AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.78/5 (sur 385 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Québec , le 14/04/1948
Biographie :

Francine Ruel est une actrice et une écrivaine québécoise.

Elle fait ses études au Conservatoire d'art dramatique de Québec de 1966 à 1969. Elle obtient le prix Jean-Valcourt qui lui permet de voyager en France, en Suisse et en Italie. C'est lors de ce voyage qu'elle commence à écrire. En 1973, elle s'installe à Montréal et elle enseigne l’improvisation au CÉGEP de Saint-Hyacinthe. Elle a enseigné la scénarisation à l'INIS de 1997 à 2003 ainsi qu’à l’Université Bishop en 2007 et 2008.

En plus de sa carrière de comédienne, elle écrit dans différents genres littéraires dont le théâtre (Broue), le roman, la télévision et les contes pour enfants. De plus, elle a écrit des sketches et des chansons pour des séries télévisées (Du soleil à 5 cennes, Minute Moumoute, Pop Citrouille, Court-circuit), de même que des chansons pour Louise Forestier, Élise Guilbault, Marie-Claire Séguin et Marie Carmen.

À la création de la ligue nationale d'improvisation, elle est la seule femme présente chez les joueurs.

Elle est publiée à la Courte échelle et chez Libre Expression. Son roman jeunesse, "Mon père et moi" (1993), a été nommé pour le prix du Gouverneur général et le prix Christie.

En 1993, elle a reçu un Gémeaux pour la meilleure interprétation dans un rôle de soutien pour Scoop 3 (pour son rôle de Léonne Vigneault).

Son roman, "Et si c'était ça, le bonheur ?" (2005), a été le roman le plus vendu en 2006 aux Éditions Libre Expression.

page Facebook : https://www.facebook.com/FrancineRuelOfficielle
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Francine Ruel   (16)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Trois entre­vues en solo et en rafale avec des auteurs autour d'un même sujet: un livre né de la pandémie. le con­texte de crise san­i­taire dans lequel nous vivons depuis mars 2020 a incité cer­tains auteur·rice·s à plonger dans la créa­tion. La pandémie nous a au moins offert ceci de bon: le temps et l'espace pour réfléchir. Francine Ruel (Le promeneur de chèvres), Patrice Godin (Toutes les vies pos­si­bles) et Alec Cas­tonguay (Le print­emps le plus long) ont écrit des livres en pandémie et dis­cuteront de leur créa­tion. Ani­ma­tion: Isabelle Lacasse. Avec: Francine Ruel, Auteur·rice Patrice Godin, Auteur·rice Alec Castonguay, Auteur·rice Isabelle Lacasse, Animateurrice Livres: Toutes les vies possibles Le Promeneur de chèvresLe Printemps le plus long - Au coeur des batailles politiques contre la COVID-19 Le Site Web du #SalonDuLivreDeMontreal : https://www.salondulivredemontreal.com/ Retrouve-nous sur tous nos réseaux sociaux INSTAGRAM: https://www.instagram.com/salonlivremtl/ TIKTOK: https://www.tiktok.com/@salonlivremtl TWITCH: https://www.twitch.tv/lismoimontreal DISCORD: https://discord.gg/7MP3veRP FACEBOOK: https://www.facebook.com/salondulivredemontreal/ #slm2021

