ne savait pas où il pourrait trouver des excréments humains. Les latrines du village étaient toutes sèches et pulvérulentes, ce qu’il restait d’excrément avait déjà brûlé comme du bon bois. Cela faisait plusieurs jours que le chien et lui-même n’éprouvaient plus le besoin d’aller à la selle, leurs corps avaient absorbé tout ce qu’ils avaient pu ingurgiter sans rien vouloir rejeter. L’aïeul songea aux lambeaux de peau du dernier rat dont ils s’étaient nourris, il descendit dans le ravin pour en chercher, mais en vain. Il devina que l’aveugle avait tout mangé durant son déplacement à la source. Il gravit la pente, suffoquant, voulut interroger le chien, mais ne fit que se tenir face à lui un moment, silencieusement, avant d’aller puiser dans la marmite un bol de l’eau dans laquelle avait cuit le rat, de l’eau avec quelques gouttes d’huile. Ensuite, il ne referma pas le couvercle, il se tourna pour dire au chien, bois si tu as faim ou soif. Enfin, prenant le sac à provisions, il prit la direction du village. Il allait chercher de l’engrais.
Commenter  J’apprécie          369
Il ne comprenait pas comment il pouvait s’ennuyer lorsqu’il était couché avec sa femme. Avec elle, il avait l’impression d’être un éléphant coincé dans un puits, privé de sa liberté de mouvement. Faire l’amour revenait à semer des melons pour récolter des haricots, des haricots desséchés de surcroît, ou à semer des haricots pour récolter des graines de sésame qui ne contenaient pas d’huile.
Commenter  J’apprécie          379
La belle peau blanche de Liu Lian l'attirait comme un plat de pâtes attire le mendiant affamé et l'ovale de son beau visage rose, tel un melon mûr à point, appelait sa gorge brûlante et ses mains desséchées.
Commenter  J’apprécie          360
Cette année-là, la sécheresse semblait ne jamais devoir finir, le temps lui-même paraissait avoir été réduit en cendres et le charbon des jours se consumait dans nos mains. Le soleil brillait en grappes infinies au-dessus de nos têtes. Dès le matin, et jusqu'au soir, l'aieul respirait l'odeur de ses cheveux roussis. Quelquefois, il tendait la main dans le vide. Il pouvait alors sentir l'odeur de ses ongles cramoisis. Journée de merde! Il jurait ainsi tout le temps, quittant le village dépeuplé, foulant un abîme de silence, les yeux mi-clos, un regard jeté de biais vers le soleil, il disait, viens l'aveugle, partons. Le chien suivait, guidé par le bruit du pas alourdi par les ans, et deux ombres quittaient le village.


(Incipit)
Commenter  J’apprécie          336
Wu Dawang était considéré par tout le régiment comme l’étudiant modèle. Il avait donc parfaitement assimilé la pensée politique qu’on lui avait enseignée et comprenait mieux que quiconque le sens profond de la pancarte. Les cinq étoiles symbolisaient la révolution. Le fusil et la gourde représentaient le combat et l’histoire, le long et difficile processus révolutionnaire. Quant aux gerbes de blé, elles préfiguraient la prospérité et le bonheur futur, les années de félicité qui suivraient l’avènement du communisme.
Commenter  J’apprécie          323
L'aïeul allait uriner. À la suite de l'homme, le chien se soulagea lui aussi.
Depuis quinze jours, c'était la première chose qu'ils faisaient après s'être réveillés, ils allaient uriner sur ce champ en pente, à quelques kilomètres du village. Sur ce versant ensoleillé, il y avait un pied de maïs que l'aïeul avait planté. Uniquement ce pied, pâlissant au fur et à mesure des jours de sécheresse, uniquement ce pied qui dispensait un peu d'humidité alentour, dans l'air en combustion.L'urine, c'est de l'engrais. Il y a de l'eau dans l'urine. L'eau dont le maïs manquait se trouvait là, dans l'urine qu'ils avaient accumulée, lui et son chien, au cours de la nuit. L'aïeul pensait que probablement, durant la nuit, dans un bruissement, la plante avait encore poussé d'un index, qu'une cinquième feuille était apparue. Une timide sensation veloutée gagna son cœur, puis prit de l'ampleur pour envahir toute sa poitrine (...). Les feuilles de maïs ne poussent qu'une par une, pensait-il, alors que celles des ormes, des sophoras, des cèdres, poussent deux par deux, pourquoi ?
Qu'en dis-tu l'aveugle? Il se tourna vers le chien pour lui poser la question. Pourquoi les arbres et les cultures sur pied ne poussent-ils pas de la même façon?
Commenter  J’apprécie          318

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Lianke Yan (725)Voir plus

Quiz Voir plus

Thérèse Raquin

Quel est le premier mari de Thérèse ?

Laurent
Camille
Grivet
Michaud

10 questions
174 lecteurs ont répondu
Thème : Thérèse Raquin de Émile ZolaCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..