AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.34 /5 (sur 60 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Rochester , le 2 juin 1959
Biographie :

Lydia Lunch, née Lydia Koch le 2 juin 1959 à Rochester (États-Unis) est chanteuse, poétesse, écrivain, et actrice. Victime d’inceste, elle quitte à seize ans le foyer familial pour connaître la rue et les bas-fonds de New York : alcool, drogue et prostitution. On la remarque pour la première fois au sein du groupe Teenage Jesus and the Jerks sur l’album anthologique de Brian Eno paru en 1977 : No New York considéré comme un pilier fondateur du mouvement no wave. Égérie du mouvement Underground et no wave new-yorkais, auteure d’une trentaine d’albums, a également enregistré avec Sonic Youth et Nick Cave, a publié en collaboration avec Exene Cervenka l’album Rude Hieroglyphics. Actrice dans le cinéma underground, elle a participé à de nombreux films. Ayant élu domicile à Barcelone, elle continue de se produire sur scène surtout en Europe.

À son arrivée à New York à 16 ans, Lydia entre dans une communauté d’artistes et de musiciens, dont Kitty Bruce, la fille de Lenny Bruce, où elle a rencontré les groupes qui s’y représentaient très souvent : les groupes no wave comme DNA et Mars. Elle vit en cette forme de musique une poésie rageuse qui lui correspondait, et fonda sous cette influence le groupe Teenage Jesus and the Jerks avec son partenaire James Chance, séparé en 1978.
Artiste de la mouvance Underground, Lydia mène une carrière faite de nombreuses collaborations, et elle réalisa des films qu’elle écrit elle-même et dans lesquels elle joue également.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Interview d' Andrew Benton pour la TV Australienne(1994)


Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
kade_read   17 septembre 2020
Déséquilibres synthétiques de Lydia Lunch
Je me sentais comme une simple spectatrice de la catastrophe familiale dont les racines remontent sur de nombreuses générations et imprègnent la matière même de cette maladie chronique et terminale qu’on appelle « famille ».
Commenter  J’apprécie          50
Kro   13 août 2010
Paradoxia : journal d'une prédatrice de Lydia Lunch
J'étais un prédateur sexuel, dévorée par le désir de me nourrir, de me remplir, de trouver quelqu'un, n'importe qui, quelque chose, n'importe quoi, pour satisfaire mes besoins (....) Je me cherchais en vain, alors que je disparaissais délibérément à l'intérieur des autres.
Commenter  J’apprécie          70
kade_read   17 septembre 2020
Déséquilibres synthétiques de Lydia Lunch
Le besoin de croire en Dieu est une infection virale, pathologique, une pandémie qui en se répandant, a empoisonné les facultés de raisonnement. La croyance agit comme tampon psychique contre l’angoisse d’une mort imminente et certaine.
Commenter  J’apprécie          00
kade_read   17 septembre 2020
Déséquilibres synthétiques de Lydia Lunch
J’ai désamorcé mon horloge biologique sans attendre qu’elle ne se mette en route. L’idée d’un alien se développant dans mon ventre me remplit de terreur. Mortification. Je peux à peine supporter l’idée de vivre dans ma propre chair.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   09 juin 2018
Paradoxia : journal d'une prédatrice de Lydia Lunch
Étrangement, je prenais pitié des hommes que j’honorais. Je les respectais plus que la plupart des hommes avec lesquels j’entretenais d’autres rapports. Tout était clair : je leur vendais un fantasme pour une demi-heure ou une heure. Ils obtenaient ce pour quoi ils avaient payé. Moi, j’obtenais ce dont j’avais besoin : de l’argent. Ensuite, qu’ils dégagent. Pas de baratin, pas de garde d’enfants, pas de main à tenir. La plupart des hommes étaient trop demandeurs, désespérés, dépendants. Des petits garçons jamais capables de tuer la petite fille en eux. Ils quémandaient toujours de l’amour, de la compassion, une attention constante, une confirmation de leur virilité, une reconnaissance sexuelle, un culte phallique
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   09 juin 2018
Déséquilibres synthétiques de Lydia Lunch
J’aime le sommeil, cette insaisissable salope, mais le sommeil me hait. C’est comme ça. Je tente de le séduire, qu’il me tolère un peu plus que quelques heures par nuit, mais mon effort est vain. Cette pute est inconstante. Oh, aucun problème pour m’accorder une brève et chaleureuse étreinte. Cinq minutes après que j’ai posé la tête sur l’oreiller, je nage déjà dans l’inertie profonde des ténèbres. Mais avant que le sommeil paradoxal ait la moindre chance de frotter sa tête contre la mienne, le sommeil, ce putain de pervers, convoque en hurlant son infirmière l’insomnie pour qu’elle fasse sonner sa grosse cloche d’enterrement à mes oreilles, et je ne le suis plus.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   09 juin 2018
Paradoxia : journal d'une prédatrice de Lydia Lunch
J’ai toujours eu une nature masculine. La plupart des hommes ne supportent pas la compétition, elle les rend fous, complètement cinglés. Elle les pousse à se défouler. Dominer, lutter pour garder le contrôle, avec moi, ça ne marche pas. C’est soit un K.-O., soit un combat à mort. La seule chose que mon père m’ait apprise, c’est de ne jamais abandonner, ne jamais se rendre, se battre. Agir comme un homme. Et même si je les plaignais en tant qu’espèce, je finissais par être de leur côté, tout en luttant contre leur sexe. J’y rechargeais ma force vitale, en même temps que j’y trouvais la voie vers un état supérieur.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   09 juin 2018
Déséquilibres synthétiques de Lydia Lunch
Une femme bionique, extraterrestre, égocentrée, mais toujours en lutte en dépit de l’effondrement imminent de mon bien-être physique et mental, qui ricane en voyant la planète tomber en morceaux. Et d’un autre côté, je suis déchirée, fatiguée de me battre et profondément blessée par l’ignorance, la stupidité et l’avidité de l’humanité.
Commenter  J’apprécie          10
Skritt   14 octobre 2010
Déséquilibres synthétiques de Lydia Lunch
Après tout, Dieu a été le premier flic. Le Tyran originel. Un dictateur égotiste dont le sadisme sans bornes a exigé le meurtre de son fils unique et adoré à la seule fin de montrer ce dont il était capable, après nous avoir tous condamnés à pourrir dans l'enfer éternel, telles des marionnettes de viande bouclées dans son donjon privé.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   09 juin 2018
Paradoxia : journal d'une prédatrice de Lydia Lunch
Elle était la seule femme dont ils prononçaient le nom. Une connasse irritable avec une mentalité de merde. Je la détestai tout de suite, d’abord parce qu’elle partageait leurs histoires d’abus sexuels sadiques alors que j’y étais étrangère. Ensuite parce qu’il y avait chez elle quelque chose qui me remontait dans le cul. Son faux sourire, son attitude condescendante, sa jalousie mesquine, ses cheveux teints, ses faux ongles, et la manière JAP dont elle avait été élevée : rien chez elle n’était fait pour me la rendre sympathique. Je détestais la manière dont elle frimait, brûlant d’envie de nous entraîner là-haut pour nous montrer les cicatrices fraîches et violacées de ses implants, un cadeau de Papa.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Vrai ou faux ? (littérature)

Le mariage est un thème omniprésent dans les romans de Jane Austen. Mais pour sa part, elle dut attendre d'avoir 27 ans avant de rencontrer et d'épouser l'âme soeur.

c'est vrai
c'est faux

11 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , Vie intellectuelle , écrivain femme , biographie , écrivain homme , culture littéraire , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur