AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.12 /5 (sur 250 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 07/01/1867
Mort(e) à : Paris , le 19/08/1941
Biographie :

Caumery, de son vrai nom Maurice Languereau, est un libraire, éditeur, écrivain et scénariste.

En 1885, il entre à la librairie Blériot Frères, une maison d'édition créée en 1859, que vient d'acheter son oncle Henri Gautier (1855-1938). Il ne quittera plus cette profession.

Pendant la guerre, Maurice Languereau commence à administrer seul la librairie et devient, en 1917, associé à part entière, les éditions Gautier se nommant alors Gautier-Languereau. Il sera, un temps, président du Cercle de la Librairie.

Parallèlement à ses activités d'éditeur, Maurice Languereau créa en 1905 avec son oncle la "Semaine de Suzette", périodique illustré spécialisé pour les jeunes filles.

C'est dans le numéro du 2 février 1905 que parut pour la première fois la bande dessinée "Bécassine" dont le texte était coécrit par Jacqueline Rivière (rédactrice en chef du périodique) et Maurice Languereau, avec les dessins de Joseph Pinchon (1871-1953). Le succès fut immédiat.

En 1913, il prend le pseudonyme de Caumery, anagramme de son prénom, et va signer jusqu'en 1939 tous les épisodes prépubliés dans la "Semaine de Suzette" et édités en 25 albums. Il en poursuivra l'écriture jusqu'à sa mort en 1941.

+ Voir plus
Source : www.bedetheque.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Caumery   (57)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Caumery et Pinchon. Bécassine au studio.


Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Eric75   21 mai 2014
Bécassine, tome 3 : Bécassine pendant la Grande Guerre de Caumery
M. Proey-Minans chez qui Bécassine et Zidore se rendirent en quittant la gare, est passionné pour la phrénologie, qui est l'étude des caractères d'après les bosses du crâne. Quand nos deux voyageurs entrèrent dans son bureau, ils le virent occupé à écrire tout en consultant fréquemment une tête de plâtre sur laquelle étaient tracés des carrés et de nombreuses inscriptions.

(...)

« Verriez-vous, mon enfant, un inconvénient à ce que je vous palpasse le crâne ?

- M'sieu peut bien palpasser tant que ça y dira.

- Veuillez donc retirer votre coiffe. »

Bécassine s'exécuta.

Alors, M. Proey-Minans promena lentement ses doigts sur la boule qui sert de tête à Bécassine.

« Parfait ! murmurait-il : voici la bonté, le dévouement, la simplicité d'esprit... Quel document pour l'ouvrage que je prépare ! »
Commenter  J’apprécie          160
ColetteEtMado   25 avril 2016
Bécassine, tome 14 : L'Automobile de Bécassine de Caumery
Après le dîner Loulotte m'a dit : " Un mauvais point, Bécassine : t'as raté ton virage, et t'as versé. [la soupe]" Je suis aussi l'élève de Loulotte. C'est elle qui me fait répéter le Code de la Route, c'est-à-dire tout ce qu'il faut faire ou ne pas faire si l'on veut éviter d'attraper des contraventions et des amendes. Elle prend le livre, elle m'interroge, je réponds presque toujours de travers, alors, elle me dit : "Vous ne savez pas votre leçon, allez au coin, mademoiselle." J'y vais, et nous rions toutes les deux.
Commenter  J’apprécie          90
quiliravivra   10 avril 2011
Bécassine, tome 1 : L'enfance de Bécassine de Caumery
Annaîck Labornez, destinée à la célébrité sous le nom de Bécassine, eut pour première demeure la métairie que ses parents cultivaient à Clocher-les-Bécasses, non loin de Quimper.

Sa naissance ne fut pas signalée, comme celle des héros de l'antiquité, par des tremblements de terre et des pluies de feu. On remarqua seulement à cette épôque un fort passage d'oiseaux sauvages: oies, canards et bécasses.
Commenter  J’apprécie          81
Domichel   29 avril 2014
Bécassine, tome 3 : Bécassine pendant la Grande Guerre de Caumery
« Je mets la main à la plume pour écrire ce qui suit, qu'est peut-être les dernières lignes que je tracerai, vu que je me demande si les chagrins et l'inquiétude vont pas me conduire avant l'âge au trépas et même plus loin.»
Commenter  J’apprécie          60
Domichel   29 avril 2014
Bécassine, tome 3 : Bécassine pendant la Grande Guerre de Caumery
« Dis-moi Zidore, pourquoi qu'y faut être inquiète en ce moment quand on est française ?

- Parce qu'il va peut-être y avoir la guerre, Mam'zelle Bécassine.

- La guerre ! Avec qui ?

- Avec tous les Boches de la Bochie !

- Ah ! » fait Bécassine.

Elle croit devoir prendre la figure de quelqu'un qui a compris, et elle n'a rien compris du tout. La guerre elle ne sait pas au juste en quoi ça consiste ; les Boches et la Bochie, elle n'en a jamais entendu parler. Mais elle se ferait hacher menu plutôt que d'avouer son ignorance.
Commenter  J’apprécie          40
raton-liseur   28 avril 2015
Bécassine, tome 9 : Bécassine nourrice de Caumery
mais si je faisais les choses comme il faut, je ne serais pas Bécassine.

(p. 44, “M. Proey-Minans géographe…”).
Commenter  J’apprécie          50
PASCALINE80   28 mai 2019
Le livre d'or de Bécassine de Caumery
Annaïk Labornez, destinée à la célébrité sous le nom de Bécassine, eut pour première demeure la métairie que ses parents cultivaient à Clocher-les-Bécasses, non loin de Quimper....



L'Oncle Corentin - grand chasseur, un peu original, et qui a toujours le mot pour rire - fut désigné comme parrain d'Annaïk. "-une belle fille, dit-il en la faisant sauter dans ses bras, et qui pèse son poids. Dommage qu'y ait c'nez... ou, plutôt, qu'y ait pas d'nez....".
Commenter  J’apprécie          20
ShadeAndSun   30 novembre 2020
Bécassine, tome 3 : Bécassine pendant la Grande Guerre de Caumery
< < Dis-moi, Zidore, pourquoi qu'y faut être inquiète en ce moment quand on est française ?

- Parce qu'y va peut-être y avoir la guerre, Mam'zelle Bécassine.

- La guerre ! Avec qui ?

- Avec tous les Boches de la Bochie !

- Ah ! > > fait Bécassine.

Elle croit devoir prendre la figure de quelqu'un qui a compris, et elle n'a rien compris du tout. La guerre elle ne sait pas au juste en quoi cela consiste ; les Boches et Bochie, elle n'en a jamais entendu parler. Mais elle se ferait hacher plutôt que d'avouer son ignorance.

Vite, elle monte dans la chambre d'Yvonne, se rappelant qu'il y a sur la table un atlas. Elle regarde longuement les cartes, la table alphabétique ; pas de Boches, pas de Bochie. Pourtant Mlle Yvonne lui a dit que tous les peuples du monde ont leur nom marqué là-dedans. Alors sa figure s'illumine et elle se précipite au salon.

Maîtres et domestiques y sont assemblés, très émus.

< < C'est la guerre dit Bertrand, qui vient du village. La mobilisation est affiché. Je pars demain.

- Moi, j'vais, m'engager, > > crie Zidore, Mme Grand-Air pleure doucement. Son chagrin navre Bécassine ; mais elle va la calmer.

Elle s'approche de sa maîtresse, et lui parlant à l'oreille :

< < Faut pas que Madame se fasse du mauvais sang comme ça. Possible qu'y aura la guerre, mais comme c'est avec des gens qui n'existent pas, ça ne présente guère de risques.> >

L'excellente Mme de Grand-Air, pour lui laisser passer une nuit paisible, n'a pas détrompé tout de suite Bécassine ; le lendemain seulement, elle lui a révélé que la Bochie c'est l'Allemagne, que la guerre sera terrible. Et Bécassine fond en larmes.

Mais Bertrand et Isidore entreprennent de la consoler.

< < Vous faites pas de bile, Mam'zelle Bécassine

- On les aura, les Boches

- Ben sûr qu'on les aura, avec des z'héros comme vous, > > affirme Bécassine, riant à travers ses larmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ShadeAndSun   23 décembre 2020
Bécassine, tome 1 : L'enfance de Bécassine de Caumery
< < ... Et puis, c't'idée de l'appeler Annaïk ! Avec toutes les Annaïk qu'y a dans le village, ça fera de l'embrouille. Quand dans la rue, je crierai : Annaïk ! ça sera vingt fillettes qui arriveront.

