AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.98/5 (sur 192 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Lucile Peytavin est Historienne, spécialiste de l'histoire des femmes.

Membre du CO du Laboratoire de l'égalité, elle se bat pour le Droit des Femmes et a publié son essai, "Le coût de la virilité", en 2021.

Instagram : https://www.instagram.com/lucilepeytavin/?hl=fr

Ajouter des informations
Bibliographie de Lucile Peytavin   (1)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le coût de la virilité par Lucile Peytavin, historienne et intervenante au Printemps des fameuses


Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
Ainsi, dans tous les milieux sociaux, ce sont les hommes qui commettent la plupart des délits et des violences, sans exception : le facteur le plus déterminant dans les infractions à la loi est donc bien, et de loin, le sexe masculin de leurs auteurs. Avec cet essai, je voudrais alerter sur les comportements asociaux des hommes à travers leur importance statistique, ouvrir une réflexion sociétale autour de la question de la virilité et nous inviter, tous, à un examen de conscience approfondi.
Commenter  J’apprécie          223
Dans nos sociétés développées, les garçons meurent davantage de blessures non intentionnelles que les filles. Au sein des Pays de l'OCDE, ceux de moins de 14 ans ont 70% de risques de plus que les filles de mourir dans un accident.* De façon générales, ils ont des accidents plus fréquents et plus graves. L'exposition au risque n'est pas la principale explication, puisque des études** ont démontré que lors d'une même activité, les hommes prennent davantage de risques que les femmes. Il estiment, quel que soit leur âge, qu'ils sont moins vulnérables et qu'ils maîtrisent la sitation.
*Unicef, A league tablr of child deaths by injury in rich nations, 2001, Innocenti report card n°2, Unicef Innocenti Research Centre, Florence.
**Byrnes JP Miller DC, Schafe WD, "Gender differences in risk taking : a meta analysis. Psychological bulletin, Vol 125 (3) 1999.
Commenter  J’apprécie          00
Il peuvent se mettre volontairement en danger, pensant qu'ils sont invulnérables. Des études ont en effet montré que plus les hommes sont attachés à une vision rigide de leur masculinité, moins ils ont recours à des soins de santé préventifs. Pour l'historien Ivan Jablonka, "la surmortalité masculine révèle une souffrance qui est la somme des injonctions incorporées par les hommes depuis l'enfance : exhibition virile, culture de l'excès, surinvestissement dans le travail, refus de la plainte, choix de la taciturnité, inaptitude à exprimer ses émotions"*. La virilité profite aux hommes en assurant leur domination, mais les détruit dans un même mouvement.
*Jablonka, des hommes justes, du patriarcat aux nouvelles masculinités, Seuil, Paris 2019.
Commenter  J’apprécie          00
Un exemple parmi d'autres : les parents multiplient les mises en garde auprès des filles au sujet des risques qu'elles encourent lors de sorties* mais ne s'interrogent pas outre mesure sur le conduite de leurs fils lors de ces mêmes sorties. La violence masculine précoce, loin d'être enrayée, se voit au contraire encouragée, comme une partie prenante et immuable de l'ordre des choses. Ainsi, les garçons sont plus libres de circuler dès la préadolescence et occupent l'espace public en ayant reçu peu de consignes quant à leurs comportements.
*Lieber M "genre violence et espaces publics, la vulnérabilité des femmes en question", in Violences et ordre social sexué, Presses de Science-Po, Paris 2008.
Commenter  J’apprécie          00
Cette égalité entre les individus aurait même permis à Sapiens de prendre l’avantage sur Neandertal. Il semble que le véritable basculement dans les rapports de force entre hommes et femmes se situe au néolithique, lorsque les populations se sédentarisent et que se développent l’élevage, la production agricole, la fabrication d’armes
en métal. Avec cette organisation de la société se crée une nouvelle
division des rôles dans le travail qui instaure une distinction et une
hiérarchie plus nettes des sphères masculine et féminine, mais aussi
de l’espace domestique et de l’espace public. La notion de virilité
prend alors corps à la fin du néolithique, avec l’avènement des
armes en métal permettant à la puissance masculine de s’imposer
symboliquement et réellement. Se crée un ensemble de valeurs qui
« balisent la sphère masculine et ses prérogatives, voire son
monopole, dans le cadre de la chasse, de l’affrontement ».
La domination masculine s’accentue à ce moment-là en même
temps que se creusent les inégalités sociales.

Les études sur les ossements corroborent cette version puisqu’on
constate sur le squelette des femmes des traces de violence
beaucoup plus systématiques, mais aussi de pathologies, de
privations, de sous-nutrition. Il y a donc une forte dégradation des
conditions de vie des femmes, et ces inégalités vont peser
lourdement sur leur santé, allant même jusqu’à transformer leur
ossature. En effet, on assiste à une réduction de la taille et de la
robustesse du squelette féminin. Le dimorphisme sexuel est de plus
en plus marqué entre les individus. Cette réduction du gabarit des
femmes découlerait à la fois d’un moindre accès à la nourriture et du
choix des hommes se portant davantage sur des partenaires graciles.
En effet, cette organisation sociale visant la pénurie alimentaire
à destination des femmes les contraint à atteindre moins souvent
leur potentiel de croissance, c’est-à-dire leur taille maximale. Cette
contre-sélection reposant sur des facteurs génétiques et
environnementaux pèse aussi lourdement sur leur santé. Du point de
vue de la physiologie et de la reproduction, les femmes ont
théoriquement avantage à être de grande taille. Mais la pression qui
s’exerce sur leur corps a des conséquences « coûteuses », voire
dramatiques, notamment lors de l’accouchement « puisque la stature
est un déterminant clé de la mortalité maternelle» : un bassin trop
étroit augmente les risques de décès de la mère et de l’enfant. Ainsi,
les femmes n’ont pas toujours été plus petites en moyenne que les
hommes puisque c’est à l’époque néolithique que ce dimorphisme
serait devenu particulièrement prégnant.
Commenter  J’apprécie          50
Cette interprétation
reflète l’idéologie sociale de ce début de XXe siècle plaquée par
les historiens sur des traces archéologiques : ils ont genré les
activités en valorisant celles réalisées par leurs homologues
masculins. Ne sachant pas qui utilisait les pierres taillées, par
exemple, ils en ont conclu qu’elles servaient d’armes aux hommes
et d’outils destinés aux femmes pour de menus travaux, en accord
avec les représentations de leur propre époque. Ces préjugés ont
traversé les siècles et construit l’image figée que nous avons
aujourd’hui des sociétés préhistoriques.
Cette méthode a conduit les scientifiques à commettre
d’importantes erreurs d’interprétation des découvertes
archéologiques. Un des cas les plus célèbres est la découverte en
1872 d’un squelette inhumé dans une des grottes de Grimaldi – dite
du Cavillon –, appelé « l’homme de Menton ». Le squelette, aux
caractéristiques proches de celles de l’homme de Cro-Magnon, était
robuste et paré d’une coiffe de coquillages, d’un collier de canines
de cerfs perforées, d’un poinçon monté sur un radius de cervidé, de
deux lames de silex et d’un bracelet de jambe fait de coquillages au-
dessous du genou gauche12. Ces effets étant apparentés à la richesse
et au pouvoir, les archéologues en ont déduit que ce squelette était
celui d’un homme. Des années plus tard, un réexamen des os
a permis de l’identifier comme étant celui d’une femme, malgré la
robustesse du squelette et l’opulence de la sépulture.L’homme de
Menton est alors devenu la Dame du Cavillon !
Ces erreurs d’interprétation se sont répétées jusqu’au XXe siècle.Ces erreurs d’interprétation se sont répétées jusqu’au XXe siècle.
En 1953 est découverte en Côte-d’Or la tombe de Vix, qui abrite
une sépulture à char du VIe siècle av. J.-C. Compte tenu de la
richesse des objets qu’elle contenait, les archéologues ont d’abord
pensé que le squelette était celui d’un homme. Au début des années
2000, des analyses ADN ont indiqué qu’il s’agissait en réalité d’une
femme13, que l’on appelle à présent la princesse de Vix !
Ces exemples sont révélateurs du fait que nous projetons à tort sur
des populations ayant vécu il y a des millions ou des milliers
d’années des schémas d’organisation sociale qui nous sont
contemporains. Alors, que savons-nous de la répartition des rôles
entre les hommes et les femmes du paléolithique ? Que nous disent
les traces archéologiques à ce sujet lorsqu’elles sont analysées le
plus objectivement possible par la paléo-histoire moderne?
Commenter  J’apprécie          40
Le sexe biologique chez les êtres vivants est apparu il y
a 600 millions d’années1. La procréation « par sexe » n’a pas
toujours existé, elle est une innovation de l’évolution et ne concerne
pas l’ensemble des espèces. La science explique son apparition par
un accroissement des capacités d’adaptation à certains milieux
hostiles. Les mécanismes à l’œuvre sont extrêmement nombreux.
Chez les animaux, de multiples facteurs entrent en ligne de
compte2 : la présence ou non de chromosomes spécifiques et leur
nombre total – il existe une grande variété de caryotypes3 très
différents de ceux des humains –, la température durant le
développement des œufs ou même le stress. Concernant l’être
humain, les scientifiques n’ont pas encore identifié tous les gènes
qui permettent la fabrication d’un sexe biologique. Les recherches
sur le sujet ne cessent d’évoluer. Dans les années 1990, on pensait
que le gène SRY4 (pour Sex-determining Region of Y chromosome)
sur le chromosome Y était le seul responsable de la différenciation
sexuelle puisque, lors de la sixième semaine de vie de l’embryon,
son action oriente les glandes génitales, jusqu’alors indifférenciées,
vers la formation de testicules. Or « il existe de nombreux gènes de
différenciation testiculaire, de même qu’il existe, chez l’embryon
femelle, des gènes qui inhibent la masculinité et induisent la
formation des ovaires5 », précise Marc Fellous, généticien
à l’université Paris-VII. À ce jour, on a seulement identifié trois
gènes ovariens. D’autre part, les cas d’intersexuation (personnes
nées avec des caractéristiques sexuelles qui ne correspondent pas
aux définitions typiques de « mâle » et « femelle ») remettent en
question les frontières bien distinctes entre les deux sexes. Cette
question est épineuse pour les compétitions sportives6 lorsqu’il
s’agit de déterminer à partir de quels critères définir les catégories
hommes et femmes : que faire d’une participante qui aurait la
« carrure d’un homme », des taux d’hormones « anormalement »
élevés et un appareil génital féminin ? Les réponses apportées par
les comités ne cessent d’évoluer et diffèrent des uns aux autres.

Je reviendrai sur ce point de la définition du sexe plus en détail
dans la deuxième partie de cet ouvrage. Les avancées scientifiques
apportent en tout cas de la nuance concernant la notion de sexe
biologique : c’est une donnée qui n’a pas toujours existé dans
l’histoire de l’évolution des espèces vivantes, et dont la réalité
biologique chez l’être humain pose toujours question.
Commenter  J’apprécie          20
En France, d’après les estimations présentées dans cet essai, la fin du
« système viriliste » permettrait à l’État d’économiser 95,2 milliards
d’euros chaque année. Au-delà de l’aspect purement financier, des centaines
de milliers de vies seraient sauvées, des souffrances psychologiques et
physiques évitées... La virilité apparaît bien comme une entrave au
développement humain et économique des sociétés.

Ce montant paraît absolument colossal au regard du budget annuel de la
France. Il représente plus d’un tiers des recettes nettes perçues par l’État
chaque année, soit 250 milliards d’euros1. À titre de comparaison, l’ISF,
source de débats publics depuis presque quarante ans, a rapporté seulement
4,1 milliards d’euros en 20172, la réforme de l’assurance chômage doit
rapporter 4,5 milliards d’euros d’ici à 20223 et la fraude fiscale est estimée
entre 25 et 100 milliards d’euros par an.
Le gain potentiel permettrait de transformer la société de façon inédite et
de sortir des politiques de « redressement » qui consistent à augmenter les
impôts et à diminuer les dépenses de l’État – impactant fortement les
services publics –, ou à augmenter la dette publique qui représente
aujourd’hui 100 % de notre PIB, soit 2 415 milliards d’euros4. Il serait ainsi
possible, en une année, à la fois de diviser de moitié l’impôt sur le revenu
(lequel a rapporté 70,4 milliards d’euros à l’État en 20195), de rembourser
la dette des hôpitaux français qui s’élève à 29 milliards d’euros6, de
financer les trois quarts de la relance économique de l’industrie (suite à la
crise du Coronavirus) qui nécessite 40 milliards d’euros7 ou de financer la
quasi- totalité du revenu universel, estimé entre 36 et 42 milliards d’euros
par an.
Il serait tout aussi possible de financer des politiques sociales ambitieuses
qui sont au cœur des préoccupations politiques depuis des années. Le gain
potentiel correspond à la fois aux moyens nécessaires pour éradiquer la
grande pauvreté (estimée à 7 milliards d’euros par an8), combler le déficit
du système de retraite jusqu’en 2030 (qui atteindra 27 milliards par an9),
augmenter de 50 % le budget de la recherche (représentant 49,5 milliards
d’euros par an10), compléter de 15 milliards d’euros par an le budget de
l’écologie (32,2 milliards par an11) pour réussir la transition dans les
transports et le logement, financer en grande partie la prise en charge des
personnes âgées dépendantes (qui s’élève à 30 milliards par an12) qui
doublera d’ici à 2060, etc.
Commenter  J’apprécie          20
Les discours «virilistes » justifiant le surplus d'agressivité des hommes par le naturel plutôt que par le culturel apparaissent comme irrationnels. Il est donc grand temps que ces mythes soient pris pour ce qu'ils sont : des histoires imaginaires qui nuisent à la recherche de la vérité. Ce n'est pas de ce côté qu'il faut chercher les raisons de la violence masculine. Les preuves en provenance de disciplines aussi diverses que la biologie, les neurosciences, la sociologie, la psychologie, l'anthropologie et l'histoire sont si nombreuses qu'elles font apparaître la primauté du culturel sur le naturel, de l'acquis sur l'inné en ce qui concerne les facteurs explicatifs des comportements humains. De ce fait, les raisons de la violence masculine ne se trouveraient- elles pas plutôt du côté de l'éducation, puisque celle-ci est fondamentale dans la construction des aptitudes et des comportements des individus ?
Commenter  J’apprécie          30
La virilité est donc aussi une oppression de l'homme sur l'homme. Elle est extrêmement coercitive et discriminante envers les hommes eux-mêmes. Même si cette masculinité virile s'accompagne de tout un panel de privilèges iniques, elle règne en écrasant le féminin, les autres masculinités et les hommes qui répondent à ses injonctions.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Lucile Peytavin (301)Voir plus

Quiz Voir plus

L' ile au Trésor de Stevenson par Simon

Dans quel pays commence l'histoire ?

En Angleterre
En France
En Irlande
En Espagne

10 questions
573 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..