AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.64 /5 (sur 21 notes)

Nationalité : Canada
Biographie :

Originaire de l’Outaouais, Joanie Godin habite à Montréal depuis 2007. Elle a été journaliste sportive pour le Journal de Montréal, elle travaille maintenant pour TVA sports elle est aussi auteure.


Ajouter des informations
Bibliographie de Joanie Godin   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
lolitajamesdawson   13 mai 2020
Moi j'mange de Joanie Godin
Si je n'aime pas la rentrée, c'est parce que toute l'attention est tournée vers les changements dans l'apparence de chacun.



Toutes les jupes ont le défaut de permette à mes cuisses de frotter allègrement l'une contre l'autre. C'est laid, ça fait mal et ça me rappelle inlassablement que je suis grosse.



L'image du chocolat m'a hantée pendant chaque minute des deux heures qui ont suivi. Impossible de détourner mes pensées vers autre chose. Plus je m'efforçais de ne pas y penser, pire c'était.



"WOW ! C'est moi ou tu as vraiment maigri pendant l'été ?" Je me désole intérieurement de ne pas être celle à qui on pose cette question. Visiblement, une autre fille a réussi là où, moi, j'ai échoué plus d'une fois.



Il m'est même déjà arrivé de souhaiter attraper une grippe ou une gastro foudroyante, pour voir diminuer les chiffres sur mon pèse-personne. Disons que, quand il est question de poids, je suis capable des pires idées.



Ce culte de la minceur, cette pression et cette obsession liées au corps sont si forts dans notre société...



Le célibat, c'est tout ce que je connais. Je rêve de me faire un chum un jour, mais j'ai la certitude que, tant que je ne maigrirai pas, ça n'arrivera pas.



J'aime bien m'imaginer dans ses bras. Tout semble tellement réel, dans ma tête... à la différence que je suis mince et sûre de moi.



Le problème, c'est que plus je pense à faire attention à mon poids, plus je mange. Je deviens incontrôlable.



Je n'avais même pas faim, au fond... Mais il est déjà trop tard pour le réaliser, la crème glacée est dans mon estomac, prête à être digérée, sans que j'aie pu l'apprécier, avec, en prime, une culpabilité monstre.



On dirait qu'il refuse d'admettre que ma relation avec la bouffe est malsaine. Il croit que me faire plaisir en comblant ma faim, mais c'est mon obsession qu'il nourrit.



Plus je m'efforce de me persuader de ne pas manger, plus j'ai faim. Mais est-ce vraiment de la faim ? Je ne sais pas.



J'ai hâte à demain, pour monter sur la balance. Elle aura sûrement une bonne nouvelle pour moi. Je ferme les yeux avec un petit sourire de satisfaction. Ma nouvelle vie est commencé.



Je viens d'engloutir l'équivalent d'un repas pour quatre personnes. En moins de vingt minutes. La honte !!!



Je réalise tout à coup que j'ai englouti la moitié du pot de tartinade sans m'en rendre compte. Sans m'attarder à apprécier le goût du chocolat et des noisettes... Ça aurait pu être n'importe quoi ; l'important, c'était que je mange, que j'occupe ma bouche.



Ma bouche n'arrive pas à dire non quand il est question de bouffe.



C'est si beau et facile, dans mes rêves ! La réalité est tout autre : je sais pertinemment que c'est IMPOSSIBLE.



Ça me rend triste. Et qu'est-ce que je fais, dans ces temps-là ? J'mange. Je dévore. J'engloutis. Et j'oublie momentanément ma peine.



Dans ma tête, le petit démon riait aux éclats. D'après moi, il s'est bagarré avec l'ange de la raison. Et ce dernier est KO.



Mon surpoids, la malbouffe, mon enfer à moi.



Autant de lundis matin à me lever en me disant que "cette fois, c'est la bonne, je vais maigrir". Une année ponctuée de régimes, d'échecs, de tentatives ratées, de rechutes...



Combien de fois me suis-je cachée pour manger, sachant que c'était exagéré ? Combien de fois ai-je senti un profond dégoût de moi en mangeant machinalement ?



Léger ou fort surplus de poids. Faible estime de soi. Profond mal être. État dépressif. Moi Billie Boisbriand, je souffre d'hyperphagie.



Chaque matin, je me lève, je prends mon premier repas comme prescrit par le régime, puis... tout s'effondre. Si j'ai le malheur de tricher une fois, je me dis que ma journée est ruinée, alors je continue de manger.



Je me suis tellement privée, avec ce régime, que les aliments qui m'étaient interdits m'obsèdent encore plus qu'avant. J'ai peut-être perdu du poids, mais je n'ai rien réglé dans ma tête...



Je n'ai rien ni personne pour me retenir, m'empêcher de tomber. Il ne me reste que ma plus fidèle complice. La nourriture. Mais elle est en train de me détruire.



Manger, manger, me battre contre mon diable intérieur, céder et manger de nouveau. Du réveil au coucher. Voilà en quoi consiste ma vie, désormais.



Ma confiance en moi et mon estime personnelle se portent mieux, depuis que j'ai pris conscience de mon problème d'hyperphagie. Un pas à la fois, un jour à la fois.



Un jour à la fois, c'est la philosophie que je m'efforce d'appliquer et, sans vouloir me vanter, je crois que je ne m'en sors pas trop mal !



Ma destination ultime ? Le bonheur et l'acceptation de soi. Je suis sur la bonne voie ! Une chose est sûre : je ne veux plus jamais reculer.



Je me suis aperçue que ma drogue, ma dépendance, c'est la nourriture. Puisque je ne pourrai jamais m'en passer, j'ai décidé de transformer notre relation amour/ haine en une relation... saine. Et ce, un pas à la fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cielvariable   07 avril 2013
Match imparfait de Joanie Godin
Lundi 19 août, huit heures, premier cours de la session :

histoire. J’ai franchi la porte quelques minutes avant le début

de la séance et me suis installée à la dernière table pour

deux. Je pensais être seule et avoir la paix. Un gars est entré

dans la classe, tout juste avant que l’enseignant ferme la porte.

Évidemment, il s’est assis à côté de moi en me lançant son

plus beau sourire, auquel j’ai répondu, un peu gênée. À mon

grand dam, le professeur a annoncé que les places que nous

avions choisies seraient les mêmes pour toute la session et que

la personne assise à nos côtés deviendrait notre coéquipier

pour tous les travaux. Eh merde... Moi qui pensais que seuls

les profs du secondaire fonctionnaient comme ça...

– Salut, moi, c’est Charles.

Il s’est présenté en me tendant la main, et je l’ai serrée

sans trop de conviction.

– Moi, c’est Charlie...

Cette fois, j’ai souri pour de vrai. Avouez que c’est assez

comique comme situation...

Je n’avais pas encore pris le temps d’examiner mon partenaire

obligé, mais, quand nos regards se sont croisés, j’ai

ressenti une mini-décharge électrique au coeur. Je l’ai trouvé

beau. Plus grand et beaucoup plus bâti que moi, il portait

un chandail bleu royal juste assez ajusté pour que je puisse

bien voir la carrure de ses épaules. Ses cheveux châtains

étaient savamment ébouriffés avec un peu de gel. Il avait

surtout un sourire enjôleur et un regard pétillant. Vous savez,

le genre de regard qui nous oblige à baisser les yeux tellement

on a l’impression qu’il nous transperce ? Durant quel -

ques secondes, je dois l’avouer, j’ai été charmée. Et bon, OK,

j’avoue aussi que je l’ai peut-être observé à la dérobée un

peu plus que je ne voulais l’admettre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   07 avril 2013
Match imparfait de Joanie Godin
Charles a cependant perdu tous ses points quand il m’a

avisée qu’il lui arrivait parfois de manquer quelques cours

en raison de ses matchs de hockey. Il avait l’air tellement fier

de jouer pour les Guerriers de Sainte-Foy, l’équipe du junior

majeur ! J’avais toujours entretenu des préjugés défavorables

envers les joueurs de hockey. En fait, je peux même aller

jusqu’à dire que je les détestais... sans trop savoir pourquoi,

d’ailleurs. Ma jumelle sortait pourtant avec un hockeyeur

depuis l’âge de quatorze ans et il était vraiment gentil. Mais

je n’arrivais pas à m’enlever de la tête l’image (clichée, je

sais) de « l’éternel infidèle, coureur de jupons » et Charles,

aussi beau fût-il, correspondait tout à fait à ce portrait.
Commenter  J’apprécie          20
Cielvariable   21 mai 2018
Match imparfait de Joanie Godin
À mon arrivée au cégep, à Québec, ma ville natale, j’étais encore très fragile. Et c’était visible au premier coup d’œil. Disons que j’avais tendance à ne pas trop m’arranger. Si j’avais pu, je serais allée en cours en pyjama. Pas question de me mettre belle ou de me maquiller. Je n’en avais aucune envie. Je me suis donc présentée en jeans avec une chemise à carreaux trop grande pour moi. Je ne me suis pas coiffée non plus. Je m’étais contentée d’un coup de peigne dans mes longs cheveux blonds en sortant de la douche, sans les sécher.



Ce qui trahissait vraiment ma peine, c’est la douleur qu’on pouvait lire dans mes yeux bleus. On m’a toujours dit que j’avais les yeux couleur de mer. Et c’était encore plus vrai lorsque je pleurais beaucoup…



J’y allais donc à reculons. Sydney-Lune, ma jumelle, m’avait convaincue que c’était la meilleure façon de me changer les idées. (Je sais, elle a un nom bizarre, mais mes parents aimaient être originaux.) Nous n’avions qu’un seul cours ensemble pendant la première session, mais je savais que je pouvais compter sur sa présence entre les périodes de classe et à l’heure du midi. Pour le reste, je m’étais dit que je m’installerais au fond de la classe sans parler à personne.



J’ai raté mon coup.



Lundi 19 août, huit heures, premier cours de la session : histoire. J’ai franchi la porte quelques minutes avant le début de la séance et me suis installée à la dernière table pour deux. Je pensais être seule et avoir la paix. Un gars est entré dans la classe, tout juste avant que l’enseignant ferme la porte. Évidemment, il s’est assis à côté de moi en me lançant son plus beau sourire, auquel j’ai répondu, un peu gênée. À mon grand dam, le professeur a annoncé que les places que nous avions choisies seraient les mêmes pour toute la session et que la personne assise à nos côtés deviendrait notre coéquipier pour tous les travaux. Eh merde… Moi qui pensais que seuls les profs du secondaire fonctionnaient comme ça…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable   07 avril 2013
Match imparfait de Joanie Godin
À dix-sept ans, j’avais déjà vécu mon lot de drames. Après

l’horrible douleur d’avoir perdu mes parents à l’adolescence,

le destin en a rajouté en m’enlevant mon chum. Frédéric,

avec qui j’avais été en couple durant les deux dernières années

du secondaire, était décédé dans un accident de voiture. Le

27 juin. Quelques jours après le bal.



À mon arrivée au cégep, à Québec, ma ville natale, j’étais

encore très fragile. Et c’était visible au premier coup d’oeil.

Disons que j’avais tendance à ne pas trop m’arranger. Si

j’avais pu, je serais allée en cours en pyjama. Pas question de

me mettre belle ou de me maquiller. Je n’en avais aucune

envie. Je me suis donc présentée en jeans avec une chemise

à carreaux trop grande pour moi. Je ne me suis pas coiffée

non plus. Je m’étais contentée d’un coup de peigne dans mes

longs cheveux blonds en sortant de la douche, sans les sécher.

Ce qui trahissait vraiment ma peine, c’est la douleur qu’on

pouvait lire dans mes yeux bleus. On m’a toujours dit que

j’avais les yeux couleur de mer. Et c’était encore plus vrai

lorsque je pleurais beaucoup...