Faut lui trouver un surnom > >

Le signal du départ arrêta ses réflexions.

Ce fut un beau baptême. La propriétaire du château Mme la marquise de Grand-Air, chez qui la mère d'Annaïk allait travailler en journée, vint assister à la cérémonie. Les Labornez ne furent pas peu fiers en la voyant arriver dans sa chevaux.

A la sortie de l'église l'oncle Corentin jeta à la volée des quantités de dragées et de sous aux gamins ; puis aux sons du biniou, on dansa sur la place.

Les deux petites filles avaient été installées à l'ombre d'un grand chêne. Annaïk riait de toute sa figure ronde, annonçant son heureux caractère, tandis que sa cousine était plus que jamais Marie Qui-Louche.

L'heure du dîner sonna. Tous les estomacs criaient famine, mais il y eu un moment d'inquiétude : l'oncle Corentin a disparu.

Qu'est devenu le parrain ? Il arriva enfin.

< < Pendant que vous dansiez, j'ai été chasser...

Tenez, ma nièce, mettez rôtir vivement ces bestioles. Ça ne fera pas le plus mauvais plat du dîner > >

Puis revenant à son idée d'avant le baptême et regardant Anaïk :

< < C'est-y dommage tout de même qu'elle ait pas au milieu du visage, un nez comme ces oiseaux-là ! > >

Ce disant, il prit une des bécasses qu'il apportait, cacha le corps dans sa large main, et présenta le bec devant la figure de sa filleule.

< < Une vraie petite bécassine, dit en riant Quillouch...

Eh mais ! oncle Corentin, le voilà le surnom que vous cherchiez ! > >

< < Oui, oui, cria toute l'assistance... Bécassine ! Bécassine !

Ma foi, avoua Corentin, ça lui va comme un gant ! > >

Et c'est ainsi que, malgré les protestations de la mère, Annaïk Labornez devint Bécassine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ShadeAndSun   14 décembre 2020
Bécassine, tome 3 : Bécassine pendant la Grande Guerre de Caumery
Je mets la main à la plume pour écrire ce qui suis, qu'est peut-être les dernières lignes que je tracerai, vu que je me demande si les chagrins et l'inquiétude vont pas me conduire avant l'âge au trépas, et même plus loin.

C'est Isidore qu'est l'objet de mes désolations. Au début qu'il a été parti au régiment, il m'a écrit des lettres gentilles : qu'il travaillait bien, qu'il commençait à savoir se tenir sur son cheval sans trop le prendre par le cou... qu'il astiquait son canon si tellement brillant qu'il pouvait faire sa raie en se mirant dedans ; enfin tout ce que doit faire un bon militaire versé dans l'artillerie. Ça allait bien.

Et puis voilà qu'un jour il me marque dans sa lettre que son capitaine lui a parlé, qu'il lui a fait des compliments et qu'alors il espère passer bientôt brigadier.

Et dans les lettres d'après, il revenait tout le temps là-dessus : C'est mon rêve, qu'il disait, de commander des hommes de leur dire une, deux, une, deux, pour les faire marcher au pas... et d'avoir des galons sur les manches que quand je viendrai en permission, ça fera l'admiration de tout le monde dans la rue... Ça a commencé à m'inquiéter, vu que, comme chacun sait, c'est l'ambition qui perd les hommes.

Faut bien dire : l'ambition et les idées de grandeur c'est pas d'aujourd'hui que c'est le défaut de Zidore, la preuve que tout petit, quand il jouait à l'éléphant avec le fils de la charcutière... en se couvrant tous les deux d'une toile grise, il voulait toujours faire les jambes de devant, et ça amenait entre eux des disputes et des batailles.

Alors pensant à tout ça, je décide que je vais lui écrire sur les dangers de l'ambition en mettant des exemples historiques, vu que l'historique ça impressionne davantage.

Me voilà à chercher mes exemples dans les livres de Mlle Yvonne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

la bibliothécaire

1. Que fait Guillaume jusqu'à 2 heures du matin?

il regarde une veille dame
il dort
il lit un livre

10 questions
48 lecteurs ont répondu
Thème : La Bibliothécaire de GuduleCréer un quiz sur cet auteur