+ Lire la suite

Citations et extraits (113) Voir plus Ajouter une citation
De son père aimant, elle avait appris les mots qui informent , qui divertissent. qui font du bien; de sa mère, ceux qu’on lance comme des roches, en visant pour être certain d’atteindre et de blesser cruellement sa cible.
(p.25)
Commenter  J’apprécie          190
Elle trouva une citation de Douglas MacArthur: « On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années. On devient vieux parce qu’on a déserté son idéal. Les années rident la peau. Renoncer à son idéal ride l’âme. »
(p.67)
Commenter  J’apprécie          171
J’avais toujours peur de ne pas avoir le corps qui plairait. Jamais le bon. Je n’étais pas la seule à m’adonner à ce sport extrême. Je crois fermement que la plupart des filles agissent de la sorte, et à tout âge. Nous ne sommes jamais adéquates. Pas assez grandes, pas assez minces, pas assez ceci ou cela. On en prend l’habitude dès l’âge tendre, alors qu’on ne devrait se soucier que de notre intelligence, de nos aptitudes, et s’efforcer de jouer, de jouir de la vie et de rire tant qu’on peut. Tout est constamment passé à la loupe. La taille, le galbe du mollet, les genoux cagneux, le système pileux. Les yeux pas assez grands, les mains qui le sont trop, elles. Ça va jusqu’aux cils pas assez fournis, aux lèvres pas assez pulpeuses, au nombril trop creux, aux pieds trop longs… et j’en passe.
Bonté divine! Qu’on se fait la vie dure.
Commenter  J’apprécie          50
Près d'une petite église anglicane à la belle architecture, j'ai constaté avec une certaine tristesse qu'un très gros érable s'était amusé à jouer les effeuilleuses. Le sol était jonché de feuilles. Une mer d'ocre, d'orangé et de rouge feu. L'érable géant avait fait son grand strip-tease durant la nuit - « Show time, show time ! » Je me suis demandé quelle était cette hâte à se retrouver tout nu. Bon! Oui, je sais... Ce n'est pas parce que je ne pratique plus la mise à nu que je ne me rappelle pas comment ça se passe. Mais il y a la manière. Pourquoi ne pas faire durer le plaisir d'un spectacle haut en couleur, une feuille à la fois, au lieu d'une mise à nu en une seule nuit? La manière rapide a tout pour tuer le mystère et le désir. Il faudrait plutôt une séance d'effeuillage de type mille et une nuits. Du grand art à la Lili Saint-Cyr. J'aurais aimé assister à une danse des sept voiles lascive qui n'en finit plus de finir. Tout autour, les arbres s'en donnaient à coeur joie dans un strip-tease langoureux et sensuel en se dénudant d'une bonne partie de leurs feuilles, Le vent doux de cette fin de septembre les y aidait. J'avais envie d'arrêter le spectacle. « On ferme, on ferme! La représentation est terminée. Gardez-vous-en pour demain et pour les jours suivants.» J'avais vraiment la hantise que l'hiver arrive trop tôt, n'ayant pas eu le plaisir de jouir des jours d'été et encore moins de ceux de l'automne.
Commenter  J’apprécie          40
La douleur est la seule présence de l'absent.
Commenter  J’apprécie          70
Et le pire, c'est que je n'avais absolument pas envie de faire marche arrière, de me débattre avec les raisons qui m'incitaient à le fuir. Je me sentais comme l'eau de la mer qui arrive contre un rocher et qui fracasse tous les doutes, toutes les peurs. Qui, dans un mouvement très doux, y glisse son corps fatigué: l'eau se retire un peu pour découvrir l'immuabilité du roc solide et n'a qu'un désir, s'y précipiter de nouveau pour s'ébattre dans un tourbillon joyeux, éclaboussé de rire. Et recommencer ce manège rempli de béatitude, encore et encore et encore.
Commenter  J’apprécie          40
Dans la vie, il n'y a pas que les malheurs qui vous tombent dessus. Parfois aussi - mais assez rarement, il faut dire -, les petits miracles s'empilent les uns par-dessus les autres, pour faire de votre journée un jour d'exception. Une première surprise c'est bien, deux c'est franchement mieux. À la troisième surprise agréable, on n'en croit pas ses yeux, mais quand le quatrième cadeau fait son apparition, et ce, la même journée, on se demande ce qu'on a bien pu faire pour mériter autant de bonnes choses du même coup et l'on tombe à genoux, excité et reconnaissant de tant de bonheur.
Commenter  J’apprécie          30
Alors, lorsque l’envie de batifoler nous prenait, tous les recoins devenaient propices pour abriter nos élans passionnés. La grange était mon lieu favori. L’odeur enivrante du foin, la chaleur ambiante, le matelas piquant – il faut l’avouer –, mais en même temps fort confortable, tout cela contribuait à rendre cet amour naissant des plus excitants, et le petit côté illicite qu’il revêtait était loin de me déplaire.Ça rajeunit l’âme et le cœur, ce genre d’exercices, surtout lorsqu’ils ont une saveur d’interdit.
Commenter  J’apprécie          30
Une fois débarrassée des angoisses de la nuit, je me suis séchée vigoureusement pour me donner un peu de courage. [...]Ce matin-là, la rugosité de la serviette allait agir comme un gant de crin. Toutes les filles savent qu'une peau frottée avec ardeur redonne de la vitalité. [...]J'avais tout à fait besoin d'être fortement revigorée, J'y allais donc avec fougue en me passant la serviette rugueuse sur le corps. Je n'y allais pas de main morte, je courais après mon souffle.
Commenter  J’apprécie          30
Ça doit être ça quand on prête sa maison à des gens; ils s’installent, comme on le leur a suggéré, un peu comme s’ils emménageaient pour une plus longue période que prévu. Je m’entends encore leur dire, avec insistance, en plus: «Faites comme chez vous!» Et c’est ce qu’ils ont fait. Ils ont pris leurs habitudes. Ils ont déplacé tout ce qu’ils considéraient être à la mauvaise place.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Francine Ruel (419)Voir plus

Quiz Voir plus

Jeu(x)🎲🎲

Miss Jane Marple séjourne chez son amie d'enfance Ruth Van Rydock. Ruth s'inquiète de la santé de sa sœur, Carrie Louise, qui vit à Stonygates, un manoir victorien transformé en centre de détention pour délinquants juvéniles, avec son époux, Lewis Serrocold, et sa famille. Miss Marple se laisse convaincre d'aller la voir.... Quel est le titre de ce polar d'Agatha Christie ?

Jeux victoriens
Jeux de glaces
Jeux de jeunesse
Jeux de miroirs

14 questions
210 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , jeux , musique , charadesCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..