AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 2.71 /5 (sur 121 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Claude Pouzadoux est Maître de conférences en art et archéologie de l'Antiquité au Département d'histoire de l'art à l'Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
BlushingSass   28 juillet 2012
Contes et Légendes de la mythologie grecque de Claude Pouzadoux
Le palais du dieu marin étincelait d'or dans les eaux profondes et calmes d'une île. Poséidon y vivait en compagnie de la reine Amphitrite. Il quittait parfois les fonds sablonneux : la mer s'ouvrait alors pour laisser passer son char. On voyait à ses côtés les nymphes et les monstres bondir d'allégresse.

Ses déplacement n'étaient pas toujours de bon augure. Le dieu était assez irritable. Au plus fort de ses colères, il surgissait des flots en brandissant son trident.
Commenter  J’apprécie          130
Dexterette   11 novembre 2012
Contes et Légendes de la mythologie grecque de Claude Pouzadoux
Vainqueur dOuranos, son père, Cronos devint le maître tout-puissant de l'univers. Au lieu d'en faire profiter ses proches, en délivrant ses frères, il préféra régner seul et les laissa enfermés dans les profondeurs de la terre.
Commenter  J’apprécie          90
aboudreau   21 octobre 2011
Commenter  J’apprécie          100
Pays_des_contes   31 août 2011
Contes et légendes - Carthage de Claude Pouzadoux
C’est ainsi qu’au printemps une armée de quatre-vingt-dix mille fantassins, douze mille cavaliers et quarante éléphants franchit le fleuve de l’Ebre pour quitter l’Espagne et marcher sur l’Iatlie.

Une grande variété de peuples composait cette caravane bigarrée et bruyante. La masse sombre des Africains contrastait avec le groupe des Ibères aux armes éclatantes. Sur le dos des éléphants, on pouvait distinguer la frêle silhouette colorée de leurs cornacs. Les redoutables Celtes et les frondeurs agiles des Baléares fermaient le cortège. La colonne était si longue qu’il fallait cinq heures pour la remonter. En cette saison clémente, il ne lui fut pas trop difficile de franchir la chaîne des Pyrénées.

Mais faire traverser le Rhône à une telle armada était une autre affaire !
Commenter  J’apprécie          50
Danieljean   17 juillet 2017
Contes et Légendes de la mythologie grecque de Claude Pouzadoux
Autre version de la mort d’Orion



Une autre version de la mort d’Orion existe : fort de ses talents exceptionnels de chasseur, Orion ne cessait de se vanter de ses prouesses. Cette arrogance déplut fortement à Héra qui, pour donner une leçon d’humilité à Orion, commanda à un scorpion de s’embusquer en attendant le passage du chasseur. Dissimulé par les feuillages, le scorpion patienta et le moment venu il piqua Orion qui mourut foudroyé par le venin de ce petit animal, lui qui avait terrassé les bêtes les plus féroces. Il fut transformé en constellation, mais Héra n’oublia pas de porter également au ciel le scorpion qui l’avait si loyalement servie pour que le combat continue. Mais Zeus intervint et fit en sorte qu’Orion et le Scorpion ne puissent jamais s’atteindre ; c’est pour cela que lorsqu’Orion se lève à l’horizon Est, le Scorpion se couche à l’horizon Ouest.

Commenter  J’apprécie          40
Danieljean   17 juillet 2017
Contes et légendes - Carthage de Claude Pouzadoux
CHAQUE ANNÉE depuis la fondation de Carthage par les habitants de Tyr en Phénicie, des ambassadeurs carthaginois quittaient leur terre de Libye(1) pour rejoindre le pays de leurs ancêtres.



Ils allaient remercier le dieu Melqart d’avoir enseigné aux hommes de ces contrées lointaines des découvertes et des inventions plus essentielles les unes que les autres, comme l’art précieux de la navigation. Grâce à Melqart, les Phéniciens étaient devenus d’intrépides marins. Et ce savoir, ils l’avaient transmis à leur tour, de génération en génération. C’est ainsi que leurs descendants, les Carthaginois, savaient eux aussi se fier à Phœnikè, l’étoile du nord, pour ne jamais perdre le cap.



Par l’offrande annuelle de boucliers d’or, d’étoffes brodées et des premiers fruits de la saison, ils partaient donc remercier Melqart de les protéger sur terre comme sur mer.



Il faut dire que Melqart n’était pas un dieu comme les autres. Son histoire est à peine croyable. S’il tenait son audace, sa force et son savoir de ses parents divins, Zeus et Astéria, il avait dû mourir une fois pour renaître plus puissant. Voici comment ce miracle avait eu lieu.



Un beau jour, Melqart affronta le terrifiant Typhon qui ravageait la terre de Libye : ce monstre était tellement immense que ses cheveux hirsutes s’accrochaient aux étoiles et ses bras étaient si longs qu’il pouvait toucher à la fois l’Orient et l’Occident. Au bout de ses mains, des têtes de dragons lui tenaient lieu de doigts. Ses jambes, elles, disparaissaient sous des milliers de serpents grouillants, tandis que de puissantes ailes couvraient sa poitrine et ses épaules. De dangereuses flammes, enfin, jaillissaient de ses yeux.



Malgré sa force et son courage, Melqart fut vaincu. Pris dans les membres du monstrueux géant, il expira sous le regard désespéré de son fidèle compagnon Iolaos. Quant à Typhon, il regagna les entrailles de sa mère, la Terre, abandonnant le corps sans vie de son ennemi.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   17 juillet 2017
Contes et légendes - Carthage de Claude Pouzadoux
L’HISTOIRE D’ÉLISSA, la princesse phénicienne qui fonda Carthage, débute elle aussi dans la ville de Tyr.



Plus de mille ans après la mort du roi Agénor, la citadelle se dressait toujours fièrement sur son îlot rocheux ceinturé par les flots. Son rempart muni de hautes tours crénelées et de doubles portes abritait le palais du roi Mattan. Le port accueillait des navires qui venaient régulièrement échanger leur cargaison d’or, d’argent et d’étain contre les précieuses marchandises tyriennes.



Les richesses accumulées depuis tant d’années attisaient la convoitise des populations voisines. Combien de temps encore la forteresse dominerait-elle la mer ? Des rumeurs d’invasion commençaient à inquiéter les habitants. Des espions avaient même assisté aux préparatifs de l’armée assyrienne.



Tout en essayant de ne pas prêter l’oreille à ces mauvaises nouvelles, la princesse Élissa invoquait chaque jour le dieu Melqart pour qu’il continue de veiller sur la ville qu’il avait fondée. Elle se rendait ainsi dans son sanctuaire où brillaient deux grandes stèles, l’une d’or pur, l’autre d’émeraude. Leur éclat lui semblait garantir la sécurité et le rayonnement de Tyr. La princesse aimait les contempler quand elle venait offrir des présents au dieu. Mais cela ne suffisait pas à l’apaiser, car elle avait d’autres raisons d’être inquiète : elle se faisait du souci pour la santé du roi, son père

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   17 juillet 2017
Contes et légendes - Carthage de Claude Pouzadoux
DEPUIS SEPT ANS DÉJÀ, Didon régnait sur Carthage. Didon, c’était le nom que la jeune princesse tyrienne avait pris depuis qu’elle était arrivée en Libye : Élissa appartenait désormais au passé. Son palais se dressait sur la colline de Byrsa qui surplombait les installations portuaires et les entrepôts. La ville tout autour s’étendait jusqu’à la mer.





Les Tyriens travaillaient sans relâche pour bâtir une capitale à la mesure de celle qu’ils avaient quittée. Chaque jour, le long des rues étroites, les murs s’élevaient un peu plus haut, abritant de nouvelles maisons, de nouveaux jardins. Carthage était prospère. Grâce aux trésors d’Acherbas, Didon avait fait construire de nombreux temples aux portes de bronze, consacrés à leurs dieux Melqart et Ashtart. Peintres et sculpteurs s’affairaient sur les échafaudages pour orner dignement leurs frontons.

Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   17 juillet 2017
Contes et légendes - Carthage de Claude Pouzadoux
EN S’ÉVEILLANT TARD CE MATIN-LÀ, Cadmos, fils du roi de Tyr, ignorait qu’une nouvelle incroyable allait bouleverser son existence.



Toute la ville ne parlait que de ça. Dès que son fidèle serviteur lui apprit ce qui s’était passé, il se précipita chez son père Agénor.



Il trouva le vieux roi muré dans son silence, aussi insensible aux bruits de la rue qu’au spectacle de la population qui se pressait vers le rivage et des prêtres qui se hâtaient vers les temples avec leurs assistants.



— Père, comment est-ce possible ? s’écria le jeune homme en franchissant la porte.



— Mon cher Cadmos, c’est à peine croyable… ta sœur a disparu.

Commenter  J’apprécie          20
Danieljean   17 juillet 2017
Contes et Légendes de la mythologie grecque de Claude Pouzadoux
“ A l'origine, rien n'avait de forme dans l'univers. Tout était confondu et on ne distinguait pas la terre du ciel ni de la mer. Cet abîme brumeux s'appelait le Chaos.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Titres gruyère (2)

La ...... au bois dormant

Séduisante
Belle
Princesse
Magnifique

18 questions
92 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature jeunesse , contes , titresCréer un quiz sur cet auteur

.. ..