AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.56 /5 (sur 131 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Judith Duportail est une journaliste indépendante. Elle écrit sur l'amour, la liberté et comment la technologie affecte les deux précédentes. Comment votre smartphone change votre façon de penser, comment Tinder change votre façon d'interagir avec les autres et comment Facebook vous voit changer pour vous proposer une publicité ciblée. Elle écrit en anglais et en français pour The Guardian, Aeon, Slate, le magazine Philosophie, Le Temps, Les Inrocks, etc. Elle collabore avec des ONG numériques, telles que Tactical Tech, pour des travaux de recherche.

Source : /www.privacyconference2018.org/
Ajouter des informations
Bibliographie de Judith Duportail   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

- "L'amour sous algorithme", Judith Duportail, Éditions Goutte-d'Or Par Louise Perrin, IUT Nancy-Charlemagne, Métiers de Livre (stagiaire formidable !) https://www.librest.com/livres/l-amour-sous-algorithme-judith-duportail_0-5580601_9791096906147.html


Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
Analire   09 août 2021
Dating fatigue : Amours et solitude dans les années (20)20 de Judith Duportail
Comment ne pas devenir tarée quand les injonctions contradictoires résonnent en stéréo dans notre tête, dans ce monde où il faudrait à la fois se faire respecter sans parler trop fort, être désirable sans faire salope, être intelligente sans être menaçante, être bonne vivante sans être grosse, être femme en ayant le corps d'une enfant. Comment font-ils pour ne pas devenir tarés, eux aussi. Quand il faut être rassurant sans être étouffant, fort mais accessible, ne pas juger les femmes sur le physique mais faire plus d'un mètre- quatre-vingts.
Commenter  J’apprécie          70
Analire   24 août 2021
Dating fatigue : Amours et solitude dans les années (20)20 de Judith Duportail
Si je suis autonome, personne ne peut m'abandonner. Parce que toute personne autonome est in-abandonnable. On n'abandonne que les enfants ou les animaux domestiques qui ne peuvent pas se débrouiller tout seuls. On peut me briser le coeur, ça oui, je peux pleurer le manque d'un homme, d'un amour, une personne peut me blesser et me manquer. Mais pas m'abandonner.
Commenter  J’apprécie          60
Analire   10 août 2021
Dating fatigue : Amours et solitude dans les années (20)20 de Judith Duportail
Plus longtemps on reste inscrit sur les sites de rencontre, moins on a de chance de rencontrer de partenaire. Les amoureux qui se sont rencontrés sur Tinder son souvent ceux qui n'ont fait qu'un ou deux dates. Les autres entrent dans une matrice, une ronde infernale comme un cercle vicieux.
Commenter  J’apprécie          50
Analire   11 août 2021
Dating fatigue : Amours et solitude dans les années (20)20 de Judith Duportail
L'amour, c'est la chaleur et le miel dans le bas-ventre, le désir, le coeur, donc, qui bat entre les cuisses - et les deux en même temps, c'est le bonheur.
Commenter  J’apprécie          50
Analire   07 août 2021
Dating fatigue : Amours et solitude dans les années (20)20 de Judith Duportail
Désolé, ce numéro n'est plus attribué. Séduction, audace et confiance en soi ont plié bagage et sont parties sans laisser d'adresse.
Commenter  J’apprécie          50
Analire   22 août 2021
Dating fatigue : Amours et solitude dans les années (20)20 de Judith Duportail
J'ai le droit de dire non, je réalise. J'ai le pouvoir de dire tous les non que je n'ai pas osé dire. Je peux quitter le lit d'un homme si je m'y sens mal sans me justifier. Mon corps est mon royaume et mon désir y fait la loi. Mon corps est la seule chose que je possède entièrement, vraiment, sur lequel j'ai tous les droits. C'est moi la patronne, la reine, l'impératrice. Mes désirs sont mes ordres. Pas dans le sens où les autres doivent accéder à tout ce que je leur demande. Dans le sens où personne ne peut approcher de mon corps si je ne le décide pas. Je n'ai aucune explication à donner. Aucune. À personne. Je suis libre, j'ai le pouvoir de dire non, je n'ai pas à me justifier, je me répète, et j'ai l'impression de tenir une arme atomique ente mes mains.
Commenter  J’apprécie          30
berym_   25 novembre 2021
L'amour sous algorithme de Judith Duportail
L'attirance ne serait-elle rien d'autre que l'anticipation d'une validation?
Commenter  J’apprécie          50
Livretoi   30 décembre 2020
L'amour sous algorithme de Judith Duportail
* Depuis mon premier jour sur Tinder, il me semble ne plus être une loseuse de l’amour... Là, j’ai l’impression d’être de celles qui détiennent les cartes, les codes, d’être une femme alpha comme chez les louves, une cheffe de meute, ne plus être celle qui attend, fébrile, des réponses à ses messages, ne plus être celle qui court après. Enfin, j’ai purgé mon esprit de ses calmars géants… «Tu fais partie du 1 % de la beauté, de celles qui ont tout pour elles», me glisse par message un homme et le pire, c’est que j’adore. Je suis enfin du bon côté de la hiérarchie, du bon côté de l’« Extension du domaine de la lutte».



* Qu’est-ce que ça change de se rencontrer sur Tinder ? La réponse s’imposera à moi, doucement. Quelqu’un qui ne tombe pas amoureux de vous à cause de Tinder est juste quelqu’un qui n’est pas amoureux, c’est tout.



* Et puis surtout, je retrouve le même ami qui passe aussi sa vie dans ce café. Je le reconnais à son bandana rouge autour du cou. Lui et moi, on s’est adoptés et je lis bien la joie dans son langage corporel à chaque fois que je passe la porte et me rapproche de lui. Il s’appelle Hektor et si, au début, je n’osais pas, avec le temps j’aime passer ma main sur son ventre chaud et le gratter derrière les oreilles. J’adore les chiens.



* J’ouvre l’application et je like, tous les profils, les uns après les autres. Puisque je suis la seule conne tomber amoureuse sur Tinder, puisque je suis la dernière sur l’échelle du love, puisque je suis du plancton, puisqu’il n’y a que ça qui marche, je vais leur en donner du cul, puisque je suis la dernière débile de ma génération à rêver d’amour, je vais leur montrer ce que je peux faire, je vais gang-banger Paris et Berlin, à moi toute seule, je vais les épuiser à leur propre jeu ! Fallait pas me provoquer ! Je copie-colle les mêmes phrases à mes 45 nouveaux matchs, tu vois, 45 matchs en cinq minutes, c’est que t’es peut-être pas si moche, tu vois, je me susurre et je me méprise encore plus d’y trouver une forme de réconfort.



* Toute mon époque s’emploie à dévaloriser le concept de routine alors que moi j’en ai besoin, je la recherche. Le dîner des colocs du «dimanche soir, la grasse mat du samedi, le yoga du mercredi, je chéris ces petits plaisirs qui ponctuent ma semaine comme autant de points d’ancrage.



* J’ai hâte. J’ai hâte qu’on soit tous vieux, que la question ne se pose plus. Fini d’essayer d’être belle quand on a 70 ans, non ? Fini la concurrence ? Il me tarde d’être une petite vieille qui mange des gâteaux l’après-midi, d’être en dehors du grand marché du sexe. Et encore, il paraît que c’est la guerre entre femmes âgées pour se retrouver un mec, car les hommes meurent bien avant les femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Analire   23 août 2021
Dating fatigue : Amours et solitude dans les années (20)20 de Judith Duportail
C'est ça être adulte. C'est cette blessure, cette conscience, cette solitude existentielle. Aucun mec, aucun couple ne protège de ça, morveuse. Le mythe de l'amour romantique, Hollywood et Walt Disney nous font croire que si. Qu'il existe quelque part "une moitié" qui nous complèterait, nous guérirait de ce vertige. Quand, à la fin des films, les amoureux se jurent qu'ils seront "toujours là l'un pour l'autre quoi qu'il arrive" ; se promettent "que si un jour tu tombes, ce sera dans mes bras", ce sont autant de tentatives d'un retour vain à l'enfance. D'un retour à cette bulle, d'un retour à un monde où les camions de pompiers ne nous concernaient pas. L'espoir vain de se créer un ancrage.
Commenter  J’apprécie          20
Analire   08 août 2021
Dating fatigue : Amours et solitude dans les années (20)20 de Judith Duportail
C'est le sentiment de mort qui durcit au sein de son coeur lorsqu'il nous semble avoir emprunté pour la millième fois le même ascenseur émotionnel, entre espoir, date, projection, ghosting et déception. C'est quand on se répète que la prochaine fois, on ne se laissera pas avoir. On y croira un peu moins fort, on en donnera un peu moins, on restera davantage recroquevillé à l'intérieur de soi. Mais alors, si on se renferme trop, ne risque-t-on pas de passer à côté de quelque chose ? La dating fatigue, c'est ce dilemme.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

NEED - Joelle Charbonneau.

Quel est le nom du lycée où se déroule les événements ?

Lycée du Northwest Charbonneau.
Lycée de Weakley
Lycée de Nottowa.
Lycée Général de Notting Hill.

12 questions
182 lecteurs ont répondu
Thème : Need de Joëlle CharbonneauCréer un quiz sur cet auteur