AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9781537089447
208 pages
CreateSpace Independent Publishing Platform (14/08/2016)
4.5/5   4 notes
Résumé :
Julia, plus à l’aise dans ses vignes qu’avec les gens, se retrouve seule après le décès de son mari. Une expérience violente qui l'a laissée dans un état intérieur étrange, inquiétant. Luttant pour ne pas perdre pied, elle sent que la réalité lui échappe peu à peu. Un enfant perdu vient un jour lui demander de l’aide. Quand elle apprend que ce petit garçon est mort depuis quatre ans, il ne lui est plus permis de « faire comme si de rien n’était ». Vient alors sa ren... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
SuzanneMarty
  26 septembre 2019
Je suis tombée sur Femme au bord du monde par hasard, après avoir échangé avec l'auteure. Son livre recueillait tant de commentaires intrigants et enthousiastes que j'ai décidé de le lire sans même savoir précisément de quoi il parlait…
Genre : parcours initiatico-fantastique
De quoi parle ce livre ? À la mort de son mari, Julia – viticultrice – perd toute envie de contact humain pour s'enfermer dans une relation fusionnelle avec la nature. Une rencontre à la frontière de la vie l'incite à demander de l'aide à son médecin. Celui-ci l'oriente vers une amie chamane qui l'aidera à donner un nouveau sens à sa vie.
1 - Échelle de difficulté : Vous risquez de difficilement comprendre tous les mots, concepts et idées de cette histoire.
Je ne dirais pas que ce roman est difficile à lire, mais si vous n'avez jamais entendu parler de chamanisme – de mon côté, j'avais déjà lu un livre sur le sujet – vous aurez peut-être du mal à vous faire une opinion sur cette histoire.
2 – Échelle d'ennui : J'ai eu du mal à lâcher ce livre pour dormir.
L'auteure parvient à instaurer une telle ambiance de mystère qu'il est difficile de lâcher son histoire. Comme dans le projet Blair Witch, on sait qu'il va se passer quelque chose de louche, mais on ne sait fichtrement pas quoi ! On n'est pas déçu.
3 - Échelle de vérité : L'auteure prend ses lecteurs pour des adultes.
J'ai trouvé la façon dont Julia vit son deuil particulièrement crédible. Catarina Viti évite tous les clichés du genre, ce qui rend son point de vue passionnant. Ensuite ce qu'elle dit du chamanisme, cohérent avec ce que j'avais lu, m'a beaucoup intéressée. Je suis plus réservée sur la fin de l'histoire, à laquelle j'ai moins adhéré.
4 - Échelle de style : le style de l'auteure est un gros atout du livre.
J'ai beaucoup aimé le style épuré de l'auteure. Elle réussit avec peu de mots et de descriptions à faire partager le parcours émotionnel très riche de Julia. L'écriture de Catarina parle également très bien aux sens. Je n'ai eu aucun mal à me représenter ce que ressent son héroïne, ce subtil décalage avec l'environnement que l'auteure appelle vivre « au bord du monde ».
5 - Échelle d'éthique : Les idées défendues dans ce livre sont estimables.
Étant curieuse de nature, je suis assez ouverte aux expériences spirituelles. Je n'ai donc rien vu d'éthiquement critiquable dans ce livre.
6 - Échelle d'originalité : Cette histoire m'a paru très originale.
N'ayant lu jusqu'ici aucun roman abordant le chamanisme et pas tellement plus sur le deuil, cette histoire m'a semblé très singulière. Mais, à mon avis, la plus grande originalité de ce livre réside dans la façon dont l'auteure aborde le thème du deuil.
7 - Échelle d'enrichissement intellectuel : Ce livre a enrichi ma compréhension du monde et des êtres humains.
Beaucoup d'idées simplistes circulent sur la manière dont les gens vivent le décès d'une personne aimée, et on ne sait pas toujours comment réagir face à une personne endeuillée, ni comprendre ce qu'elle ressent. Il me semble que ce roman peut aider à ne pas penser ni dire trop de bêtises en pareil cas…
8 - Échelle de stimulation émotionnelle : Ce livre m'a fait passer par une riche palette d'émotions.
Je suis très vite entrée en empathie avec Julia alors que nous menons des vies très différentes. Sans doute parce qu'elle possède un caractère bien trempé et s'efforce de rester rationnelle face aux événements étranges qui se succèdent autour d'elle. Les étapes de sa reconstruction lui faisant traverser toutes sortes d'émotions, j'ai eu l'impression de les vivre avec elle, comme si ma tête pouvait toucher la sienne. Au point de me révolter quand je n'étais pas d'accord avec l'auteure : si j'avais été Julia, je n'aurais pas réagi de cette façon !!
9 – Impact sur le moral : Ce livre n'a affecté mon moral ni en bien ni en mal.
Même si cette histoire parle de deuil, elle n'a rien de pessimiste car elle suscite beaucoup plus de curiosité que de tristesse. Si j'avais adhéré à la fin, j'aurais peut-être même pu la trouver optimiste mais rien à faire, je résiste !
10 - Échelle de nocivité amoureuse : Ce livre vous aidera à grandir affectivement.
L'histoire entre Julia et son mari Matteo est antérieure au début du roman et secondaire dans l'intrigue, mais leur rencontre et ce qu'il est dit de leur relation avant et pendant la maladie a sonné très vrai à mes neurones. Encore une fois aucun cliché là-dedans, ça fait vraiment du bien !
11 - Échelle d'humour : Ce livre m'a fait sourire plusieurs fois.
Je peux vous dire que Catarina Viti a énormément d'humour, mais le sujet de ce roman ne lui permet pas tellement de l'exprimer, dommage… Une mention quand même pour le personnage de la chamane, dont la franchise et la bonne humeur sont réjouissantes !
12 - Échelle de succès : Je rachèterai ou offrirai certainement des livres de cette auteure.
Je n'ai pas encore sauté sur les autres livres de Catarina, mais celui-ci m'a vraiment plu et ma curiosité est grandement piquée. Je suis curieuse de savoir ce qu'elle a à nous dire sur d'autres sujets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lolapop93
  31 décembre 2016
Une femme seule face à son monde !
Julia vient de perdre son mari, Mattéo. Il était son premier et unique amour. Elle l'a accompagné vers la mort avec courage et amour jusqu'à son dernier souffle.
Aujourd'hui elle se donne corps et âme dans le travail de la vigne. Refusant l'aide des autres, elle veut assumer seul le travail de plusieurs.
Peu à peu elle s'est isoler, ne répond plus au téléphone et ne cherche plus le contact humain. Seule la beauté offerte par la nature lui est agréable.
Elle dit se sentir bien, n'avoir besoin de rien et être heureuse, jusqu'au jour un accident va bouleverser sa vie et la ramené à la réalité.
Julia va se voir confronter à elle-même et devoir sortir de ce non-monde où elle a laissé une part d'elle-même.
Dans Femme au bord du monde, L'auteure Catarina Viti peint à travers ses descriptions du paysage, toute la beauté qu'éveil la nature sur le coeur humain. Des paysages magnifiques mit en scène à travers une panel de couleur.
Bien que les descriptions fassent tout le charme du roman, leur quantité trop nombreuse ralentissent le rythme de lecture ainsi que la dynamique du texte.
Julia va reprendre le contact avec les humains en commençant par son acuponcteur, Mr Jacques Laville, qui va l'aider dans sa quête. Julia veut savoir pourquoi elle à changer. Qu'est ce qui lui est arrivé. Elle fera la rencontre d'une femme étrange certes, mais qui la comprend et la guidera au travers de cette épreuve.
Un roman mi- fiction mi- réel dans lequel le lecteur découvre des personnages atypiques et un monde spirituel insoupçonnable. Une femme prête à tout pour s'en sortir jusqu'à croire à des phénomènes qu'elle n'aura jamais accepté et qui s'impose à elle comme une évidence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
EmilieAFDL
  05 février 2019
Femme au bord du monde raconte l'histoire d'une femme, Julia, dont le mari Matteo est décédé d'un cancer et l'a laissée seule avec ses vignes, sa maison et sa solitude. Et cette solitude, étonnamment, brille de ses plus douloureuses lumières dès le départ. Parce qu'il n'y a pas d'autre personnage que cette femme seule et ce mari disparu, évaporé. Parce qu'il n'y a que le chant des oiseaux, le vent qui souffle et fait chanter la nature, la douleur et les souvenirs qui entourent Julia. Et pourtant, c'est lumineux, beau et reposant.
Puis il y a ce récit qui assombrit l'histoire et raconte les derniers instants de vie de ce couple qui tiraillent le coeur parce que le funeste dénouement plane au-dessus des têtes. Enfin, vient la mort et avec elle, une étrange plénitude qui inquiète Julia et la pousse à consulter son acupuncteur qui va l'aiguiller et lui faire côtoyer le chamanisme. Et de mon côté, une boule s'est emparée de mon ventre pour ne plus me quitter à l'instant même où j'ai franchi les portes de ce livre.
Littérature blanche, drame, surnaturel… difficile de qualifier ce roman. On nage entre deux eaux et loin de s'y perdre, on s'y détend, on se laisse porter par les vagues de l'intrigue et on s'évade. Doucement…
L'écriture de Catarina Viti fait partie du roman, elle y est même essentielle. C'est elle qui rend le tout harmonieux, poétique et qui apporte une profondeur à l'histoire qui ne l'est pas forcément de prime abord même si plus elle défile, plus on se rend compte qu'elle a de vraies intentions, cette histoire.
Je n'ai pas été touchée par tout ce qui est abordé dans ce livre mais sûrement que le vécu, les croyances, les convictions et l'ouverture d'esprit du lecteur, entrent en jeu dans la façon d'aborder les idées de ce livre. Je ne suis pas fermée à ce en quoi je ne crois pas, à ce que je ne connais pas ou ce que je n'ai jamais vécu. Au contraire. En fin de compte, même en étant restée hermétique à quelques petites choses – pas tout ! – ce livre m'a apportée une nouvelle façon de voir les choses et de les accepter. de les laisser sortir et surtout partir…
Oui, il y a un petit côté développement personnel mais il coule à travers le vécu de Julia, en arrière-plan. Il ne s'impose pas tant qu'on a pas décidé de l'entendre, d'où le fait que certaines choses ne m'aient pas touchée.
Je n'ai pas de conclusion tout comme ce livre marqué par l'univers de l'auteur, son écriture poétique et son identité à part, touchant et bouleversant, n'en a pas. Les idées, les messages, les pistes de réflexion continuent de vivre, tourbillonnent, grandissent, évoluent dans l'esprit du lecteur bien après qu'il a refermé le livre. Alors, l'histoire ne s'arrête jamais vraiment et chacun tirera ses propres conclusions de cette lecture qui vous emmènera à l'intérieur de vous-même chercher les réponses.
Lien : https://surlestracesde.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   20 décembre 2018
« De nos jours, dans ce pays, on ne sait plus ce que c’est que manger. Les gens se nourrissent, grignotent, suivent des régimes ou se gavent, mais manger est une chose sacrée et je crois qu’il faut avoir eu faim à mourir pour comprendre ce que je veux dire. J’aime le foie gras, déclara-t-elle emportée comme s’il s’était agi d’une profession de foi, le très bon foie gras, et le vin. J’aime aussi le poisson grillé, le loup, la daurade. J’adore la cuisine italienne, les macaroni al sugho, le ragù, le vrai parmesan !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 décembre 2018
Toutes ces personnes dont la fréquentation nous use, nous fatigue, nous déprime, nous fait perdre confiance. On ne se doute de rien, on n’imagine pas une seconde que ces gens soient des voleurs d’âmes, eux-mêmes l’ignorent d’ailleurs ! Ils ne réalisent même pas qu’ils se nourrissent de nous, de notre énergie. C’est leur manière de vivre aux dépens d’autrui comme des parasites. Au temps ancien, on faisait mention de mauvaises personnes s’emparant par ruse d’une âme pour satisfaire ses propres envies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   21 décembre 2018
La peine ne s’efface jamais. On ne s’habitue pas. Il faut apprendre à se débrouiller, essayer de devenir plus résistant et pour finir, peut-être qu’un jour tu finiras par trouver un truc qui te ramènera à la surface et en quoi tu pourras croire.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   20 décembre 2018
En fin de compte, la vie s’apparentait davantage à une série d’impressions composites, juxtaposées au hasard. Déchiffrer le sens de ce qu’elle avait vécu était une gageure, et se faire une idée d’elle-même était devenu impossible. La réalité était que tout change tout le temps, sans pause, sans trêve comme le ciel change de teinte du matin au soir ; un jour saturé de nuages, et vierge le jour suivant, et on y peut rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 décembre 2018
« Ce que vous appelez la mort n’est ni inerte ni figé mais, se décline en phases d’intensité et de durée variables. La vie ne s’arrête pas, elle se transforme. "Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme", n’est-ce pas ? Vous devez absolument sortir de cette dualité. C’est une représentation non seulement horrible, mais idiote, stupide, ridicule, un affront à l’intelligence. »
Commenter  J’apprécie          00

Video de Catarina Viti (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catarina Viti
Vidéo de Catarina Viti
autres livres classés : deuilVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Contes de Beedle le Barde

Combien y a t-il de contes?

6
5
4
8

7 questions
52 lecteurs ont répondu
Thème : Les contes de Beedle le barde de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre