AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.79 /5 (sur 17 notes)

Biographie :

L'univers romanesque de Catarina Viti est alimenté par ses origines napolitaines et son amour pour le Blues.
De Naples viennent les couleurs, les contrastes, les fresques toujours un peu folles ou insolites qui illustrent ses textes, et une forme de paganisme latent.
Du Blues découle le riff qui lance ses personnages dans des aventures souvent périlleuses et condamnées à l'échec, des situations transcendées par la rage de vivre.

Auteure de novellas (la série des Blues) et de romans, elle vient de terminer le premier tome d'une trilogie qui traite de la recherche d'identité et de la condition féminine dans un cadre particulier : celui de l'immigration napolitaine en France dans les années 60.

Source : https://catarinaviti.com/
Ajouter des informations
Bibliographie de Catarina Viti   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Catarina Viti


Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWO   24 décembre 2020
Tribulations de krill en rupture de ban de Catarina Viti
Si tu étais mon enfant, je te montrerais comment dire non sans crainte, sans l’ombre d’une peur. Je te montrerais comment dire non en riant. Je te montrerais que tu n’as pas à te soucier de dire oui, ou que très rarement, car le seul oui qui compte est programmé pour venir tout seul, du ciel, comme une offrande.
Commenter  J’apprécie          70
SZRAMOWO   23 juillet 2020
Blues, tome 2 : Calibre 12 de Catarina Viti
« On a pris ta place, cousin ? »

Tistou soulève une épaule. Il n’en a rien à faire de cette place ni d’aucune autre.

« Tu veux t’asseoir avec nous, cousin ? » C’est proposé sur un ton aimable, avec le sourire paisible du gars qui ne cherche pas les embrouilles. Tistou explique qu’il voudrait seulement récupérer sa bière.

Engageant, le gars pousse sa carcasse de côté, libérant une place. Tistou accepte l’invitation, le temps de liquider sa mousse et de retrouver un chouia de vitalité dans les jambes.

« On dirait que t’as le seum, cousin. Tu t’es fait képla par ta copine ?

— Non ! répond Tistou, obligé de hurler. C’est leboucan. Ça prend la tête.

L’autre rigole en coin. Ses acolytes restent de marbre.

— C’est la blonde, là, qui te file le seum ? », insiste le voisin en désignant l’endroit où Cherrie continue ses trémoussements.
Commenter  J’apprécie          60
Melinda_Celine   30 janvier 2022
Adieu Amériques de Catarina Viti
Mam' avait malgré tout trouvé quelques fois le courage de mettre de l'eau à chauffer pour le rituel lavage de pieds. Pieds qu'il abandonnait avec une telle indifférence qu'on aurait dit que cette partie de son corps ne lui appartenait même pas. Il n'y a qu'à attendre que ses lunes lui passent me disait Mam', dans ces moments d'optimisme. Mais l'automne approchait et ses dites lunes, loin de lui passer, annonçaient au contraire un hiver de mécontentements.
Commenter  J’apprécie          50
SZRAMOWO   24 décembre 2020
Tribulations de krill en rupture de ban de Catarina Viti
Le langage, David, voilà ce qui nous trahit. La langue qui nous permettait de communiquer avec la création, la langue des poètes, n’est plus usitée. La langue de la révolution, des idées, du ventre : flinguée à bout portant. On baragouine la langue des échanges commerciaux, des rapports financiers : excellence, exception, performance, objectif, projet, compétence… autant de mots indifféremment utilisés pour parler de psychologie ou de sentiments. Même le langage de la philosophie, pourtant rationnel et précis, est devenu hermétique à la quasi-totalité d’entre nous. Seuls quelques dinosaures ont encore accès à la pensée de Heidegger ou de Hegel. On ne lit plus Bergson.
Commenter  J’apprécie          40
SZRAMOWO   24 décembre 2020
Tribulations de krill en rupture de ban de Catarina Viti
Maintenant, David, tu aurais l’âge d’homme. Peut-être même aurais-tu un enfant, des enfants, et, ensemble, vous vous rinceriez la dalle avec ce tordboyaux, ces piquettes de Game of Throne, de Servante écarlate ou The Walking Dead. Et tu ne trouverais rien d’étonnant ou de stupéfiant à cela, tout simplement parce que ce serait ton présent, et que rares sont les êtres humains prêts à remettre en question le présent dont ils sont les acteurs. La plupart préfèrent juger le passé et zapper l’avenir.
Commenter  J’apprécie          30
SZRAMOWO   23 juillet 2020
Blues, tome 2 : Calibre 12 de Catarina Viti
— Alors, qui est-ce qui mène ?

— On se fait encore avoir ! Putain d’Afrique ! Et ce connaud de Plisson, trois pénalités déjà. Tu le crois ? Tu le crois, toi ? Tu le crois qui va en choper une quatrième ? File-moi une bière, vai. Une bonne tournée qui disait Dubois, une promenade. Té, c’est eux qui nous baladent ! Mais bouge, espèce d’emplâtré ! »

Quand son père est collé devant l’écran pas besoin de chercher à avoir une conversation. Le rugby le tient en haleine. Il repart en direction de la cuisine, attrape une bière dans la porte du frigo.

« Tiens, Pa', c’est la der. Tu veux que j’aille en chercher ?

— Eh bè, putain, on peut dire qu’ils y seront allés pour rien en Afrique. Quelle branlée ! Tu vas à Casino ?

— Si tu veux, voui. Je peux descendre, je suis prêt.

— Tu es prêt, ouais. »
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   29 décembre 2020
Tribulations de krill en rupture de ban de Catarina Viti
L’homme désirant est un esclave en puissance. Le désir est le pire des virus. Une fois inoculé, il déclenche dans l’organisme les réactions en chaîne de la frustration, et à peine l’être humain en est-il infecté, qu’il se rend disponible à toutes les formes de compromissions dans l’espoir de ne pas mourir sans avoir connu la jouissance. Jouissance de posséder, de faire, jouissance de paraître, d’être reconnu… autant de plaisirs qui lui sont présentés comme la coupe aux lèvres de Tantale.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   01 septembre 2021
Blues, tome 4 : Le temps des cerises de Catarina Viti
Je lui dois énormément à mon patron .Il m"à fait reprendre confiance.Avant lui, j"avais fini par me persuader que quelque chose en moi ne tournait pas rond.Maintenant,je sais que je suis capable de tenir un poste.J'en avais longtemps douté. On me reproche toujours d'en savoir trop ou pas assez,de trop bien faire ou de saloper un travail que n'importe quelle dindasse aurait été capable de faire correctement.J'avais fini par croire que j'étais détraquée. Les gens ont le chic pour vous rendre foi, ma parole.
Commenter  J’apprécie          10
Emma555   04 juillet 2021
Blues, tome 4 : Le temps des cerises de Catarina Viti
(...) j'ai l'impression qu'en définitive un ennemi mort, ça donne par-dessus-tout envie de lui filer des coups de pieds pour le ramener à la vie et l'obliger… mais l'obliger à quoi ? A nous dédommager, nous rendre ce qui de toute façon est perdu ? Tout ce que cette nuit blanche m'avait appris, c'est que la mort d'un ennemi n'a qu'un seul effet : effacer la dette et vous laisser seul avec la haine intacte que vous ne savez plus où poser. La mort nous prend vraiment pour des cons
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   29 décembre 2020
Tribulations de krill en rupture de ban de Catarina Viti
En matière scientifique, on admet qu’il n’est pas de "pensée unique". On apprend à penser et à parler avec des tas de nuances ; l’ouverture critique et la prudence sont de mise. C’est l’explosion des sciences humaines, de l’insertion sociale, de la communication, de la formation continue, du management par la persuasion, du développement du leadership, du charisme entreprenarial. On fuit le blanc et noir pour se perdre dans mille nuances de gris ; on encense la pensée systémique. Se gardant bien toutefois de l’ériger en fonctionnement, on se contente d’en faire l’apologie, de l’utiliser comme une esquive chaque fois qu’il faudrait au contraire refuser, trancher ou prendre position. On exploite la complexité de façon à rester dans le vague. On crée des chapelles de plus en plus nombreuses et forcément en désaccord les unes avec les autres, puisque… à chacun sa vérité.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Harry Potter (1 à 4) difficile

Qui est le contrôleur du Magicobus ?

Ernie Mcmillan
Stan Rocade
Zacharia Smith
Denis Crivey

15 questions
7690 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter : Coffret, Tomes 1 à 4 de J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur