AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.91/5 (sur 2089 notes)

Nationalité : Irlande
Né(e) à : Comté de Wicklow , 1968
Biographie :

Claire Keegan est une femme de lettres irlandaise.

Issue d’une famille catholique nombreuse, elle a grandi dans une ferme du comté de Wicklow. Elle quitte le pays à l’âge de 17 ans pour les Etats-Unis. Elle étudie l’anglais et les sciences politiques à l’Université de Loyola à la Nouvelle-Orléans. Dès lors, sa vie prend une tournure nomade.

En 1992, elle rentre en Irlande avant d’entreprendre un master d'écriture créative à Cardiff pour devenir écrivain. Alors qu’elle est au chômage, elle accepte un poste d’enseignante à Dublin dans lequel elle s’épanouit.

Son premier recueil de nouvelles, "L'Antarctique" ("Antarctica", 1999), obtient de nombreux prix dont Rooney Prize for Irish Literature 2000 et a été Los Angeles Times Book of the Year.

Le deuxième, "À travers les champs bleus" ("Walk the Blue Fields"), a été publié en 2007. "Les trois lumières" ("Foster", 2010), lauréat du Davy Byrnes Irish Writing Award 2009, a remporté un beau succès critique et public.

"Ce genre de petites choses" ("Small Things like These"), paru en novembre 2020, est une novella de la même eau que le très remarqué "Les trois lumières".

Saluée comme une des voix importantes de la nouvelle génération des écrivains irlandais, elle est traduite en plusieurs langues.

Claire Keegan vit en Irlande, tout en voyageant dans de nombreux pays, pour y accompagner les traductions de ses livres, et également pour y enseigner l’écriture dans des ateliers devenus très prisés. Son œuvre reçoit un énorme succès critique et de nombreux prix.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Claire Keegan   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Claire Keegan & Camilla Grudova in conversation with Sinéad Gleeson

Podcasts (1)


Citations et extraits (301) Voir plus Ajouter une citation
Tu n'es pas toujours obligée de dire quelque chose, reprend-il. Pense que la parole n'est une nécessité en aucune circonstance. Nombre de gens ont beaucoup perdu pour la seule raison qu'ils ont manqué une belle occasion de se taire. (p. 75)
Commenter  J’apprécie          560
J'entends la voiture freiner sur le gravier dans le chemin, la portière s'ouvrir, et me voici en train de faire ce que je fais de mieux. Je n'ai pas besoin de réfléchir. Je pars comme une flèche et dévale le chemin. J'ai l'impression que mon coeur est entre mes mains plus que dans ma poitrine, et que je le transporte à toute vitesse, comme si j'étais devenue la messagère de ce qui se passe à l'intérieur de moi. Plusieurs images me traversent l'esprit : le garçon sur le papier peint, les groseilles, ce moment où le seau m'a entrainée sous l'eau, la génisse perdue, le matelas suintant, la troisième lumière. Je pense à mon été, à maintenant, surtout à maintenant.
Alors que je prends le virage, que j'atteins l'endroit où je n'ose pas lancer un regard, je le vois là-bas, qui replace l'attache sur la barrière, la referme. Ses yeux sont baissés, et il semble regarder ses mains, ce qu'il fait. Mes pieds frappent le gravier raboteux, la bande d'herbe abîmée au milieu de notre chemin. Il n'y a qu'une chose dont je me soucie maintenant, et mes pieds me mènent. Dès qu'il m'aperçoit, il s'interrompt et se fige. Je n'hésite pas mais continue à courir vers lui et le temps que je le rejoigne la barrière est ouverte et je me jette contre lui et il me soulève de terre. Longtemps, il me tient serrée Je sens le martèlement de mon coeur, ma respiration précipitée, puis mon coeur et ma respiration prendre des rythmes différents... J'ai les yeux fermés et je le sens lui, je sens sa chaleur à lui passer au travers de ses beaux habits. Quand je rouvre enfin les yeux et regarde par-dessus son épaule, c'est mon père que je vois, qui s'approche d'un pas résolu et régulier, son bâton à la main. Je me cramponne comme si j'allais me noyer si je lâchais prise, et j'écoute la femme qui semble, au fond de sa gorge, sangloter et pleurer tour à tour, comme si elle pleurait non pas pour un, mais pour deux.
Commenter  J’apprécie          417
Les saisons ont passé et l'hiver est revenu. Ils sont partis en excursion, ont roulé vers le nord jusqu'à la Silent Valley et logé dans une petite pension de famille près de Newry. Ce soir là, pendant le dîner, elle a caressé le pied de son verre et lui a dit qu'elle ne pouvait plus supporter cette situation. S'il ne quittait pas la prêtrise, elle refusait de continuer à le voir de cette façon. Ils sont allés dans un musée de plein air le lendemain matin sur le trajet du retour, ont remonté les époques, de la cour et de la maison vikings aux crannogs* , et ont terminé par une tombe néolithique. Là, ils se se sont tenus au bord d'un lac artificiel où un bateau en bois rudimentaire était à moitié immergé. Des graines de pissenlit jonchaient la surface de l'eau. Une brise froide sifflait dans les roseaux, mais ils sont restés silencieux, enfermés dans la conscience que rien ne serait plus jamais pareil.

* Habitations fortifiées lacustres, en Irlande et en Ecosse, dont les plus anciens remontent à la préhistoire.
Commenter  J’apprécie          400
Pour obtenir le meilleur des gens, il faut toujours bien les traiter, avait coutume de dire Mrs Wilson.
Commenter  J’apprécie          410
Quand le vent souffle, des zones d'herbe haute se courbent, prennent des reflets argentés. Sur une bande de terrain, de grandes vaches frisonnes broutent tout autour de nous, tranquilles. Certaines lèvent la tête à notre passage mais aucune ne s'éloigne. Elles ont des pis gonflés de lait et de longs trayons. Je les entends arracher l'herbe à la racine. La brise, qui frôle le bord du seau, chuchote pendant que nous marchons. Nous ne parlons ni l'une ni l'autre, comme les gens se taisent parfois quand ils sont heureux.
Commenter  J’apprécie          360
Maintenant, le prêtre se tient dehors et considère les alentours de la chapelle. C'est une journée fraîche, que le vent rend lumineuse. Des confettis ont volé sur les pierres tombales, le pavage, le long du sentier du cimetière. Sur l'if, un lambeau de voile frémit. Le prêtre lève le bras et le retire de la branche. Il lui semble raide, plus étrange qu'une soutane. Il aimerait, à présent, changer de vêtements et aller sur la route de campagne, franchir l'échalier et descendre en direction de la rivière. Là, dans la zone marécageuse entre les champs, sa présence ferait se disperser les canards sauvages. Plus loin au bord de la rivière, il se sentirait calme, mais, dès qu'il tourne la clé dans la porte de la chapelle, il affronte la rue où son devoir l'attend.
Commenter  J’apprécie          344
Before long he caught hold of himself and concluded that nothing ever did happen again; to each was given days and chances which would’nt come back around. And wasn’t it sweet to be where you were and let it remind you of the past for once, despite the upset, instead of always looking on into the mechanics of the days and the trouble ahead , which might never come.

Bientôt, il se reprit et conclut que plus rien ne se répétait, jamais ; chacun recevait des jours et des chances qui ne reviendraient pas. Et n'était-ce pas agréable d'être là où l'on était , se laissant se rappeler pour une fois le passé , malgré les aléas , au lieu de toujours regarder la mécanique des jours et les problèmes à venir, qui pourraient ne jamais survenir.
Commenter  J’apprécie          335
Était-ce possible de continuer durant toutes les années, les décennies, durant une vie entière, sans avoir une seule fois le courage de s’opposer aux usages établis et pourtant se qualifier de chrétien, et se regarder en face dans le miroir ?
Commenter  J’apprécie          330
Ta mère ne voulait pas une grande famille. Parfois, quand elle perdait patience, elle te disait qu'elle allait te fourrer dans un seau et te noyer. Petite, tu imaginais qu'on t'emmenait de force sur la rive de la Slaney, qu'on te mettait dans un seau et qu'on jetait le seau, qui flottait une minute avant de sombrer. Plus tard, tu as su que c'était seulement une figure de style, puis tu as pensé que c'était juste une chose horrible à dire. Les gens disaient parfois des choses horribles.
Commenter  J’apprécie          300
Je suis dans une situation où je ne peux ni être ce que je suis toujours ni devenir ce que je pourrais être.
Commenter  J’apprécie          290

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Claire Keegan (2102)Voir plus

Quiz Voir plus

Ce genre de petites choses

1) Bill Furlong est père de famille et a :

Une fille
Deux filles
Quatre filles
Cinq filles

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Ce genre de petites choses de Claire KeeganCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}