AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.9 /5 (sur 156 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 20/09/1965
Biographie :

Christine de Mazières, franco-allemande, est haut fonctionnaire et vit dans la région parisienne.

Pendant dix ans, de 2006 à 2016, elle a été la déléguée générale du Syndicat National de l'Édition.

Conseillère maître à la Cour des comptes, Christine de Mazières est également secrétaire générale du Club économique franco-allemand à Paris, vice-présidente du Beirat de la Fondation Genshagen et membre du jury du prix littéraire franco-allemand Franz Hessel.

Elle est l'auteur de deux essais, "Requiem pour la RDA" (Denoël, 1995) et "L'Europe par l'école" (Eska, 2005), et a publié deux romans aux éditions Sabine Wespieser : "Trois jours à Berlin" (2019), où elle aborde la chute du Mur; et "La route des Balkans" (2020), où elle retrace le destin de plusieurs réfugiés.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Christine de Mazières   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le livre qui a changé ma vie.


Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
Ziliz   18 février 2020
Trois jours à Berlin de Christine de Mazières
Bien plus tard, j'ai appris qu'on avait été rachetés, maman et moi. (...) Quand la RDA est à court d'argent, elle laisse sortir quelques candidats au départ ou expulse des prisonniers pour les vendre à l'Allemagne de l'Ouest. Un tarif est fixé par tête, comme du bétail. Bonn [capitale de la RFA] paie, au nom de la détente et de l'Ostpolitik. Une aubaine pour Honecker, Krenz et leur bande : ils se débarrassent des gêneurs, libèrent des logements, vident les prisons et gagnent des millions en bonne monnaie de l'Ouest. Une excellente affaire. Il paraît que l'argent alimenterait un compte spécial pour acheter à l'Ouest des produits de luxe pour la nomenklatura et des produits dopants pour les athlètes.

(p. 45-46)
Commenter  J’apprécie          190
Cannetille   02 octobre 2020
La route des Balkans de Christine de Mazières
La chancelière semble détendue. Elle serre les mains, sourit pour des selfies. Un discours bon enfant, qui prend un tour sérieux quand elle évoque la crise des réfugiés. Elle répète : « Wir schaffen das ». Et insiste : « Dans cette situation, nous avons le devoir d’aider. » Elle dit aussi : « Celui qui vient pour de pures raisons économiques, il ne pourra pas rester. » En tant qu’Allemande de l’Est, elle rappelle l’année 1989, où les Hongrois, les premiers, ont laissé les citoyens de RDA fuir vers l’Ouest : « Il est difficile de voir que ceux qui ont, il y a vingt-six ans, ouvert pour nous les frontières, se comportent aujourd’hui très durement avec ceux qui ont fui manifestement sans autre choix. »
Commenter  J’apprécie          190
hcdahlem   23 avril 2019
Trois jours à Berlin de Christine de Mazières
INCIPIT

CASSIEL

Ils arrivent par petits groupes, silencieux. Comme des badauds, les poings dans les poches, mine de rien. De toutes les rues, ils affluent vers le poste-frontière de la Bornholmer Strasse, curieux et pourtant timides. Pendant le dîner, comme tous les soirs, ils ont regardé les nouvelles sur l’unique chaîne de télévision. La conférence de presse internationale après les réunions du Comité central est retransmise comme d’habitude dans l’émission Aktuelle Kamera. Sur l’écran apparaît, assis au podium, le porte-parole du Parti, cheveux gris, costume gris avec l’insigne rouge à la boutonnière. Il émane un ennui incommensurable de toute sa personne, comme s’il n’était pas sûr lui-même d’être là, accoudé à cette table nappée de gris, devant un micro et un parterre de journalistes réprimant des bâillements. Lui-même a l’air congestionné de celui qui lutte contre la contraction des muscles de la face et du diaphragme. Il sort enfin un papier de sa poche et semble découvrir ce qu’il lit. Aussitôt, un journaliste demande, à partir de quand?

L’homme gris hésite, les yeux sur son papier qui ne lui apporte pas de réponse. Il a le front luisant. Pourquoi ne lui a-t-on rien dit? Un fonctionnaire du Parti n’aime pas improviser. Tous les regards convergent vers lui. Les respirations sont suspendues. Vite, combler le silence pour éviter la catastrophe. Il prend alors un air dégagé et, parce qu’il ne peut quand même pas inventer un délai qui ne figure pas sur son bout de papier, il répond, comme une évidence, ab sofort, «dès maintenant». Et il ajoute, faussement assuré, unverzüglich, «sans délai». À ces mots, un tumulte de questions s’élève. Un morceau d’histoire est en train d’émerger de cette petite phrase qu’il s’étonne lui-même d’avoir prononcée. Il regarde un instant autour de lui. Il pense appartenir au petit cercle qui détient la vérité, à ceux qui peuvent faire le bonheur de tous. C’est si rassurant d’être dans le vrai, dans le sens de l’histoire, du bon côté, il ne faut surtout rien changer. Il connaît sur le bout des doigts son catéchisme et ne sait pas penser au-delà, ni autrement. Il ne peut pas concevoir ce qu’il vient de faire. Le bureaucrate vient de déclencher une révolution pacifique, il vient d’ouvrir le mur de Berlin et ne le sait pas encore.

Toute cette douceur que les hommes cachent au fond de leur cœur, toute cette douceur dont ils ont peur. Je suis entré un instant par la fenêtre chez les Brandt. Holger et Karin viennent de lâcher leurs fourchettes. Dès maintenant? Ils se regardent, incrédules. Qu’a-t-il dit? Sans délai? Tu l’as entendu, toi aussi? Ils se lèvent. Dans la chambre, les enfants sont endormis, les cartables au pied de leurs lits. Leurs souffles réguliers emplissent l’ombre mauve de tendresse. Je me penche sur eux pour leur insuffler de beaux rêves. Holger murmure: On y va? Il craint que Karin ne le traite de fou. Mais elle referme doucement la porte de la chambre et le regarde.

Ils prennent leurs manteaux et sortent. Cela ne prendra qu’un instant. Quel jour sommes-nous? Jeudi 9 novembre. Oui, il ne faudra pas trop tarder, la semaine n’est pas finie. Le poste-frontière de la Bornholmer Strasse est au coin de la rue. Ils veulent en avoir le cœur net. Comme des enfants ayant peur de commettre une bêtise, ils se donnent la main. La nuit est étrangement calme. Une brise légère fait chuchoter les feuilles jaunies des peupliers comme une caresse d’espoir. La bruine crée un halo flou autour des lampadaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Ziliz   22 février 2020
Trois jours à Berlin de Christine de Mazières
Au milieu de la nuit, la frontière s'est ouverte et une longue file de Trabant et de Wartburg est arrivée de Pötenitz, un défilé ininterrompu de petites voitures sortant lentement de l'ombre, sous les applaudissements de gens venus de Lübeck et des alentours.

Des mains sortent des voitures, des mains que saisissent d'autres mains au bord du chemin. J'aurais voulu voir leurs visages, à ceux qui découvrent une haie d'honneur d'inconnus qui les applaudissent. J'aurais voulu voir leurs visages, leurs yeux étonnés, mais je n'ai vu que des mains, des forêts de mains ouvertes. J'ai pleuré devant la télévision.

(p. 186)
Commenter  J’apprécie          180
Ziliz   20 février 2020
Trois jours à Berlin de Christine de Mazières
Dis donc, tu n'as pas beaucoup dormi cette nuit.

C'était... fou ! D'ailleurs, tout le monde répétait ce mot de 'folie'. J'ai passé la nuit à l'Ouest, j'ai dansé sur le mur, tu te rends compte ?

Paul me fixe de son air sérieux : Cela devait arriver tôt ou tard. Le régime est en bout de course. Il n'existe que par le mythe d'un ennemi extérieur.

(p. 158)
Commenter  J’apprécie          180
hcdahlem   01 juillet 2020
La route des Balkans de Christine de Mazières
Les jeunes filles ont téléphoné à leur mère, qui a pleuré de joie en les entendant. Pendant un long moment, elles n’ont perçu que sa respiration saccadée, puis leurs

prénoms répétés comme une incantation. Cinq mois avaient passé depuis leur départ, trois semaines sans nouvelles de ses filles. Non, toujours pas de message d’Elias. Soupirs. La somme demandée était importante, mais la mère a promis de la trouver et d’effectuer le virement vers le compte bancaire serbe indiqué.

« Que Dieu vous protège, mes filles.»

« Qu’Il vous protège, toi et nos sœurs, nous te rappellerons dès que nous arriverons en Allemagne, mère. »

Après une semaine d’attente, le virement bancaire est arrivé. Elles feraient partie du prochain convoi.

Avec cinq autres Syriens, on les a conduites en voiture à Horgos, à la frontière nord de la Serbie. Une ancienne bergerie en rase campagne, où s’entassaient une centaine de personnes dans des conditions d’extrême précarité. Il faisait très chaud. L’eau manquait.

À partir de minuit, les passeurs les ont emmenés par petits groupes successifs, avec des consignes de silence absolu. Elles ont réussi à traverser la frontière à un endroit où le mur grillagé n’avait pas encore été érigé par la Hongrie.

Les voici dans une forêt près du village hongrois de Roszke. Ce qu’elles ignorent, c’est que le responsable du réseau, un Afghan basé à Budapest, devait encore trouver un chauffeur remplaçant, si possible docile et pas trop cher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
rabanne   25 juin 2020
Trois jours à Berlin de Christine de Mazières
C'est si bon de sympathiser avec des inconnus, de se sentir appartenir à la grande famille humaine. C'est comme une onde de bonheur qui nous électrise. La plaie du mur brille de mille feux.
Commenter  J’apprécie          162
croquemiette   16 octobre 2019
Trois jours à Berlin de Christine de Mazières
Quand la vie tourne comme une salle d'attente, quand les hommes finissent par se taire par dégoût du mensonge, lire est un refuge. En toute logique, l'imagination devrait être sous haute surveillance, et les livres de fiction, interdits. Après tout, lire des romans est improductif, c'est une perte de temps, qui procure une forme d'évasion de l'esprit nocif à l'endoctrinement. Et pourtant, le Parti n'a pas proscrit toute la littérature. C'est étrange, à bien y penser, que de laisser les citoyens s'étourdir de poésie, de drames et de comédies, de contes et légendes, de romans policiers et de science-fiction, de dystopies et d'uchronies. Et on s'échange les livres interdits sous le manteau. Toutes ces heures passées à oublier l'Etat des ouvriers et des paysans en lisant, toutes ces heures à s'évader par l'imagination. Dans nul autre pays au monde, on ne lit autant. p. 147
Commenter  J’apprécie          130
Ziliz   19 février 2020
Trois jours à Berlin de Christine de Mazières
La vie ici est si prévisible. Du berceau au cercueil, l'Etat veille à tout. Il offre à chacun une vision du monde toute prête, qu'il suffit d'apprendre par cœur et de réciter. L'homme n'est rien, la société est tout, et le Parti, au-dessus de tout. La mégalomanie des hommes est sans limite. Mais, derrière les grandes paroles agitées, ils découvriront bientôt, dans les caves de la Stasi, les montagnes de misérables fiches et, délire suprême, les milliers de fioles contenant l'odeur de chaque suspect, conservée à partir d'un sous-vêtement dérobé et destinée à des chiens dressés pour retrouver leur trace.

(p. 146-147)
Commenter  J’apprécie          130
Ziliz   18 février 2020
Trois jours à Berlin de Christine de Mazières
Le mur existera encore dans cinquante et même cent ans, si les causes de son existence ne sont pas éliminées.

• Erich Honecker, 19 janvier 1989
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Christine de Mazières (182)Voir plus


Quiz Voir plus

Harry Potter et la Chambre des Secrets (facile)

Que fait Dobby pour dissuader Harry de retourner à Poudlard ?

Il lui a volé sa baguette.
Il a intercepté ses lettres.
Il a mis le feu à son balai.
Il le menace de jeter un sort à Hedwige.

10 questions
1803 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 2 : Harry Potter et la Chambre des Secrets de J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur

.. ..