AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Virginie Despentes (Traducteur)Wendy Delorme (Traducteur) Busty (Traducteur)
ISBN : 2846262330
Éditeur : Au Diable Vauvert (09/04/2010)

Note moyenne : 3.11/5 (sur 9 notes)
Résumé :
"Entre les mutations génétiques, les aléas de l'environnement, la pollution morale, le chaos hormonal et les émotions toxiques, atteindre une agilité fonctionnelle exige une grande maîtrise de l'alchimie. Mon quotidien ressemble à un combat extrême que se livrent plusieurs fluctuations radicales. La compilation de textes commise en ces pages est un échantillon des cris et des murmures qui maltraitent mon cerveau, comme autant de fontaines enfiévrés, intoxiqués par l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
valeriane
  08 août 2017
J'ai été tentée de découvrir cette auteur et ce titre via une proposition de partenariat de BOB.Ce n'est pas le genre de texte que j'ai l'habitude de lire, et donc me voilà dans une plongée vers l'inconnu.Née en 1959 aux Etats-Unis, Lydia Lunch est chanteuse, poétesse, écrivain et actrice. La gonzesse à l'air assez barrée dans son style. Victime d'inceste et de pédophilie (mise en jeu lors d'une partie de poker par son père), imbibée d'alcool et le nez poudré, les thèmes abordés dans ces déséquilibres synthétiques sont plutôt sombres et torturés.« Entre les mutations génétiques, les aléas de l'environnement, la pollution morale, le chaos hormonal et les émotions toxiques, atteindre une stabilité fonctionnelle exige une grande maîtrise de l'alchimie. Mon quotidien est comparable à un combat extrême entre plusieurs fluctuations radicales. »De courtes fictions, iconoclastes, fluides, explosives, nourries par ses années de transgressions et de créations, de chutes et d'inventions.Lunch clôt ce recueil par des entretiens avec ses complices de la scène spoken words actuelle, Hubert Selby Jr, Nick Tosches ou Jerry Stahl...« La compilation de textes commise en ces pages est un échantillon des cris et des murmures qui maltraitent mon cerveau, comme autant de fantômes enfiévrés, intoxiqués par l'essence même de ce qui a empoisonné mon existence. Enjoy. »Des mots qui sont autant de souffrance. Une souffrance subie et une souffrance qu'elle s'inflige. Lydia Lunch utilise un style plutôt agréable à lire, un style assez poétique pour des faits noirs.Même si j'ai un peu décroché lors du dernier texte de la dernière partie (la dernière partie reprend trois interviews que Lydia Lunch a effectué auprès d'auteurs "particuliers" de la littérature américaine), j'ai apprécié ma descente dans la tête de cette auteur, dans ce décor plutôt glauque et pas très accueillant. Bienvenue dans l'univers d'une sorte de Poète maudite.Ma note : 3 étoilesDéséquilibres synthétiques, Lydia Lunch, Au diable Vauvert, avril 2010, 207 pages
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fleurdusoleil
  13 octobre 2010
Le mois de septembre a été riche en partenariat. Pour le Festival America, Blog-o-Book nous a proposé un maximum d'auteurs d' horizon très diverses.
Dans cette moisson foisonnante de romans en tout genre se trouvait cet ovni “ Déséquilibres synthétiques” de Lydia Lunch.
Comme à mon habitude ( c'est mon crédo pour les partenariats ) j'ai choisi cet ouvrage de nouvelles car je ne connaissais pas du tout son auteur.
Me voilà donc lancée dans cette lecture.
Parlons d'abord de Lydia Lunch. Après une petite recherche sur la toile, j'apprends donc que Lydia Lunch est une new-yorkaise de la mouvance underground. Elle est la figure emblématique de la No Wave New-Yorkaise (La no wave est un courant artistique, en particulier musical, apparu en 1977 dans le quartier du Lower East Side, coeur de la scène downtown new-yorkaise. Malgré son caractère éphémère, ses valeurs se sont perpétuées au cours des décennies suivantes, notamment à travers certains aspects de la culture punk.) En artiste accompli, on la retrouve dans la littérature, au cinéma, la photographie et aussi la musique.
Elle est l'auteur de plusieurs romans :
Adulterers Anonymous (1982 avec Exene Cervenka)
Incriminating Evidence (1992)
Paradoxia; a Predator's Diary (1997)
Toxic Gumbo (comic, dessin Ted McKeever) (1998)
The Gun is Loaded (2007)
Will Work for Drugs (2009)
Maintenant, intéressons-nous à ce recueil de nouvelles :
C'est bien entendu la couverture qui m'a attirée. Cette couleur est un rappel criant au sang.
Le titre original : “Will Work For Drugs” . La traduction littérale est “ Je travaillerais pour de la drogue”. Phrase détournée des pancartes de SDF ( dixit Lydia Lunch).
La traduction a été confié à sa jumelle maléfique : Virginie Despentes.
Mais l' essentiel est le texte. Là c'est une toute autre histoire. Malgré un plaisir incontestable lors de la lecture, le sujet m'a laissé sur ma faim. Les différents textes de cet ouvrage ( pseudo recueil ) sont des souvenirs, des pensées, des interviews menées par Lunch. Seules deux textes sont des fictions : “Canasta” et “ Ray Trailer”.
Une impression très étrange m'assaille dès les premières nouvelles. Ses écrits ne m'interpellent pas mais leur rythme m'entraîne. Je suis happée par la musicalité de ses mots. Chose étrange et jouissive (je ne sais pas encore qui est Lydia Lunch).
Dans une interview, que je joins à la fin de cet article, Lunch explique que son écriture est masculine et instinctive, je n'aurais pas dit mieux.
Seulement voilà, le contenu m'a vite lassé. La raison est simple. Pour apprécier pleinement ce livre, il est important de connaître l'univers et la vie de son auteur. Les novices ne peuvent comprendre ce travail à la construction incohérente, ces textes qui se suivent sans logique apparente. Un capharnaüm sanglant et puant.

