AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.54 /5 (sur 14 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Christine Buci-Glucksmann est une philosophe française, spécialiste de philosophie politique et d'esthétique. Elle est professeur émérite de l'Université Paris VIII.
Ses premiers travaux remontent aux années 1970 et portaient notamment sur Friedrich Engels et Antonio Gramsci - "Gramsci et l'état", 1970. Par la suite, elle s'intéresse à la philosophie esthétique, en particulier à l'oeuvre de Walter Benjamin de même qu'à l'art et la littérature baroque ("La Raison baroque", 1984 ; "La folie du voir," 1986. Ces recherches la conduisent à postuler un lien entre baroque et postmodernisme où est perceptible la double influence de Gilles Deleuze et de Jean-François Lyotard..
À son intérêt pour la peinture (multiples catalogues et livres consacrés à des artistes -Orlan, Miguel Chevalier, Hillel, Van Blime, etc) s'ajoute celui du cinéma. Elle consacre un ouvrage au réalisateur Raoul Ruiz dont elle analyse l'esthétique baroque (1987).
Grande lectrice de Baudelaire et de Benjamin, elle s'intéresse à la mélancolie et au dispositif visuel de l'allégorie en renouant avec les écrits de Benjamin sur la question de l'Origine du drame baroque allemand.
Sa réflexion et ses écrits sont imprégnés de ses voyages :"L'oeil cartographique de l'art" 1996, (la carte du monde comme modèle artistiques d'une esthétique ouverte sur l'infini") , car cette philosophe nomade parcourt le monde, de l'Amérique du Sud à l'Orient extrême.
Ses séjours au Japon (qui a publié ses livres sur l'esthétique baroque) influent durablement son oeuvre philosophique et ses choix esthétiques (chez Galilée) : "L’esthétique du temps au Japon, Du zen au virtuel",2001 ; réédition de "La 'Folie du voir - l'esthétique du virtuel" 2002 ; "Esthétique de l’éphémère" 2003 ; elle réinterprète la modernité à travers la mondialisation et les arts du virtuel et reconstruit une esthétique du fluide, des flux, de l'immanence, "Au-dela de la mélancolie" 2005, jusqu'à réexplorer l'apport de l'orientalisme paternel et proposer une relecture radicale de notre approche de l'ornement :"Philosophie de l'ornement. D'Orient en Occident", 2008
En mars prochain, elle va publier un nouvel ouvrage très attendu.
+ Voir plus
Source : Wikipédia et Editions Cercle d’Art
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

De Bruegel l’ancien à Marcel Duchamp, Christine Buci-Glucksmann expose la conception du regard icarien qu’elle a développée dans L’œil cartographique de l’art (Galilée, 1996). « Tour à tout descriptif, allégorique, tautologique ou entropique, ce regard icarien et terrestre nourrit tous les imaginaires du trajet, du déplacement et des dérives en art, à travers l’hétérogénéité de ses procédures et de ses médiums […] La reconstitution de l’art-cartographique débouche sur un autre œil-monde, celui du virtuel. »

Podcast (2) Voir tous


Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Lismonde   26 février 2014
Van Blime : Un art cosmique, édition bilingue français-anglais de Christine Buci-Glucksmann
Toile après toile, ouvrant peu à peu l'horizon, Van Blime est entré dans une véritable mue. A force de se colleter ainsi avec la matière, l'artiste semble s'être dépouillé d'un premier corps, d'une première gangue. Une expérience majeure, qui le bouleverse et éblouit le spectateur. Son entrée plus récente dans les grands formats avec des toiles comme les trois étapes de "la Vague", suivies de "Carnaval" ou de "la Déferlante" résulte ainsi de ce cheminement intérieur, dont Rothko donne la clef: "peindre un petit tableau, c'est se placer en dehors de sa propre expérience, contempler une expérience au travers d'un verre rétrécissant. Alors que, de quelque manière qu'on peigne un grand tableau, on est à l'intérieur, ce n'est pas quelque chose qui se commande".



Passer de l'extérieur à l'intérieur …c'est aussi entrer dans une expérience irréversible, comme dans un "être-là" de la peinture. Comme le rappelle Merleau Ponty dans "l'Oeil et l'esprit" : "le peintre nait dans les choses comme par concentration et venue à soi du visible (….) le tableau a pour tâche de crever la peau des choses, pour montrer comment les choses font choses et comment le monde fait monde; dans l'acte de création artistique, (… .) Il s'agit toujours de faire entendre le cri inarticulé dont parle Hermès Trismégiste, qui semblait la voix de la lumière".



Dans leur tourbillon de couleurs primordiales, aux accents de ciel et de terre, les toiles de Van Blime font résonner ce cri inarticulé, cette voix de la lumière. Dans un monde livré aux folies de destruction meurtrière des hommes, cette œuvre est une célébration de la vie, de la force de l'harmonie. Elle donne à voir, et à entendre, la toute puissance des accords de joie et de paix.



Texte de Pascale Lismonde, co-auteur de Van Blime



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lismonde   24 février 2014
Une femme philosophe de Christine Buci-Glucksmann
L'éphémère n'est pas un simple présent informationnel, mais bien un art du temps qui en saisit les modulations et les contracte dans les passages

De la sophistique des Grecs qui a valorisé le moment opportun à l'occasion baroque ou à l'impermanence des cultures d'Asie, cet art du passage définit une philosophie et une sagesse de l'existence exposée à sa fragilité car l'éphémère est toujours par delà la tragique promesse de légèreté, de transparence et de ce matérialisme aérien qu'affectionnait Bachelard. Comme si le temps des formes laissait place aux formes du temps au temps comme quatrième dimension de l'art et de la vie dans une immanence assumée.

Commenter  J’apprécie          10
Lismonde   26 février 2014
Van Blime : Un art cosmique, édition bilingue français-anglais de Christine Buci-Glucksmann
D'un tempérament solaire (le "Lion" dans la chaleur de l'été…), Van Blime affectionne les couleurs de terre et de feu, qui font un heureux contrepoids à sa passion pour le bleu. L'acte pictural suscite en lui-même un vrai déferlement d'énergie qu'il transmute dans l'irruption des flots de couleur sur la toile. Toujours en quête de nouveaux matériaux, il fabrique ses couleurs lui-même, mélange les pigments naturels et les couleurs industrielles. Le chevalet initial a disparu; les toiles sont trop grandes, il les pose à même le sol, y jette ses couleurs, travaille tout ensemble à la brosse, au pinceau, avec les doigts. Toute cette matière frémit, ondule, bouillonne… Passionné par le phénomène des volcans, n'a-t-il pas appelé l'une des ses premières toiles "Volcanic eruption"? Une autre évoque l'orage "Stormy weather", ou la nature sauvage au printemps "Wild spring".

Fureur et mystère de la peinture de Van Blime…. De même que ses bleus appellent les profondeurs du ciel ou de la mer, ses couleurs terrestres semblent parfois sortir d'une matière en fusion : rythmés par les bruns, le noir, souvent ponctués de blanc, les rouges flamboient, les jaunes irradient. " "Terre et ciel", "Summertime", "Destiny"… Tous les éléments sont convoqués pour entrer de plain pied dans le règne de l’air et de la terre, de l’eau et du feu. La peinture semble alors jaillir dans un orage de l'être, comme si l'auteur se transportait aux premiers temps de la genèse. Puis l'orage retombe. Surgit alors la tendresse des tons secondaires, oscillant entre le bleu ciel presque délavé de Dali, le vert nouveau de son printemps vivaldien Spring ou le rose tyrien de son "Klimt" ou de "Giverny".



extrait du texte de Pascale Lismonde, co-auteur de Van Blime



T
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lismonde   12 juin 2014
Entre Orient et Occident de Christine Buci-Glucksmann
Nous devenons ce que nous rêvons. De tels rêves furent, dès ma prime enfance , des Voix. Une sorte de paysage mélodique, fait de sensations abstraites et profondes, où se sont entrelacées les deux musiques de ma vie : les voix de l'opéra de ma grand mère Buci et celles de l'Orient de mon père. Tout un espace imaginaire , une cartographie de choses ténues , confuses, parfois fuyantes , mais toujours présentes dans cette douceur de l'enfance qui ne s'efface pas. Impressions de voix, de peux, de lieux propices à touts les errances. Car "Tout ce temps, je n'ai pas quitté des yeux mon rêve lointain" (Pessoa).
Commenter  J’apprécie          10
Lismonde   12 juin 2014
Entre Orient et Occident de Christine Buci-Glucksmann
L'Orient ou la rencontre de deux mythes. L'un personnel, celui d'un affect enfoui : une dette d'enfance et une survivancedeenue destin. L'autre plus historique, celui d'un orientalisme aujourd'hui éclaté dans toutes les hybridations possibles. Et entre les deux, ces passages, ces entre-deux où "il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas " (Baudelaire).
Commenter  J’apprécie          10
Lismonde   12 juin 2014
Entre Orient et Occident de Christine Buci-Glucksmann
Et si rêver, c'est toujours rechercher un secret, ce livre ne pouvait être qu'une quête dans le labyrinthe de ma vie. Un livre du temps, un temps raturé, fragmenté, un avant-après pris dans tous ses glissements. Le temps d'un voyage mythique sans cesse répété, dans un deuil nomade qui m'a longtemps accompagnée, là où était mon secret. En Orient, dans toutes ses fictions, ses départs et ses retours, ses magies et ses désillusions.
Commenter  J’apprécie          00
Onirique13   02 mai 2018
Philosophie de l'ornement : D'Orient en Occident de Christine Buci-Glucksmann
L'ornement comme crime ou comme style ? La question ne manque pas de faire retour, fût-ce en des termes nouveaux.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Christine Buci-Glucksmann (12)Voir plus


Quiz Voir plus

Sartre t'apprendra !

Quelle est la date de naissance de Jean-Paul Sartre ?

Le 21 juin 1895
Le 21 juin 1905
Le 21 juin 1915

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , écrivain homme , philosopheCréer un quiz sur cet auteur