AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.98 /5 (sur 682 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : St-Lambert. , le 03/04/1948
Biographie :

Arlette Cousture est née dans la ville de St-Lambert. Elle étudie dans cette même ville et à l’externat classique de Longueuil.

Elle décroche un baccalauréat es arts du Collège Ste-Marie. Elle fait un pas de plus en avant dans sa formation en obtenant un baccalauréat en animation culturelle et théâtrale à l’Université du Québec à Montréal.

« Fille de communication », elle explore plusieurs facettes de sa personnalité en pratiquant plusieurs métiers: professeur, animatrice, recherchiste, interviewer, journaliste, conseillère en communication et écrivain.

Avec son roman Les filles de Caleb, tome 1 Le Chant du coq et le tome 2 Le Cri de l'oie blanche, publié en 1985 et en 1986, elle obtient la renommée.

En 1997, Arlette Cousture, fut la personnalité littéraire choisie pour composer et lire la dictée des Amériques: Saynète à deux temps, en 1997.

Au printemps 2003 elle publie au Québec et en France Tout là-bas, qui raconte un épisode de la vie d’une communauté insulaire du Nord québécois. En novembre 2003, elle achève le troisième et dernier tome de Les Filles de Caleb, L’Abandon de la mésange, qui parait au Canada chez Libre Expression et en France chez Albin Michel en avril 2005. Également, en 2003, elle publie chez Libre Expression Tout là-bas et en 2008, Depuis la fenêtre de mes cinq ans. Pétals’s Pub suivait en 2012.

En avril 2011, 25 ans après la parution de son premier tome, Les Filles de Caleb sera transformé en opéra-folk6 et sera joué sur les planches du Théâtre Saint-Denis de Montréal. L'œuvre principale de Arlette Cousture a été revisitée par Micheline Lanctot qui en signe le livret. Les paroles et la musique sont l'œuvre de Michel Rivard et la mise en scène sera sous la responsabilité de Yvon Bilodeau.
+ Voir plus
Source : felix.cyberscol.qc.ca, wiki
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Blanche la télésérie avec Pascale Bussières
Citations et extraits (144) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienne   01 juin 2013
Les filles de Caleb, tome 2 : Le cri de l'oie blanche / Blanche de Arlette Cousture
- Et alors, Émilie, est-ce que les enfants ont attrapé des chardonnerets ?

La distraction était bienvenue. Elle pensa rapidement au lendemain de l'arrivée des cages. A l’excitation des enfants qui étaient partis seuls pour le Bourdais. A leur retour. Au fait qu'elle avait dû sévir parce que dans chacune des cages il y avait plus d'un oiseau. Chaque enfant avait libéré un, deux ou trois oiseaux, pour n'en garder qu'un. A la scène que Blanche avait faite.

"Oui, trop. Ils ont dû en relâcher. Mais Blanche , elle, a jamais voulu choisir. Elle a pleuré en regardant voler ceux que le hasard avait désignés et quand son tour est arrivé, elle a pas voulu choisir.

- Choisir quoi ?

- L'oiseau qu'elle libérerait. Blanche pleurait comme une vraie Madeleine, en me disant qu'elle avait pas le droit de choisir. Que peut-être que l'oiseau qu'elle garderait était celui qui pouvait mourir d'ennui. Que peut-être que l'oiseau qu'elle libérerait était celui qui aurait le plus besoin d'elle pour le nourrir. Faut vous dire que Blanche avait pas voulu attraper plus de deux oiseaux. Une "paire d'amis", qu'elle disait."

Émilie termina son histoire en riant mais, le curé Grenier ne riant pas, elle cessa, consciente qu'elle ricanait nerveusement. Ce qu'elle venait de raconter n’était pas tellement drôle. Elle venait de lui dévoiler un grand drame, un grand chagrin d'enfant.

"Et qu'est-ce qu'elle a fait, votre Blanche ?

- A sa tête, monsieur le curé. Étant donné qu'elle pouvait pas garder les deux, elle en a pas gardé du tout."

Le curé Grenier hocha la tête, tristement pensa Émilie. Il la regarda puis lui sourit d'un sourire faible.

"Elle est bien sage, votre Blanche. Elle vient de nous donner une grande leçon...."

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Cielvariable   14 avril 2012
Les filles de Caleb, tome 1 : Le chant du coq / Emilie de Arlette Cousture
Un enfant, c'est la seule véritable garantie d'éternité.
Commenter  J’apprécie          100
Cielvariable   01 juin 2013
Les filles de Caleb, tome 1 : Le chant du coq / Emilie de Arlette Cousture
«-C'est à nous autres, cette pouliche-là, Émilie? demanda Napoléon.



Émilie acquiesça. Les enfants se groupèrent autour de leurs parents. La pouliche freina sa course et changea brusquement de direction. L'étalon en fit autant. Leur galop était impressionnant.



- Avez-vous vu ça? cria Caleb. On dirait des ch'vaux sauvages.



La pouliche se retourna et se leva sur ses pattes postérieures. Elle commença à marteler l'étalon de ses sabots. L'étalon se défendit. Elle se calma enfin et l'étalon, renâclant, se plaça derrière elle. La pouliche trépignait. Enfin, l'étalon lui monta ses pattes sur le dos et la mordit au cou. Émilie frémit quand elle sentit la main d'Ovila exercer une toute petite pression sur sa nuque. Elle tourna la tête, le temps de se rendre compte qu'il la regardaot intensément.
Commenter  J’apprécie          70
LaureConan   08 mars 2012
Ces enfants d'ailleurs de Arlette Cousture
Vivre est un grand risque. p.107
Commenter  J’apprécie          100
Cielvariable   26 mai 2012
Petals' Pub de Arlette Cousture
Angélique était allongée à plat ventre sur la dalle froide de février, les bras en croix. Des larmes baignaient les rares cheveux échappés de son bonnet. Ses mamelons étaient durcis par le froid et par cette sensation d'inconfort dans ce corps qui lui était de plus en plus étranger. Angélique se mourait.

L'aube promit enfin le jour et Angélique réussit à se relever, battant sa coulpe une dernière fois. Un mal mystérieux l'enfiévrait, inconnu de l'infirmière que la prieure, inquiète, avait conviée pour tenter de comprendre. Angélique, à l'appétit pourtant frugal, était incapable de se sustenter. Ses nuits étaient hantées d'insomnies et elle ne pouvait se concentrer sur ses prières. La seule chose qu'elle accomplissait était son travail, soit boulanger le pain de la communauté et fabriquer les hosties.

Angélique était postulante dans la congrégation des soeurs de l'Espérance, et la simple idée d'être contrainte de la quitter, pour cause de santé défaillante, la minait. Elle ne pouvait plus voir Montréal et son crottin, ses hommes au regard perçant qui lui découpait la silhouette, ses frères bruyants et l'indigence de sa famille. Jamais, depuis qu'elle se promettait au vœu de pauvreté, elle n'avait été aussi riche, aussi nourrie, aussi chauffée. Sa famille, trop démunie pour offrir une somme intéressante à la congrégation en guise de dot, lui avait cependant donné une fille aux doigts divins dès que plongés dans la farine. La prieure, toujours embêtée de devoir accueillir une vocation issue des milieux sans grand avenir, lui préférant évidemment celle d'un milieu aisé, en avait été fort aise. N'ayant pas tardé à démontrer son immense talent, Angélique Garnier avait, du coup, révélé la gourmandise de la brave femme pour le bon pain et les biscuits. « Je vais demander le médecin. Il faut nous assurer que vous ne souffrez pas de la fièvre jaune ou d'un autre mal. Peut-être devrions-nous vous isoler, au cas où. »

Au cas où quoi ? pensa Angélique. Au cas où le médecin aurait pu deviner pourquoi sa peau était devenue sensible aux frissons et que ses entrailles s'ouvraient à l'occasion au point de lui faire craindre de s'asseoir ? Non, elle ne voulait pas voir de médecin qui ne comprendrait pas que les battements de son coeur, tous offerts à son cher Christ, pouvaient avoir des ratés. Ses yeux d'un bleu presque translucide fondaient de fièvre, elle le savait pour l'avoir vu quand, par inadvertance, elle passait devant la glace de l'entrée ou celle du parloir.

« Doux Jésus, regardez-moi vos yeux !

- Je sens que je vais être beaucoup mieux demain, ma mère. Je le sens. Non, je le sais. Bénissez-moi, ma mère, et vous verrez. »

Angélique traîna sa frêle silhouette jusqu'au couloir menant à la chapelle. Sœur Marie-Saint-Coeur-du-Messie, quoique responsable de la vocation des postulantes, y nettoyait les plinthes et les cadres de portes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
evelyne_vincent   05 décembre 2012
Les filles de Caleb, tome 1 : Le chant du coq / Emilie de Arlette Cousture
A leur arrivée à l'école, Emilie lui demanda d'ouvrir la porte. Pendant qu'il s'exécutait, elle s'empressa de retirer la toile, après s'être assurée qu'il n'y avait personne en vue. Ovila revint vers la calèche. Il aperçut le coffre de cèdre. Il le regarda, regarda Emilie, puis le coffre. Il ne savait que dire. Emilie était émue.

"Ma foi du Bon Dieu, Ovila, si tu avais un chapeau sur la tête, tu te serais découvert comme devant une église.

- Entre toi pis moi, Emilie, c'est pas un coffre que je vois, c'est toute une cathédrale.

- Fais attention, faudrait pas que tu attrapes la folie des grandeurs.

- Inquiète-toi pas pour moi. La folie, ça fait longtemps que je l'ai. Pis la grandeur, tu viens juste de me la donner."
Commenter  J’apprécie          60
evelyne_vincent   05 décembre 2012
Les filles de Caleb, tome 1 : Le chant du coq / Emilie de Arlette Cousture
"Ca fait six ans, Ovila Pronovost, que je regarde tes épaules, ton cou, tes jambes, pis tes cuisses. Le seul talent que j'ai, c'est d'avoir eu la patience de les attendre." Elle émit un petit rire victorieux et moqueur.

- Pis moi, ça fait six ans que je trouve que tu vieillis plus vite que moi. Que j'ai peur que tu oublies de me regarder. Ca fait six ans que je rêve à toi toutes les maudites nuits en trouvant que tu es la plus belle. Ca fait six ans que j'ai peur que tu trouves quelqu'un à ton goût. Pis là, ça fait un jour que je veux pas me réveiller parce que j'ai trop peur d'être encore en train de rêver. "
Commenter  J’apprécie          60
LaureConan   31 mars 2012
Ces enfants d'ailleurs de Arlette Cousture
Ce n'est pas facile d'accepter que nos enfants suivent d'autres chemins que ceux que nous leur avions tracés.
Commenter  J’apprécie          70
Shana   02 mars 2010
Ces enfants d'ailleurs, tome 2 : L'envol des tourterelles de Arlette Cousture
« Jerzy, redoutant un refus, soutint d'un regard à la fois suppliant et craintif celui d'Anna. Il lui avait tendu un piège, sachant pertinemment qu'elle refuserait la Pologne. Mais il s'était dit qu'il devait commencer à la préparer à ce départ qui se ferait certainement avant la fin de la décennie. Anna marchait d'un bon pas et il s'efforçait de la suivre. Elle n'était dupe de rien, il en était convaincu. »

Commenter  J’apprécie          40
Cielvariable   14 avril 2012
Les filles de Caleb, tome 1 : Le chant du coq / Emilie de Arlette Cousture
Accepter de dépendre de quelqu'un c'est accepter sa faiblesse, c'est s'accepter, c'est accepter d'aimer assez fort.
Commenter  J’apprécie          50
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
157 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..