AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Vidéos de Gustave Flaubert (101)
Ajouter une vidéo





videos24 juillet 2021
video
Flaubert : itinéraire d'un écrivain normand
Stéphanie Dord-Crouslé
Éditions Gallimard
Collection Découvertes Gallimard
Hors série mars 2021

Portrait de G. Flaubert (1821-1880), de sa jeunesse en Normandie à ses nombreux voyages, en passant par son amitié avec E. Zola, G. de Maupassant ou G. Sand. Son oeuvre est évoquée ainsi que ses sources d'inspiration, ses divertissements mondains ou encore sa relation avec L. Colet. ©Electre 2021

https://www.laprocure.com/flaubert-itineraire-ecrivain-normand-stephanie-dord-crousle/9782072930317.html
+ Lire la suite
video
Gustave Flaubert : "Flaubert tel qu’il fut" par Henri Guillemin (1957 / France Culture). Diffusion le 17 juin 1957. Dans cette conférence d'Henri Guillemin, prononcée à l'occasion du centenaire de la publication de "Madame Bovary", il est tout d'abord question de Flaubert adolescent, qu'on connaît moins. En 1846, il a écrit à Louise Colet : « Le secret de tout ce qui vous étonne en moi est dans ce passé de ma vie intérieure que personne ne connaît. » Pourtant il existe des moyens de le connaître, comme sa correspondance et ses œuvres de jeunesse, car il fut un écrivain précoce. Son goût de l'amitié est évoqué, ainsi que des éléments plus intimes, on apprend que cet homme drôle va s'assombrir à partir de 1870 parce que les morts tombent autour de lui, des amis, puis sa mère en 1872. Dans son œuvre, Flaubert s'interdit de dire "je" mais il met beaucoup de lui dans ses personnages.

Source : France Culture
+ Lire la suite
videos08 mai 2021
video
https://www.editions-harmattan.fr/livre-oh_les_vieux_jours_ou_la_succession_des_ages_assemblage_achronique_gisele_grammare-9782343217758-67782.html

L'allusion manifeste à Samuel Beckett avec Oh les vieux jours ! donne le ton à l'assemblage achronique de différents temps de réflexion, revenus au jour en cette période troublée de 2020. La succession des âges etait la vision à laquelle Gustave Flaubert crut avoir accès devant les ruines de Carthage, dans salammbô. La formule avait inspiré l'auteure pour ses recherches plastiques. Comment la peinture traite-t-elle du temps ? le mode polyptyque se décline en montrant plusieurs temps dans un espace commun. Il y associe le silence à l'instar de John Cage, reconnaissant sa dette envers les monochromes blancs de Robert Rauschenberg : du silence en peinture ?
+ Lire la suite
videos06 mai 2021
video
#littérature #Flaubert #CulturePrime

Demandez à votre entourage de citer un roman de Flaubert, "Madame Bovary" reviendra à coup sûr. L'écrivain passa 5 ans à l'écrire, 4 500 pages de corrections en quête du mot juste, qui révèlent son génie. Flaubert a 30 ans quand il commence à rédiger le “scénario” d'un roman qu'il appelle d'emblée Madame Bovary. Yvan Leclerc, professeur de littérature française, éditeur du manuscrit intégral de Madame Bovary sur le web revient sur la genèse de l'oeuvre.


Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤14De Flaubert6¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1

Et retrouvez-nous sur...
Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture
Twitter : https://twitter.com/franceculture
Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
video
Gustave Flaubert (1821-1880), une apparition (2007 - Une vie, une œuvre / France Culture). Diffusion sur France Culture le 29 novembre 2007. Un documentaire de Sophie Berdah, réalisé par Lionel Quantin. « Il me monte de la merde dans la bouche. J'en veux faire une pâte dont je barbouillerai le XIXème siècle », écrit Flaubert à son ami Louis Bouilhet en 1855, un an avant la publication de "Madame Bovary", sans même en imaginer les effets : procès, succès, et grandes mondanités. Alors quoi, il en aurait profité, lui qui avait en tête un plan (littérairement) terroriste ? Il en aurait profité, oui, aurait flirté avec la princesse Mathilde, cousine du très raillé Napoléon III, aurait dansé aux Tuileries et accepté sa Légion d'honneur, lui qui fanfaronnait quelque temps auparavant, fier de son aphorisme : « Le grade dégrade. » Il s'arrangeait, en fait, en quête tardive d'une reconnaissance littéraire, lui qui fut si blessé de connaître le succès par ses deux premières œuvres, puis plus rien. Et c'est autour de ce "rien", de ce vide qui grandit, de ces passions inactives et grises qu'il continuât à écrire, "L'Éducation sentimentale" notamment, toujours plus incompris. Mais des 4000 lettres qui composent sa correspondance, il émane aussi d'autres mystères : un jeune homme métamorphosé par l'année 46 ("Tout tombe autour de moi"), une sexualité colorée ("Départ de Rouen noyé de foutre, de larmes, de cheveux et de champagne (...) Manière féroce dont elle se déshabillait, jetant tout à bas (...) amour si violent qu'il tourne au sadisme - plaisir du supplice"), et des airs de Cassandre ("Nous allons entrer dans une ère stupide. On sera utilitaire, militaire, américain et catholique").
Bien qu'il soit aujourd'hui unanimement salué, on lui reprocha "une peinture admirable sous le rapport du talent, mais exécrable au point de vue de la morale" (Ernest Pinard, avocat), un rapport à l'amour fait d'absences répétées (Louise Colet) et des manières trop provinciales (Edmond de Goncourt). De s'enfermer à Croisset des mois durant avec son chien Julio, de louer un appartement boulevard du Temple pour y faire le pitre en pantalon chinois, et d'écrire des livres déprimants. Et puis quoi, qu'en reste-t-il ? Comment le saisir ? D'où vient ce mystère, cette fascination posthume ? Des "apparitions", sans doute, encore.

Avec :

Anne Herschberg Pierrot, professeur à l’université Paris VIII, responsable de l’équipe Flaubert au CNRS (2006-2015)
Pierre-Marc de Biasi, directeur de recherche émérite au CNRS et spécialiste de Flaubert
Arlette Dubois, conservatrice au musée Flaubert de Rouen
Philippe Dufour, professeur de littérature du XIXe siècle à l’université de Tours

Source : France Culture
+ Lire la suite
videos01 mai 2021
video
#littérature #manuscrit #CulturePrime

Demandez à votre entourage de citer un roman de Flaubert, "Madame Bovary" reviendra à coup sûr. L'écrivain passa 5 ans à l'écrire, 4 500 pages de corrections en quête du mot juste, qui révèlent son génie.

Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1

Et retrouvez-nous sur...
Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture
Twitter : https://twitter.com/franceculture
Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
videos22 avril 2021
video
RÉGIS JAUFFRETLE DERNIER BAIN DE GUSTAVE FLAUBERT
Rencontre animée par Marie-Madeleine Rigopoulos

« Conçu à la mi-mars 1821 d'un coup de reins que j'ai toujours eu quelque peine à imaginer, je suis né le mercredi 12 décembre à quatre heures du matin. Il neigeait sur Rouen, une légende familiale prétend que ma mère se montra si stoïque pendant le travail qu'on pouvait entendre tomber les flocons sur les toits de la ville. Quant à moi, je serais bien resté quelques années de plus dans le ventre à l'abri de l'imbécillité du monde.

Désespéré de naître j'ai poussé un atroce hurlement. Épuisé par mon premier cri, je semblais si peu gaillard qu'on attendit le lendemain pour me déclarer à l'état civil car si j'étais mort entre-temps on en aurait profité pour signaler mon décès par la même occasion. »

Le 8 mai 1880 au matin, Gustave Flaubert prit un bain. Il décéda peu après dans son cabinet de travail d'une attaque cérébrale sans doute précédée d'une de ces crises d'épilepsie dont il était coutumier. Allongé dans l'eau, il revoit son enfance, sa jeunesse, ses rêves de jeune homme, ses livres dont héroïnes et héros viennent le visiter. Il se souvient d'Élisa Schlésinger, la belle baigneuse de Trouville qui l'éblouit l'année de ses quinze ans, de Louise Colet dont les lettres qu'il lui adressa constituent à elles seules un chef-d'oeuvre mais aussi de l'écrivain Alfred le Poittevin qui fut l'amour de sa vie.


À lire – Régis Jauffret, le dernier bain de Gustave Flaubert, Seuil, 2021.
+ Lire la suite





Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

L'Éducation Sentimentale

Fumichon, concernant la propriété, évoque les arguments d'un homme politique dont Flaubert parle en ces terme dans une lettre à George Sand: "Peut-on voir un plus triomphant imbécile, un croûtard plus abject, un plus étroniforme bourgeois! Non! Rien ne peut donner l'idée du vomissement que m'inspire ce vieux melon diplomatique, arrondissant sa bêtise sur le fumier de la Bourgeoisie!". De qui s'agit-il?

Benjamin Constant
Adolphe Thiers
Proudhon
Frédéric Bastiat
Turgot

8 questions
154 lecteurs ont répondu
Thème : L'Education sentimentale de Gustave FlaubertCréer un quiz sur cet auteur