J’y allais donc à reculons. Sydney-Lune, ma jumelle,

m’avait convaincue que c’était la meilleure façon de me

changer les idées. (Je sais, elle a un nom bizarre, mais mes

parents aimaient être originaux.) Nous n’avions qu’un seul

cours ensemble pendant la première session, mais je savais

que je pouvais compter sur sa présence entre les périodes de

classe et à l’heure du midi. Pour le reste, je m’étais dit que je

m’installerais au fond de la classe sans parler à personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable   07 avril 2013
Match imparfait de Joanie Godin
– Penses-tu qu’on s’est aimés trop fort, trop tôt dans nos

vies ? m’a demandé Charles il n’y a pas très longtemps.

Après tout, c’est une histoire assez incroyable que nous

avons vécue, lui et moi. Des hauts, des bas... Des hauts très

hauts et des bas... très, TRÈS bas ! Encore aujourd’hui, j’ai de

la difficulté à comprendre comment on a fait pour gâcher

une si belle histoire d’amour...

Je n’ai aimé personne autant que lui dans ma vie et je

crois que c’était réciproque.

Ma première journée au cégep. C’est là que tout a commencé.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaoui   29 septembre 2017
Moi j'mange de Joanie Godin
Courir. Quelle torture ! Chaque pas me fait souffrir. J’ai l’impression d’avoir perdu mon souffle à tout jamais. Après avoir tourné deux coins de rue, déjà je n’en peux plus. Je regarde mon téléphone, sur lequel j’ai téléchargé une application pour chronométrer mes courses : « 1 minute 57 secondes ». ARGH ! Je n’ai même pas fait cinq minutes ! Que dis-je, même pas deux minutes ! C’est ridicule ! Mes genoux n’aiment visiblement pas porter tout ce poids. Je ralentis le pas, songeant qu’une marche, c’est quand même mieux que rien.
Commenter  J’apprécie          10
Cielvariable   21 mai 2018
Match imparfait de Joanie Godin
— Penses-tu qu’on s’est aimés trop fort, trop tôt dans nos vies ? m’a demandé Charles il n’y a pas très longtemps.



Après tout, c’est une histoire assez incroyable que nous avons vécue, lui et moi. Des hauts, des bas… Des hauts très hauts et des bas… très, TRÈS bas ! Encore aujourd’hui, j’ai de la difficulté à comprendre comment on a fait pour gâcher une si belle histoire d’amour…



Je n’ai aimé personne autant que lui dans ma vie et je crois que c’était réciproque.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   29 septembre 2017
Moi j'mange de Joanie Godin
Même si je n’ai que quinze ans, je suis une habituée des régimes. J’ai suivi mon premier à l’âge de douze ans, je m’en souviens comme si c’était hier. Mes parents l’ont fait avec moi, pour m’appuyer et m’aider à tenir le coup. Celui-là, comme tous les autres qui ont suivi, a duré à peu près aussi longtemps qu’un morceau de gâteau au chocolat peut rester sur le comptoir sans sombrer dans mon estomac. Par la suite, il y a eu le régime qui exigeait que je mange uniquement de la viande (même du bacon, quelle blague !), des œufs, du fromage et une miniportion de légumes verts par jour. Au bout d’un moment, j’ai ressenti l’immense envie de manger un morceau de chocolat. Mon envie s’est transformée en besoin viscéral et je ne pensais qu’à ça. En me réveillant, en me couchant et même en dormant. Je ne voulais pas manger la tablette au complet, juste ce qu’il fallait pour me satisfaire. Pour moi, le seul moyen de me débarrasser de la petite voix intérieure qui réclamait sa dose de sucre était de la lui donner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cielvariable   24 janvier 2019
Match imparfait de Joanie Godin
Charles et Charlie. Difficile d’imaginer plus cliché, me direz-vous. Eh bien, je suis tout à fait d’accord! Poussons davantage le cliché: le Charles en question est un beau joueur de hockey un peu timide, et Charlie (c’est moi!), une jeune femme de dix-sept ans «pas comme les autres» (manière polie de dire un peu cinglée).
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le sumo qui ne pouvait pas grossir êtes vous incollable?

Comment s'appelle le personnage principal?

Jun
Pau
Jules
Pun

9 questions
55 lecteurs ont répondu
Thème : Le sumo qui ne pouvait pas grossir de Eric-Emmanuel SchmittCréer un quiz sur cet auteur

.. ..