AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4 /5 (sur 112 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Jessica Bruder est journaliste et auteure.

Diplômée du Amherst College (2000), elle obtient un master en journalisme de l'Université Columbia (2005). Elle a enseigné à l’École de journalisme de l'Université Columbia.

Sur son sujet de prédilection, les dessous de l’économie, elle a publié plus de 120 articles dans le "New York Times" et d’autres dans divers journaux et revues, de "Wired" au "Washington Post" en passant par "Harper’s Magazine".

Considéré par les libraires américains comme l’un des dix meilleurs livres publiés en 2017, "Nomadland" a obtenu de nombreux prix et a été finaliste du prestigieux prix d’excellence en journalisme Helen Bernstein.

Il a été adapté au cinéma en 2020, réalisé par Chloé Zhao avec Frances McDormand et David Strathairn.

Jessica Bruder vit à Brooklyn.

son site : https://www.jessicabruder.com/
Twitter : https://twitter.com/jessbruder?lang=fr
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Jessica Bruder   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

NOMADLAND Bande Annonce (2021)


Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
michemuche   31 décembre 2019
Nomadland de Jessica Bruder
" Autrefois, il existait un contrat social stipulant que si vous respectiez les règles ( aller à l'école, trouver un boulot et travailler dur), tout se passerait bien pour vous, leur expliquait-il. Cela n'est plus vrai, de nos jours. Vous pouvez jouer le jeu, exactement comme la société vous le demande, et vous retrouver quand même fauché, seul et à la rue."
Commenter  J’apprécie          501
Titania   31 janvier 2020
Nomadland de Jessica Bruder
l'Amérique n’est pas tendre envers ceux qui adoptent le mode de vie nomade, quelle que soit leur couleur de peau...et à une époque où les afro-américains, même non armés, se font régulièrement tirer dessus par la police lors des contrôles routiers, vivre dans son propre véhicule apparaît comme un pari dangereux pour toute personne potentiellement victime de profilage racial. P. 221
Commenter  J’apprécie          130
Mulder_Ivy   06 septembre 2021
Nomadland de Jessica Bruder
« … Paul Winer, un nudiste septuagénaire au cuir tanné comme un vieux livre, arpente les allées de sa librairie vêtu en tout et pour tout d’un cache-sexe tricoté en laine. Par temps froid, il enfile quand même un pull. (…) La boutique n’a pas vraiment de murs, c’est juste une pergola dressée au-dessus d’une dalle en béton. Des bâches relient les deux. Des conteneurs et un mobile home font office d’annexes. »
Commenter  J’apprécie          10
claraetlesmots   20 mars 2019
Nomadland de Jessica Bruder
Les travailleurs-campeurs sont des employés bouche-trous, c'est-à-dire l'idéal pour les employeurs à la recherche de main-d'œuvre saisonnière. Ils apparaissent juste où et quand on a besoin d’eux. Ils apportent leur propre maison avec eux et transforment des parcs de mobile homes en villages d'entreprises éphémères qui se vident une fois le boulot terminé. Il ne reste pas assez longtemps pour se syndiquer.
Commenter  J’apprécie          60
Titania   31 janvier 2020
Nomadland de Jessica Bruder
La réalité , moins polémique et plus cocasse, est digne d’une version contemporaine des Temps Modernes de Charlie Chaplin. Nos formateurs nous régalent d’anecdotes de robots indisciplinés. Comme le jour où les Kivas ont tenté de s’échapper par un trou dans le grillage...p.235
Commenter  J’apprécie          60
Isacom   12 juillet 2021
Nomadland de Jessica Bruder
Les membres de CamperForce (et nombre de travailleurs itinérants au sens large) se surnommaient eux-mêmes les "workampers" - mélange de "workers" (travailleurs) et de "campers" (campeurs) (...) D'autres travailleurs-campeurs avec lesquels j'ai eu l'occasion de m'entretenir avaient leur propre façon de se décrire. Beaucoup se présentaient comme des "retraités", même s'ils avaient anticipé le fait de devoir travailler au-delà de 70 ou 80 ans. D'autres se définissaient comme des "voyageurs", des "nomades", des "clochards de la route" ou, non sans ironie, des "gitans".
Commenter  J’apprécie          30
Ana_Kronik   27 avril 2021
Nomadland de Jessica Bruder
Le film Nomadland vient tout juste de rafler deux oscars. Il nous faudra encore un peu de temps pour le voir chez nous, donc à ce jour, pas moyen de savoir s'il sera aussi fort que ce bouquin.



L'auteure a fait un vrai travail d'ethnologue. Elle ne s'est pas contentée d'aller interviewer quelques-uns de ces workampers, obligés de vivre dans des caravanes, de vieux camping-cars, voire même sous une tente. Et de se déplacer au gré des petits boulots qui leurs sont "réservés": cueillir des betteraves, entretenir les sanitaires dans les campings, ou pire, préparer les commandes Amazon. Comment en sont-ils arrivés là? Un petit accident de la vie, un divorce, une maladie,... et surtout la funeste crise des subprimes de 2008, qui a fait fondre leur capitaux, et les a obligés à revendre leur maison, à perte.



Peu ou pas de retraite, mais pour les Américains si on est improductif on ne mérite pas de vivre. Alors, ils travaillent. Amazon et d'autres employeurs touchent des subventions pour les employer, à 10 euros de l'heure, ou même moins. Ils parcourent 15 à 30 km par jour pour stocker des produits qui vont finir à la poubelle. Amazon vante leur professionnalisme, leur fiabilité, et leur offre des tee-shirts au logo du programme Camperforce. Pour les attirer, on leur permet de stationner gratuitement à côté de leur lieu de travail, et on leur vante la possibilité de se faire des amis... Possibilité toute relative quand on est épuisé par ces travaux pénibles.



Mais le livre évite le piège du misérabilisme. Linda, Don, Silvianne, tous sont attachants, à leur manière. Le récit entremêle de façon vivante la description clinique de ces conditions de travail et de vie difficiles (camper sur un parking n'a rien de folichon) avec les paroles enjouées de ces personnages, qui font bon gré mal gré bonne figure.



Nouvelle incarnation du mythe américain, ou repoussoir? Là-bas comme ici, pourtant, il n'est pas bien vu d'être SDF. Garer sa voiture dans la rue, occuper ainsi l'espace, c'est normal... à condition de ne pas y dormir. À fin 2014, plus de 100 villes états-uniennes avaient interdit de s'asseoir au bord du trottoir. Bienvenue dans le pays où tout est possible!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
luocine   06 janvier 2020
Nomadland de Jessica Bruder
Dans le chariot, il pouvait y avoir quatorze paniers de cochonneries fabriquées en Chine. L’un des trucs qui me déprimaient le plus, c’était de savoir que tous ces machins finiraient à la benne. » Cet aspect-là des choses la démoralisait particulièrement. « Quand on pense à toutes les ressources mobilisées pour en arriver là ! On nous incite à utiliser ces trucs, puis à les jeter. » Le travail était éreintant. Non seulement elle parcourait des kilomètres dans des allées de rayonnages sans fin, mais elle devait se pencher, soulever, s’accroupir, tendre le bras, grimper et descendre des marches, le tout en traversant un hangar dont la superficie faisait grosso modo la taille de treize stades de football.
Commenter  J’apprécie          20
Sovane   24 juillet 2019
Nomadland de Jessica Bruder
A l'instar de Linda, la plupart de ces âmes vagabondes tentaient d'échapper à un paradoxe économique : le contraste entre l'augmentation des loyers et la stagnation des salaires, soit la course d'une force irrésistible vers un objet immobile. Ils se sentaient pris en étau, accaparés par des boulots harassants et sans âme leur permettant à peine de payer leur loyer ou les traites de leur prêt immobilier, sans espoir de voir leur sort s'améliorer sur le long terme ni même de pouvoir prendre leur retraite un jour. (p. 19)
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   25 avril 2019
Nomadland de Jessica Bruder
Quand les campeurs débarquent, ils sortent leurs paillassons, leurs barbecues et leurs chaises de jardin ; ils déroulent leurs auvents, leur gazon artificiel et leurs tapis étanches, hissent des drapeaux colorés et érigent de grands enclos pour laisser gambader leurs chiens. On a l’impression d’assister à une tailgate party géante – du nom de ces barbecues improvisés à l’arrière des voitures sur les parkings des stades avant les grands matchs ou les concerts.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Pierre, Paul ou Jacques ?

Premier tailleur de la maison Dior dès 1946, il intègre la Haute-Couture en 1957. Homme d'affaire, l'univers de sa marque regroupe : parfums, mobilier design, bijoux, etc... Multi propriétaire immobilier (ou prédateur immobilier?), a son palmarès : villas, châteaux, dont celui du célèbre Marquis (avec la polémique qui s'en suivra), théâtre, restaurants (dont Maxim's) ... "Mon nom est plus important que moi-même".

Pierre
Paul
Jacques

12 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : prénoms , personnage célèbreCréer un quiz sur cet auteur