AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.31/5 (sur 6606 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Île-du-Prince-Édouard , le 30/11/1874
Mort(e) à : Toronto , le 24/04/1942
Biographie :

Lucy Maud Montgomery est une romancière, poétesse et essayiste canadienne.

Elle suit une formation à Charlottetown pour devenir enseignante et, de 1895 à 1896, elle étudie la littérature à l'Université Dalhousie à Halifax, Nouvelle-Écosse. À dix-sept ans, elle rédige pour les journaux locaux d'Halifax, "Chronicle" et "Echo". Peu après, elle rejoint son père en Saskatchewan pendant un moment et retourne finalement sur l'île-du-Prince-Édouard.

Après plusieurs emplois dans différentes écoles sur l'île, en 1898, elle retourne à Cavendish où elle vit avec sa grand-mère devenue veuve. C'est pendant cette période qu'elle trouve l'inspiration et qu'elle rédige ses livres.

En 1908, Montgomery publie son premier livre, "Anne... la maison aux pignons verts" ("Anne of Green Gables"). Il rencontre un succès immédiat et lance la carrière de Montgomery, qui écrira et publiera des textes (dont de nombreuses suites à Anne) de façon continue jusqu’à la fin de sa vie.

De ce roman, traduit en seize langues, qui s'adresse à toute la famille, ont été tirées plusieurs adaptations audiovisuelles. Celles-ci, très populaires dans le monde anglo-saxon, ont permis à Montgomery d'écrire d'autres livres sans soucis financiers.

En 1911, peu après la mort de sa grand-mère, elle épouse le révérend Ewan Macdonald (1870-1943), pasteur presbytérien, et s'installe en Ontario, où son mari obtient un poste de pasteur à l'église presbytérienne Saint-Paul à Leaksdale. Ils ont trois fils ; le deuxième est mort-né.
C'est dans ce presbytère qu'elle rédige onze livres. Cette maison est par la suite vendue et est devenue un musée: Lucy Maud Montgomery Leaskdale Manse Museum.

En 1935, après que son mari prend sa retraite, elle déménage à Swansea, une banlieue de Toronto, en Ontario, où elle achète une maison qu’elle baptise Journey’s End (La Fin du Voyage), située sur Riverside Drive, le long de la rive est du Humber. Là, elle continue d’écrire, après une pause de 15 ans.

De son vivant, Lucy Maud Montgomery a publié 20 romans, 530 nouvelles, 500 poèmes et 30 essais et une autobiographie.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Lucy Maud Montgomery   (43)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (109) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Anne d'Avonlea" Livre vidéo. Non sous-titré. Non traduit.


Citations et extraits (996) Voir plus Ajouter une citation
" [...] Mais si on a de grandes idées, il faut bien se servir de grands mots pour les exprimer, pas vrai? "
Commenter  J’apprécie          590
L'amour ne surgissait peut-être pas dans la vie des gens avec pompe et vacarme, tel un joyeux chevalier galopant sur son cheval ; c'était peut-être sous les traits d'un vieil ami qu'il arrivait par des chemins tranquilles ; il se révélait peut-être d'une façon pouvant paraître prosaïque, jusqu'à ce qu'une illumination soudaine en trahisse le rythme et la musique ; peut-être... peut-être... l'amour se développait-il naturellement à partir d'une belle amitié, comme une rose au coeur doré glissant de son cocon vert.
Commenter  J’apprécie          570
- Vous prenez les choses trop à cœur, soupira Marilla. Je crains que la vie ne vous réserve bien des déceptions.
- Oh, mais, Marilla, espérer des choses, c’est déjà la moitié du plaisir qu’elles vous procureront ! s’exclama Anne. On ne les obtient peut-être pas, mais rien ne nous empêche de prendre du plaisir à les attendre. Madame Lynde dit que celui qui n’attend rien est heureux, car il ne sera pas déçu. Mais moi, je crois que c’est bien pire de ne rien attendre que d’être déçu.

(Chapitre 13)
Commenter  J’apprécie          553
"En fin de compte" avait dit Anne à Marilla un jour, "je pense que les jours les plus beaux et les plus agréables ne sont pas ceux où il se produit un évènement splendide ou extraordinaire, mais ceux qui nous apportent de petites joies simples l'une à la suite de l'autre, comme des perles glissant d'une ficelle. "
Commenter  J’apprécie          400
Anne soupira.
" Eh bien, encore un espoir déçu qui s'envole. Ma vie est un vrai cimetière d'espoirs déçus. J'ai lu cette phrase quelque part, et ça me console de la répéter à chaque fois que je connais une nouvelle déception.
— Je ne vois pas en quoi ça peut vous consoler.
— Mais si, c'est tellement beau et romanesque, comme si j'étais l'héroïne d'un livre, vous comprenez ? J'adore tout ce qui est romanesque, et un cimetière rempli d'espoirs déçus est, à mon avis, la chose la plus romanesque qui soit.
Commenter  J’apprécie          391
Comme la plupart des personnes peu loquaces, [Matthew] appréciait les bavards, pourvu que ceux-ci fussent prêts à assumer toute la conversation, sans attendre de réplique en retour.
Commenter  J’apprécie          370
C’est formidable, non, de penser à tout ce qui reste à découvrir ? Ça me rend si heureuse d’être en vie – le monde est tellement intéressant ! Et il ne le serait pas autant si on savait déjà tout sur tout, non ? Il n’y aurait plus de place pour l’imagination, pas vrai ?

(Chapitre 2)
Commenter  J’apprécie          351
Marilla, n'est-il pas merveilleux de penser que demain commence une journée dépourvue de bêtises ?

Je te fais confiance pour remédier à cela, dit Marilla, tu n'as pas ta pareille pour commettre des bêtises, Anne.

Oui, je ne le sais que trop bien, admit Anne tristement. Mais, Marilla, n'as-tu pas remarqué quelque chose d'encourageant ? Je ne fais jamais la même bêtise deux fois.

Je me demande où est l'avantage, puisque tu en inventes toujours de nouvelles.

Mais, oh, Marilla, ne comprends-tu pas ? Il doit bien y a voir une limite au nombre de bêtises qu'une personne peut inventer, et, quand j'aurai atteint cette limite, ce sera terminé. Tu ne peux pas savoir à quel point cela me réconforte.
Commenter  J’apprécie          340
Il y a tellement d’Anne différentes en moi. Parfois, je me dis que c’est pour ça que je suis si pénible. Si j’étais une seule et unique Anne, ce serait vraiment beaucoup plus simple – mais aussi bien moins intéressant.
(Chapitre 20)
Commenter  J’apprécie          356
Lucy Maud  Montgomery
À quoi bon avoir de l’imagination, si ce n’est pour voir la vie à travers les yeux des autres ?
Commenter  J’apprécie          350

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Lucy Maud Montgomery Voir plus

¤¤

{* *} .._..