AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782252036860
101 pages
Éditeur : Klincksieck (16/10/2008)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
L'éphémère est-il mélancolique ou post-mélancolique, léger ou nietzschéen ? C'est en ces termes que s'ouvre le dialogue entre François Soulages et Christine Buci-Glucksmann qui se déploie comme un voyage philosophique dans l'œuvre.

Réinterprétant la modernité à travers la mondialisation, les arts du virtuels et tous les passages entre Orient et Occident d'une pensée ornementale post-coloniale, un tel voyage déplace les frontières établies. Car, parto... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Lismonde
  24 février 2014
Pourquoi et comment devient-on une femme philosophe ?
En plus de cet excellent entretien à la MEP en 2008 avec François Soulages, dont je reprends ici l'analyse de l'éphémère que Christine Buci-Glucksmann a si bien vécu et décrit durant son séjour d'études au Japon (voir aussi les livres sur spécifiques qu'elle y a consacrés), dans cet entretien que nous avons conduit pour France Culture (diffusé en février 2012, - cf le lien ci dessous), Christine Buci-Glucksmann explique son choix de la philosophie pour exprimer sa révolte et sa volonté de liberté.
Voyager c'est penser.
Lien : http://www.franceculture.fr/..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LismondeLismonde   24 février 2014
L'éphémère n'est pas un simple présent informationnel, mais bien un art du temps qui en saisit les modulations et les contracte dans les passages
De la sophistique des Grecs qui a valorisé le moment opportun à l'occasion baroque ou à l'impermanence des cultures d'Asie, cet art du passage définit une philosophie et une sagesse de l'existence exposée à sa fragilité car l'éphémère est toujours par delà la tragique promesse de légèreté, de transparence et de ce matérialisme aérien qu'affectionnait Bachelard. Comme si le temps des formes laissait place aux formes du temps au temps comme quatrième dimension de l'art et de la vie dans une immanence assumée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Christine Buci-Glucksmann (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christine Buci-Glucksmann
De Bruegel l’ancien à Marcel Duchamp, Christine Buci-Glucksmann expose la conception du regard icarien qu’elle a développée dans L’œil cartographique de l’art (Galilée, 1996). « Tour à tout descriptif, allégorique, tautologique ou entropique, ce regard icarien et terrestre nourrit tous les imaginaires du trajet, du déplacement et des dérives en art, à travers l’hétérogénéité de ses procédures et de ses médiums […] La reconstitution de l’art-cartographique débouche sur un autre œil-monde, celui du virtuel. »
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
469 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre