AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.5 /5 (sur 19 notes)

Biographie :

Sa mère lui donna le nom spirituel de Kapiteotak : " Celui qu'on entend chanter de loin ". C'était en 1947, dans les tous premiers jour du mois d'Oteimin (juin, le mois des fraises). Puisqu'il fallut aussi lui donner un nom dans la tradition des Blancs, on le baptisa Dominique ou " T8aminik " tel qu'il l'écrit dans sa langue maternelle: l'algonquin.

Né dans les forêts de l'Abitibi, sur les berges de la rivière Harricana, au sein d'une famille ayant réussi jusque là à préserver son mode de vie ancestral, T8aminik fut rapidement désigné pour prendre la succession de son père à titre de chef héréditaire et homme-médecine. Dès l'âge de 7 ans, les anciens le placèrent donc sur un long chemin d'enseignements et d'initiations qui le conduisit d'un bout à l'autre du Canada et des Amériques, à la rencontre des plus grands sages autochtones de notre époque.

Au bout de plusieurs années d'épreuves personnelles (dont une période noire dans les pensionnats indiens établis par le gouvernement et les communautés religieuses de la première moitié du 20ème siècle) et l'exploration de la vie à l'Occidentale à travers différents métiers et postes de direction (dont celui de grand chef politique de la nation algonquine), T8aminik se consacre aujourd'hui au rôle auquel on le destinait, c'est à dire celui de leader spirituel dans la tradition Anicinape. Sa mission de propagation du message de paix Anicinape l'amène à prononcer des conférences et animer des stages de guérison partout au Canada et ailleurs dans le monde, en plus de guider les visiteurs de son centre ethnoculturel, situé dans les Laurentides.

Porteur de nombreuses pipes sacrées, élève chéri du très respecté Grand-père William Commanda, T8aminik fut nommé membre du Sénat autochtone en 2003. Siégeant également parmi un groupe de 49 anciens représentant les leaders spirituels autochtones du Canada, on l'a désigné gardien de la porte de l'Est, au sein de ce groupe. Leader, guérisseur, enseignant et communicateur aguerri, il est reconnu pour son grand sens de l'humour et son énergie débordante.
+ Voir plus
Source : http://www.dominiquerankin.ca
Ajouter des informations
Bibliographie de Dominique Rankin   (1)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Sagesse Amérindienne - Entrevue avec Dominique Rankin à l'émission La Télé de Lilou Macé


Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
gwenlaot   25 septembre 2014
On nous appelait les sauvages de Dominique Rankin
On me tend soudain un sac de jute. Des hommes me déshabillent et me font asseoir tout nu sur une chaise de barbier. En un tournemain, ils me rasent la tête. Je fonds en larmes en me remémorant les enseignements de mon père, écho lointain dans ma tête et mon coeur: " Tes cheveux parlent de ton énergie de vie.Ils sont tes antennes pour te garder en communion avec la Terre. Dans notre tradition, les hommes laissent pousser leurs cheveux pour marquer leur lien avec la Terre-Maman, mais aussi pour accompagner les femmes. Ta chevelure est donc le signe de ton respect pour le Féminin."
Commenter  J’apprécie          100
LireLaSuite   18 avril 2012
On nous appelait les sauvages de Dominique Rankin
En ce qui nous concerne, lorsqu’il s’agit de distinguer notre nation des autres, nous avons toujours utilisé le terme Mami8inni. Ce nom nous plait beaucoup, car il est très rigolo. Il se rapporte à notre goût pour la récolte des petits fruits que la terre-Maman nous offre durant la douce saison : fraises, framboises, bleuets (appelés myrtilles en Europe), etc. Or, pour cueillir ces fruits, il faut bien se pencher. Et qu’est-ce qui s’offre au regard du visiteur qui arrive sur les lieux où la communauté entière s’affaire à récolter les précieuses baies ? Toute une famille d’arrière-trains – des petits, des gros, des charnus, des maigres, des jeunes, des vieux – se dressant paisiblement sous le soleil ! Voilà qui nous sommes : la tribu aux postérieurs fièrement dressés vers le ciel !
Commenter  J’apprécie          80
LireLaSuite   18 avril 2012
On nous appelait les sauvages de Dominique Rankin
Le Prix Nobel de la paix, le Sud-Africain Mgr Desmond Tutu, a un jour déclaré « Quand les missionnaires sont venus en Afrique, ils avaient la Bible, et nous le territoire. Ils ont dit « Prions » et nous avons fermé les yeux. Lorsque nous les avons rouverts, nous avions la Bible et eux le territoire ». Étrange comme cette histoire ressemble à la nôtre…
Commenter  J’apprécie          80
Tatooa   01 novembre 2020
On nous appelait les sauvages de Dominique Rankin
- Quand on croit avoir tourné la page à jamais, une nouvelle couche de notre histoire est mûre pour la guérison. Cela vaut autant pour un individu que pour une famille ou une nation. Dès que notre esprit y est disposé, nous muons comme un serpent. Nous pouvons alors entreprendre une nouvelle étape de vie encore plus libre. Puis, un beau jour, le passé ou le futur n'ont absolument plus aucun pouvoir sur nous. Cela ouvre notre esprit à la beauté du temps présent.

(Tom Eagle)
Commenter  J’apprécie          70
LireLaSuite   18 avril 2012
On nous appelait les sauvages de Dominique Rankin
Les livres de mon enfance, sur l’histoire du Canada, me revinrent à la mémoire. Ces images que nous montraient les missionnaires, au pensionnat, étaient pleines de violence. On y voyait des indiens scalpant des explorateurs blancs, suspendant des jésuites au-dessus d’un grand feu ou les écorchant vifs. Un jour, j’avais dérobé un de ces manuels scolaires afin de provoquer mon père pendant les vacances d’été. « Tu m’as menti ! lui avais-je lancé avec mépris. Partout dans ce livre, on voit des chefs tuer des Blancs. Toi, tu es un chef. Pourquoi ne m’as-tu jamais parlé de tous ces crimes ? » Après avoir tourné une à une les pages du livre, mon pauvre père était resté muet longtemps. Il ne savait pas lire, mais saisissait néanmoins la signification des nombreuses images de l’«histoire du Canada ». Les enseignements du passé, tels que les nôtres les relataient, n’avaient rien à voir avec tout ce sang et ces conquêtes.
Commenter  J’apprécie          60
gwenlaot   25 septembre 2014
On nous appelait les sauvages de Dominique Rankin
Je devais avoir six ou sept ans lorsque notre famille a vécu à Amos pour la première fois. Cela signifiait qu'il fallait nous adapter aux constructions carrées des blancs.Pour nous qui privilégions la force du cercle en toute chose, cela fut difficile. (...) Les anciens nous avaient toujours enseigné que dans un tipi l'esprit est à son aise. Grâce à sa forme circulaire, l'énergie de vie peut circuler sans obstacle. Dans les wemitekoci mikiwaman, avec tous ces murs bien rigides et toutes ces encoignures, nous avions l'impression que l'esprit se cognait sans cesse de tous les côtés! Au début, nous étions si mal dans notre boîte carrée que mon père avait érigé une tente dans la cour arrière.
Commenter  J’apprécie          60
Tatooa   02 novembre 2020
On nous appelait les sauvages de Dominique Rankin
L'humain qui a peur de vivre ses émotions est un être en cage.
Commenter  J’apprécie          80
dupuisjluc   04 mars 2016
On nous appelait les sauvages de Dominique Rankin
Les "pourquoi" tuent l'homme souffrant. Jamais tu n'auras de réponse valable à cette question lorsque tu as mal. Tous les humains qui s'entêtent à essayer de comprendre pourquoi le destin les frappe sont condamnés à tourner en rond et à se perdre dans leurs semblants d'explications.
Commenter  J’apprécie          50
ManonCC   29 septembre 2017
On nous appelait les sauvages de Dominique Rankin
Le péché et la punition étaient des concepts étrangers à la philosophie de nos ancêtres. Chez nous, les êtres humains sont tous des enfants de la Terre et du Créateur, qu’importe leur origine ou leur comportement. (…) Un peuple n’a que faire du pouvoir de dissuasion quand il comprend qu’il n’y a pas de délit, mais seulement des faux pas, et que chacun est responsable de grandir à travers les enseignements placés sur son chemin.
Commenter  J’apprécie          40
eli-za   11 novembre 2014
On nous appelait les sauvages de Dominique Rankin
Lorsqu'on me demande à quelle nation j'appartiens, je réponds «Je suis Anicinape», ce qui signifie tout simplement «être humain».
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Superstitions

Que touchait-on au Moyen Age lorsque l'on "touchait du bois" ?

On touchait l'écorce d'un peuplier
On touchait la croix du Christ
On touchait sa cassette d'argent

10 questions
65 lecteurs ont répondu
Thèmes : superstitions , culture générale , symbolesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..