AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.09 /5 (sur 16 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : Valence , 1940
Biographie :

Il débute très tôt sa carrière théâtrale, que ce soit en tant que metteur en scène, auteur et théoricien dramaturgique. Il intègre le Théâtre Universitaire Espagnol de l'Université de Valence à l'âge de 17 ans, mais le quittera assez rapidement parce qu'il considère cette structure trop proche du pouvoir franquiste. Il fonde le Groupe d'Études Dramatiques et un Atelier de Théâtre à la faculté de Valence pour lesquels il conservera des responsabilités jusqu'en 1966. En 1964 il cherche à fédérer, au niveau national tous les groupes qui expérimentent de nouveaux modes théâtraux, par la création d'une structure la : « Association Indépendante des Théâtres Expérimentaux ».

Ces mises en scène ainsi que son écriture théâtrale sont très influencées par les théories brechtiennes. Il s'agit pour lui de présenter au public un théâtre qui l'amène à prendre une distance critique face à la représentation qui se joue devant lui, et ainsi, espère-t-il, face à la réalité quotidienne des spectateurs.

En 1971 il devient professeur à l'Institut de Théâtre de Barcelone. Mais il se heurte aux difficultés que représente le nationalisme catalan. S'il appuie les demandes de normalisation de la langue catalane, il refuse d'abandonner sa langue natale dans son enseignement et dans l'écriture de ses pièces. Cette période est assez paradoxale pour Sinisterra, car si sa position de relative retrait par rapport au nationalisme catalan le place dans une certaine marginalité, ce même nationalisme limite la mainmise du pouvoir franquiste et donc lui offre une liberté de création.
Néanmoins avec la disparition du régime franquiste il acquiert petit à petit, dans cette région qui l'avait relativement mal reçu, une notoriété grandissante, et ainsi il inaugure en 1989 la Salle Beckett à l'institut théâtral de Barcelone.

Très prolifique, José Sanchis Sinisterra a produit plus de cinquante pièces et adaptations théâtrales, œuvres dramatiques qui ont été distinguées par une dizaine de prix théâtraux et littéraires à l'échelle nationale.
+ Voir plus
Source : Préface des Figurants: Agnès Surbezy et Antonio Fernandez Perez
Ajouter des informations
Bibliographie de José Sanchis Sinisterra   (9)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Cosaque   03 octobre 2015
¡ Ay Carmela ! de José Sanchis Sinisterra
La scène est vide, plongée dans l'obscurité. Avec un déclic sonore, une triste ampoule de répétition s'allume et, peu après, Paulino apparaît : habillé à la va comme j'te pousse, titubant, un cruchon de vin à la main. Il regarde le plateau, boit un coup, regarde à nouveau, traverse la scène en déboutonnant sa braguette et disparaît par le côté opposé. Pause. Il revient en se reboutonnant. Il regarde à nouveau. Il aperçoit par terre, un vieux gramophone. Il s'en approche et il essaie de le faire marcher. Ça ne marche pas. Il retire le disque qui est dessus, le regarde et a envie de le casser mais il se retient et le remet sur le gramophone. Toujours accroupie et le dos au public, il boit un coup. Son regard découvre sur le sol, dans une autre partie du fond, un bout de tissu. Il s'en approche le soulève en attrapant un coin avec les doigts. C'est un drapeau républicain espagnol à moitié brûlé (rouge, jaune, violet).



ACTE I ( la toute première didascalie)
Commenter  J’apprécie          60
Cosaque   04 octobre 2015
Le siège de Léningrad : Histoire sans fin, [Paris, Théâtre national de la Colline, 3 mai 1997] de José Sanchis Sinisterra
( À l'extérieur on entend un fracas sourd qui résonne […] )



PRISCILLIA : Ceux-là, tu vois, personne ne les arrête !



NATALIA (décidée) : Ah, tu crois, ça ? Ceux-là, l'art les arrêtera.



PRISCILLIA : Quel art ?



NATALIA : Comment, quel art ? Le nôtre, l'art dramatique...





ACTE II, SCÈNE IV
Commenter  J’apprécie          60
Cosaque   21 septembre 2015
Los figurantes : les figurants de José Sanchis Sinisterra
GARDE N° 1 : Pssst... ! Pssst !

(l'autre ne bronche même pas)

Psssst... ! (dans un chuchotement) Eh... ! Eeeeh !



GARDE N°2 ( de même) : Qu'est-ce qui se passe ?



GARDE N°1 (Idem) : C'est bien c'que j'dis : qu'est-ce qui se passe ?



GARDE N°2 (Idem) : Tais-toi.

(Un nouveau silence se produit. La tête du Garde n°1 se troune discrètement du côté où il est entré et revient, très vite, à sa position initiale.)



GARDE N°1 (Dans un chuchotement) Pourquoi ils ne sortent pas ? (silence) Eh, toi ! (Il tourne la tête vers le Garde n°2) Psssst... ! ( et la ramène de face)



GARDE N°2 (Idem) : Tu veux te taire ? (silence)



GARDE N°1 (Idem) : Qu'est-ce qui se passe ? (silence)



GARDE N°2 (Idem) : Rien



GARDE N°1 (Idem) : Et alors ? ( silence)



GARDE N°2 (Idem) : Et alors... quoi ?



GARDE N°1 (Idem) : Ben oui : quoi ? (silence)



GARDE N°2 (Idem) : Ben rien.



GARDE N° 1 (Idem) : Comment ça, rien ? (silence)



GARDE N° 2 (Idem) : C'est ça : toi et moi, rien.