Lien : http://ecritureetpoesie.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bibliochat
  07 novembre 2016
L' Auteure est une artiste américaine de la scène underground. Chanteuse, Actrice, Écrivaine, elle pratique aussi le spoken word, style apparenté au slam qui consiste à énoncer des textes.
Je connais un peu son univers musical et j'ai été intéressée d'en savoir plus sur elle à travers ce recueil qui mêle anecdotes personnelles, réflexions et pensées, nouvelles et entretiens avec des écrivains disparus ou vivants.
Lydia Lunch a une vraie plume, un vrai talent d'auteur et la lire est un vrai plaisir qu'on ne boude pas. La traduction a été confiée entre autres et d'une manière judicieuse à Virginie Despentes. le ton est crû bien sûr mais toujours juste donc je n'ai pas été choquée sauf dans le dernier entretien avec un auteur mais il s'agit d'une entrevue donc ça n'entre pas en ligne de compte.
On peut trouver un message dans ce livre, une ode à vivre sa vie pleinement car cette dernière ne fait pas de cadeau alors il faut en profiter au maximum et ce, quelque soit le contexte.
Pas grand chose à rajouter en fait. J'ai aimé ma lecture et l'esprit de l'Auteure. Point.

Lien : https://plaisirdelire.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Skritt
  22 octobre 2010
Ce recueil de nouvelles est un cri non pas de désespoir comme on pourrait le juger malheureusement trop rapidement, mais un cri de vie. Ces gens, dont elle raconte si bien les événements de leur passé, leurs envies, leurs doutes, n'ont qu'une chose en tête, s'accrocher pour continuer à grapiller quelques heures, quelques jours ou quelques mois. On mène un bout de chemin avec ces écorchés qui se prouvent tous les jours qu'ils sont bien là, toujours en vie.
Une écriture très fluide et sans lourdeur exprimée de manière très crue, sans fioriture. On a la sensation d'être là, avec ces gens, de partager un moment de leur vie difficile, paralysés par leurs névroses, leurs obsessions.
[...]
Lien : http://skritt.over-blog.fr/a..
Commenter  J’apprécie          00
Alexiel
  30 octobre 2010
Premier constat, l'écriture est belle et musicale. Mais surtout ce qui marque dans l'écriture de Lydia Lunch c'est la manière crue dont elle décrit des évènements et des sentiments. Elle ne passe pas par quatre chemins et décrit des choses qui peuvent paraître horribles comme si c'était quelque chose de normal. Ce qu'on peut dire c'est quelle assume ses actes et sa vie, il n'y a pas d'apitoiement. Au coeur des textes on ressent une extrême violence des sentiments.
Lien : http://www.alexiel.comuv.com..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SkrittSkritt   14 octobre 2010
Après tout, Dieu a été le premier flic. Le Tyran originel. Un dictateur égotiste dont le sadisme sans bornes a exigé le meurtre de son fils unique et adoré à la seule fin de montrer ce dont il était capable, après nous avoir tous condamnés à pourrir dans l'enfer éternel, telles des marionnettes de viande bouclées dans son donjon privé.
Commenter  J’apprécie          10
SkrittSkritt   14 octobre 2010
Le besoin de croire en Dieu est une infection virale, pathologique, une pandémie qui, en se répandant, a empoisonné les facultés de raisonnement.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Lydia Lunch (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lydia Lunch
Interview d' Andrew Benton pour la TV Australienne(1994)
autres livres classés : undergroundVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1080 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre