AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.37/5 (sur 45 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1942
Biographie :

Anne Gallois est romancière. - Journaliste indépendante, réalisatrice de documentaires pour la télévision
Elle se présente, à propos du magazine "Strip Tease de France 3 :"Née quelques années après Victor Hugo ( 1942 ), en pleine France profonde, j’ai survécu en m’évadant dans la lecture de Tintin. Je luis dois ma vocation de journaliste. Après de ( presque) brillantes études de droit, j’ai opté pour le statut de pigiste, conforme à mes velléités d’indépendance. Spécialiste en rien, je me suis laissée porter par mes inclinations naturelles. Tintin parcourait le Congo ; je suis partie à la découverte des gens, de leur quotidien. Pour moi, l’aventure humaine est au coin de la rue.
Il y a vingt ans, j’ai délaissé la presse écrite pour les reportages et documentaires télévisuels avant de découvrir, par hasard et par bonheur, le détonnant « strip-tease », inventé par des baroudeurs de l’intime.
Parallèlement, j’ai voyagé, écrit, aimé, vécu.
La difficulté, quand on travaille pour strip-tease, c’est d’aller chercher la réalité au-delà des apparences. C’est de se faire accepter par nos « personnages » et en même temps de se faire oublier, de les mettre en confiance sans les trahir, de partager leur quotidien et d’y participer ( voir photo ). C’est de laisser croire au téléspectateur que le film s’est fait tout seul, sans réalisateur et même sans caméra. Mais le plus difficile c’est d’avouer, sans détours, que l’on travaille pour un magazine qui s’appelle strip-tease."
+ Voir plus
Source : http://strip-tease.france3.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Anne Gallois   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Pourquoi un mensonge serait-il plus grave qu’un autre ? A enchaîné Me Féliaud. Quand vous étiez écolier et que vous aviez des mauvaises notes, ne vous est-il pas arrivé de trafiquer votre bulletin scolaire ? Et si un de vos proches est atteint d’un cancer et n’en a plus que pour quelques mois, allez-vous lui dire la vérité ? Ma cliente a menti certes, mais y a-t-il une échelle de valeurs dans les mensonges ? Elle a menti pour se sauver, pour protéger ses enfants et ne pas ternir l’image de la mère parfaite.
Commenter  J’apprécie          292
Actuellement, elle se passionne pour les Mémoires du duc de Saint-Simon et le roman de Soljenitsyne. Elle extrait, à mon intention, une phrase tirée du Pavillon des cancéreux : « Si tu ne sais pas user de la minute, tu perdras l’heure, le jour et toute ta vie. » « Toi qui dis détester le quotidien et sa routine, ma chérie, médite cette pensée. »
Commenter  J’apprécie          180
Marthe est née à une époque où les enfants travaillaient, une ère sans sécurité sociale ni allocations familiales. Elle gardait les vaches et ses huit frères et soeurs. L'école, elle a dû y aller dix fois, suffisamment pour se faire traiter de souillon par les religieuses qui soulevaient sa robe rapiécée devant la classe pour lui faire honte et se moquaient de son jupon déchiré. Elle en a gardé une haine tenace pour la religion et les curés.
(p. 70)
Il est rare que Marthe invoque le bon Dieu. La religion, pour elle, a le visage des religieuses sadiques de son enfance, les curés sont des ennemis de classe.
(p. 73)
Commenter  J’apprécie          120
Marc et son frère s'évadèrent par la même issue de secours [suicide]. Tous les deux aimaient les garçons, une 'maladie' [en 1954] dont leurs parents, un couple de pharmaciens, eurent connaissance la veille de leur mort. La rumeur avait fait son oeuvre. A cette occasion, et pour la première fois, j'entendis ce mot, 'homosexuel'. Je devinai, sans en demander plus, qu'il s'agissait d'une redoutable calamité. Quelques années plus tard, je découvris que le fait d'aimer une personne de son sexe pouvait conduire à la prison et que, peu de temps auparavant, sous le gouvernement de Vichy, une loi, abolie depuis, les rangeait même dans la catégorie des criminels. Je songeai alors aux religieuses que nous soupçonnions de s'aimer entre elles et à la mère supérieure, dont j'étais tombée amoureuse.
(p. 47)
Commenter  J’apprécie          80
A mère Geneviève, notre professeur de français, je demande qui est Françoise Sagan [en 1954]. "Une jeune fille peu recommandable, répond-elle, outrée, un mauvais exemple pour la jeunesse. Ne lisez pas son livre, vous seriez damnées à jamais."
Commenter  J’apprécie          80
C’est le jour du procès. Toute ma classe, élèves et professeurs, y assiste. Impassible derrière mes lunettes noires, robe sombre et cheveux relevés sur la nuque, moi, Cheryl, je fixe le vide. Ma mère en blonde platine pose sur moi son regard de Mater Dolorosa.
Commenter  J’apprécie          70
Un jour, j’ai surpris mon amant dans notre lit avec une femme qui n’était pas moi. Je les ai vus depuis l’extérieur de la maison, par la fenêtre qui donne sur la chambre. En un éclair, j’ai cassé avec le poing les quatre carreaux. Sans m’en rendre compte, sans voir que le sang coulait, sans ressentir la douleur. J’aurais eu un fusil, aurais-je tiré ?
Les tueurs ne m’ont jamais paru des monstres mais des êtres fragiles, incapables, à cause d’une faille dans leur système, de bloquer le passage à l’acte. J’ai toujours tenté de comprendre comment une personne nullement prédisposée à donner la mort pouvait accomplir le geste fatal et franchir la frontière.
Commenter  J’apprécie          60
Nous sommes des analphabètes de la sexualité. Personne pour nous enseigner le b.a.-ba. La masturbation, que mes amies, plus tard et non sans honte, m'avoueront avoir pratiquée, est un mot inconnu. Découverte tardive d'un lieu clos tenu aussi longtemps secret que la grotte de Lascaux. (p.108)
Commenter  J’apprécie          50
Pour en revenir à ma cliente, on l’a jugée sur ses mensonges. Oui, elle a beaucoup menti, elle s’est enferrée dans ses contradictions. Comme l’a dit mon confrère : « Le mensonge est contagieux. Un premier en enchaîne forcément mille autres, des trains de mensonges, lourds et interminables convois. » Les bien-pensants ne comprennent pas le mensonge, conclut la jeune femme qui dévie sans transition vers une réflexion déroutante : Pourquoi certains basculent et d’autres pas ? C’est rassurant de savoir qu’on y échappe, qu’on ne le fait que par procuration. C’est une façon d’exorciser cette pulsion qui est en nous.
Commenter  J’apprécie          40
P 153
« A 40 ans vous aurez réintégré la ville et des métiers » leur lance le journaliste. « Ah non non, le monde entier sera hippy. Nous allons changer le monde. Rien ne sera plus comme avant. » »
P 179
« L’idée d’un monde sans frontières, sans races, sans guerres, sans patrie la fait sourire. Elle aimerait bien y croire , souscrire à mon enthousiasme mais elle a plus de soixante ans, a vécu deux guerres et connait les hommes»
P 206
« Je me tais, mortifiée. Comment peut-on voter un jour pour un candidat d’extrême droite, aller à la messe et le lendemain renier sa foi et s’enthousiasmer pour Che Guevara et la « folie soixante-huitarde » sinon par inconscience ? » »
P 234
« Du travail, on en trouve quand on veut comme on veut à l’époque des trente glorieuses. Cerises, vendanges, maçonnerie. Les aventuriers ignorent encore que bientôt une réalité nouvelle les rattrapera, que le mot chômage résonnera à leurs oreilles et qu’ils regagneront les villes et les bureaux. »
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Anne Gallois (54)Voir plus

Quiz Voir plus

Harry Potter (1 à 4) difficile

Qui est le contrôleur du Magicobus ?

Ernie Mcmillan
Stan Rocade
Zacharia Smith
Denis Crivey

15 questions
8640 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter : Coffret, Tomes 1 à 4 de J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}