(Ils élèvent légèrement le ton)



GARDE N°1 : Mais, et s'ils ne sortent pas ( silence)



GARDE N°2 : Ils sortiront bien.



GARDE N°1 : Et sinon ?



GARDE N°2 : Toi et moi, on se calme.



GARDE N°1 : On se calme ?



GARDE N°2 : Ils nous payent pour tenir la lance, oui ou non ?



GARDE N°1 : Oui, mais...



GARDE N°2 : Alors, tiens le coup et tais-toi. (silence)



GARDE N°1 : Et le public ?



GARDE N°2 : Ben quoi, le public ?



GARDE N°1 : Mais il est là, à attendre.



GARDE N°2 : Moi, je vois pas. La visière me cache les yeux.



GARDE N°1 : Mais moi, si, j'le vois.



GARDE N°2 : Et qu'est-ce qu'il fait ?



GARDE N°1 : Pour le moment il tient le coup, lui aussi.



GARDE N°2 : Eh ben, parfait. On est tous ici, et on tient tous le coup.



ACTE I [ les premières répliques ]

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Cosaque   03 octobre 2015
Le siège de Léningrad : Histoire sans fin, [Paris, Théâtre national de la Colline, 3 mai 1997] de José Sanchis Sinisterra
NATALIA (elle commence la lecture à voix basse) : Premier acte. La scène représente...un fortification à moitié détruite... près de l'usine Kirov... dans la banlieue de Leningrad... Au fond, à droite, un nid de mitrailleuses...Du côté gauche et sur une partie du proscenium, une tranchée... Au fond, à gauche, se dresse le tube d'un canon à longue portée...



PRISCILLIA : Tu vois ? Le canon...



NATALIA : Oui...(elle continue à lire). Ici et là, des sacs de terre […]



ACTE II, SCÈNE V
Commenter  J’apprécie          51
Cosaque   22 avril 2015
Conspiration vermeille Sang de lune / Conspiracion Carmin Sangre lunar de José Sanchis Sinisterra
MARSAL : [...] Ben, je ne sais pas : des cadavres qui flottent dans les canalisations de temps en temps ... (...) Je dirais que ce sont des pauvres : des mendiants, des nègres, des chinois et des choses comme ça ... (...) C'est ce que je dis : dans quel monde vivons-nous... (...) Qu'est-ce qui va changer ? (...) Vous croyez? (...) Quel cycles ? (...) Bon, écoutez ... parce que moi, je ne comprends pas grand chose à tout ça, vous savez, je suis assez quelconque ... (...) Ah, oui ? Nous ? (...) [...]



SÉQUENCE 8; pièce intégralement en conversation téléphonique
Commenter  J’apprécie          40
Cosaque   30 août 2015
¡ Ay Carmela ! de José Sanchis Sinisterra
PAULINO : Suffit Carmela. N'en parlons plus. Mais réalise : je suis un chanteur. J'ai pas eu de chance, c'est vrai [ ... ] . Et les pets, c'est le contraire du chant, tu comprends ? Les pets, c'est le chant à l'envers, l'art traîné dans la boue, la honte de l'artiste... Et si on oublie cela, ou si on veut pas le voir, ou si on le sait et qu'on s'en fout et qu'on dit : " les gens, ils aiment ça, regarde comme ils rigolent, et bien vivons-en, vivons de nos pets ... ou de n'importe quoi ". Et alors, alors, Carmela, c'est ... c'est ... et bien oui, c'est ça l'ignominie.



ACTE 1
Commenter  J’apprécie          30
Cosaque   21 septembre 2015
¡ Ay Carmela ! de José Sanchis Sinisterra
JOSÉ SANCHIS SINISTERRA : LE THÉÂTRE MIS À L'ÉPREUVE



" J'aspire à un théâtre métissé, bâtard, impur, qui va vers la "trahison" des règles conventionnelles, habité par les tensions formelles et les contradictions idéologiques"



[ page 43 , le dossier autour de la pièce]
Commenter  J’apprécie          20
tristantristan   06 juin 2020
Terror y miseria en el primer franquismo de José Sanchis Sinisterra
J'ai peur de dormir. Mon corps est cassé par les coups et, quand je me couche, les douleurs commencent.

Texte original: Me da miedo dormir. El cuerpo lo tengo roto de las palizas y, cuando me acuesto, empiezan los dolores.

p. 136
Commenter  J’apprécie          20
Amandinegrana   07 février 2021
Monsieur Goya. Una indagación / Monsieur Goya. Une exploration de José Sanchis Sinisterra
Elle [sa furie] vient de ce qu'il peignait avant, quand il était connu de tous... De ce puits de silence dans lequel il vit maintenant... De ce tourbillon de rêves et de cris qui secoué ses nuits, quand il n'est pas éveillé... et de cette patrie infâme qui condamne ses enfants à vivre sous le signe de Cain...
Commenter  J’apprécie          10
tristantristan   06 juin 2020
Terror y miseria en el primer franquismo de José Sanchis Sinisterra
Et enfin, le comble de tous les maux... (Il écrit en grosses lettres: "COMMUNISME") le communisme oui... qui fut balayé de notre patrie... avec tous les autres maux anti-espagnols... par le Soulèvement National

p.99
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de José Sanchis Sinisterra (18)Voir plus


Quiz Voir plus

Les femmes et la littérature

Quel est le nom du roman de Marie NDiaye qui lui a valu le prix Goncourt en 2009 ?

Alabama song
Trois femmes puissantes
Les Heures souterraines
Trois jours chez ma mère

10 questions
4555 lecteurs ont répondu
Thèmes : Femmes écrivains , femmes , HéroïnesCréer un quiz sur cet auteur