AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.96/5 (sur 341 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Journaliste depuis 2011, Anaïs Renevier a débuté sa carrière comme correspondante à Beyrouth pour plusieurs médias internationaux. Elle a ensuite travaillé au sein de la rédaction de TV5 Monde pendant plusieurs années.
Reporter indépendante, elle parcourt régulièrement les Etats-Unis pour des sujets au long cours. Elle aime raconter l'Amérique des outsiders, des Proud Boys de Miami aux travailleurs illégaux du cannabis dans les Murder Mountains de Californie.
Elle collabore avec le magazine Society depuis 2020.

Ajouter des informations
Bibliographie de Anaïs Renevier   (1)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Anaïs Renevier présente son ouvrage "L'affaire Alice Crimmins"


Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
"Une serveuse de cocktails rousse et attirante", "une femme bien proportionnée" lit-on ici et là. Au fil du temps, Alice Crimmins devient, dans les journaux, une "femme au foyer du Queens à la moralité de hamster", puis "une Circé, une femme amorale". Elle s'évanouit ? On se moque : elle l'a forcément fait exprès, pour éviter de devoir s'expliquer. Elle ne pleure pas assez ? On s'offusque : une mère qui ne pleure pas ne peut pas être tout à fait innocente.
Commenter  J’apprécie          160
Une ancienne élève d'un établissement catholique du Queens se souvient de l'ambiance qui régnait dans le quartier, à la fin de l'été : "Il y avait toujours trois choses dans la salle de classe de mon école catholique : le drapeau américain, un crucifix et une statue de la Vierge Marie. Chacun de ces symboles servait d'amulette, pour nous protéger contre ses équivalents profanes : le drapeau se dressait contre le communisme ; le crucifix se dressait contre Satan ; et, au début de l'année scolaire 1965, la Vierge Marie se dressait contre Alice Crimmins."
Commenter  J’apprécie          150
Alors, qu'attend-on pour résoudre l'affaire Crimmins ? Dans ces conditions, Alice Crimmins apparait comme la coupable idéale, expose le journaliste Ken Gross. "Dans l'imaginaire collectif, si ce n'était pas la mère qui avait tué les enfants, alors cela voulait dire que tout le monde était en danger. Mais si c'était elle, alors les gens étaient en sécurité. C'était tellement plus facile de croire que c'était elle."
Commenter  J’apprécie          140
La personnalité d'Alice Crimmins et les zones d'ombres dans son récit ont toujours laissé la place au doute. Même dans l'esprit de ceux qui prennent son parti, une question lancinante vient parfois bousculer les certitudes : "Et si c'était elle ?".
Commenter  J’apprécie          30
L'affaire Crimmins a hanté pendant longtemps les couloirs des tribunaux new-yorkais. Sous couvert d'anonymat, un ancien juge affirme que "crimminser" serait même devenu un verbe dans le jargon juridique new-yorkais. Dans quel contexte ? "Crimminser une affaire, ça veut dire balayer sous le tapis les erreurs du procureur ou de la police en faisant condamner un innocent."
Commenter  J’apprécie          120
Effacée des carnets de détectives, rayée des agendas des avocats et des tribunaux, laissée tranquille par la presse, elle passe alors du côté de la fiction. Le premier roman inspiré par son histoire était sorti en 1975, au moment où elle retournait derrière les barreaux à Bedford Hills. Il était titré 'La maison du guet' et publié par une écrivaine au nom alors quasiment inconnu du grand public, Mary Higgins Clark. L'auteure avait trouvé l'idée du livre, qui deviendrait son premier best-seller, en lisant les journaux.
Commenter  J’apprécie          90
A une époque où les femmes commençaient à réaliser à quel point elles étaient oppressées, le procès d'Alice Criminels touchait au nœud du problème : le rôle de la mère et son contrôle. Ne mettez pas de loquets sur les portes ! Surveillez vos enfants ! Ne vous envoyez pas en l'air ! Cette affaire est l'une des plus grandes causes féministes de cette époque, mais les féministes sont complètement passées à côté.
Commenter  J’apprécie          60
C'était tellement plus facile de croire que c'était elle.
Commenter  J’apprécie          70
" Dans l'imaginaire collectif, si ce n'était pas la mère qui avait tué les enfants, alors cela voulait dire que tout le monde était en danger. Mais si c'était elle, alors les gens étaient en sécurité. C'était tellement plus facile de croire que c'était elle. "
Commenter  J’apprécie          50
Dans une interview d'elle qu'il réalisera après le procès, Alice Crimmins reviendra sur cette pénible journée face à Anthony Lombardino : "En relisant les transcriptions, je sais que j'ai pu donner l'impression d'être une garce à ceux qui ne me connaissaient pas. Mais il m'a attaquée dès l'instant où il s'est levé. Et ça m'a énervée. Je voulais juste raconter ma version de l'histoire et tout ce qui l'intéressait, c'était ma vie sexuelle. Je voulais dire que j'étais innocente, il ne m'a pas laissée parler. Il n'arrêtait pas d'insister sur un seul point : ma vie sexuelle." (p. 108)
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Anaïs Renevier (444)Voir plus

Quiz Voir plus

L'affaire Alice Crimmins

Dans quel arrondissement de New York vit Alice Crimmins au moment de la disparition de ses enfants ?

Brooylyn
Le Bronx
Le Queens
Manhattan
Staten Island

17 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : L'Affaire Alice Crimmins de Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..