AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.33 /5 (sur 131 notes)

Nationalité : Islande
Né(e) à : Reykjavik , le 27/08/1962
Biographie :

Sigurjón Birgir Sigurðsson, connu sous le pseudonyme de Sjón, est un artiste, écrivain et intellectuel islandais, né à Reykjavik le 27 août 1962.

Sigurðsson amorce sa carrière d'écrivain dès l'âge de 15 ans, avec le recueil de poèmes Sýnir (« Visions »), paru en 1978. Il publie ensuite de nombreux autres recueils de poèmes, mais aussi des romans (à partir de 1987), ainsi que des ouvrages de littérature d'enfance et de jeunesse. Ses ouvrages, traduits dans plus de 12 langues, sont vendus dans 17 pays.

Lorsqu'il est étudiant à l'université, Sjón crée un groupe littéraire et culturel nommé « Médusa », qui s'inspire du surréalisme et du mouvement dada
Il reçoit le grand prix de littérature du Conseil nordique en 2005 pour Le Moindre des mondes.
Publiant notamment des poèmes et des romans, il est également connu comme parolier pour de nombreuses chansons de Björk.

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Sjón   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le coup de c?ur de la librairie le Détour, Granville, pour cette 26e édition du festival Les Boréales est Sjón. Présentation par : Fanny Hequet Réalisation : Fabrice Touyon Graphisme : le Klub


Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
patatarte2001   12 septembre 2014
Le moindre des mondes de Sjón
Elle se mit à sourire et ce sourire multipliait par deux le bonheur du monde
Commenter  J’apprécie          140
mesrives   29 novembre 2015
Sur la paupière de mon père de Sjón
Il parle sans notes, les mots poussent sur sa langue comme autant de renoncules des glaciers sur les cimes. Il n'est pas bien haut de taille; du reste les grands hommes sont toujours plus petits que leurs pensées.
Commenter  J’apprécie          120
mesrives   16 novembre 2015
Le moindre des mondes de Sjón
Le cinquième jour, le pasteur sous le glacier commença à craindre pour sa santé mentale. Il se livra à la chose la plus naturelle qui soit pour un Islandais bloqué dans une impasse. Réciter vers et comptines, déclamer quatrains et, poèmes épiques, chanter haut et fort pour soi-même et une fois ce répertoire épuisé, s'attaquer à celui des psaumes. Il s'agit là d'un antique remède qui ne déçoit jamais celui qui souhaite conserver son sens commun.
Commenter  J’apprécie          100
mesrives   19 novembre 2015
De tes yeux, tu me vis de Sjón
Marie-Sophie compta mentalement jusqu'à trois, serra le rouleau à pâtisserie entre ses doigts, ouvrit la porte et éclata de rire: en travers du sol de la remise était allongé un homme décharné vêtu d'un manteau en guenilles; à ses pieds, il portait quelque chose qui ressemblait vaguement à des chaussures. Evidemment, ce n'était pas l'air de vagabond qu'avait cet individu qui avait déclenché l'hilarité de la jeune fille, mais le fait qu'il avait entraîné dans sa chute toute une enfilade de saucisses qui s'étaient enroulées autour de sa tête en formant comme une couronne. A gauche, sur sa poitrine, un concombre lui servait de sceptre.

Il tenait une boîte à chapeau, c'était mon père.
Commenter  J’apprécie          80
mesrives   19 novembre 2015
De tes yeux, tu me vis de Sjón
C'était la nuit, Gabriel était campé, jambes écartées, surplombant l'Europe; son corps emplumé était figé dans une pose ridicule: son pied droit reposait sur les glaciers du Groenland et le gauche sur le haut plateau persique, il tenait fermement son aube entre ses jambes et sa trompette dépassait, inconvenante, de sa main. Il avait rejeté sa tête argentée en arrière dans les profondeurs de l'univers et mis ses lèvres en cul-de-poule, comme une vieille fille.

Perdus dans les rêves, les yeux tremblant sous ses paupières constituaient l'unique signe qu'il était vivant.
Commenter  J’apprécie          80
mesrives   28 novembre 2015
Sur la paupière de mon père de Sjón
La mer est démontée.

Le paquebot Godafoss est ballotté quelque part entre les profondes vallées de l'océan et les ultimes limites de l'univers. Le corps du bateau n'est rien qu' une limace noire luisante qui se recroqueville sur elle-même quand la vague se dresse et s'enroule face à elle tel un oiseau de proie bleu nuit. Disons qu'il s'agit d'un bateau tout à fait banal à l'échelle mondiale, mais que le peuple méritant à peine le nom de nation qui l'a placé sur les eaux terrifiantes des océans voit en lui un gigantesque vaisseau.

Et nous souscrirons sans doute à l'idée puérile qu'un peu de laque marine associée à un nom majestueux suffit à transformer un chalutier en l'une des grandes villes de ce monde - il doit bien avoir du vrai dans cette illusion.

Le bateau est insubmersible.

Il apparaît maintenant au sommet de la vague.Projeté en avant , il s'attarde un moment sur la crête, tout prêt à se précipiter dans la gueule de l'océan qui l'attend en contrebas, verdâtre et avide. Et juste au moment où nous avons l'impression que l'événement va se produire - précipitant du m^me coup la fin de cette histoire- la vague se dérobe sous le bateau qui, au lieu de la franchir, reste suspendu en l'air, à l'endroit où il y avait de l'eau l'instant d'avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
mesrives   30 novembre 2015
Sur la paupière de mon père de Sjón
Ils s'étaient rencontrés en pleine nuit. Léo ne trouvait pas le sommeil comme c'était souvent le cas quand l'usine de farine de poisson des environs tournait à plein régime et qu'un voile de guano recouvrait la ville. Les gens d'ici appellent cette puanteur "l'odeur de l'argent" et dorment comme des millionnaires, alors que des individus comme Léo ne parviennent pas à fermer l'oeil. Et bien que l'odeur de chair et de graisse brûlée soit plus forte au grand air que dans son petit appartement en sous-sol, il lui semblait tout de même préférable d'être en un lieu où il pouvait éloigner de sa pensée les affreuses histoires qu'elle lui rappelait.
Commenter  J’apprécie          70
mesrives   23 novembre 2015
De tes yeux, tu me vis de Sjón
Marie-Sophie se retrouva seule: dans la chambre vingt-trois. Au premier étage de la pension Vrieslander. Dans la petite ville de Kükenstadt. A l'embouchure de la rivière Saxe. Dans la province de Basse-Saxe. Seule avec un homme à moitié dévêtu. Une heure plus tôt, elle s'était apprêtée à l'assommer d'un coup de rouleau à pâtisserie et, maintenant, elle devait le soigner: dans le monde, la guerre faisait rage.
Commenter  J’apprécie          70
mesrives   19 novembre 2015
De tes yeux, tu me vis de Sjón
Et quand il ne leur resta plus qu'à border la jeune fille dans le livre, à la napper de lait et de pain, à poser le matelas sur le secrétaire afin qu'elle puisse lire tandis qu'elle mangerait quelques allumettes et qu'elle se désaltérerait avec un peu de cire chaude, ils avaient eu tout le loisir d'examiner le malheureux qui dormait comme un ange malgré tout ce vacarme.
Commenter  J’apprécie          70
mesrives   16 novembre 2015
Le moindre des mondes de Sjón
Les renardes au pelage roux comme la lande ressemblent tellement à ces rochers étonnamment accueillants. Lorsqu'elles se tapissent auprès d'eux, il n'y a aucun espoir de les distinguer du roc lui-même, oh oui elles se montrent bien plus habiles que leurs blanches cousines dont la silhouette toujours se trahit en dessinant une tâche jaune sur la neige glacée.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Les pays scandinaves, terres d'inspiration

La faim, chef-d'œuvre de Knut Hamsun, se déroule à Christiania, ancien nom de la ville de :

Bergen
Stavanger
Oslo

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thèmes : norvège , suède , danemark , scandinavieCréer un quiz sur cet auteur